X

À La Une

Erdogan veut punir "tous" les coupables du "meurtre sauvage" de Khashoggi

turquie

Le président turc insiste sur le caractère soigneusement planifié du crime, contredisant la version saoudienne, et propose que 18 suspects arrêtés en Arabie "soient jugés à Istanbul".

OLJ/Agences
23/10/2018

"Du plus haut niveau au plus bas" : le président turc Recep Tayyip Erdogan a appelé mardi à punir toutes les personnes impliquées dans le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, qu'il a qualifié de "sauvage" et de soigneusement "planifié".

"La conscience internationale ne sera apaisée que lorsque toutes les personnes impliquées, des exécutants aux commanditaires, auront été punies", a déclaré M. Erdogan lors d'un discours devant le groupe parlementaire de son parti. "C'est à Istanbul que se sont déroulés les faits. Par conséquent, je propose que les 18 suspects soient jugés à Istanbul. La décision appartient (au gouvernement saoudien), mais c'est ma proposition, ma demande", a-t-il ajouté.

S'il s'est abstenu de toute révélation majeure dans ce discours très attendu, M. Erdogan a déclaré que le meurtre de Khashoggi, qualifié d'"assassinat politique", avait été "planifié" pendant plusieurs jours. Selon Ankara, il a été tué le 2 octobre au consulat saoudien par une équipe de 15 agents dépêchés par Riyad. Âgé de 59 ans au moment des faits, M. Khashoggi, collaborateur du Washington Post, était un critique du prince héritier saoudien et homme fort du royaume Mohammad ben Salmane, dit MBS.

"A ce stade, tous les éléments et preuves qui ont été découverts indiquent que Jamal Khashoggi a été victime d'un meurtre sauvage", a déclaré M. Erdogan. Il a aussi rejeté l'hypothèse d'une mort "résultant d'un incident survenu sur le moment", en écho à la version saoudienne selon laquelle Khashoggi a été tué lors d'un interrogatoire qui a mal tourné.





Où est le corps ?
Dans son discours qui a capté l'attention à travers le monde mardi, M. Erdogan s'est efforcé de donner des détails sur les préparatifs des tueurs, afin d'accréditer la thèse d'une opération soigneusement préparée. Il a ainsi dit que les agents saoudiens avaient effectué des repérages dans une forêt près d'Istanbul et dans une ville du nord-ouest de la Turquie avant le meurtre, suggérant qu'ils cherchaient un lieu où cacher le corps. En outre, le circuit de vidéosurveillance du consulat avait été "désactivé" le matin du meurtre, a poursuivi le président turc, confirmant des informations publiées ces derniers jours par les médias turcs.

M. Erdogan n'a toutefois pas précisé sur quels éléments il basait ses affirmations, ne mentionnant à aucun moment d'éventuels enregistrements audio ou vidéo dont la presse turque et certains responsables turcs font état depuis le début de l'enquête.

Après avoir fait un bref point sur les investigations, M. Erdogan a énuméré plusieurs questions qui restent sans réponse. "Pourquoi le corps est-il toujours introuvable ?", a notamment demandé le président turc, qui a par ailleurs promis lors d'un entretien téléphonique avec des proches de Khashoggi de "tout faire" pour "élucider ce meurtre".



(Lire aussi : En Arabie saoudite, « personne ne sait vraiment ce qui va se passer »)



Erdogan ménage le roi Salmane
M. Erdogan, dont le pays entretient des relations complexes avec l'Arabie saoudite, un rival diplomatique mais aussi un important partenaire économique, a paru soucieux d'épargner le roi Salmane, se disant "confiant" dans le fait que ce dernier coopérerait avec la Turquie dans l'enquête.

Après le discours de M. Erdogan, le gouvernement saoudien a affirmé que toutes les personnes impliquées dans le meurtre de Khashoggi rendraient des comptes, "peu importe qui elles sont", selon une déclaration publiée par l'agence officielle SPA.

Des analystes soulignent que M. Erdogan s'est efforcé de ne pas entrer en confrontation directe avec Riyad. Pour Soner Cagaptay, chercheur au Washington Institute of Near East Policy, M. Erdogan "ne veut pas d'une rupture avec le roi saoudien" et entend "donner une chance supplémentaire aux efforts" de médiation de Washington.






Après avoir nié la mort du journaliste, le gouvernement saoudien a avancé plusieurs versions contradictoires, évoquant notamment une "rixe" ayant mal tourné. Riyad soutient désormais que le journaliste a été tué au cours d'une opération "non autorisée".

Mais cette présentation des événements a été accueillie avec scepticisme à travers le monde. "Le monde entier nous regarde. Les Américains veulent des réponses et nous allons exiger que ces réponses interviennent rapidement", a lancé le vice-président américain Mike Pence lors d'une rencontre organisée par le Washington Post. "Ce meurtre brutal d'un journaliste, d'un homme innocent, d'un dissident, ne sera pas laissé sans une réponse américaine, et je l'espère, sans une réponse internationale", a poursuivi le vice-président de Donald Trump, qui a beaucoup misé sur MBS.
La directrice de la CIA, Gina Haspel, s'est rendue en Turquie mardi.


L'intervention de M. Erdogan a eu lieu quelques heures après l'ouverture à Riyad d'un forum international sur l'investissement, marqué par des désistements en cascade de dirigeants étrangers et chefs d'entreprises, dans la tourmente de l'affaire Khashoggi.



Lire aussi
Qahtani, ce bras droit de MBS dont le nom apparaît dans les affaires Khashoggi, Ritz-Carlton et Hariri...

Khashoggi: qui sont les deux hauts responsables saoudiens limogés?

Pourquoi l’affaire Khashoggi est loin d’être terminée

Riyad face au meurtre de Khashoggi : de la dénégation à l'aveu

Khashoggi : les révélations saoudiennes visent à protéger MBS

Affaire Khashoggi : Riyad ne veut pas créer un nouveau choc pétrolier

Le Saoudien Jamal Khashoggi, journaliste et intellectuel engagé

Affaire Khashoggi : la Turquie profiterait-elle du scandale ?

Saintes indignations..., l'éditorial de Issa GORAIEB

Il y a le feu dans la maison Saoud, le commentaire de Anthony SAMRANI

Confronté à l'affaire Khashoggi, le roi Salmane veut affirmer son autorité face à MBS


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

mais quel preuve peuvent etre tenu emanant d'un menteur invétérer !?!?!

eh oui MBS ne savait meme pas ce qui se passait … faut pas oublier que les 200 emprisonner dans la cage doree sont la et leur pouvoir n'a pas de limite

de plus je ne peux croire un seul instant que MBS aurait ordonner cet acte barbare en turquie c'est se tirer une balle en plein les pieds et je suis de plus en plus sure juste a lire les medias lesquels en plus sont tous a la solde d'erdogane et les medias US n'ont fait que reproduire ce qu'ils écrivent

en tt cas je ne croirais plus un seul media quand ceux ci font un matraquage d'une histoire

qui nous dit que les 15 ont pas été depecher pour justement essayer d'arranger la tournure qu'un autre a commis celui la sans ordre de MBS !?!?

Sarkis Serge Tateossian

Erdogan se trouve dans son élément....
Il adore les tribunes surtout qu'avec cette affaire médiatisée à l'échelle presque planétaire il se sent heureux sous les projecteurs.

Soit !

Mais qu'à-t'il nous a révélé de nouveau ?

Il répète ce que depuis 15 jours ses journaux (organes officiels plutôt) distillent à petit feu... Sans jamais donner la moindre preuve


Je ne dis pas qu'il à tord, mais attendons les preuves

Enfin le plus important est ceci :
Pourquoi ses services secrets qui écoutaient seconde après seconde ce qu'il se tramait à l'intérieur de l'ambassade saoudienne n'ont Pas juger bon, d'intervenir avant que le crime soit perpétré ?

Aussi, pourquoi les autorités turques ont laissé partir et quitter le pays, les 15 exécutants barbares de cet abominable crime ? Alors qu'ils avait tout entendu et vu les images en direct ?

Autant de questions que Erdogan ferait mieux de nous éclairer .... Avec sa " lumière"

gaby sioufi

la danse des grands !
vaut mieux eviter d'y participer .
des nains risquent d'etre ecrases a mort.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL PARLE D,UN ESCADRON DE MORT DEPECHE PAR ORDRE POUR EXECUTER CE MEUTRE BARBARE. IL DEMANDE LE NOM DES PLANIFICATEURS SAOUDIENS ET ETRANGERS CONNAISSANT DEJA CEUX DES EXECUTANTS. IL RESTE A PRESENTER LES PREUVES DES INVESTIGATIONS.

AIGLEPERçANT

15 personnes pour un commando qui a découpé le corps en 15 morceaux . Ca voudrait il dire que chaque membre de ce commando se devait de découper un morceau ?????

Mais c'est quoi cette secte rituelle ?

L'héritier n'était pas au courant ? je suis la reine d'Angleterre alors .

Mais à la fin , parlons des sanctions que va prendre le monde occidental moralisateur et donneur de leçons , ils continuent à vendre des armes à des types pareils , pourquoi faire ??? pour ne plus découper des corps mais les déchiqueter ????? c'est plus propre ?

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le commandant en chef de l’armée et l’agenda politique

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants