X

Liban

Le très lourd silence de Saad Hariri...

Gouvernement

Le PM démissionnaire pourrait regagner Beyrouth dans les prochaines heures, selon des informations non confirmées.

06/11/2017

Le Premier ministre démissionnaire Saad Hariri a mis fin hier soir aux rumeurs les plus folles ayant ponctué la journée – notamment son arrestation à Riyad – et qui ont été surtout alimentées par son silence radio, en publiant sur son compte Twitter une photo de lui aux côtés du nouvel ambassadeur d'Arabie saoudite au Liban, Walid ben Mohammad el-Yaacoub, qui venait de prêter serment devant le roi Salmane. Des rumeurs qualifiées de « grotesques » dans son entourage, qui assurait que Saad Hariri a annulé tous ses déplacements professionnels et non pas personnels.

L'incertitude persiste cependant quant à son éventuel retour à Beyrouth où l'on commence d'ores et déjà à se concerter officieusement au sujet du nouveau cabinet, alors que le président Michel Aoun refuse toujours de se prononcer au sujet de la démission tant qu'il n'a pas pris connaissance par Saad Hariri lui-même des raisons qui l'ont poussé à rendre son tablier. À ce propos, des informations font état d'un prochain retour du Premier ministre démissionnaire. De sources proches du courant du Futur, on indique que M. Hariri pourrait regagner la capitale dans les prochaines heures, mais qu'il n'est pas possible de le confirmer pour des raisons de sécurité.

(Lire aussi : Démission de Hariri : quelles conséquences sur l'économie)

Entre-temps, apparemment soucieux de préserver la sécurité et la stabilité du pays que la démission haririenne a projeté au cœur du bras de fer saoudo-iranien, le chef de l'État a multiplié hier les contacts politiques et diplomatiques. Michel Aoun s'est notamment entretenu avec le roi Abdallah II de Jordanie et le président égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, et doit présider aujourd'hui à Baabda une réunion de sécurité. Le même souci de stabilité a été exprimé par le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, dont le discours a surtout reflété la volonté de la formation chiite de calmer le jeu tant que le tableau de la démission-surprise reste flou. Est-elle motivée par des considérations de sécurité ? Saad Hariri s'est-il retrouvé malgré lui instrumentalisé par l'épreuve de force régionale, à cause de facteurs liés ou non à la purge en cours en Arabie saoudite ? Autant de questions qui se posent et qui ont été relayées par un Hassan Nasrallah, qui, sans attaquer l'Arabie saoudite comme il le fait depuis quelque temps, n'a pas manqué de rappeler indirectement sa puissance militaire sous le couvert d'une mise au point relative à son entretien la veille avec des représentants de la Brigade libanaise pour la lutte contre l'occupation israélienne.

Le bloc parlementaire du Futur, qui a tenu une nouvelle réunion en soirée à la Maison du centre, a mis en garde à ce propos contre les dangers auxquels le Liban est exposé « à cause de la rupture de l'équilibre politique interne et des dangers découlant de la montée de l'implication de l'Iran et du Hezbollah dans les conflits en cours dans la région ».

 

Lire aussi

L'assassinat de Rafic Hariri, acte II, l'édito de Ziyad Makhoul

Mohammad ben Salmane, ou l'hubris du pouvoir, le commentaire d'Anthony Samrani

Quand un tweet de Hariri lève (juste) un pan du mystère

Démission de Hariri : quelles conséquences sur l'économie

Il sera « difficile » de nommer le prochain Premier ministre, estiment les milieux sunnites

Nasrallah : La démission de Hariri a été imposée par Riyad

Hamadé : Le gouvernement « en suspens » et les élections incertaines

Démission de Hariri : « Un signal d'alarme », selon Netanyahu

Démission de Hariri : ce qu'en dit la presse locale et régionale

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

FAKHOURI

Monsieur Saad Hariri, doit appliquer une règle de silence total, s'occuper de son parti et faire alliance avec Rifi, en attendant que les "grands" gestionnaires actuellement au pouvoir se déchirent
Si Saad Hariri parle, il s'exposera à ces empêcheurs de tourner en rond

Eleni Caridopoulou

Mr. Aoun ne peut rien faire il faut qu' il demande au Hezbollah et l' Iran alors que Mr Nasrallah arrete de s'en prendre à l'Arabie Seoudite

Pierre Hadjigeorgiou

S'il est parti et a démissionné a partir d'Arabie Saoudite c'est qu'il devait avoir ses raisons. A supposer qu'en effet il y ait eu tentative d'assassinat se préparant contre sa vie, son départ et sa démission ont sauvé le Liban d'un embrasement que toutes les armes du Hezbollah n'aurait pu arrêter. Mieux vaut prévoir que guérir et Hariri a fait au mieux pour éviter plus de catastrophes. Dans tous les cas, le Liban ne va pas bien. La dite nouvelle loi électorale est un flop, la grille des salaires une aberration, l’économie s’écroule et les groupes mafieux pullules, l'électricité toujours dans la mouise et la corruption a atteint un niveau jamais égalé dans l'histoire du pays. L'erreur essentielle des partis du 14 Mars depuis 2005 est d'avoir accepter de composer avec le Hezbollah dans les gouvernements qui se sont succédés. maintenant le Liban en entier est a nouveau otage comme il l'a été dans les années 60-70 avec les Palestiniens, par après de la Syrie et maintenant de l'Iran... Espérerons que se seront les derniers.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TOUT PROUVE QU,IL A ETE POUSSE OU OBLIGE A LA DEMISSION... MAIS OPTE OU OBLIGE LE PROBLEME RESTE LE MEME... AUCUN NOUVEAU GOUVERNEMENT NE POURRAIT ETRE CONSTITUE AVEC LA PARTICIPATION DE LA MILICE ARMEE...

OPTION POTION

Alors que tout commencait à aller mieux pour le Liban , les elections , le dossier des ressources gaz et petrole etc...on se rend compte que celui qui veut donner le coup de pied dans la fourmilière est vert de rage de voir le Liban s'en sortir à si bon compte , en prouvant qu'il se passe aisément des services de la bensaoudien bien en mal .

Khlat Zaki

Aux scénaris allant de vraisemblables à grotesques, en vigueur, pourquoi ne pas ajouter un nième qui aurait le mérite de relever du rêve impossible d'une nuit d'automne façon Gérard de Villiers:
La démission serait une manœuvre chronométrée à suivre d'un retour héroïque où en serait proposé le retrait à la condition d'un véritable alignement du Liban sur la diplomatie saoudienne.
La balle est alors dans le camp du pouvoir.....!?
Au secours SAS!

Antoine Sabbagha

Oui il faut attendre le retour du premier ministre avant de juger son Silence effarant .

Sarkis Serge Tateossian

Le plus important reste la sécurité du premier ministre libanais démissionnaire (ou pas). Qu'il puisse rentrer dans les meilleurs délais, chez lui au Liban auprès de ses proches et famille après un tel voyage un peu spécial... Et éprouvant

Marionet

Moi je relèverais plutôt le très lourd silence du président Aoun. Le pays bruisse de rumeurs anxiogènes et des plus folles et le PR se tait. Dans la communauté sunnite, M. Mikati a d'ores et déjà parlé d'un futur gouvernement neutre ce qui tend à prouver que les Sunnites n'entendent pas pratiquer la politique de la chaise vide. Pour la communauté chiite, M. Nasrallah s'est également exprimé et, tout en avouant ne pas comprendre, il n'avait pas l'air plus inquiet que ça. Et pendant ce temps, silence radio du côté de Baabda. Il est du devoir du chef de l'État de s'adresser à ses compatriotes pour montrer qu'il reste Maître à bord et que le navire ne prend pas l'eau, sans forcément prendre position sur ce qu'il faut désormais appeler l'affaire Hariri. Hariri s'en est allé. Pourquoi? On le saura ou non mais il n'y a pas mort d'homme et le pays reste. Le président doit trouver les mots pour le dire au peuple.

Aref El Yafi

Qu’on soit politiquement pour ou contre, une chose est certaine. Saad Hariri est notre président du conseil des ministres. Saad Hariri doit rentrer au Liban le plus vite possible. Saad Hariri doit reformer le prochain gouvernement. Le président Michel Aoun devrait œuvrer pour revenir rapidement aux fondements du compromis politique qui lui a permis d’assumer la présidence de la République.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pour ses proches, Aoun ne cédera pas

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué