Rechercher
Rechercher

40e anniversaire de la guerre libanaise

13 avril 1975-13 avril 2015 : qu’avons-nous vraiment appris ?

En haut, photo d'archives OLJ. En bas, photo Michel Sayegh.

Quarante ans... C'est censé être le bel âge. Sauf quand ce que l'on célèbre reste le plus sinistre des souvenirs : les quinze ans de guerre au Liban qui ont ravagé un pays et traumatisé des générations. Aujourd'hui, dans un Moyen-Orient en proie à tous les bruits, toutes les fureurs, restent ces quelques questions – essentielles : qu'avons-nous retenu, quelles leçons avons-nous tirées, qu'avons-nous vraiment appris, quand saurons-nous remplir cet indispensable devoir de mémoire pour que, enfin, plus jamais ?... Pour tenter de répondre à toutes ces interrogations, « L'Orient-Le Jour » a monté cette édition spéciale, avec des reportages, notamment à Aïn el-Remmaneh, où tout a commencé ; avec des témoignages, ceux de secouristes bigger than life ; avec des zooms sur l'avenir, tant avec Offre-Joie qu'avec un militant du dialogue entre anciens combattants ou de jeunes lycéens ; avec des portraits ; avec des plongées dans l'économie libanaise, mais aussi dans l'art (musique, danse, photos, films), qui sait mieux que tout autre revisiter la guerre – le Holiday Inn est encore là... ; avec des tribunes exceptionnelles et des courriers poignants de nos lecteurs... En espérant, encore une fois, que... plus jamais.

 

Au sommaire :

-Des invités de marque, avec des tribunes exclusives de Mahmoud Abbas, président de l'Autorité palestinienne, et d'Amine Gemayel, ancien président de la République libanaise.

-Un édito, sur l'indispensable travail de mémoire.

-Des reportages, à Aïn el-Remmané où tout a commencé, mais aussi à travers Beyrouth, avec ces jeunes Libanais victimes de trous de mémoire.

-Des souvenirs : ceux de secouristes, témoins silencieux et en première ligne de l'horreur.

-L'avenir, avec Offre-Joie, fidèle au poste, comme chaque année. L'avenir, aussi, avec ceux qui tentent de refermer les blessures, comme Khalil Hélou, apôtre du dialogue entre anciens combattants.

-De la musique, des chansons, un film, de la danse : où comment l'art accompagne et revisite la guerre.

-Un portrait, celui de Jocelyne Khoueiry.

-Des images, celles sélectionnées par des photoreporters ayant couvert la guerre. Témoignages émouvants.

-Un bilan pour savoir ce qu'il reste de la Suisse du Moyen-Orient.

-Et vous, lecteurs, avec ces souvenirs, poignants, que vous nous avez confiés.


Quarante ans... C'est censé être le bel âge. Sauf quand ce que l'on célèbre reste le plus sinistre des souvenirs : les quinze ans de guerre au Liban qui ont ravagé un pays et traumatisé des générations. Aujourd'hui, dans un Moyen-Orient en proie à tous les bruits, toutes les fureurs, restent ces quelques questions – essentielles : qu'avons-nous retenu, quelles leçons avons-nous...

commentaires (7)

On a appris qu'il y a un pouvoir plus fort que le gouvernement libanais' que les chrétiens sont des traîtres et dans quelque temps les femmes vont porter le chador

Eleni Caridopoulou

18 h 43, le 01 août 2020

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • On a appris qu'il y a un pouvoir plus fort que le gouvernement libanais' que les chrétiens sont des traîtres et dans quelque temps les femmes vont porter le chador

    Eleni Caridopoulou

    18 h 43, le 01 août 2020

  • Faire la guerre en pyjama et plus pratique. C’est la seule leçon constatée par les libanais depuis la guerre civile (40ans) à nos jours. Merci!!!!

    fayez mahbouba

    03 h 13, le 09 janvier 2019

  • Nous avons appris tout de même , que les syriens sont capables de faire la même chose contre leurs peuple , 40 ans après...

    M.V.

    20 h 23, le 14 avril 2015

  • RIEN DE RIEN ! LES MÊMES FIGURES SONT TOUJOURS LÀ... ET D'AUTRES PIRES S'Y SONT AJOUTÉES...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    09 h 18, le 14 avril 2015

  • 2015 avec plus deux millions de refugiés syriens au Liban ,et un pays depuis un an sans président de la république censé être chrétien , le pays plonge dans le déséquilibre de l’union nationale ou ses dix-neuf confessions sont en danger

    Sabbagha Antoine

    08 h 06, le 14 avril 2015

  • Qu'avons-nous appris???? RIEN........ZERO.......NADA.....

    leylaricha

    05 h 47, le 14 avril 2015

  • EN TOUTE FRANCHISE. 13 avril 1975-13 avril 2015 ! Quarante de grands malheurs ! Tous les malheurs possibles et imaginables ! Et nous n'avons pas encore appris que tant que nous avons, parmi nous, des loyautés à des axes extérieurs, pour des raisons idéologiques et/ou des intérêts spécifiques; et tant que nous n'arrivons pas à nous entendre solidement sur une vraie neutralité du Liban, sur un réel "Liban d'abord" et un réel "Libanais d'abord", ce pays sera UN GRAND ECHEC et ses citoyens seront malheureux. C'est ce qu'il est et c'est ce qu'ils sont à ce jour.

    Halim Abou Chacra

    04 h 46, le 14 avril 2015