X

À La Une

Nasrallah aux pays de la Ligue arabe : Laissez le Liban tranquille !

discours

Le secrétaire général du Hezbollah affirme attendre le retour de Saad Hariri au Liban et se dit "ouvert au dialogue".

 

20/11/2017

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a demandé lundi aux pays de la Ligue arabe de ne pas se mêler des affaires internes du Liban. Ces propos interviennent au lendemain de l'adoption par les ministres arabes des Affaires étrangères d'un communiqué, au nom de la Ligue arabe, qualifiant le Hezbollah d'"organisation terroriste".

Le discours du leader chiite était en grande partie consacré aux questions régionales. Evoquant brièvement la crise gouvernementale qui secoue le Liban depuis la démission du Premier ministre, Saad Hariri, Hassan Nasrallah s'est contenté de souligner qu'il attendait son retour à Beyrouth, se disant "ouvert au dialogue".

"Je ne vais pas répondre aux accusations contre le Hezbollah de ne pas avoir respecté le compromis politique (en référence à l'accord politique qui a permis à Michel Aoun d'accéder à la présidence de la République et à M. Hariri à la présidence du gouvernement). La priorité est au retour de Saad Hariri", a-t-il ajouté, réaffirmant qu'il ne considère pas le Premier ministre comme étant démissionnaire. 

Depuis sa démission annoncée le 4 novembre depuis Riyad, M. Hariri n'était pas rentré au Liban pour présenter officiellement sa démission. Et ce malgré les appels unanimes de la classe politique libanaise, y compris de la part du Courant du Futur. Samedi, à partir de Paris où il se trouve à l'invitation du président français, Emmanuel Macron, M. Hariri avait annoncé qu'il reviendrait au Liban pour la fête de l'Indépendance et qu'il précisera à ce moment-là, après un entretien avec Michel Aoun, ses intentions.

 

(Lire aussi : De la difficulté de former un gouvernement sous la nouvelle pression arabe...)

 

"Ces accusations ne sont pas nouvelles"
Dans son discours retransmis sur les chaînes de télévision, Hassan Nasrallah s'est longuement attardé sur la réunion extraordinaire, tenue dimanche au Caire, des ministre des Affaires étrangères, convoquée par l'Arabie saoudite, et à l'issue de laquelle la Ligue arabe a accusé "le Hezbollah et les Gardiens de la révolution iraniens de financer et d'entraîner des groupes terroristes à Bahreïn". Dans sa déclaration finale, la Ligue arabe a également "fait assumer au Hezbollah, un partenaire dans le gouvernement libanais, la responsabilité de fournir aux groupes terroristes dans les pays arabes des armes sophistiquées et des missiles balistiques".

"Ces accusations ne sont pas nouvelles et il n'y pas de raison pour que cela suscite une inquiétude ou une tension", a lancé le leader chiite.

"Au moment où le Hezbollah libère (la ville syrienne de) Boukamal de Daech (acronyme arabe de l'EI, ndlr), ils le déclarent organisation terroriste, a dénoncé le leader chiite. Ils accusent l'Iran d’être un État parrainant le terrorisme alors que l'Iran aide à combattre la terrorisme". Et de lancer : "Et vous, qu'avez-vous fait dans le combat contre Daech ? Où l'Arabie saoudite a-t-elle combattu Daech ?"

 

(Lire aussi : Aoun à Aboul Gheit : Le Liban n'est pas responsable des conflits dans certains pays arabes)

 

Et Hassan Nasrallah de poursuivre en s'adressant aux pays arabes : "Les armes du Hezbollah constituent un facteur important pour préserver la stabilité au Liban. Laissez le Liban tranquille et ne vous mêlez pas de ses affaires si vous vous souciez de sa sécurité, a-t-il lancé. N'envoyez pas les tafkiristes au Liban et ne provoquez pas Israël (afin qu'il mène une nouvelle offensive contre le Liban, ndlr)". "Qui protège le Liban d'Israël ? Vous et vos armes?", a-t-il également lancé.

Il y a quelques jours, le leader chiite avait accusé Riyad d'avoir demandé à Israël de frapper militairement le Liban.  L'Arabie saoudite et Israël n'ont pas de relations diplomatiques, mais un ennemi commun, l'Iran, dont l'expansion régionale les alarme. La récente escalade verbale entre Riyad et Téhéran, qui s'affrontent par alliés interposés sur les théâtres de guerre du Proche-Orient, a nourri les conjectures sur une convergence secrète entre l'Arabie saoudite et Israël et la possibilité d'une action contre l'Iran ou le Hezbollah libanais, son allié et autre grand ennemi d'Israël.

 

(Pour mémoire : Au Liban, le "calme relatif peut voler en éclats à tout moment", avertit un général israélien)

 

"J'ai beaucoup ri en lisant un point soulevé par La ligue arabe", a ajouté Nasrallah en lisant l'article de la déclaration qui fait assumer au Hezbollah la responsabilité de "fournir aux groupes terroristes dans les pays arabes des armes sophistiquées et des missiles balistiques". "Nous avons uniquement envoyé des armes en Palestine et je suis fier de le dire, a-t-il répondu. Et en Syrie, il y a les armes avec lesquelles nous combattons". Et d'insister : "Nous n'avons jamais envoyé d'armes au Yémen, à Bahreïn ou au Koweït, nous n'avons jamais envoyé d'armes vers aucun pays arabe".

"Est-ce cela l'honneur des Arabes?
Selon le leader chiite, la raison de la tenue de la réunion de la Ligue arabe est le tir, début novembre, d'un missile balistique depuis le Yémen vers l'aéroport de Riyad. Le tir de ce missile, intercepté près de la capitale saoudienne, a été revendiqué par les rebelles chiites houthis, qui luttent au Yémen contre une coalition militaire emmenée par l'Arabie saoudite. Hassan Nasrallah a dans ce contexte nié lundi toute implication. "Je nie catégoriquement le lien de tout homme du Hezbollah avec le tir de ce missile", a-t-il dit.

Il a en outre dénoncé la situation humanitaire au Yémen, rappelant que des milliers de yéménites souffrent de choléra. "Est-ce cela l'honneur des Arabes?", a-t-il lancé, appelant l'Arabie à mettre fin à son blocus. "Êtes-vous sans cœur? Sans religion?, a-t-il martelé. Nous voyons des milliers de Yéménites mourir de faim et le monde entier est silencieux. Y a-t-il un seul mot dans la déclaration de la Ligue arabe concernant le Yémen? (...) Les pays arabes sont muets devant un peuple entier".

 

Prêt à se retirer d'Irak
Le secrétaire général du Hezbollah a également abordé les conflits irakiens et syriens, se disant être prêt à retirer ses combattants d'Irak après la défaite totale du groupe Etat islamique (EI), acculé dans ses derniers réduits.

"Au début de la guerre contre l'EI, nous avons envoyé un grand nombre de commandants, d'entraîneurs et d'experts et nous avons eu des blessés et des morts, a indiqué le leader chiite. Si nous jugeons que c'est fini et qu'il n'est plus nécessaire pour nos frères de rester là-bas, ils reviendront (au Liban) pour rejoindre d'autres théâtres d'intervention". "Nous considérons que la mission a été accomplie, mais nous attendons l'annonce irakienne de la victoire finale", a souligné Hassan Nasrallah, dont le mouvement est également présent contre l'EI en Syrie voisine.

L'Irak a repris le 17 novembre en quelques heures la toute dernière localité tenue par l'EI sur son territoire, Rawa, infligeant une nouvelle défaite à l'organisation jihadiste qui ne contrôle plus que quelques zones désertiques à la frontière syrienne.

Les autorités de Bagdad ont annoncé vendredi avoir repris Rawa, dernière localité tenue par l'EI sur le territoire irakien, infligeant une nouvelle défaite à l'organisation jihadiste qui ne contrôle plus que quelques zones désertiques à la frontière syrienne. En un peu plus de trois ans, l'organisation ultraviolente responsables d'exactions et d'attentats sanglants a vu son "califat" autoproclamé en 2014 sur de larges pans de l'Irak et de la Syrie s'écrouler quasiment totalement.

 

"L'Etat de Daech est fini"
Le chef du Hezbollah a d'ailleurs affirmé qu'après la libération totale de la ville syrienne de Boukamal, le "califat" de l'EI sera fini. "Après Alep, Deir ez-Zor, Mayadine, la dernière bataille se passe à Boukamal. Quand le dernier quartier de cette ville sera libéré, l'histoire pourra marquer la fin de Daech en tant qu'Etat avec ses infrastructures, a-t-il lancé affirmant toutefois que "cela ne veut pas dire la fin de l'organisation jihadiste".

L'armée syrienne et ses alliés ont progressé samedi à Boukamal, reprenant le contrôle de la quasi totalité du dernier bastion urbain contrôlé par le groupe jihadiste en Syrie. 

Hassan Nasrallah a accusé les Etats-Unis d'avoir "soutenu l'EI par tous les moyens" à Boukamal où, a-t-il indiqué, le parti chiite a perdu de nombreux combattants. "Les Etats-Unis ont assuré une protection aérienne à Daech, lui ont fourni des renseignements et lui ont procuré toutes les facilités pour qu'il se retire" de la ville. "L'Iran est par contre resté aux côtés de la Syrie, de l'Irak et du Liban dans le combat contre Daech", a affirmé Nasrallah. "L'Etat de Daech est fini", a-t-il encore martelé comparant le groupe jihadiste à un "cancer" qui pourrait à nouveau réapparaître.

 

 

Lire aussi

Les enfants de Jacques Chirac, l'édito de Ziyad Makhoul

Démission de Hariri : la fin d'un épisode, mais le feuilleton continue, l'éclairage de Scarlett Haddad

Pour le 8 Mars, « Hariri peut discuter seul des armes du Hezbollah »

L'initiative de Paris se poursuivrait après le retour de Hariri à Beyrouth

Lire aussi à la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Assad Fakhouri

" Le premier des droits de l'homme c'est la liberté individuelle, la liberté de la pensée. "
Jean Jaurès

IMB a SPO

C'est maintenant lui qui parle au nom du Liban? Ou est le President? Il fait quoi a Baabda? Il a mandate Hassoun de parler en son nom?

gaby sioufi

il a raison encore une fois.
de quel DROIT DIVIN ils se permettent cela ces arabes ? pas celui du wali fakih en tous cas. alors , basta. lui seul en a le droit. pt't bachar aussi, pt't un peu plus tard ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

UN CONSEIL QU,IL DEVRAIT SE DONNER PLUTOT A SOI-MEME ET DONNER AVANT TOUT A L,IRAN...

Irene Said

Monsieur Hassan NASRALLAH,

c'est vous qui êtes sans coeur et sans religion !

Avant de vous soucier du Yémen et de son malheureux peuple, victime lui aussi de votre conflit avec l'Arabie Séoudite, commencez par vous soucier du peuple libanais, dont une grande partie est sans travail et de plus en plus dans la misère.

De par votre faute, Monsieur Hassan NASRALLAH,
et du gouvernement auquel vous participez aussi.

Alors, cessez de nous prendre pour des demeurés.
Nous, Libanais, ne faisons pas tous partie de vos troupeaux de moutons-suiveurs-bêleurs au cerveau vide !!!
Irène Saïd


HABIBI FRANCAIS

Quel cynisme...a t il lui meme laisse tranquille la Syrie par exemple?
Le hezbollah agit partout sauf en Israel....!

Yves Prevost

Que les pays dits "arabes" laissent le Liban tranquille, c'est ce que tout le monde souhaite, bien évidemment. Mais que lui aussi laisse le Liban tranquille. Que lui et sa milice retournent chez eux en Iran.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES LIBANAIS NE VEULENT PAS QUE LEUR PAYS SOIT UNE SATRAPIE PERSE... ET BIEN SUR NON AUSSI UN SATELLITE SAOUDITE !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL A LAISSE ENTENDRE QUE LES CHIITES ETAIENT OU FURENT OPPRIMES... LES OPPRIMES N,OPPRIMENT PAS !

Yves Prevost

La meilleure de l'année :"Les armes du Hezbollah constituent un facteur important pour préserver la stabilité au Liban"! Peut-être veut-il nous présenter comme modèles de stabilité les guerres qu'il a déclenchées en 2006 et 2008?

Bery tus

vous avez vendu*

si je puis me permettre, si il est prouver que le hezb s'ingere en envoyant des "formateurs" ou des "tacticiens" pour faire bouger la rue ou surtout pour apprendre comment commettre des "3amalyeh khassa" alors les pays je dis bien les pays ou cela se passe on le droit d'appeler cela du terrorismes ou encore 5 eme colonne ou ce qu'ils veulent mais cela ne veut pas dire que moi aussi je le pense !!

Zorkot Mohamed

Je pense qu'il faut arrêter de prendre l'Iran comme bouc émissaire. Chaque pays du proche et moyen orient s'immice dans les affaires internes de l'autre ce n'est pas nouveau et ce n'est pas l'Iran qui l'a inauguré. Le Hezbollah est présent dans la région pour combattre daesh tout le monde le sait et les victoires l'attestent. Cette soi disant ingérence c'est purement humanitaire et religieux pour aider les opprimés de la région, parce que l'imam Hussein et sa famille sont mort opprimés. Pleins de gens sont morts opprimés. Mais ce n'est pas tout le monde qui le comprend de cette façon dommage.

Zorkot Mohamed

Bon le sayed a tout dit tout est clair et net il n'y a plus rien a ajouter.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DES DIVAGATIONS DIVINES A LA PELLE ! IL SE FAIT DE LA BILE POUR LES 10500.- TUES YEMENITES ET IL IGNORE LES 500000.- TUES DU PEUPLE SYRIEN, LES CENTAINES DE MILLIERS DE BLESSES ET DE DISPARUS ET LES MILLIONS DE REFUGIES DONT IL A PARTICIPE DIVINEMENT AU MASSACRE !
ET ILS NE FONT POINT PARTIE DE L,E.I.... IL NOIRCIT L,IMAGE DU PAYS DANS LE MONDE... ET QUE QUALIFIE-T-ON LES INTERVENTIONS MILITAIRES D,UNE MILICE ETRANGERE A LA SOLDE D,UN PAYS ETRANGER DANS LES
PAYS REGIONAUX SINON DE TERRORISME ? S,ETONNER N,EST QU,ESSAYER DE SE RIRE DE L,INTELLIGENCE DES AUTRES ... QUAND A L,INTERVENTION AU YEMEN IL L,AVAIT CONFIRME LUI-MEME A MAINTES REPRISES... IL ENTRAINE LE PAYS AVEC SA FORMATION DANS L,ABYSSE !

C.K

Les armes de HN sont pointées contre la tempe du Liban et c'est la seul otage qui compte pour lui, en dépit de son sourire bonasse,,,,enfin pas sur la photo.

Bery tus

nous sommes tous contre la qualification du hezbollah comme etant organisation terroriste ca on est d'accords mais il faut aussi dire haut et fort que le hezb s'ingere dans les pays arabe ou le liban se doit de maintenir une bonne relation ne serais ce que pour les expat travaillant dans le GCC ... combien travaillent EN iran... pas POUR l'iran!?!

concernant la ligue arabe nous nous devons de suivre ces règlements etant membre fondateur de cette ligue, oui elle a commis des erreurs, il y a des lacunes a combler c'est clair elle n'est pas parfaite !!

quand aux iraniens affirmant "qui t'ecoute" en parlant de la ligue arabe QU'IL SE MELE DE LEURS AFFAIRES D'ABORDS ET QU'ILS ARRETENT DE PRENDRE LA CAUSE PALESTINIENNE COMME LEUR CHEVAL DE BATAILLE CONTRE LES ARABES CAR PENDANT CE CONFLIT VOUS LES IRANIENS AVAIENT VENDU DU PETROLE CONTRE $$$ ET ARMES A ISRAEL ...

michel raphael

MR NASRALLAH ET SA LIGUE ARABE POURAIENT ILS TOUT LES 2
NOUS LAISSER TRANQUILLE???

DEPUIS PLUS D'UN DEMI SLECLE QUE CE GRAND LIBAN VIT DANS CETTE MEME ATMOSPHERE DE"""VAT EN GUERRE""...

DEPUIS PLUS D'UN DEMI SIECLE QUE CE GRAND LIBAN VIT AVEC CET ADAGE BIEN ARABE ::"ELLE TOMBE ENCEINTE DANS LE COSMOS MAIS ACCOUCHE CHEZ NOUS""...

DEPUIS PLUS D'UN DEMI SIECLE QUE NOUS,,COMME DE VULGAIRES MASOCHISTES,,ON SE MELE DES AFFAIRES DES AUTRES ET ON SE BAGARE POUR EUX ,,,SANS EUX,,COMME EUX ET SOUVENT MEME SANS EUX...,,,

JE CROIS QUE LA COMEDIE A ASSZ DURE...


un citoyen du petit LIBAN


carlos achkar

Pour une fois, je suis d'accord avec le Sayyed. Que la ligue arabe nous laisse tranquille, elle qui n'a jamais rien fait pour le Liban. Une ligue arabe qui ne sert absolument à rien sauf à proclamer des résolutions inutiles.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

L’édito de Émilie SUEUR

La double peine des Syriennes

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.