X

À La Une

« Toute prorogation de la législature est une spoliation du pouvoir et de la volonté du peuple », affirme Audi

Loi électorale

Le métropolite met en garde contre « l'injustice » et « le clientélisme » dans la répartition des postes administratifs.

OLJ
17/04/2017

Le métropolite Élias Audi a exprimé l'espoir qu'une nouvelle loi électorale soit élaborée dans un prochain avenir, et mis en garde contre une nouvelle rallonge du mandat du Parlement libanais.

« La politique n'est pas synonyme d'intérêts et d'acquis et ne représente pas un instrument d'enrichissement et de contrôle des gens », a-t-il déclaré dans l'homélie qu'il a prononcée au cours de la messe pascale qu'il a célébrée hier en la cathédrale Saint-Georges des grecs-orthodoxes, au centre-ville, en présence des ministres Ghassan Hasbani et Nicolas Tuéni, des députés Atef Majdalani et Nayla Tuéni, et d'un grand nombre de fidèles.

« Le respect de la Constitution et du peuple est essentiel, a poursuivi le métropolite. Le peuple a accordé au Parlement un mandat de quatre ans et non pas éternel pour le représenter. Aussi, toute prorogation de ce mandat est considérée comme étant une spoliation du pouvoir et de la volonté du peuple. Nous aspirons, avec les Libanais, à l'élaboration d'une nouvelle loi électorale qui permettra à ces derniers d'élire ceux qu'ils jugent à même de les représenter (au Parlement) et d'œuvrer en leur faveur. Nous espérons également un respect de tous les délais constitutionnels pour ne plus avoir à redouter un vide dans n'importe quelle institution ».

Les législatives sont prévues en juin, mais leur tenue est quasi-impossible en raison des désaccords des pôles politiques, qui pour la plupart refusent la loi en vigueur, dite de 1960, mais n'arrivent toujours pas à s'entendre sur une nouvelle formule. La proportionnelle intégrale et le mode de scrutin mixte (alliant majoritaire et proportionnelle) sont actuellement débattus.

Mgr Audi a ensuite abordé les deux problèmes de la corruption et des nominations administratives. Il s'est arrêté dans ce cadre sur l'injustice dont sont victimes, selon lui, les fonctionnaires grecs-orthodoxes « écartés des postes-clés ».
Après avoir rappelé les dernières révélations fracassantes d'hommes politiques au sujet de la corruption, il a appelé les responsables à lancer « un véritable chantier de réformes, à maintenir à leurs postes les fonctionnaires compétents et intègres et à sanctionner ceux qui sont corrompus et négligents ou qui enfreignent les lois, quelle que soit leur appartenance ». « N'est-il pas possible de nommer, aux postes administratifs à pourvoir, les lauréats des concours du Conseil de la fonction publique au lieu d'appliquer les règles du clientélisme ? », s'est-il interrogé, en préconisant également le recours aux formalités électroniques, « qui freineront la corruption et faciliteront la vie des contribuables ».

Mgr Audi a vivement déploré le fait que « les grecs-orthodoxes sont pratiquement écartés des postes importants, notamment au sein de la magistrature, de l'armée et des services de sécurité et sont victimes d'injustice au niveau de la répartition des postes administratifs dont certains leur sont arrachés au profit de fonctionnaires appartenant à d'autres communautés ». « Quel responsable libanais accepte de renoncer à une fonction qui échoit normalement à sa communauté ? », s'est interrogé le métropolite qui a réclamé le respect de la répartition des postes administratifs de manière à confier le quatrième, par ordre d'importance, à un grec-orthodoxe, tout en mettant en avant les principes de la compétence et de la spécialisation ».

Mgr Audi a par ailleurs critiqué pour la première fois les médias, dénonçant ceux qui « s'abstiennent de relayer la vérité en la déformant pour des raisons matérielles, personnelles ou pour des questions d'intérêt, tout en arguant de la liberté d'expression ».

Il a enfin déploré le niveau de certains programmes audiovisuels, avant d'inviter les chaînes de télévision à présenter ceux qui font la promotion de la paix et qui enrichissent la connaissance des téléspectateurs.

 

(Pour mémoire : Raï : La loi de 1960 est toujours en vigueur)

 

Aoun se veut rassurant

Dimanche également, le président libanais Michel Aoun s'est rendu au siège patriarcal de Bkerké à l'occasion de la fête de Pâques. "Célébrez les fêtes malgré toutes les difficultés", a dit le chef de l’État en s'adressant aux chrétiens.

Lors d'une causerie avec les journalistes, à l'issue d'un entretien avec le patriarche maronite Béchara Raï, M. Aoun a s'est voulu rassurant : "Soyez sereins, les Libanais auront une nouvelle loi électorale", a-t-il lancé, sans plus de détails.

Mgr Raï a pour sa part félicité le président Aoun d'avoir reporté mercredi au 15 mai la séance parlementaire qui aurait permis la prorogation du mandat du Parlement. 

"Vos responsabilités vous ont poussé à reporter la séance parlementaire alors que des affrontements dans la rue se préparaient. Le pays était comme un navire au milieu de la tempête (...), et votre décision courageuse était celle d'un capitaine sage qui a permis aux Libanais de célébrer les fêtes", a dit le prélat maronite.

 

Lire aussi 

Désormais, le tandem chiite ne peut rien imposer à l'alliance CPL-FL, l’éclairage de Philippe Abi-Akl

Pour le PSP, il y a de « l'apartheid » dans la formule de l'habilitation

Aoun renouvelle sa promesse aux Libanais d'aboutir à une nouvelle loi électorale

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Irene Said

Tous ces responsables, politiques et religieux, qui se couvrent de bonne conscience en nous servant leur habituel bla-bla...et s'imaginent que nous les prenons au sérieux...!

A quand des actions efficaces ?
Irène Saïd

Algebrix

Sans vouloir critiquer Mgr Audi, mais il me semble que les gens sont venus à l'église pour célébrer la victoire de notre Seigneur Jésus Christ sur la mort, ce qui est la fondation de notre foi chrétienne.
Je pense qu'un sermon concentré exclusivement sur la signification et l'impact de la résurrection de Christ sur l'humanité aurait été très approprié pour cette grande occasion.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QUAND EST-CE QUE L,ABRUTISSEMENT A RESPECTE LA VOLONTE DU PEUPLE POUR LE FAIRE AUJOURD,HUI ?

Dernières infos

Les signatures du jour

Impression de Fifi ABOU DIB

Cartables

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants