X

Liban

Forcing de la communauté internationale en faveur d’une nouvelle loi électorale

La situation
Fady NOUN | OLJ
21/04/2017

Alors qu'un nouveau compte à rebours a commencé, avec pour horizon le 15 mai, date de la prochaine séance parlementaire, une nouvelle loi électorale acceptée de tous tarde à se concrétiser.

L'Union européenne a encouragé hier, dans un communiqué, les protagonistes de la crise à faire de leur mieux pour qu'une nouvelle loi électorale soit élaborée avant l'expiration du délai qui lui est imparti. Conjuguée à une demande similaire formulée par le Groupe de soutien au Liban, il y a quelques jours, et un appel dans le même sens émanant du représentant de la France à l'ONU (voir par ailleurs), cette demande revêt clairement l'aspect d'un forcing de la communauté internationale.

Le Hezbollah a, lui aussi, fait état de ce délai-limite imparti à la classe politique, mais dans un esprit alarmiste. « Une nouvelle loi électorale avant le 15 mai, sinon... » a-t-il affirmé en substance, sachant que ce parti a fait son choix : ce sera la proportionnelle intégrale ou rien, sinon quelques concessions sur la dimension des circonscriptions électorales.

 

(Lire aussi : Loi électorale, des paroles... et des actes, le décryptage de Scarlett HADDAD)

 

Ainsi, le spectre d'une nouvelle épreuve de force se profile à l'horizon, alors même que le chef de l'État répète, imperturbable, que les Libanais ne doivent pas s'inquiéter, et qu'une nouvelle loi électorale sera prochainement établie.

À supposer que les délais ne sont pas respectés, que peut-il se passer le 15 mai ? Selon certaines sources, une nouvelle confrontation analogue à celle qui a failli se produire le 13 avril n'est pas à craindre. Le ton de la déclaration du Hezbollah, toutefois, laisse craindre le contraire.

Le 13 avril, face à la « rue » chrétienne, précisent ces sources, une « rue » chiite avait été mobilisée et s'apprêtait à empêcher les manifestants hostiles à la prorogation du mandat de la Chambre d'atteindre leurs objectifs et de couper les voies conduisant au Parlement. On imagine facilement ce que ces confrontations auraient pu entraîner, sur le plan de la sécurité, sans compter la cassure confessionnelle qu'elles allaient représenter.

Ainsi, la politique du bord du gouffre qui a marqué les journées précédant immédiatement la décision du président d'user des prérogatives que lui accorde l'article 59 reste une arme à double tranchant. En effet, elle pourrait interdire toute confrontation, en raison de la gravité de la cassure qu'elle risque de produire. Mais elle pourrait tout aussi bien exacerber les antagonismes confessionnels, et, moyennant la moindre provocation, conduire à un grave dérapage.

 

(Lire aussi : Loi électorale : retour à la case départ ? !)

 

Dans les coulisses, selon des sources dignes de foi, il est de plus en plus question de se rabattre sur la loi en vigueur, celle de 1960, qui subirait des amendements substantiels afin d'en améliorer la représentativité. En pareil cas, les élections législatives pourraient être organisées avec un minimum de délais. Ce choix va dans le sens du souhait du patriarche maronite, qui ne veut pas entendre parler d'une nouvelle prorogation, qu'il condamne à l'avance comme « une usurpation du pouvoir », et contre laquelle il s'est engagé à réagir. Pour le patriarche, la loi de 1960 est en vigueur, ce qui est l'évidence même, et entre un vote selon cette loi et la prorogation du mandat de la Chambre, à la recherche d'une hypothétique loi électorale idéale, son choix est fait.

Dans les milieux du CPL, aussi, le ton est alarmiste, et l'on accorde au comité ministériel chargé de négocier une nouvelle loi électorale une semaine de plus, pour y parvenir, sachant que toute la vie politique est suspendue à cette échéance, y compris le Conseil des ministres, qui ne s'est pas réuni cette semaine. Pour le CPL, toutefois, la loi de 1960 n'existe pas, politiquement, et une prorogation du mandat de la Chambre sera une spoliation pure et simple des « droits des chrétiens », ce qui justifiera d'éventuels débordements qui devront être compris comme « des actes de légitime défense ».

 

 

Lire aussi

Voilà pourquoi les partis chrétiens refusent la proportionnelle

Tarek Mitri : Le projet Bassil ressemble à l’apartheid

Les propositions Bassil se suivent... et se ressemblent

La réunion de la Chambre, le 15 mai, serait « plus sage » que celle du 13 avril

Pour la loi électorale, Raï invoque la Bible

Désormais, le tandem chiite ne peut rien imposer à l'alliance CPL-FL, l’éclairage de Philippe Abi-Akl

« Toute prorogation de la législature est une spoliation du pouvoir et de la volonté du peuple », affirme Audi

Pour le PSP, il y a de « l'apartheid » dans la formule de l'habilitation

Aoun renouvelle sa promesse aux Libanais d'aboutir à une nouvelle loi électorale

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Soeur Yvette

C/est toujours le meme problem,une partie est armee...pauvre Liban...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

MEME SI ON SE RABAT SUR LA LOI 1960 ET ON VEUT -L,AMELIORER- LE PROBLEME SERA LE MEME... POINT DE CONSENSUS ! TANT QU,UNE PARTIE EST ARMEE ET VEUT IMPOSER SON AGENDA...

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.