X

Économie

Le blocus ne devrait pas menacer les exportations de gaz du Qatar

Éclairage
OLJ
07/06/2017

Le blocus diplomatique et économique du Qatar, décidé par l'Arabie saoudite et ses alliés, aura un sévère impact à court terme sur les importations de nourriture, mais les exportations de gaz et de pétrole du petit émirat ne devraient pas souffrir.

La décision coupe le seul accès terrestre pour le Qatar, menaçant ainsi ses importations de produits alimentaires frais et de matières premières nécessaires pour ses projets d'infrastructure de quelque 200 milliards de dollars liés au Mondial 2022 de football, selon des analystes.

Mais les exportations qataries de gaz naturel liquéfié (GNL) et de pétrole, qui procurent plus de 90 % des revenus publics, resteront quasiment intactes. « Environ 40 % de l'approvisionnement alimentaire du Qatar transite par la frontière terrestre avec l'Arabie saoudite », selon une étude d'Anthony Skinner, directeur pour le Moyen-Orient du cabinet de conseil Verisk Maplecroft, citée par l'AFP. Désormais, les autorités qataries « dépendront de plus en plus du fret maritime et aérien, ce qui augmentera les coûts et l'inflation », explique M. Skinner.

 

(Lire aussi : Riyad persiste et signe : Doha doit « changer sa politique »)

 

L'impact a été immédiat puisque des habitants de Doha, paniqués, ont dès lundi pris d'assaut les supermarchés pour se faire des stocks en vivres malgré les assurances du gouvernement qu'il n'y aurait pas de pénurie. L'alternative pour le Qatar est d'importer des vivres d'Iran ou de Oman par voie maritime, et par avion depuis la Turquie, l'Europe et l'Asie du Sud-Est. Un responsable iranien a déjà fait savoir que son pays était prêt à approvisionner le Qatar par bateau, une traversée de 12 heures.

Riyad et ses alliés ont suspendu les liaisons aériennes avec le Qatar et fermé les bureaux de Qatar Airways (voir page 6). Selon M. Skinner, ces mesures obligeraient la compagnie aérienne – déjà affectée par l'interdiction à bord des ordinateurs portables décidée par l'administration Trump – à changer de route, causant des surcoûts d'exploitation.

Bien que les échanges commerciaux du Qatar avec ses voisins du Golfe soient limités, ses exportations vers l'Arabie saoudite, estimées à 896 millions de dollars par l'ONU, seront réduites à zéro. La fermeture du poste-frontière avec l'Arabie saoudite forcera en outre les constructeurs de projets d'infrastructure à importer leurs matériaux par mer, relevant les prix et retardant potentiellement ces projets, a indiqué M. Skinner.

 

(Lire aussi : Les véritables raisons de la colère saoudienne contre le Qatar, le décryptage de Scarlett HADDAD)

 

Gazoduc avec les EAU
Mais il n'y aura pas d'impact sur les livraisons énergétiques du Qatar, qui transiteront par le détroit d'Ormuz en route pour le Japon et l'Asie du Sud-Est. Premier exportateur mondial de GNL, le Qatar en livre annuellement 80 millions de tonnes par méthaniers, mais seules 10 % sont destinées à des pays du Moyen-Orient, dont les Émirats arabes unis et l'Égypte. Sa production pétrolière est de quelque 600 000 barils par jour.
« Je ne vois aucune menace pour les lignes d'exportation d'énergie du Qatar, qui continuera à approvisionner ses principaux clients en Asie », a dit l'expert koweïtien Kamel al-Harami à l'AFP.

Par gazoduc, le Qatar exporte quelque 88 millions de mètres cubes de GNL par jour aux Émirats arabes unis et à Oman. L'Égypte a importé l'an dernier 60 % de ses besoins en GNL du Qatar. Des responsables qataris et émiratis ont indiqué hier à Reuters que le gazoduc continuait à fonctionner et qu'aucune suspension de son activité n'était prévue. « Il est difficile pour les Émirats d'arrêter leurs importations de gaz du Qatar, surtout pendant les mois d'été. Il n'y a pas d'alternative », a affirmé M. Harami.

Le Qatar, qui dispose d'environ 350 milliards de dollars investis à l'étranger, pourrait toutefois voir son secteur bancaire souffrir de la crise, selon James Dorsey du S. Rajaratnam School of International Studies à Singapour. « Les banques du Qatar, déjà en difficulté avec la baisse des réserves de trésorerie et des taux d'intérêt élevés, pourraient être durement touchées si l'Arabie saoudite et les Émirats choisissaient de retirer leurs dépôts », a indiqué M. Dorsey à l'AFP.

La Banque centrale saoudienne a ordonné hier aux banques du royaume de ne plus traiter avec les banques qataries en riyals qataris. Selon Reuters, la Banque centrale émiratie préparait hier une circulaire sur ce sujet.

 

 

Lire aussi

Téhéran espère tirer profit de la crise entre Doha et ses voisins

 

Dans le gigantesque aéroport Hamad, un calme inquiétant

 

Quand le funambule qatari vacillel'édito d'Emilie SUEUR

 

Quelles répercussions de la crise du Golfe sur les Libanais ?

 

Pourquoi l'axe Riyad/Abou Dhabi/Le Caire tord le bras du Qatar

 

À Riyad, l’heure n’est plus aux compromis

 

Si le Liban était notifié d’une demande saoudienne à l’encontre du Qatar, il opterait pour la distanciation

 

La mise au ban du Qatar pourrait lui coûter très cher

 

Après les sanctions, les Qataris se ruent sur les supermarchés

 

Le Conseil des pays du Golfe, une fragile unité à l'épreuve

 

 

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le commandant en chef de l’armée et l’agenda politique

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants