Rechercher
Rechercher

À La Une - repère

Hariri de retour au Liban, et après ?

Trois scénarios sont envisageables.

Le Premier ministre libanais Saad Hariri, dont la démission le 4 novembre depuis Riyad a pris de court son pays et la communauté internationale, est rentré mardi 21 novemvre au Liban pour la fête de l'Indépendance célébrée le lendemain. AFP / JOSEPH EID

Le Premier ministre libanais Saad Hariri, dont la démission le 4 novembre depuis Riyad a pris de court son pays et la communauté internationale, est retourné mardi soir au Liban pour la fête de l'Indépendance, célébrée mercredi, après une médiation de la France. Le président Michel Aoun attendait ce retour avant d'accepter sa démission, la tradition voulant que celle-ci soit remise par écrit et sur le sol libanais, ce qui n'a pas été le cas.

Que va faire le chef de gouvernement démissionnaire? Dans le pays profondément divisé entre le camp emmené par M. Hariri et celui dirigé par son rival le Hezbollah chiite pro-iranien, trois scénarios sont envisageables.


Nouveau gouvernement sans Hariri

Si M. Hariri maintient sa démission, son gouvernement se chargera des affaires courantes.

"Quand le Premier ministre présente sa démission, il est naturel que le président le charge de diriger un gouvernement d'affaires courantes", explique à l'AFP l'expert constitutionnel Edmond Rizk.
Or la démission d'un Premier ministre à partir d'un sol étranger est sans précédent dans l'histoire du Liban, soulevant des interrogations sur la recevabilité de celle-ci par le chef de l'Etat.

Le Liban étant une démocratie parlementaire, le président de la République doit ensuite entamer des consultations avec les députés de tous bords en vue de nommer un nouveau Premier ministre.
Parmi les possibles candidats, les ex-Premiers ministres Fouad Siniora, un des "faucons" du camp emmené par M. Hariri et hostile au Hezbollah, ou Najib Mikati, une figure sunnite plus acceptée par le parti chiite.


Retour de Hariri après compromis

Au Liban, pays aux équilibres confessionnels fragiles, l'élection du président (chrétien) et la nomination du Premier ministre (sunnite) font l'objet de tractations laborieuses entre différents partis politiques. Le processus peut prendre du temps.

Le pays était resté plus de deux ans sans président, avant qu'un accord en 2016 entre les deux camps rivaux ne permette d'élire M. Aoun à la présidence. Par la suite, M. Hariri, un protégé de Riyad, a été nommé Premier ministre à la tête d'un gouvernement comprenant son rival, le Hezbollah.

Si les députés choisissent de nouveau M. Hariri, "il devra former un nouveau gouvernement. Ce pourrait être une sortie" de crise, précise M. Rizk.

Mais les négociations en vue d'un nouveau gouvernement se heurteront une fois de plus aux sujets qui fâchent et qui sont à l'origine de la démission de M. Hariri, notamment les accusations d'ingérence du Hezbollah dans des conflits qui déchirent le Moyen-Orient, comme en Syrie et au Yémen.

Poids lourd de la politique libanaise, le Hezbollah est le seul mouvement à ne pas avoir déposé les armes après la guerre civile libanaise (1975-1990). Son arsenal est la principale pomme de discorde au Liban.
En démissionnant, M. Hariri avait dénoncé la "mainmise" de l'Iran et de son allié du Hezbollah sur le Liban.


Retour sur sa démission

M. Hariri peut tout simplement revenir sur sa démission. C'est ce qu'il a fait entendre, en posant notamment comme condition le respect d'une "politique de distanciation" vis-à-vis des conflits régionaux, une allusion claire au Hezbollah.

"Je ferai connaître ma position après m'être entretenu avec le président Michel Aoun, avait-il lancé samedi dernier depuis Paris. Vous savez que j'ai présenté ma démission et on en discutera au Liban".

Un appel reçu favorablement lundi soir par le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah. "Nous sommes ouverts à tout dialogue, toute discussion dans le pays".

 

NB : Cet article a été actualisé dans la nuit de mardi à mercredi. 

 

Lire aussi
Les obligations de la classe politique libanaise, l’édito de Émilie SUEUR

La récente crise a renforcé les liens entre les responsables..., le décryptage de Scarlett HADDAD

De la difficulté de former un gouvernement sous la nouvelle pression arabe...

Au Caire, le Liban évite le pire : assumer la responsabilité des activités du Hezbollah

L’initiative de Paris se poursuivrait après le retour de Hariri à Beyrouth

Aoun à Aboul Gheit : Le Liban n'est pas responsable des conflits dans certains pays arabes


Le Premier ministre libanais Saad Hariri, dont la démission le 4 novembre depuis Riyad a pris de court son pays et la communauté internationale, est retourné mardi soir au Liban pour la fête de l'Indépendance, célébrée mercredi, après une médiation de la France. Le président Michel Aoun attendait ce retour avant d'accepter sa démission, la tradition voulant que celle-ci soit remise...

commentaires (6)

"Nous sommes ouverts à tout dialogue, toute discussion dans le pays". A condition, bien sûr que l'on ne remette pas en cause notre droit fondamental de posséder des armes ni celui, non moins évident, de soutenir militairement tous les mouvements révolutionnaires chiites deans les pays du P-O!

Yves Prevost

07 h 09, le 22 novembre 2017

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • "Nous sommes ouverts à tout dialogue, toute discussion dans le pays". A condition, bien sûr que l'on ne remette pas en cause notre droit fondamental de posséder des armes ni celui, non moins évident, de soutenir militairement tous les mouvements révolutionnaires chiites deans les pays du P-O!

    Yves Prevost

    07 h 09, le 22 novembre 2017

  • si je puis me permettre, les armes du hezb avec leurs combattants devraient intégrer l'armée ce ne serait pas difficile puisque celui ci partage deja certaines strategie et la confiance ... n'oublions pas aussi une autre garantie c'est le mandat Aoun leur allies donc pourquoi ne pas essayer .. ils peuvent revenir sur leur decision si ca marche pas non !?!

    Bery tus

    20 h 43, le 21 novembre 2017

  • A MON AVIS, LE HEZB NE DESARMERA MAIS DEJA IL REFUSE QUE LE MONDE EN DEBATE "SEULEMENT AVEC HARIRI" LA MEME PERSONNE QUE CES MEMES MOUMANA3ISTES VOULAIENT ENTERER POLITIQUEMENT ET QUI ETAIT SUJET A TOUS LES DENIGREMENTS DE CES MEMES PARTIS !!! NE PENSEZ PAS QUE CES PARTIS ONT SOUDAINEMENT AIMER HARIRI ... MALHEUREUSEMENT JE NE VOIS PAS UNE SORTIE DE L'EMPRISE DE L'IRAN SANS UNE AUTRE REVOLUTION DU PEUPLE D'AILLEURS QUAND UN PEUPLE ASPIRE A LA LIBERTER IL FAIT UNE REVOLUTION ORGANISER TOUT COMME EN 2005 ...

    Bery tus

    19 h 10, le 21 novembre 2017

  • M. Hariri peut tout simplement revenir sur sa démission. C'est ce qu'il a fait entendre, en posant notamment comme condition le respect d'une "politique de distanciation" vis-à-vis des conflits régionaux, une allusion claire au Hezbollah AU PAYS DU FOLKLORE DU VIVRE ENSEMBLE,DES COMPROMIS ET DES COMPROMISSIONS TOUS AZIMUTS SAAD HARIRI NE PEUT QUE RECOMMENCER SON NUMÉRO DE CONCESSIONS DE CAPITULATION ET DE SOUMISSION DEVANT LE PARTI DU DIABLE POUR POUVOIR REVENIR ET RESTER AU POUVOIR ET CE ÉVIDEMMENT ET COMME TOUJOURS AU NOM DE L'INTÉRÊT SUPÉRIEUR DE LA NATION LE PROBLEME C'EST QUE APRÈS L'INCIDENT DE LA FUSÉE BALISTIQUE , BEN SALMAN N'EST PLUS DISPOSEE A AVALER CETTE COMPROMISSION HARIRIENNE QUI CONSTITUE UNE COUVERTURE GROSSIÈRE POUR LES ACTIVITÉS TERRORISTES DU PARTI DU DIABLE AU YÉMEN LA SEULE SOLUTION VIABLE POUR SAAD HARRIRI POUR COHABITER ET SURVIVRE ENSEMBLE AVEC LES PARTI DU DIABLE C'EST DONC DE TERGIVERSER AUTANT QUE POSSIBLE EN TANT QUE CHEF D'UN GOUVERNEMENT D'AFFAIRES COURANTES APRÈS LE MOUVEMENT EN MARCHE QUI A SI BIEN RÉUSSI MACRON EN FRANCE , SAAD HARIRI POURRA AINSI LANCER EN TOUTE BONNE CONSCIENCE SON MOUVEMENT EN..... COURSE AU LIBAN

    Henrik Yowakim

    18 h 36, le 21 novembre 2017

  • JE SUIS PESSIMISTE me dit on . peut etre. mais vraiment, est ce que le ton railleur et sarcastique de nasrallah hier laisse un brin d'espoir quant a ne serait ce qu'une ebauche de changement d'attitude- pour le moins verbale, pr ex. cesser les diatribes insultantes contre les saoudiens ? didn't think so !

    Gaby SIOUFI

    16 h 03, le 21 novembre 2017

  • REVENT QUI CROIENT QUE LE HEZBOLLAH VA SE CONFORMER AUX EXIGENCES ARABES DANS L,ACTUEL GOUVERNEMENT OU TOUT NOUVEAU... IL POURRAIT JETER UN PEU DE LEST INSIGNIFIABLE, LE SPECTRE DES ARMES Y RESTANT LE FACTEUR DETERMINANT DANS LA FRAGILE COEXISTENSE !

    OLJ, SOUTENEZ-NOUS POUR QUE NOUS VOUS SOUTENIONS.

    15 h 36, le 21 novembre 2017

Retour en haut