X

À La Une

Affaire Khashoggi : qui sont les deux hauts responsables saoudiens limogés?

Arabie saoudite

Ahmed al-Assiri et Saoud al-Qahtani sont deux des principaux collaborateurs du prince héritier Mohammad ben Salmane.

OLJ/AFP
20/10/2018

L'Arabie saoudite a limogé samedi deux des principaux collaborateurs du prince héritier Mohammad ben Salmane après avoir admis que le journaliste Jamal Khashoggi avait été tué dans son consulat d'Istanbul.

Le général Ahmed al-Assiri, chef adjoint du renseignement saoudien, et Saoud al-Qahtani, conseiller "médias" à la cour royale, faisaient tous deux partie du cercle rapproché du prince Mohammad Ben Salmane, surnommé MBS. Leur limogeage s'est accompagné de l'arrestation de 18 suspects saoudiens.


Ahmed al-Assiri

Âgé d'une soixantaine d'années, le général Assiri était un conseiller de haut rang proche de la cour royale et assistait souvent aux réunions à huis clos du prince héritier avec des dignitaires étrangers en visite dans le royaume. Avant d'être promu chef adjoint du Renseignement général en 2017, le général Assiri était le porte-parole de la coalition militaire intervenant au Yémen depuis 2015 contre les rebelles houthis soutenus par l'Iran.

Parlant couramment le français, l'anglais et l'arabe, il avait acquis à l'étranger la réputation de harceler les journalistes dont les articles critiquaient les "bavures" saoudiennes au Yémen. Au printemps 2017, il avait été la cible d'un jet d'oeuf lors d'une conférence à Londres et le gouvernement britannique s'était excusé pour cette "agression".

Le quotidien panarabe à capitaux saoudiens al-Hayat a qualifié le général Assiri -formé à la prestigieuse école militaire française Saint-Cyr- de "pilote saoudien le plus connu au monde".

Avant son limogeage samedi, le New York Times avait rapporté que l'Arabie saoudite attribuerait la responsabilité de la disparition de Khashoggi au général Assiri pour tenter de dédouaner MBS.


(Lire aussi : Confronté à l'affaire Khashoggi, le roi Salmane veut affirmer son autorité face à MBS)



Saoud al-Qahtani

Homme-clé de l'entourage du prince héritier, Saoud al-Qahtani était jusqu'à samedi conseiller "médias" à la cour royale. Il a organisé des interviews avec MBS pour des journalistes étrangers et a également dirigé le "Centre d'études et d'affaires médiatiques", une unité opérant au sein de la cour royale.

Selon des sources saoudiennes, M. Qahtani, 40 ans, a animé des campagnes de propagande en ligne contre les adversaires du royaume, comme le Qatar et l'Iran. Avec 1,3 million d'adeptes sur Twitter, ce haut responsable était connu pour ses messages hostiles aux dissidents et à ses rivaux.

Dans un article paru dans le Washington Post au début de l'année, Jamal Khashoggi affirmait que Qahtani entretenait une "liste noire" pour les journalistes critiques du royaume et qu'il était connu pour les intimider.

Dans une interview posthume publiée vendredi par le magazine Newsweek, Khashoggi a qualifié M. Qahtani et un autre haut responsable saoudien, Turki al-Cheikh, de "voyous". "Les gens les craignent. Vous les défiez, vous risquez de finir en prison, et c'est ce qui s'est passé", a déclaré feu Jamal Khashoggi. Il a qualifié M. Qahtani d'"homme le plus important dans les médias", affirmant qu'il contrôlait les activités de relations publiques du gouvernement saoudien.

L'an dernier, M. Qahtani a écrit sur Twitter: "Je ne fais rien de mon propre chef, sans des ordres. Je suis l'employé et l'exécuteur de mon roi et de mon prince héritier".


Lire aussi 

Mort de Khashoggi : la version de Riyad divise

Comment l’affaire Khashoggi menace l’accession au trône de MBS

Saintes indignations..., l'éditorial de Issa GORAIEB

Il y a le feu dans la maison Saoud, le commentaire de Anthony SAMRANI

Affaire Khashoggi : la Turquie profiterait-elle du scandale ?

Le vent avait commencé à tourner pour MBS bien avant le scandale Khashoggi

Affaire Khashoggi : une nomination du frère cadet de MBS, possible scénario de sortie de crise ?

Affaire Khashoggi : l'Iran observe en silence

Asiem el-Difraoui : Des princes saoudiens comme Mohammad ben Nayef ne sont pas très contents...

"MBS est un engin de démolition. Il a fait assassiner Khashoggi au consulat en Turquie", accuse un sénateur proche de Trump

Entre « châtiment » US et « réponse » saoudienne, jusqu’où la brouille entre Washington et Riyad ira-t-elle ?

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DE LA COMEDIE A BON MARCHE !

Sarkis Serge Tateossian

Cela ne ramène pas à la vie le journaliste décapité. Encore moins redorer l'image de l'Arabie...
C'est d'une grande triste !

AIGLEPERçANT

Des lampions qui seront secrètement décorés.

Lamentable!

Wlek Sanferlou

Boucs émissaires de haut niveau! La comédie régale!

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants