X

Moyen Orient et Monde

Les jeunes francophones épris de démocratie

FMLF 2015

Le Forum mondial de la langue française a été l'occasion pour la jeunesse de montrer son attachement à la participation citoyenne avec beaucoup d'innovation et de combativité.

Antoine AJOURY | OLJ/ de Liège
27/07/2015

L'organisation du deuxième Forum mondial de la langue française #FMLF2015, à Liège, la semaine dernière, a donné un véritable coup de jeune à cette petite ville belge. Plus de 1 200 francophones de 18 à 35 ans venus de 100 pays, près de 130 projets présentés dans 16 différents sites à travers la ville, et au moins 100 événements culturels liés à la francophonie ont fait vibrer Liège durant presque une semaine, sous le slogan : « Créactivez- vous. »

Le forum a été « un vaste carrefour, rempli de bifurcations improvisées, possibles et sans cloisonnement », selon Philippe Suinen, le commissaire général du forum. Celui-ci est bâti sur cinq axes de travail enlaçant tous la créativité : participation citoyenne, économie, éducation, culture et industrie culturelles, et enfin langue française et créativité. Depuis l'ouverture du forum, jusqu'à sa clôture, le mot d'ordre a été de mettre en relief les jeunes, leur enthousiasme, leur dynamisme, leur créativité et leurs espoirs.
Dans ce contexte, leur participation active à la vie citoyenne est considérée comme une priorité. D'où la multitude d'idées et de projets venus des quatre coins de la francophonie pour rendre cette vision réalité.

Un citoyen, une brique, un mur

Le désir de s'exprimer librement sur des sujets de société a entraîné la création au Togo d'un projet intitulé « Un citoyen, une brique, un mur ». Il s'agit, selon le porteur de ce projet, d'une tribune d'éducation populaire sur des thèmes d'actualité, destinée à toutes les couches sociales et tous les âges, pour exprimer ses opinions.

Dansi Essivi Mimi Bossou-Soedjede explique ainsi le processus d'élaboration du mur : avec une caméra, des jeunes font le tour de la ville en posant une question d'actualité. Femme, vieux, ouvrier, étudiant, avocat, pauvre, riche... Tous donnent leur avis. Ensuite, une transcription de leur opinion est faite pour être écrite dans un cadre, accompagné du nom et de la photo de la personne. Ces cadres sont mis, l'un à côté de l'autre, pour former un mur de citations. Ils seront par la suite imprimés sur de larges panneaux, puis affichés dans la rue, dans les écoles, etc. pour en débattre par la suite.

Le but étant, explique la Togolaise, de mettre en évidence la diversité des opinions sur un sujet déterminé.
Malgré l'apport original du projet, plusieurs failles ont été montrées du doigt par le public. Les sujets tabous ou controversés n'ont pas de place sur ces panneaux, comme le mentionne explicitement la Togolaise, telle la situation des minorités sexuelles par exemple. D'autres personnes ont proposé un support anonyme, pour avoir des réponses plus osées sur certains sujets.

Les jeunes ont une voix !

Beaucoup plus sophistiqué, le Conseil de la jeunesse est un projet qui met la participation des jeunes francophones au premier plan dans la vie politique en Belgique.
Benoît Lenoble explique en quelques mots cette initiative : le Conseil de la jeunesse est l'organe officiel d'avis et porte-parole des jeunes francophones de Belgique. Son rôle est de récolter la parole des jeunes (16-30 ans) sur une série de thématiques qui touchent directement ou indirectement la jeunesse pour ensuite la relayer auprès du monde politique. Il représente les jeunes au double niveau national et international.

C'est donc un organe consultatif qui défend l'intérêt des jeunes et qui les fait participer au processus démocratique. Le Conseil de la jeunesse émet des avis pour faire entendre la voix des jeunes, il s'assure ensuite que ces propositions sont suivies de mesures concrètes pour améliorer la vie des jeunes. Certes, le CJ n'a pas un pouvoir décisionnel, mais il exerce un véritable rôle de lobby.

Pour illustrer le travail du conseil, un atelier a été mis en place, regroupant des jeunes des différents pays francophones : Égypte, Roumanie, Canada, etc. à travers un jeu de rôle amusant, qui pose certains problèmes des jeunes pour en discuter, d'abord entre eux et ensuite avec des élus locaux.

Davantage d'actions concrètes

L'enthousiasme des jeunes et leur désir ardent de démocratie ne se sont pas toutefois manifestés sans un clash avec les organisateurs du forum. En effet, lors de la présentation finale par les facilitateurs du « message de Liège », dans lequel les participants devaient valider une série de conclusions, seuls les jeunes de l'axe « participation citoyenne » ont vigoureusement protesté contre les propositions qui leur ont été soumises, sans aucune consultation préalable. Après l'intervention personnelle du commissaire général du forum, Philippe Suinen, qui s'est déplacé à l'amphithéâtre où étaient réunis les jeunes, ces derniers ont proposé une série de demandes qu'ils ont eux-mêmes rédigées et qui ont finalement été rajoutées au texte initialement proposé et lu lors de la séance de clôture du forum.

Ils ont ainsi appelé « à des actions concrètes, loin des textes vides de sens qu'on met dans le placard à la fin des conférences », exhortant la francophonie et les dirigeants de leurs pays respectifs à écouter leur voix.
Une vraie leçon de démocratie des jeunes francophones.

 

Jeu de rôle lors d'un atelier sur la participation citoyenne.

 

« Transformons ensemble de petites idées en grandes solutions : Créactivons-nous ! »

Avec comme slogan : « Créactivez-vous », le 2e Forum mondial de la langue française (#FMLF2015) qui a eu lieu à Liège la semaine dernière a réuni plus de 1 200 participants en provenance de 90 pays dont des pays non membres de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF), comme l'Argentine, le Brésil, la Chine, le Japon, ou le Sri Lanka. Une occasion unique pour ces jeunes de tous horizons d'échanger, de partager leurs idées et leurs projets au sein d'ateliers organisés autour de 5 axes : relation entre langue et créativité, éducation, culture et industries culturelles, économie, participation citoyenne.

Les travaux de 130 projets sélectionnés ont été suivis et débattus, mettant en évidence le dynamisme et la richesse de la langue française à travers laquelle s'exprime la formidable créativité des jeunes et de la société civile. La capacité d'innovation des participants, la force de leur engagement et de leurs réseaux ont souvent bousculé les idées reçues pour générer de nouvelles manières de penser et de nouvelles manières de faire.

« Ne renoncez pas à vos idéaux ni à vos rêves. Il faut que vous repartiez de Liège avec la conviction que vous pouvez devenir les architectes d'un monde meilleur et que la francophonie sera toujours à vos côtés », avait indiqué la secrétaire générale de l'OIF, Michaëlle Jean, dans son message d'ouverture.

En cela, l'OIF, l'Assemblée parlementaire de la francophonie (APF) et les opérateurs de la francophonie (l'AIMF, l'AUF, TV5 Monde et l'Université Senghor d'Alexandrie), très mobilisés pour l'occasion, ont pris un engagement fort pour accompagner les jeunes et leurs projets, les aider à développer des partenariats, mettre en place des solutions et de nouveaux modèles de développement.

« Nous avons beaucoup à apprendre de cette créativité bouillonnante et nous devons nous en inspirer pour construire la francophonie de demain », a déclaré de son côté Adama Ouane, administrateur de l'OIF, lors de la cérémonie de clôture. « Tous ensemble, nous avons semé des graines. Le message de Liège mérite un suivi professionnel, numérique et en temps réel », a précisé pour sa part Philippe Suinen, commissaire général du Forum. La francophonie s'emploiera avec vigilance à répondre à cet appel pour s'assurer que la créativité ardente de Liège donne lieu à une mise en œuvre tout aussi créative et à des résultats tangibles.
Nul doute que tant d'énergies et d'innovation francophones trouveront l'occasion de s'exprimer, comme l'ont demandé les jeunes, lors d'une nouvelle édition du Forum, probablement dans un pays du Sud.


Les jeunes ont appelé la francophonie et les dirigeants de leurs pays respectifs à écouter leur voix.

 

Le #FMLF2015 en images

La secrétaire générale de l'OIF, Michaelle Jean, lançant officiellement les travaux du Forum.

 

Les jeunes ont envahi la ville de Liège.

 

Pause-déjeuner sous l'énorme tente dressée pour l'occasion.

 

Une vue des participants lors d'une table ronde durant le Forum.

Pour mémoire

La langue française : quel avenir dans le monde des affaires ?

Francophonie: vers une "charte économique" pour renforcer les échanges

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué