X

Liban

Arslane tente de mobiliser les druzes de Syrie autour du régime Assad

Partis

Une source du PSP répond au ministre sortant des Déplacés en tournée en Syrie : Que le président syrien garantisse sa propre sécurité avant celle des autres.

S. B. | OLJ
11/09/2018

C’est de Syrie que le ministre sortant des Déplacés, Talal Arslane, président du Parti démocrate libanais, a adopté des prises de position assez tranchées sur la relation entre les druzes de Syrie et le régime syrien. « Le seul projet des druzes en Syrie est celui de l’État syrien, non un quelconque projet communautaire qui leur est propre, parce que leur garantie, c’est l’État, le régime et l’armée arabe syriens, sous le commandement du président Bachar el-Assad », a-t-il déclaré.

Moins de deux mois après les terribles attaques de l’État islamique contre les habitants de la région druze de Soueïda, le 25 juillet dernier, qui ont fait des dizaines de morts, M. Arslane a principalement insisté sur la sécurité de cette communauté dans ce pays en guerre. « J’ai entendu certains revendiquer dernièrement une protection des druzes, mais les druzes ont-ils un projet propre à eux pour avoir une protection séparée des autres ? s’est-il demandé. Les druzes sont un projet d’État, un projet d’appartenance nationale. Certains essaient de les bercer de sentiments bon marché afin de les séparer de leur environnement. Or, tous ceux qui tentent de faire des druzes de Syrie les gardiens de la frontière avec Israël seront sévèrement punis quel que soit leur rang. »

M. Arslane a également abordé le sujet des jeunes qui refusent d’effectuer le service militaire dans les rangs de l’armée syrienne. « On m’a demandé pourquoi les jeunes doivent effectuer leur service militaire, a-t-il souligné. Soyons clairs, nous sommes responsables de chaque lopin de terre en Syrie, au Liban et en Palestine. Notre dignité vient de l’unité de notre oumma. Les tentatives de nuire à notre image de l’intérieur sont très dangereuses, nous n’y participerons pas et nous les combattrons. Je le dis souvent, notre véritable boussole est le Golan et les habitants du Golan. »

Et de conclure : « Ne permettez pas aux intentions sombres de s’implanter parmi vous. Quand les objectifs et la stratégie sont clairs, la dignité est sauve en fin de compte. »

Signalons qu’au cours de sa tournée, M. Arslane a été accueilli par des dignitaires druzes de la communauté syrienne, mais, selon le communiqué officiel, il a « également eu un entretien avec des cheikhs de la communauté venant de Palestine ainsi qu’avec le comité de coordination druze des Arabes de 48, qui effectue une visite religieuse en Syrie sous le parrainage de l’État syrien et du président Assad, une visite organisée par M. Arslane et son parti ».

L’objectif d’enrôler 40 000 jeunes dans l’armée…

Commentant les propos d’Arslane en Syrie, une source responsable du Parti socialiste progressiste (PSP), adversaire politique du Parti démocratie et qu’Arslane prenait à partie dans ses propos sans le nommer, minimise la portée de la visite. « Si (le président syrien) Assad pouvait garantir sa propre sécurité, il aurait pu prétendre garantir celle des autres, souligne cette source. Lui-même a besoin des Russes et d’autres alliés pour se maintenir en place. De plus, si les autorités syriennes avaient voulu assurer la sécurité des habitants de Soueïda, elles n’auraient pas facilité le transfert des combattants de l’EI du camp de Yarmouk où ils se trouvaient vers le désert à l’est de Syrie, c’est-à-dire un point proche de Soueïda qu’ils ont fini par attaquer sauvagement. La sécurité des druzes de Syrie n’est pas un point de vue, nous l’analysons suivant les données dont nous disposons. »

Ce cadre du PSP pense que l’objectif du régime syrien est de parvenir à enrôler de force 40 000 jeunes druzes dans les rangs de l’armée sous prétexte de service militaire afin de les faire participer à la future bataille d’Idleb. « Cela est inacceptable », poursuit-il. Mais que peut faire le PSP à partir du Liban, même s’il trouve cela inacceptable ? « Le leader druze Walid Joumblatt, chef du PSP, a mis à profit ses relations avec les Russes pour épargner aux druzes de Syrie cette épreuve », dit-il. À ce propos, assure-t-il, « la visite d’Arslane en Syrie n’y pourra rien parce que les gens de là-bas font assumer au pouvoir la responsabilité du massacre de Soueïda, sinon par complicité, du moins par négligence en s’abstenant de les protéger, comme s’il s’agissait de les punir pour leur neutralité ».

Pour en revenir à Talal Arslane, selon cette source, « une visite en Syrie ne lui servira pas de regain de popularité ». « Il affirme refuser des projets propres aux druzes, mais est-il sûr de ne pas servir de cheval de Troie à un projet de ce type, notamment la concrétisation de l’alliance des minorités qui était si chère à feu Hafez el-Assad ? s’interroge la source précitée. Les druzes ont toujours eu une appartenance au pays où ils vivent, mais leur identité profonde est arabe et musulmane. »


Lire aussi 

Quatre ministres libanais en Syrie en marge de la Foire internationale de Damas

Pour mémoire 

Quatre ministres libanais en Syrie en marge de la Foire internationale de Damas


À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Talaat Dominique

joumblatt doit s'occuper des druzes libanais
il ne dirige pas les druzes syriens,
les druzes syriens ont un pays , et un président

Wlek Sanferlou

Dommage, le Mur Magie!

Jack Gardner

Il ne représente personne.
Il a visité son petit copain de Chweifat caché en Syrie.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL NE REPRESENTE QUE LUI-MEME...

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Guerre du Yémen : ce qu’en dit un houthi de passage au Liban...

Un peu plus de Médéa AZOURI

Visconti et les lahem baajine

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué