Liban

Ouverture du congrès de l’Association internationale des maires francophones à Beyrouth

Coopération

« Construire la ville du vivre-ensemble » est la thématique sur laquelle vont se pencher les maires de plus de 265 villes ayant le français en commun, réunis jusqu'à demain à l'hôtel Phoenicia.

29/09/2016

L'ouverture officielle du congrès de l'Association internationale des maires francophones (AIMF) est prévue ce matin. Les travaux s'étaleront sur deux jours.

« À travers de nombreux ateliers, ce 36e congrès a pour but une réflexion sur le vivre-ensemble, qui est la responsabilité la plus importante d'un élu local, à travers la création de lien social. Il y aura deux moments dans chaque journée : tout d'abord un moment de réflexion, puis un temps de présentation de solutions », résume Pierre Baillet, secrétaire permanent de l'AIMF et coordinateur de l'événement.

Parmi les personnalités qui s'exprimeront à la séance inaugurale, Jamal Itani, président du conseil municipal de Beyrouth, Ziad Chbib, mohafez de la capitale, Anne Hidalgo, présidente de
l'AIMF et maire de Paris, Michaëlle Jean, secrétaire générale de la Francophonie, ainsi que Rony Arayji, ministre de la Culture.

Le thème du vivre-ensemble avait été fixé il y a un an, lors du congrès qui s'était tenu à Tunis. Mohammad Oumar Kholeegan, maire de Port-Louis, capitale de l'île Maurice, va partager son expérience de la gestion de cet enjeu : « Port-Louis est une ville pluriculturelle où il n'existe pas de tensions communautaires malgré la présence de populations chrétiennes, musulmanes, indiennes et chinoises notamment. Je suis fier de pouvoir présenter cet exemple », explique Mohammad Oumar Kholeegan à L'Orient-Le Jour.

 

(Lire aussi : Michaëlle Jean à « L'OLJ » : Le Liban est déjà dans ma vie)

 

Partages d'expériences et d'idées
Trois ateliers principaux, dédiés à l'économie sociale et solidaire, au rôle des communautés et aux financements participatifs, rythmeront la journée d'aujourd'hui. Zakari Amadou, qui représente la ville de Dapaong (Togo), est venu plus particulièrement pour le dernier atelier. « Nous travaillons déjà sur cette thématique, nous avons fait des réunions de sensibilisation pour expliquer à la population l'intérêt du financement participatif », précise-t-il. Il est venu à la fois pour partager son expérience et recueillir des idées nouvelles.

Les premières discussions ont commencé hier, avant l'ouverture officielle, avec des réunions des commissions permanentes consacrées au développement durable et à l'économie sociale et solidaire. Dans l'après-midi avait lieu la présentation des accords de l'AIMF avec l'Union européenne et avec Onu Femmes, l'organisation des Nations unies consacrée à l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes.

 

(Lire aussi : Les femmes francophones à l'assaut de l'entrepreneuriat)

 

Une langue, plusieurs approches
L'Association internationale des maires francophones, fondée en 1979, permet le développement de liens de coopération entre les collectivités locales. « Grâce à notre langue commune, nous avons la finesse des mots pour caractériser les choses. Nous avons également une approche multiculturelle, intéressante dans le partage car celle-ci permet de s'enrichir des différences », résume François de Montfort, rédacteur en chef de Raisonnance, la revue de l'AIMF.

Au Liban, les municipalités de Beyrouth, Byblos, Ghazir, Tripoli, Zahlé et Zghorta-Ehden sont déjà membres de l'association, et les adhésions de Batroun et Tyr doivent être validées durant l'assemblée générale qui aura lieu demain.

 

Lire aussi

Hervé Sabourin : « La francophonie, c'est un espace dans lequel on est dynamique, capable d'inventer et d'avoir de l'expertise »

 

Pour mémoire

Lancement de l'édition 2016 du prix Femme francophone entrepreneure

La francophonie pour combattre le terrorisme ?

Les jeunes francophones épris de démocratie

La langue française : quel avenir dans le monde des affaires ?

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

M.V.

Il manque un adjectif signifiant ... dans le titre ...! faut lire plutôt : "l'association -socialiste - internationales des Maires de France ....."...voilà un peu de vérité factuelle et moins d'intox ...

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Pays : Liban ; capitale : Téhéran

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué