X

Moyen Orient et Monde

En Arabie saoudite, « personne ne sait vraiment ce qui va se passer »

Affaire Khashoggi

Sur le plan interne, c’est désormais l’incertitude qui règne, politiquement d’abord, mais aussi sur le plan économique.

23/10/2018

Les retombées de l’affaire Jamal Khashoggi et ses conséquences sur l’avenir de l’Arabie saoudite constituent, à l’heure qu’il est, une grande inconnue, même pour les chantres du pouvoir.

Et pour cause, l’atmosphère de détermination et de confiance qui a accompagné tour à tour le déclenchement de la guerre contre le Yémen, l’accession de Mohammad ben Salmane (MBS) au poste de prince héritier et la crise avec le Qatar s’étiole chaque jour un peu plus depuis la disparition, le 2 octobre dernier à Istanbul, du journaliste saoudien.

Sur le plan interne, c’est désormais l’incertitude qui règne. Politiquement d’abord, l’attitude totalement erratique adoptée par le royaume à partir du 2 octobre est significative de l’embarras dans lequel est désormais plongé le pouvoir.

Dans un premier temps, c’est une attitude détachée et méprisante que le pouvoir adopte à l’égard de ce qui est considéré alors par la presse locale comme un simple fait divers. Quelques jours après la disparition du journaliste saoudien critique notamment de MBS, les médias adoptent néanmoins une posture va-t-en guerre dirigée contre le Qatar. Sans aucune preuve à l’appui, Riyad accuse donc, du jour au lendemain, Doha d’avoir planifié et exécuté le rapt de Jamal Khashoggi, alors qu’en Turquie, les médias distillent quotidiennement des « informations » selon lesquelles le journaliste a été tué au sein du consulat saoudien. La famille du journaliste monte ensuite au créneau – spontanément ? – en affirmant ne rien savoir du sort de Jamal. Quelques jours plus tard, un tweet attribué au fils du journaliste réclame la tenue d’une « enquête indépendante ». Mais ces propos seront par la suite effacés et démentis par la famille. Dans le même temps, le silence radio du si prolixe ministre des Affaires étrangères, Adel al-Jubeir, est significatif. Lui qui, il y a à peine un mois, n’avait pas hésité à tirer à boulets rouges sur le Canada lorsque celui-ci a exigé la libération d’une prisonnière d’opinion, est aux abonnés absent. « Nous ne sommes pas une République bananière ! » s’était alors exclamé, excédé, le ministre saoudien des AE à l’adresse de son homologue canadienne. Il a donc fallu 18 jours et un déchaînement médiatique quasiment planétaire pour que Riyad se résolve enfin à prendre au sérieux l’impact de « l’affaire Khashoggi ». Samedi matin, l’Arabie saoudite reconnaît enfin que l’homme est mort. Le soir même, le ministre des AE « réapparaît » sur Fox News et prend soin de prononcer des mots-clés censés avoir pour effet de dédouaner la famille régnante et en particulier le prince héritier Mohammad ben Salmane dans l’affaire Khashoggi : « faute monumentale » ou encore « les coupables seront punis ». Mais dans les coulisses, les habitués de la cour saoudienne l’admettent : c’est le flou le plus total qui règne au sommet du pouvoir. La même phrase revient souvent : « Personne ne sait vraiment ce qui va se passer. »


(Lire aussi : Affaire Khashoggi : L’administration américaine dans la tourmente)


Le changement à 180° des médias
Toutefois, depuis que le roi Salmane a pris le dossier à bras-le-corps, les médias locaux ont radicalement changé de ton. Finies les tentatives d’impressionner l’Occident en menaçant d’avoir recours à des représailles. Hier matin, le ministre saoudien de l’Énergie Khaled Falih affirmait que son pays n’a « aucune intention de réinstaurer un embargo pétrolier à l’égard de l’Occident comme en 1973 ». Dimanche déjà, les médias locaux avaient totalement viré de bord, la plupart des journaux rendant hommage à leur « collègue » Jamal Khashoggi. Du jour au lendemain, cette « affaire » – que personne n’osait aborder en public depuis le 2 octobre dernier – devient publique. Le tabou est levé, le roi et son prince héritier présentent leurs condoléances et cette information était en une de tous les journaux hier matin. Sur le plan économique, la Bourse de Riyad plongeait de 7 % après son ouverture dimanche dernier. Hier, elle en était à -11,57 % selon le site officiel de la Bourse saoudienne, Tadawul.com.sa. Les professionnels du monde des affaires sont inquiets. Les contrats et autres appels d’offres du gouvernement sont gelés, et même les hommes d’affaires saoudiens qui ont leurs entrées à la cour ne cachent plus leur désarroi. Bien entendu, les retraits en cascade des grandes entreprises qui envisageaient, avant l’affaire Khashoggi, de prendre part à la Future Investment Initiative de Riyad débutant aujourd’hui ont également plombé l’activité économique du pays. Pour couronner le tout, le site officiel de la FII est tombé entre les mains des hackers dans la journée d’hier. Ils y ont publié sur la page d’accueil un photomontage sur lequel on voit le prince héritier Mohammad ben Salmane, une épée sanguinolente à la main, se préparer à décapiter Jamal Khashoggi.


Lire aussi
Riyad tente de sauver le Davos du désert après l’affaire Khashoggi

Khashoggi: qui sont les deux hauts responsables saoudiens limogés?

Pourquoi l’affaire Khashoggi est loin d’être terminée

Riyad face au meurtre de Khashoggi : de la dénégation à l'aveu

Khashoggi : les révélations saoudiennes visent à protéger MBS

Affaire Khashoggi : Riyad ne veut pas créer un nouveau choc pétrolier

Le Saoudien Jamal Khashoggi, journaliste et intellectuel engagé

Affaire Khashoggi : la Turquie profiterait-elle du scandale ?

Saintes indignations..., l'éditorial de Issa GORAIEB

Il y a le feu dans la maison Saoud, le commentaire de Anthony SAMRANI

Confronté à l'affaire Khashoggi, le roi Salmane veut affirmer son autorité face à MBS

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

gaby sioufi

recep 1er tente de faire appliquer l'adage qui dit HARO SUR LE BAUDET...
mais ce baudet - ci a plus de poids que recept ne le pense,
et que donc quoi qu'il advienne l'arabie saoudite s'en relevra vaille que vaille mais s'en relevera qd meme !

RE-MARK-ABLE

Comment ont ils le culot de maintenir ce forum Davos du désert ?????

Le monde leur crache à la face .

Sarkis Serge Tateossian

N'attendons pas grand chose de ce tartuffe Erdogan...
Il dévoilera ce que son clan (une bande d'illuminée) a décidé de dévoiler au monde.

La Turquie n'est pas une démocratie (pas plus que l'Arabie) et les gouvernements successifs depuis un siècle dans ce pays érigent leurs "propres" vérités ...

La Turquie avec ce crime abominable certes, tente de porter gravement atteinte à un pays qui le considère désormais son ennemi ....(les faits parlent d'eux mêmes)

Les services de renseignements turcs avaient placé sous écoute l'ambassade saoudienne, (l'histoire d'une montre intelligente ne tient pas et c'est pour amuser leur peuple) pourquoi lors de l'interrogatoire et la torture de kgashoggi, la police turque à laissé faire ce crime odieux et n'a pas averti les saoudiens qu'ils étaient sous écoutent pour sauver le journaliste ?

Il est trop facile après les faits, de venir jouer Monsieur propre devant le monde et accuser le bourreau, alors qu'il pouvait faire arrêter ce crime avant que l'irréparable soit commis.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ATTENDONS LES REVELATIONS D,ERDOGAN AUJOURD,HUI AVEC PREUVES A LA MAIN S,IL Y EN A POUR TIRER CETTE AFFAIRE AU CLAIR SUIVANT LES INFORMATIONS PROUVEES POUR POUVOIR ATTRIBUER LES RESPONSABILITES... TOUT DEPEND DES REVELATIONS 1

Marionet

Très intéressant : ce papier fourmille d'infos de première main. De plus en plus, au fil des jours, se dessine en creux le portrait d'un colosse aux pieds d'argile faisant preuve d'un amateurisme rare tant dans la planification de ses meurtres d'État que dans sa communication. Les États-Unis ont tout exporté vers l'Arabie Saoudite sauf leurs barbouzes et leurs spin doctors. Quelles conséquences pour le Liban? Affaire à suivre de très près à travers la composition du futur gouvernement mais pas que: garder un œil sur l'équilibre des forces au sein de la communauté sunnite par exemple...mais pas que.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : un nœud, trois phases et beaucoup de complications...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué