X

À La Une

En Turquie, l'opération de purge a emporté près de 60.000 personnes

Repère

Erdogan évoque un possible rétablissement de la peine de mort.

OLJ/AFP
20/07/2016

Près de 10.000 personnes arrêtées, environ 55.000 limogées ou suspendues : les purges opérées par le pouvoir turc depuis la tentative de coup d'Etat touchent de larges secteurs de la société, de l'armée aux médias en passant par les universités.

Alors que le président Recep Tayyip Erdogan évoque un possible rétablissement de la peine de mort, l'épuration cible des proches présumés du prédicateur Fethullah Gülen, exilé aux Etats-Unis depuis 1999, accusé d'être l'instigateur du putsch.

Quelque 55.000 personnes, dont de nombreux fonctionnaires (plusieurs milliers de policiers, de gendarmes et d'enseignants), ont été suspendues ou démises de leurs fonctions, selon un comptage de l'AFP à partir des chiffres officiels et ceux rapportés par les médias.

Au moins 9.322 militaires, magistrats et policiers ont fait l'objet d'une "procédure judiciaire", d'après le vice-Premier ministre Numan Kurtulmus. On ignorait dans l'immédiat si ces personnes étaient comptabilisées dans les 55.000 personnes.

 

 

(Lire aussi : WikiLeaks publie près de 300.000 e-mails de l'AKP, son site bloqué en Turquie)

 

Armée et police

Plus de 6.000 militaires ont été arrêtés et plus de 9.000 fonctionnaires du ministère de l'Intérieur, en majorité des policiers et des gendarmes, limogés.
Au moins 99 généraux et amiraux ont été mis en détention. Vingt-six généraux et amiraux, dont l'ancien chef de l'armée de l'air, le général Akin Oztürk, sont en détention préventive, inculpés notamment de "tentative de renversement de l'ordre constitutionnel" et de "tentative d'assassinat" du président Erdogan.
Parmi les militaires arrêtés figurent également, selon un responsable turc, deux pilotes ayant participé en novembre 2015 à l'opération pour abattre un bombardier russe à la frontière syrienne.


Justice et fonctionnaires

Immédiatement après le putsch manqué, des demandes de placement en garde à vue ont été émises contre 2.854 juges et procureurs. Selon l'Union syndicale des magistrats (USM) français, "nombre de magistrats ont été emprisonnés avec leur famille".
Plus de 200 employés des services du Premier ministre ont été mis à pied, et près de 500 de l'agence des affaires religieuses (agence de presse progouvernementale Anadolu).

 

(Lire aussi : « La Turquie, telle qu'elle est aujourd'hui, n'entrera jamais dans l'UE »)

 

Enseignement

Le Conseil de l'enseignement supérieur (YÖK) a demandé la démission des 1.577 doyens d'universités publiques et rattachées à des fondations privées (Anadolu).
Le YÖK a interdit toutes les missions à l'étranger pour les universitaires, jusqu'à nouvel ordre. Il demande que la situation des universitaires en mission à l'étranger soit examinée "d'urgence" et qu'ils soient rappelés dans les plus brefs délais, sauf "nécessité impérieuse". Les recteurs des universités sont également priés d'"examiner d'urgence la siuation de tous les membres du personnel académique et administratif liés au "FETÖ/PDY", acronymes désignant le réseau de M.Gülen, et d'établir un rapport d'ici le 5 août.

Mardi, les autorités ont suspendu et ouvert une enquête contre 21.738 employés du ministère de l'Education.
21.000 personnes travaillant dans l'éducation privée verront aussi leur licence retirée et seront interdites d'enseigner, selon le journal Hurriyet.

 

Médias

Le Haut-conseil turc de la radio et de la télévision (RTÜK) a retiré mardi leur licence aux chaînes de télévision et de radio liées, en relation et soutenant le "FETÖ/PDY".
Selon Anadolu, cette décision concerne 24 chaînes de télévision et radios et 34 journalistes, considérés proches de ce religieux, ont été privés de leur carte de presse.
En mars, le quotidien Zaman et l'agence de presse Cihan avaient été saisis et leur direction confiée à des administrateurs de l'Etat.

 

 

Lire aussi
Un sultan aux pieds d'argile, l'éditorial de Issa Goraieb

La nouvelle donne turque, le décryptage de Scarlett Haddad

Le putsch avorté en Turquie envenime la crise Washington-Ankara

Pour Fethullah Gülen, la Turquie n'est plus une démocratie

Erdogan plus fort après le putsch raté, surtout symboliquement

« La théorie du complot s'est propagée lorsque le coup d'État a commencé à battre de l'aile »

« On voit déjà une vague de populisme sunnite fascisant »

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

REPETITION DE LA NUIT DES LONGS COUTEAUX ! TROP DE CLONES...

Ma Fi Metlo

Est-ce que c'est encore abderrahmenteur-osdh qui fait l'information dans cet ex République democratique exemplaire ? Lol..

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.