X

À La Une

Joumblatt appelle les légataires du mandat Aoun à "voir les choses autrement"

Liban

Interrogé sur les relations entre le Liban et la Syrie, le leader druze affirme qu'il revient à Saad Hariri de trancher ce dossier.

OLJ
21/09/2018

Le leader druze libanais Walid Joumblatt a appelé jeudi soir les légataires du mandat du président Michel Aoun à "voir les choses autrement", annonçant la création d'un groupe de contact entre le Parti socialiste progressiste et le Courant patriotique libre entre lesquels les tensions se sont exacerbées ces derniers jours.

"Nous demandons au régime de voir les choses autrement, particulièrement en raison de la situation économique dangereuse", a déclaré M. Joumblatt sur la chaîne locale LBCI, ajoutant que "tous les indicateurs montrent que nous nous dirigeons vers le pire" sur ce plan. Depuis plusieurs semaines, plusieurs responsables politiques ont exprimé leur crainte concernant la situation économique et financière.

Interrogé par ailleurs sur les relations entre le Liban et la Syrie, le leader druze a affirmé qu'il revenait au Premier ministre désigné Saad Hariri de trancher ce dossier. "Nous savons très bien qu'il y a une coordination sur la lutte contre le terrorisme et la question de plus d'un million de déplacés syriens ayant fui la guerre dans leur pays et installés sur le territoire libanais. Plus tôt dans la journée, M. Joumblatt avait assuré qu'il interdisait toute visite de ses ministres en Syrie. 

Walid Joumblatt est depuis 2005 hostile au régime du président syrien Bachar el-Assad. Talal Arslane, autre leader druze en désaccord avec Walid Joumblatt, s'est récemment rendu en Syrie pour une visite de quelques jours durant laquelle il a affirmé que le régime du président syrien était une garantie pour la communauté druze. Plusieurs responsables du camp du 8 Mars appellent en outre à rétablir les relations avec le régime de Bachar el-Assad, alors que le Liban officiel s'est engagé à respecter le principe de distanciation par rapport aux conflits régionaux, notamment la guerre qui ravage la Syrie depuis 2011. Quatre ministres libanais s'étaient récemment rendus en Syrie en marge de la 60e Foire internationale de Damas.


(Lire aussi : Face à la léthargie gouvernementale, Berry passe à l’action)


Groupe de contact
Sur un autre plan, M. Joumblatt a annoncé qu'un groupe de contact entre le PSP et le CPL, présidé par le directeur de la Sûreté générale, le général Abbas Ibrahim, allait prochainement voir le jour, "afin de régler tous les problèmes".

Le 7 septembre, le ministre sortant de l’Éducation, Marwan Hamadé (PSP), avait démis de son poste de directrice du département des examens officiels une haute fonctionnaire proche des aounistes. Ces derniers avaient, en guise de représailles, limogé deux responsables proches du PSP : le président de la réserve naturelle du Chouf, Nizar Hani, et un fonctionnaire d'Électricité du Liban Raja el-Ali, dépendants respectivement des ministères de l'Environnement et de l’Énergie, contrôlés par des ministres aounistes. Lundi, le leader druze et le chef du CPL Gebran Bassil ont appelé les responsables de leurs partis ainsi que leurs partisans au calme sur les réseaux sociaux et dans les médias.

Ces tensions illustrent les difficultés de M. Hariri à former un gouvernement, une mission dont il a été chargé au lendemain des élections législatives du 6 mai. Il bute sur de nombreux obstacles, liés notamment aux revendications concernant le nombre de portefeuilles ministériels à attribuer aux différentes forces politiques.

Jeudi, le patriarche maronite Mgr Béchara Raï s'est à nouveau prononcé en faveur de la formation d'un gouvernement "neutre" et "d'état d'urgence".


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

POUR VOIR LES CHOSES AUTREMENT IL FAUT QU,ILS MARCHENT SUR LEURS MAINS... LA TETE EN BAS... ET LES PIEDS EN L,AIR !
D,AILLEURS PEUT-ETRE C,EST CE QU,ILS FONT POUR VOIR LES CHOSES ET S,EXPRIMER TOUJOURS BEL MA2LOUB...

Irene Said

VOUS TOUS,
les chefs et présidents de ceci et cela, du premier au dernier, devriez commencer à "voir les choses autrement...!"

Cesser de publier des twitters incendiaires et ensuite appeller au calme.
Essayer, si vous en êtes encore capables, de penser avant tout à sauver votre pays qui, de par votre faute A TOUS, est déjà sur une pente dangereuse qui le mènera au fond du gouffre.

Dans l'ombre attendent d'autres chefs qui, se cachant derrière de belles paroles clamées durant de longs discours et cérémonies, n'attendent qu'une chose:
mettre leur main sur notre pays selon les ordres de leurs commanditaires non-libanais.
Et cela, VOUS TOUS MESSIEURS, le savez très bien !

Alors, si vous laissiez les twitters de côté et commenciez à agir énergiquement et honnêtement pour le bien de votre patrie, MESSIEURS ?
Irène Saïd

Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE NAVIRE COULE ET LES CHEFS DE L,EQUIPAGE SE QUERELLENT. Y A PLUS BETE QUE CA ?

Gebran Eid

LAISSONS LE CHEKH TAYMOUR ET LE FUTUR PRÉSIDENT BASSIL RÉGLER LEURS PROBLÈMES. TONY FRANGIÉ ET SAMI GEMAYEL DOIVENT INTERVENIR POUR LES AIDER À SE CALMER. ET SAAD HARIRI QUAND IL N'EST PAS EN VACANCE, IL TOURNE EN ROND PUIS REPARD EN PLUS BELLE. AU LIBAN, ON N'A PAS ET ON N'A JAMAIS EU DES GENS COMPÉTENTS À PART CES FISTONS LÀ. VIVE LE LIBAN.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué