X

À La Une

Le Saoudien Jamal Khashoggi, journaliste et intellectuel engagé

Portrait

Le journaliste saoudien en exil devait avoir 60 ans le 13 octobre, mais le 2, il est entré au consulat saoudien à Istanbul et n'est pas réapparu depuis.

OLJ/AFP
21/10/2018

Le journaliste de renom saoudien Jamal Khashoggi, dont l'Arabie a confirmé la mort samedi matin, est passé du statut d'initié de la famille royale de son pays à celui de franc détracteur du puissant prince héritier Mohammad ben Salmane. Dans sa dernière contribution au Washington Post, il dénonçait les entraves à la liberté de la presse dans le monde arabe, affirmant: "Hélas, cette situation ne changera probablement pas".

Jamal Khashoggi devait avoir 60 ans le 13 octobre, mais le 2, il est entré au consulat saoudien à Istanbul et n'est pas réapparu depuis. Des journaux turcs ont affirmé qu'il y avait été torturé et sauvagement assassiné. Washington a sommé Riyad de publier les résultats de son enquête rapidement.
L'Arabie saoudite a dans un premier temps démenti le décès du journaliste, puis s'est murée dans le silence, avant de l'admettre ce samedi matin.

Il a eu une carrière riche en rebondissements qui l'a fait évoluer en 35 ans entre l'islam politique des Frères musulmans, les médias saoudiens, les cercles dirigeants à Riyad et les plus grands titres de la presse internationale, dont le Washington Post. Il s'était exilé aux Etats-Unis lors d'une vague d'arrestations en septembre 2017 dans le royaume saoudien et n'avait cessé depuis de dénoncer les "excès" du prince Mohammad, 33 ans, surnommé MBS.
A l'époque, il avait annoncé avoir été interdit de s'exprimer dans le quotidien panarabe al-Hayat, propriété du prince saoudien Khaled ben Sultan al-Saoud, pour avoir défendu la confrérie des Frères musulmans, classée "terroriste" par Riyad.

Le 6 mars 2018, il écrivait dans un éditorial cosigné avec l'historien britannique Robert Lacey dans le Guardian : "Pour son programme de réformes intérieures, le prince héritier mérite des éloges. Mais ce jeune et impétueux innovateur n'a ni encouragé ni permis le moindre débat en Arabie saoudite". MBS "semble faire bouger le pays d'un extrémisme religieux d'une autre époque vers son propre extrémisme +Vous devez accepter mes réformes+. Son programme ignore-t-il la plus importante des réformes, la démocratie ?"


(Chronologie : De la disparition de Jamal Khashoggi à l'aveu saoudien)


Rédacteur-en-chef engagé
Grand de taille, portant des lunettes et tantôt un bouc tantôt une barbe naissante grisonnante, Jamal Khashoggi est né le 13 octobre 1958 dans la ville sainte de Médine (ouest de l'Arabie saoudite). Il a obtenu en 1982 un diplôme de gestion à l'Université d'Etat d'Indiana, aux Etats-Unis. Il a commencé sa carrière en travaillant pour des quotidiens saoudiens, dont le Saudi Gazette et Asharq al-Awsat, couvrant notamment le conflit en Afghanistan.
A l'époque, une photo du jeune Khashoggi avait circulé le montrant avec un fusil d'assaut et des vêtements afghans. Il n'avait pas combattu aux côtés des moudjahidine en guerre contre les Soviétiques, mais avait épousé leur cause financée par la CIA américaine et les services secrets saoudiens. Jamal Khashoggi avait interviewé Ben Laden en Afghanistan et au Soudan mais, dans les années 1990, il avait pris ses distances avec le chef d'el-Qaëda quand celui-ci avait basculé dans la violence contre l'Occident.

Plus tard, il avait occupé des postes de responsabilité dans des journaux saoudiens. Jugé trop progressiste, il avait été en 2003, au bout de 54 jours seulement, contraint à la démission du poste de rédacteur-en-chef du quotidien saoudien Al-Watan. Il y était revenu en 2007, mais était reparti en 2010 après un éditorial jugé offensant pour les salafistes, courant rigoriste de l'islam.


(Lire aussi : Riyad admet que Khashoggi a été tué dans son consulat d'Istanbul, aucune trace du corps)


Conseiller gouvernemental
Neveu du célèbre marchand d'armes Adnan Khashoggi, Jamal est issu d'une grande famille saoudienne qui a des origines lointaines turques.

Il a longtemps entretenu des rapports ambigus avec le pouvoir saoudien, ayant occupé des postes de conseiller à Riyad et à Washington, notamment auprès d'un ambassadeur, le prince Turki al-Fayçal, qui a aussi dirigé les services de renseignement pendant plus de 20 ans.

Un autre prince, le milliardaire Al-Walid ben Talal, lui avait confié la direction d'al-Arab, une grande chaîne panarabe d'information en continu. Mais ce projet, qui devait être lancé en 2015 depuis Bahreïn, n'a jamais vu le jour après une interdiction des autorités de Manama, proches de Riyad. Le prince Al-Walid a lui-même été détenu entre novembre 2017 et janvier 2018 à l'hôtel Ritz-Carlton de Riyad avec des dizaines de personnalités accusées de "corruption" par une commission présidée par le prince héritier.

Dès septembre 2017, dans une tribune publiée par le Washington Post, Jamal Khashoggi écrivait: "Quand je parle de peur, d'intimidation, d'arrestations et d'humiliations publiques d'intellectuels et de dirigeants religieux et que je vous dis que je suis d'Arabie saoudite, êtes-vous surpris ?"

Les autorités saoudiennes lui avaient précédemment demandé d'arrêter d'utiliser son compte Twitter alors qu'il avait "incité à la prudence par rapport à une étreinte trop forte" du président Trump, très apprécié au palais royal à Riyad. Il avait aussi critiqué l'implication saoudienne dans la guerre au Yémen ainsi que l'embargo imposé au Qatar voisin, accusé par Riyad de soutenir les Frères musulmans et d'entretenir des liens avec l'Iran.

Dans sa dernière tribune au Washington Post, Jamal Khashoggi avait loué le Qatar par rapport à ses voisins qui cherchent à "maintenir le contrôle de l'information afin d'appuyer +l'ancien ordre arabe+".

Le 2 octobre, Jamal Khashoggi était entré au consulat saoudien à Istanbul pour des démarches administratives en vue de son mariage avec une Turque, Hatice Cengiz, mais il n'a plus été vu vivant. Selon elle, il voulait être un journaliste influent à Washington et "la voix de ses collègues qui ne peuvent plus s'exprimer".


Lire aussi
Confronté à l'affaire Khashoggi, le roi Salmane veut affirmer son autorité face à MBS

Comment l’affaire Khashoggi menace l’accession au trône de MBS

Mort de Khashoggi : la version de Riyad divise

Affaire Khashoggi : la Turquie profiterait-elle du scandale ?

Le vent avait commencé à tourner pour MBS bien avant le scandale Khashoggi

Affaire Khashoggi : une nomination du frère cadet de MBS, possible scénario de sortie de crise ?

"MBS est un engin de démolition. Il a fait assassiner Khashoggi au consulat en Turquie", accuse un sénateur proche de Trump


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué