X

Liban

Aoun : « Le Liban n’est pas un pays ouvert à tous les vents »

Discours de l’Indépendance

Le chef de l'État a violemment réagi au communiqué de la conférence ministérielle de la Ligue arabe.

OLJ
22/11/2017

Le président de la République, Michel Aoun, a violemment réagi hier au communiqué de la conférence ministérielle de la Ligue arabe qui avait déclaré, dimanche, le Hezbollah « organisation terroriste », et tenu à préciser que le parti chiite faisait partie du gouvernement libanais, dans son discours à la veille de la fête de l'Indépendance. Il s'est aussi adressé aux Libanais, les appelant à préserver l'unité nationale.

Lors de son allocution télévisée, M. Aoun a déclaré que « le Liban a respecté la politique de distanciation vis-à-vis des conflits régionaux. Malheureusement, les autres ne se sont pas distanciés du Liban malgré sa victoire contre le terrorisme ». Et de lancer : « Nous nous demandons jusqu'à ce jour : d'où est venu le terrorisme au Liban ? Qui l'a envoyé ? Qui l'a financé ? » « Nous avons adopté une politique complètement indépendante, nous avons évité d'interférer dans les conflits et nous avons toujours appelé au dialogue entre les frères arabes », a ajouté le président libanais. Il a considéré que ce que le Liban a subi n'est que la conséquence des conflits et les éclats des explosions dans la région, soulignant que « rien ne pourra aider à gérer les conséquences si nous ne fermons pas la porte aux confits ». Et de marteler : « Le Liban n'est pas un pays ouvert à tous les vents et ne cédera jamais devant n'importe quels avis, conseil ou décision le poussant vers la discorde. »

Il s'agissait là d'une réponse claire du chef de l'État à la Ligue arabe qui, à l'issue d'une réunion extraordinaire tenue dimanche au Caire et convoquée par l'Arabie saoudite, a accusé « le Hezbollah et les gardiens de la révolution iraniens de financer et d'entraîner des groupes terroristes à Bahreïn ». Dans sa déclaration finale, la Ligue arabe a également « fait assumer au Hezbollah, un partenaire dans le gouvernement libanais, la responsabilité de fournir aux groupes terroristes dans les pays arabes des armes sophistiquées et des missiles balistiques ».

Lundi, en recevant le chef de la Ligue arabe, Ahmad Aboul Gheit, M. Aoun avait indiqué que « le Liban n'est pas responsable des conflits dans certains pays arabes », rejetant le fait qu'on lui en fasse payer le prix.

 

(Lire aussi : La dignité, mais ensuite ?, l'éditorial de Issa GORAIEB)

 

« Ne laissez pas la discorde pointer le bout de son nez »
S'adressant directement aux pays arabes, Michel Aoun a d'ailleurs déclaré : « Traiter avec le Liban nécessite beaucoup de sagesse et de raison. Nous espérons toujours de la Ligue arabe qu'elle prendra des initiatives qui émanent de ses principes, ses objectifs et de l'esprit de sa charte. »

« Celui qui veut faire le bien du Liban l'aide à renforcer son unité », a encore déclaré Michel Aoun. Et de lancer : « C'est dans ce contexte que sont intervenues la récente crise gouvernementale et la problématique qui l'a entourée. Il est vrai que la crise est passée mais elle n'était pas du tout passagère car elle a mis le pouvoir ainsi que le peuple devant un test choquant et un défi national qu'on ne peut passer sous silence. »

Et Michel Aoun de demander : « Était-il possible de négliger un devoir national qui nous a été imposé afin que notre Premier ministre retourne à son pays et fasse ce qui lui est dicté par les normes et la Constitution, démission ou pas, sur le territoire libanais ? » Selon le président, « il s'agit d'abord et avant tout d'une histoire de dignité nationale et d'un peuple qui a fait preuve, pendant cette crise, d'une unité nationale exemplaire ».

Et aux Libanais, Michel Aoun a déclaré : « Par votre unité, vous avez surmonté d'énormes crises et difficultés. Ne laissez pas la discorde pointer le bout de son nez car la destruction massive n'épargnerait personne. » Et d'insister : « Votre unité est la seule garante de la stabilité et de l'avenir de votre pays et de vos enfants. »

Et à l'armée et aux forces de sécurité, Michel Aoun a dit : « Vous êtes les gardiens de l'unité nationale et les protecteurs des frontières, soyez toujours vigilants et prêts à faire votre devoir. »

 

 

Lire aussi

Avec le retour de Hariri à Beyrouth, l’heure de vérité sonnera aujourd’hui

Le Quai d’Orsay condamne les activités militaires du Hezbollah, pas le parti

Contacts intensifs de Macron en faveur de la stabilité au Liban

Hariri de retour au Liban, et après ?

Rohani à Macron : Le Hezbollah fait partie du peuple libanais

Nasrallah aux pays de la Ligue arabe : Laissez le Liban tranquille !

De la difficulté de former un gouvernement sous la nouvelle pression arabe...

Lire aussi à la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sarkis Serge Tateossian

Il ne sert à rien de répéter les mêmes phrases depuis des années et des années ...
On voit bien que cela nos mène nulle part !

- La Syrie est la pire criminelle,
- L'Arabie manipulateur et soutien attitré des groupes terroristes en Syrie et en Irak,
- L'Iran instigateur du mal mondial,
- Israël l'ennemi de l'islam, du monde arabe, et du monde entier,
- les palestiniens les pestes du Liban et du monde

ce n'est pas avec ces rhétoriques qu'on construira le monde, un monde meilleur, stable et prospère!

ce n'est pas comme ça que l'on arrivera à résoudre nos propres problèmes internes et externes...

Car il y a des vérités dans toutes ces opinions mais aussi des erreurs de jugements (la bonne mesure)

Nous libanais, avons perdu tout sens des réalités ...

Nous avons besoin de s'aimer et de s'accepter ...

Nous avons besoin de donner la priorité à notre patrie. la solidarité entre libanais de toutes confessions doit primer sur toutes autres impératives ...

Ce n'est pas un vœu d'un jour de l'indépendance, c'est un vœu pour toute l'année et pour toujours

Prenons du recul par rapport à tous ces préjugés et acceptons nous, libanais de tous horizons, comme frères, comme humains, comme semblables à nous même !

Vive le Liban


gaby sioufi

Mr Le President a parfaitement raison les amis.
il faut se rappeler de lire entre les lignes .
le liban n'est ouvert QU'AUX vents persans. EXCLUSIVITE OBLIGE.

Henrik Yowakim

Et de marteler : Le Liban n'est pas un pays ouvert à tous les vents et ne cédera jamais devant n'importe quels avis, conseil ou décision le poussant vers la discorde.

ET LA DISCORDE DE 1989 AVEC 2 GOUVERNEMENTS FANTOCHES S'ACCUSANT RÉCIPROQUEMENT D'USURPATION DE POUVOIR ?????

Henrik Yowakim

« Nous nous demandons jusqu'à ce jour : d'où est venu le terrorisme au Liban ? Qui l'a envoyé ? Qui l'a financé ? »

C'EST L'OCCUPANT BAASYRIEN PUIS LE RÉGIME FAKIHISTE QUI ONT AMENÉ ET INSTITUTIONNALISÉ LE TERRORISME AU LIBAN AVEC L'ASSASSINAT DE KAMAL JOUMBLATTE,DE BASCHIR GEMAYEL ET DE RENÉ MOAWAD

ENSUITE ENTRE AUTRES AVEC L'ASSASSINAT DE L'AMBASSADEUR FRANCAIS DELAMARE ET LES ATTENTATS SUICIDES CONTRE L'AMBASSADE AMÉRICAINE A AYN EL MREISSI , LA BASE DES MARINES ET CELLE DES PARAS FRANCAIS DU DRAKKAR

ET PLUS TARD AVEC LES ATTENTATS GÉNOCIDAIRES CONTRE LES REPRÉSENTANTS DU 14 MARS

ET TOUT RÉCEMMENT L'ATTENTAT TERRORISTE COMMANDITÉ PAR LE CHEF DES MOUKHABARAT BAASSYRIENS PAR LE BIAIS D'UN EX MINISTRE DE L'INFORMATION LIBANAIS APPARTENANT AU CAMP DU 8 MARS ET DÉJOUÉ GRÂCE A LA PERSPICACITÉ DU GÉNÉRAL ET FUTUR MARTYR EL HASSAN

LE LIBAN N'EST PAS OUVERT A TOUS LES VENTS ?????

SAUF AUX VENTS DU NORD BAASSYRIEN ET DE L'ORIENT FAKIHIEN?????

Irene Said

"...le Liban n'est pas un pays ouvert à tous les vents..."

Ah oui, Monsieur Michel AOUN ?

Et pour les vents qui soufflent de Téhéran et de Damas via le Hezbollah, le Liban doit-il rester ouvert ?

"...un défi national qu'on ne peut pas passer sous silence..."

Exactement, Monsieur Michel AOUN,
le défi national, le vôtre, doit être celui de mettre le Hezbollah au pas, et l'obliger à cesser ses activités armées chez nous et ailleurs, et d'agir en tant que parti politique libanais uniquement !
Avez-vous les capacités pour cela et...surtout le courage et la volonté ?
La survie du Liban indépendant et souverain, dont vous êtes actuellement le chef d'Etat en dépend !
Irène Saïd










L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

- LORSQUE NOUS CONFIRMONS QUE NOUS PRATIQUONS LA DISTANCIATION POLITIQUE... LE MONDE RIT !
- LORSQUE NOUS CONFIRMONS QUE NOUS N,INTERVENONS PAS DANS LES AFFAIRES DES PAYS ARABES... LE MONDE RIT !
- LORSQUE NOUS NE REPONDONS PAS AUX DECLARATIONS DE ROHANI ET CONSORT... LE MONDE NOUS PLAINT !
- LORSQUE NOUS AURONS BESOIN DU MONDE... LE MONDE NOUS TOURNERA LE DOS ! IL NOUS DIRA EN ARABE : YIALLI MIN IDOU ALLAH I ZIDOU !!!
ET LE PAYS ET SON PEUPLE PAYERONT CHEREMENT LA FACTURE DE TOUTES LES GAFFES ET LES ERREURS CUMULÉES !
QUE DIEU SAUVE CE PAUVRE PAYS !

Saliba Nouhad

Et pas un seul mot sur le rôle du Hezbollah pour préserver l’unité et la stabilité du pays, alors qu’ils sont à la base de cette crise aiguë?
Le Liban a respecté la politique de distanciation vis à vis des conflits régionaux?
Ah bon, c’est à ne plus rien comprendre, Mr le Président!

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

L’édito de Émilie SUEUR

La double peine des Syriennes

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.