X

Campus

Hervé Sabourin : « La francophonie, c’est un espace dans lequel on est dynamique, capable d’inventer et d’avoir de l’expertise »

Rencontre

Une rentrée en force pour le Bureau Moyen-Orient de l'AUF (BMO) dirigé par Hervé Sabourin. Mission : accompagner les universités dans leur rôle de moteur de développement des sociétés.

23/09/2016

Quels sont les thèmes principaux des actions de l'AUF cette année?
À partir de cette rentrée, nous allons nous concentrer sur trois grands axes d'activité. Le premier concerne l'environnement économique en termes de l'employabilité des étudiants, d'insertion professionnelle, mais aussi en termes de développement de la culture de l'entrepreneuriat. Le deuxième se rapporte au développement des capacités d'expertise et d'innovation par nos universités de manière à mieux les mettre en adéquation avec le marché du travail. Et le troisième cible la qualité aux niveaux des formations, des recherches et de la gouvernance. Dans cette époque charnière où des universités, des départements, des programmes de formation se créent un peu partout, où il y a une massification des apprenants, la question se pose de savoir si les programmes installés sont de bonne qualité ou non. D'où le besoin impérieux de faire évaluer les programmes de formation et de recherche dans les universités. Mais pas uniquement. Il faut évaluer également la gouvernance, car la formation et la recherche sont d'autant mieux encadrées et donc de qualité que l'université est bien gouvernée.

 

Que prévoit l'AUF pour accompagner les universités dans leur démarche d'évaluation de la qualité ?
Nous allons mettre en place, en coopération directe avec le ministère de l'Enseignement supérieur, des ateliers pour former les universités à l'autoévaluation et à la démarche qualité. À noter qu'il y a déjà au Liban entre six et dix universités qui ont entrepris cette démarche. Je pense en particulier à l'USJ, l'AUB, la LAU, l'Usek, Balamand, l'Université arabe de Beyrouth et l'Université arabe ouverte. Il existe donc des experts dans le domaine au Liban. Ces derniers seront invités à animer les ateliers de formation et à partager leur expertise avec les autres. Cette démarche aidera à installer la question de qualité au niveau du pays entier. D'ailleurs, l'un de nos souhaits est la publication d'un guide de l'autoévaluation qui sera à l'usage de toutes les universités du Liban. Notons que ces ateliers répondent à un vœu du ministère de pouvoir organiser l'enseignement supérieur au Liban à travers l'accréditation. Une démarche que l'AUF prévoit de reproduire en Égypte.

 

(Pour mémoire : Tout ce que fait réellement l'AUF au Moyen-Orient...)

 

Vous venez de signer un accord avec le ministère de l'Industrie et l'Association libanaise pour l'avancement des sciences (LAAS) en faveur de l'employabilité des étudiants. De quoi s'agit-il?
Cet accord vise à renforcer le lien entre les universités et les entreprises. Le ministère facilitera la prise de contact et les rencontres entre les équipes de recherche dans les universités libanaises et les entreprises industrielles. L'AUF veillera quant à elle à faciliter la prise de contact entre le ministère de l'Industrie, la LAAS et le réseau de ses établissements membres, ainsi que l'identification des experts. De son côté, la LAAS s'engage à identifier et à mettre en contact les équipes dans les laboratoires de recherche des universités libanaises avec les entreprises industrielles.
Pour servir nos universités, nous ancrons davantage nos actions à côté des grands acteurs économiques libanais. Cette dimension partenariale a commencé depuis quelque temps. D'ailleurs, c'est la raison pour laquelle je maintiens des relations de proximité avec le Rassemblement des dirigeants et chefs d'entreprise libanais (RDCL).

 

(Lire aussi : Le Liban est-il plus francophone que les autres ? La preuve par 7...)

 

La proclamation du prix « Femme francophone entrepreneure » est prévue mercredi prochain. Quelles nouveautés cette année ?
Ce concours, que nous considérons comme excessivement important, est organisé cette année, non pas uniquement dans un partenariat AUF/Berythec, mais avec L'Orient-Le Jour et le Commerce du Levant. Cette année, la remise des prix donnera lieu à une conférence-débat organisée par L'Orient-Le Jour le 28 septembre à 15h au campus de l'innovation et du sport de l'USJ, sous le haut patronage et en présence de la secrétaire générale de l'OIF, Mme Michaëlle Jean. Un événement qui mettra en lumière et en valeur le dynamisme des femmes libanaises entrepreneures et innovantes qui auront l'occasion d'exprimer leur talent et leur dynamisme en matière d'inventivité, d'innovation et d'entrepreneuriat.
Cet événement, organisé sous la bannière de la francophonie, montrera que la francophonie est un espace dans lequel on est dynamique, on est vivant, et dans lequel on est capable d'inventer, d'avoir des savoir-faire et de l'expertise.

Un autre moment phare de la rentrée ?
La visite de notre nouveau recteur, Jean-Paul de Gaudemar, qui sera au Liban au début du mois d'octobre pour trois à quatre jours. Le recteur a une véritable vision stratégique de l'AUF. Il veut engager notre agence dans un défi sur la modernité et la positionner comme porteuse et actrice du développement global de nos sociétés.

 

Pour mémoire

Lancement de l'édition 2016 du prix Femme francophone entrepreneure

Deux cents étudiants sensibilisés à la médiation à travers le Liban

À la une

Retour à la page "Campus"

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Le califat est mort, vive le califat

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pompeo et les nuances entre le fond et la forme

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué