X

Moyen Orient et Monde

« Trump fait partie de ceux que l’on appelle les chrétiens sionistes »

Reportage

Dans une Église orthodoxe de Amman, à l'heure de la messe, prêtres et fidèles critiquent la décision du président américain de reconnaître Jérusalem comme la capitale d'Israël.

11/12/2017

C'est un dimanche pas comme les autres pour les chrétiens de Jordanie. Ce matin, toutes les homélies du pays parlent de Jérusalem. Par soutien, disent-ils, aux chrétiens et musulmans du monde entier. Les chrétiens jordaniens, toutes communautés confondues, représentent près de 6 % de la population. Dans la plus grande église de Amman, l'église orthodoxe d'al-Waibdeh, les visages sont tristes. Dès 8h, la messe habituelle commence. Une chorale chante des prières. Peu à peu, les bancs se remplissent. Puis, vers 10h, le père Marcqash commence le prêche sur Jérusalem. Il semble très en colère. Derrière son pupitre en forme d'oiseau, il déclare : « Trump fait partie de ceux que l'on appelle les chrétiens sionistes. »

Le ton est donné. « C'est une secte d'environ 40 millions de personnes. Or sionisme et chrétienté ne vont pas ensemble. Il n'est pas chrétien. Alors il n'a aucun droit de parler au nom de Jérusalem, d'un point de vue religieux. Personne n'oserait faire ce qu'il a fait », affirme-t-il. Sous les yeux très attentifs de la communauté, il poursuit son sermon durant trente minutes. Il annonce que la décision américaine ne créera que du chaos. « Trump est le leader du plus grand pays et tout le monde a peur de lui. Et tout le monde l'aime parce que tout le monde a des intérêts avec lui. C'est un porteur de valises », dénonce-t-il. Il appelle le président américain par le nom d'« Antéchrist », ce qui provoque les rires des fidèles. Une femme chuchote : « Mais il n'a aucun droit ! Pourquoi personne ne l'arrête ? » À la fin du sermont, les prières sont dédiées aux « prisonniers de Palestine ».

 

(Lire aussi : Malgré la colère, la résignation l’emporte chez les Palestiniens)

 

 

« C'est la ville de Jésus »
À la sortie de l'église, Jérusalem est sur toutes les lèvres. Le sermon a été apprécié et partagé. Un petit groupe se forme. Une femme dit : « Jérusalem, c'est notre Ville sainte. Pour les chrétiens, les musulmans et aussi pour les juifs. Trump n'a aucun droit de déclarer qu'elle n'est que pour les Israéliens, il doit prendre en considération toutes les personnes qui ont des droits en Palestine. Jérusalem est une ville internationale. » Sa voisine renchérit : « Pour les chrétiens, c'est la ville de Jésus, l'endroit où il est ressuscité... Donc ça ne peut pas être seulement pour les Israéliens. Il doit l'enlever maintenant et pour toujours. Il a sa propre vision qui favorise Israël. Pourquoi ? Nous avons des droits en Palestine ! Et qui datent de plus de deux mille ans ! Il n'a aucun droit de faire ça. » L'« illégalité » et l'« injustice » de la décision de Donald Trump reviennent le plus souvent dans les propos. « Pour nous, Jérusalem, c'est la ville la plus sainte du monde », explique un homme âgé d'une soixantaine d'années, paré d'un keffieh rouge. « Monsieur Trump, avec tout mon respect, devrait essayer de trouver une solution plutôt que de créer des problèmes. Sa décision est injuste et illégale. »

Le père Salem al-Mdanat accepte de donner son point de vue. C'est lui qui conduit la prière, tous les dimanches. Il est d'accord avec les mots du prêtre qui disent que Donald Trump n'est pas chrétien. « Il y a beaucoup de gens qui se disent chrétiens et qui ne le sont pas. Une personne qui cherche à créer une guerre n'est pas chrétienne, en aucun sens, parce que Jésus-Christ a dit que les faiseurs de paix seront bénis. Ce n'est pas parce que l'on porte une croix que l'on est chrétien. Les sionistes insultent Jésus-Christ. » Il ajoute que Jérusalem, c'est le symbole de la chrétienté et de la sainteté. Jérusalem est pour les chrétiens, selon lui, ce que la Mecque est pour les musulmans. « C'est le lieu de la naissance symbolique, de l'enterrement et de la résurrection de Jésus-Christ. C'est le repère de tous les chrétiens du monde entier. Peu importent leurs églises. Donc ce n'est pas juste qu'un pays aille à l'encontre des autres pays. » Selon lui, cette décision ne créerait que des problèmes dans la région. « Cela va engendrer du terrorisme et franchement, on n'en a pas besoin. »

Katy Mansour est une femme de 80 ans. Elle a une croix discrète autour du cou et porte un tailleur très chic. De sa voix douce, elle raconte qu'elle est née à Jérusalem et qu'elle a dû fuir sa ville en 1948, car sa mère avait peur. L'annonce du président américain a été pour elle un choc immense. « C'est un président qui ne possède rien en Palestine et qui donne aux gens ce qu'il ne possède pas... Qu'en est-il de ceux qui habitent dans ce pays ? Ils sont venus de partout pour s'installer en Palestine. Et disent que c'est leur pays... Mais pourquoi ? Pourquoi, dites-moi? C'est trop injuste. » Elle dit ne pas parler en tant que chrétienne, mais en tant qu'Arabe. Parce qu'avant « l'occupation », tout le monde vivait ensemble, y compris les juifs. « Je suis née à Jérusalem, poursuit-elle. Et maintenant je dois demander un visa pour aller dans mon pays ? Mais pourquoi ? Il n'y a pas de mots, c'est terrible... Cet homme est terrible. Je ne crois pas que les Américains eux-mêmes, excepté les chrétiens sionistes, soient d'accord avec lui. Pour moi, Jérusalem, ce n'est pas l'est, ce n'est pas l'ouest, cela n'appartient pas seulement à une religion ou à une autre. »

 

 

 

Lire aussi

Jérusalem: Erdogan veut prendre la tête de la contestation musulmane 

Israël : mettons fin à l’apartheid ! 

Trump attaque la paix au Moyen-Orient

Jérusalem: chère au coeur des musulmans, symbole de défaite

Que peuvent faire les Arabes face à Trump ? 

Dans l'embarras, Abbas joue sa légitimité

Washington peut-il encore jouer les arbitres entre Israéliens et Palestiniens ?

Jérusalem: Trump met ses alliés arabes dans l'embarras

« Jérusalem est à nous ! » : à Ramallah, la rue se soulève

« Nous revivons le temps de la Nakba. Il y a eu 1948, il y a eu 1967 et il y a aujourd’hui » 

Après Jérusalem, Trump affine « son » plan de paix

1947-2016 : 70 ans de diplomatie américaine face au conflit israélo-palestinien...

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

il n'y a pas longtemps avant les elections le front du refus le soutenait et espérait qu'il gagne parce qu'il etait l'ami de poutine

Fredy Hakim

Après les « chrétiens sionistes «  nous assistons
à la naissance des »wahabo-sionistes »!

Eleni Caridopoulou

Trump est bipolaire

N. Noon

La décision de Trump, une victoire pour les évangéliques américains:

https://www.lesechos.fr/monde/etats-unis/030994261109-jerusalem-la-decision-de-trump-une-victoire-pour-les-evangelistes-americains-2136573.php

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CHRETIEN IL N,EST PAS PUISQU,IL A VENDU JERUSALEM... SIONISTE PROBABLEMENT...

OPTION POTION

C'est tout simplement un mec mentalement malade qui a été élu par des américains à la tête de la 1ere puissance mondiale .

Et c'est pas plus que ça. Il a fermé sa grande GUEULE face à kimjungun.

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

Échec au roi...

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué