X

Liban

De la difficulté de former un gouvernement sous la nouvelle pression arabe...

La situation
20/11/2017

Avec le retour demain soir ou mercredi matin à Beyrouth du Premier ministre démissionnaire Saad Hariri, une nouvelle page politique doit forcément commencer à s'écrire et s'imprimer, s'articulant autour de la double trame induite par la démission-surprise du chef du gouvernement, il y a un peu plus de deux semaines, et le réquisitoire hier de la conférence ministérielle de la Ligue arabe contre le Hezbollah « terroriste, un partenaire dans le gouvernement libanais ».

Le Liban officiel, qui a sciemment ignoré pendant deux semaines les points développés par Saad Hariri pour expliquer sa décision, laquelle avait pris de court l'ensemble de la classe politique, à savoir en substance « le rôle déstabilisateur du Hezbollah au double plan local et régional », ne peut plus se permettre de continuer de pratiquer la politique de l'autruche qu'il a décidé de suivre depuis le 4 novembre, en faisant passer la forme avant le fond, c'est-à-dire en se concentrant sur les conditions, certes inhabituelles, de la démission, et en accusant sans relâche l'Arabie saoudite de « séquestrer » Saad Hariri après l'avoir « contraint à la démission ».

Le Premier ministre aurait bien pu, ou pas, être contraint de démissionner, le fait est que la succession des événements au cours du week-end qui vient de s'écouler a relégué ce point au deuxième plan. D'abord parce qu'elle a recentré le problème, au cœur duquel se situent l'Iran et le Hezbollah, et par ricochet le Liban, et mis en relief un début d'internationalisation de la crise née du bras de fer irano-saoudien.
Il y a d'abord eu le départ de Saad Hariri pour Paris où il a annoncé qu'il sera présent après-demain mercredi à Beyrouth pour le défilé de l'Indépendance, et où il a été reçu en compagnie de son épouse et de son fils aîné à l'Élysée. Paris s'est prononcé sans détour par la suite pour la politique de distanciation prônée par le Liban, mais foulée au pied par le Hezbollah. « Il faut que le Liban puisse retrouver sa stabilité (...) et être protégé des dangers que peuvent comporter pour lui les crises régionales. La politique de distanciation est extrêmement importante », a déclaré samedi un haut fonctionnaire de la présidence française de la République à notre collègue Sandra Noujeim, présente à Paris. « En même temps, Emmanuel Macron poursuit ses contacts permanents avec les dirigeants de la région et nous continuons à prendre toutes les initiatives que nous jugeons nécessaires pour la stabilité du Liban. Pour nous, l'essentiel est de protéger la stabilité du Liban de l'effet des crises régionales », a ajouté le haut fonctionnaire.

(Lire aussi : Rifi à « L'OLJ » : Il fallait au moins respecter le principe de distanciation, ce que le Hezbollah n'a pas fait)

Cabinet prisonnier

Après son audience avec Saad Hariri, le président français a eu des entretiens téléphoniques avec ses homologues libanais, Michel Aoun, américain, Donald Trump, et égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, qui doit recevoir M. Hariri demain mardi au Caire, ainsi qu'avec le prince héritier saoudien Mohammad ben Salmane, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, qui a pris contact à son tour hier soir avec le président Aoun pour lui faire part du soutien des Nations unies à la stabilité politique et à la sécurité du Liban.

Selon un communiqué de la Maison-Blanche, MM. Macron et Trump se sont entendus pour « œuvrer avec leurs alliés afin de faire face aux activités du Hezbollah et de l'Iran qui déstabilisent la région ». Emmanuel Macron devait dans ce même cadre formuler le souhait que Téhéran « ait une stratégie régionale moins agressive ». Une façon très diplomatique de faire référence aux ingérences de la République islamique d'Iran dénoncées dans les termes les plus virulents hier lors de la conférence ministérielle extraordinaire de la Ligue arabe, convoquée à la demande de l'Arabie saoudite, avec, à l'ordre du jour, un seul point : les immixtions iraniennes destructives dans les affaires des pays arabes.

En dépit des contacts intensifs effectués par le chef de la diplomatie, Gebran Bassil, avec un certain nombre de ses homologues et du ton très apaisant du délégué permanent du Liban à la Ligue arabe, Antoine Azzam, les ministres arabes ont dressé un véritable réquisitoire contre le Hezbollah qu'ils ont assimilé aux gardiens de la révolution iraniens, mettant l'accent sur son rôle destructeur et déstabilisant, en l'accusant, au même titre que les pasdaran, de « financer et d'entraîner des groupes terroristes à Bahreïn ».
Ce que le Liban a réussi cependant à arracher aux ministres réunis – en l'absence de M. Bassil – c'est qu'on ne lui attribue pas la responsabilité des activités du Hezbollah. La conférence ministérielle a cependant pris soin de signaler dans son communiqué final que la formation chiite, « accusée aussi de fournir aux groupes terroristes dans les pays arabes des armes sophistiquées et des missiles balistiques », est un « partenaire » au sein du gouvernement libanais.

(Lire aussi : L'initiative de Paris se poursuivrait après le retour de Hariri à Beyrouth)

Le discours, ce soir, de Nasrallah

Un gouvernement qui se voit malgré lui prisonnier de cette dynamique régionale et internationale qui s'est mise en place au cours du week-end. Saad Hariri, qui a promis de façon énigmatique à partir de l'Élysée de faire connaître sa position après son entretien mercredi avec le président Aoun, voit ainsi sa marge de manœuvre encore une fois (dé)limitée par les exigences d'un alignement sur la politique arabe dont le Liban s'est targué en permanence. S'il est vrai qu'il maintient sa démission et qu'il serait prêt à s'engager dans un dialogue avec ses partenaires politiques pour la formation d'un nouveau cabinet dont il serait le président, c'est à un véritable jeu d'équilibriste qu'il doit se livrer.

Encore qu'il faudra au préalable voir quelle sera la réaction du Hezbollah à l'offensive diplomatique menée contre lui et qui risque de se transposer à l'ONU, conformément au vœu des ministres arabes des Affaires étrangères. Le secrétaire général de la formation chiite, Hassan Nasrallah, doit s'exprimer ce soir à 18h00, dans le cadre d'une intervention télévisée très attendue, dans la mesure où elle devrait montrer si le Hezbollah fera ou non primer l'intérêt du Liban, ou s'il entraînera le pays dans sa confrontation avec le monde arabe et occidental. De sources informées, on indique que Hassan Nasrallah pourrait annoncer ce soir, dans le sillage de la reprise du contrôle total de Boukamal, dernier bastion d'importance de l'État islamique, un retrait de son parti de Syrie.

 

Lire aussi

Les enfants de Jacques Chirac, l'édito de Ziyad Makhoul

Démission de Hariri : la fin d'un épisode, mais le feuilleton continue, l'éclairage de Scarlett Haddad

Pour le 8 Mars, « Hariri peut discuter seul des armes du Hezbollah »

Au Caire, le Liban évite le pire : assumer la responsabilité des activités du Hezbollah

Lire aussi

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

carlos achkar

Il est certain que le Hezbollah ne primera jamais les intérêts du Liban avant celui de l'Iran.
Sans une guerre contre cette milice (qui détruira le Liban), il n'y aura aucun espoir pour édifier un Etat libanais.

gaby sioufi

, Antoine Azzam : Bassil « a réussi une grande manœuvre ,Nous lui devons une fière chandelle car sans ces pourparlers, nous aurions fait face à une grande crise politique »

"" En dépit de contacts Bassil, les ministres arabes ont dressé un véritable réquisitoire contre le Hezbollah ""

encore et encore, l'enorme fosse evident qui separe la"version" -victorieuse- du POUVOIR , il s'agit bein de ca ET celle des "autres",

sans oublier un element IMPORTANT: le silence leger ou lourd( C selon ) observe par les FL, Kataeb, Frangieh : COMMENT expliquer cela ?

Pierre Hadjigeorgiou

Que le Hezbollah ramène ses troupes au Liban ou pas n'est plus la question. La question est la remise de ses armes sous contrôle totale de l’armée et sans conditions aucunes. N'importe quoi d'autre ne peut être considéré comme une solution. Sinon le retour de quelque 5, 10 ou 15 milles voyous, sans fois ni lois, ne ferait que préparer la nouvelle guerre civile qui, cette fois, dépassera les niveaux de violence jamais vécus avant cela... Le Liban se retrouvera dans la même situation que la Syrie mais avec d'autres acteurs... Hassouna étant totalement inféodé au Fakih, tout dépendra donc des ordres reçus et de leurs portées stratégiques relatives aux intérêts Iraniens.

Henrik Yowakim

De la difficulté de former un gouvernement sous la nouvelle pression arabe

FORMER UN GOUVERNEMENT ET NOMMER UN CHEF DE GOUVERNEMENT POUR FAIRE QUOI ?????

POUR COUVRIR LES ACTIVITÉS CRIMINELLES DE LA MILICE DU DIABLE ?????

COMME QUAND EN 2OO5 CONTRE LA VOLONTÉ DE LA MAJORITÉ DES LIBANAIS ELLE A PERMIS GRÂCE A SON FUSIL DE SAUVER LE RÉGIME ILLÉGITIME ET CHANCELANT DU PANTIN BAASSYRIEN LAGHOUSS DU NAUFRAGE DANS LEQUEL IL SOMBRAIT ?????

COMME QUAND LA MÊME ANNÉE IL REMERCIAIT L'OCCUPANT BAASSYRIEN POUR SES BONS ET LOYAUX SEVICES,HORREURS , CRIMES DE GUERRE ,ATROCITÉS ET CRIMES CONTRE L'HUMANITÉ COMMIS SUR LE SOL LIBANAIS?????

COMME QUAND AVANT D'AUTRES DÉFILÉS DE CHEMISES NOIRES IL ENVAHISSAIT LE 7/5/2OO7 LES RUES DE LA CAPITALE BEYROUTH ET MASSACRAIT DE PAISIBLES CITOYENS LIBANAIS AU NOM DE LA PSEUDO RÉSISTANCE CONTRE L'ENNEMI SIONISTE ET SOUS LE REGARD INDIFFÉRENT DES SERVICES DE SECURRITE ?????

AVANT TOUT QUESTIONNEMENT SUR LA NOMINATION DU CHEF ET LA FORMATION D'ÉVENTUELS GOUVERNEMENTS QUE L'ON COMMENCE PAR POSER LA QUESTION CRUCIALE ET VITALE DU DÉSARMEMENT DE CETTE MILICE DU DIABLE, VÉRITABLE FLÉAU POUR LA DÉMOCRATIE ET LA SÉCURITÉ DES CITOYENS LIBANAIS.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

FAIRE PARTIE DU GOUVERNEMENT LIBANAIS ET INTERVENIR ET GUERROYER DANS LES PAYS ARABES CA NE VA PLUS... IL EST DEMANDÉ A TOUS LES LIBANAIS SANS EXCEPTION DE CONFIRMER LEUR APPARTENANCE NATIONALE ! LEBNEN AWALAN !

Yves Prevost

Je pense qu'attendre que le Hezbollah fasse primer l'intérêt du Liban est rêver au Père Noël. Cela ne s'est jamais vu et a peu de chances de se voir un jour.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.