Rechercher
Rechercher

Société - Pandémie

Le Liban interdit enfin les liaisons aériennes avec les foyers du coronavirus

Les Libanais se trouvant dans des pays où le mal se propage ont quatre jours pour rentrer; les restaurants, plages et stations de ski ferment à leur tour.


Les opérations de désinfection au palais présidentiel. Photo Dalati Nohra

Il a fallu deux décès et 66 cas avérés pour que le gouvernement décide enfin, hier, la suspension pendant une semaine de toutes les liaisons aériennes avec l’Italie, l’Iran, la Chine et la Corée du Sud, principaux foyers du coronavirus.

Hier, une deuxième personne contaminée par le nouveau coronavirus est décédée, alors que la panique gagnait les Libanais, qui se sont abstenus de sortir, sauf pour prendre d’assaut les supermarchés (voir par ailleurs). Selon le ministère de la Santé, il s’agit d’un homme d’une cinquantaine d’années, qui souffrait d’une déficience immunitaire. L’homme, qui avait été hospitalisé dans un premier temps à Bsalim (Metn), est décédé à l’hôpital universitaire Rafic Hariri. Cet enseignant avait été contaminé lors d’un contact avec un groupe ayant côtoyé des personnes rentrées d’un pays endémique.

Mardi, Jean Khoury, un Libanais de 56 ans originaire de la région de Jbeil, avait lui aussi succombé à ce virus. Rentré d’Égypte le 20 février, il avait été pris en charge par l’hôpital Notre-Dame des Secours à Jbeil où il avait été admis aux soins intensifs alors qu’il souffrait d’une forte fièvre, avant d’être transféré à l’hôpital Hariri le 5 mars. Une polémique avait opposé à son sujet les deux établissements, l’hôpital Rafic Hariri accusant Notre-Dame des Secours d’avoir mal géré son cas, surtout lors du transport en ambulance du patient.

L’hôpital Notre-Dame des Secours a d’ailleurs annoncé hier que dix membres du personnel qui ont été en contact avec ce patient avaient été contaminés par le virus. Ils ont été placés en quarantaine dans le bâtiment de l’établissement aménagé à cet effet.

« L’ensemble des employés infectés ne présentent pas de symptômes et sont en bonne santé. Ils ont été placés dans une aile qui leur est réservée et totalement isolée de l’hôpital », a cependant assuré dans un communiqué l’établissement, qui a indiqué par ailleurs héberger un autre patient infecté dans un état grave.


(Lire aussi : « C’est la folie, on dirait que c’est la fin du monde ! » : les Libanais se ruent sur les supermarchés)


66 cas avérés

Jusqu’à hier soir, le bilan s’établissait à 66 cas avérés au Liban, comprenant les deux décès et cinq nouveaux cas à l’hôpital Hariri. Selon le ministère de la Santé, 37 % des personnes contaminées rentraient de voyage (en Égypte, au Royaume-Uni, en Iran ou en Suisse), 58 % ont été en contact avec ces personnes et l’origine des trois derniers cas (5 %) est encore à l’étude. La majorité des patients atteints de coronavirus au Liban (77 %) ont entre 20 et 59 ans.

Mais parmi toutes ces mauvaises nouvelles, le ministère de la Santé en a annoncé une bonne hier : la première guérison d’une patiente infectée par le nouveau coronavirus. Il s’agit d’une femme qui avait été admise à l’hôpital gouvernemental Rafic Hariri le 20 février et qui a pu quitter l’hôpital hier. Selon notre correspondante Hoda Chédid, cette patiente, Roula Zeineddine, revenait d’Iran. La semaine dernière, une Libanaise de 45 ans, la première à avoir été diagnostiquée avec une infection au nouveau coronavirus Covid-19, avait été déclarée cliniquement guérie, mais elle a encore une légère charge virale positive. Cette femme, toujours hospitalisée, était à bord de l’avion en provenance de la ville sainte chiite de Qom, en Iran, qui a atterri à Beyrouth le 20 février.


Mesures drastiques

Dans une conférence de presse à l’issue d’une réunion de la commission de suivi des mesures et actions de prévention contre le coronavirus, le Premier ministre Hassane Diab a annoncé des mesures drastiques pour tenter d’endiguer le virus qui est entré dans la phase de propagation. « Toutes les liaisons avec l’Italie, l’Iran, la Chine et la Corée du Sud vont être arrêtées », a annoncé M. Diab. « Le Liban va également arrêter l’entrée sur son territoire des personnes venant de pays où le virus se propage, à savoir la France, l’Égypte, la Syrie, l’Irak, l’Allemagne, l’Espagne et le Royaume-Uni, à l’exception des Libanais et résidents au Liban et des délégations diplomatiques au Liban », a ajouté le Premier ministre. Il a précisé que les Libanais se trouvant dans ces pays et souhaitant rentrer ont quatre jours pour le faire. « Après ces quatre jours, les vols en provenance de ces pays s’arrêteront, et les Libanais devront se mettre en relation avec les consulats du Liban à l’étranger », a-t-il précisé.

À noter que la Middle East Airlines (MEA) a annoncé hier avoir été autorisée par Riyad à organiser six vols entre le Liban et l’Arabie saoudite les 14, 15 et 16 mars dans le but de rapatrier les ressortissants libanais et saoudiens dans leurs pays respectifs.

Ainsi, deux vols relieront Beyrouth et Riyad samedi, Beyrouth et Jeddah dimanche, puis Beyrouth et Dammam lundi.

La MEA avait annoncé lundi une suspension « temporaire » et « jusqu’à nouvel ordre » de ses vols en provenance et à destination d’Arabie saoudite, du Koweït et du Qatar, après la décision de ces trois pays, ainsi que Bahreïn, d’arrêter leurs liaisons aériennes avec le Liban.


(Lire aussi : Un prêtre jésuite en isolement témoigne : Je suis privilégié par rapport aux autres)


Service minimum dans les administrations

Par ailleurs, le Premier ministre a demandé aux administrations publiques et aux municipalités d’assurer une rotation « pour assurer un minimum de présence et un service minimum ». « J’ai également demandé que toutes les mesures soient prises pour empêcher les rassemblements dans les lieux publics et privés, comme les cafés, les restaurants ou les centres commerciaux, et aux employeurs dans l’ensemble des secteurs à prendre les mesures pour protéger les travailleurs », a-t-il annoncé.

Ces mesures sont cependant restées vagues, le chef du gouvernement ne décrétant pas expressément la fermeture des centres commerciaux, qui devraient rester ouverts mais où seuls les restaurants ne sont plus autorisés à fonctionner.

Le ministère du Tourisme avait confirmé hier la fermeture des restaurants, annoncée dans la journée par le président du syndicat des propriétaires de restaurants, cafés, boîtes de nuit et pâtisseries, Tony Rami. Ce dernier a précisé que cette mesure, qui sera effective « tant que cela est nécessaire », ne concerne pas leurs services de livraison à domicile qui, eux, continueront de fonctionner. Le ministère a annoncé que les stations de ski, qui avaient connu une certaine affluence la semaine dernière en raison de la fermeture des écoles, les sites touristiques et les centres balnéaires seraient désormais fermés.

Par ailleurs, une opération de désinfection a été menée hier au palais présidentiel de Baabda, où les visiteurs devaient se soumettre à une prise de température à l’entrée du bâtiment.

Mardi, les cinémas avaient décidé à leur tour de fermer leurs portes, après les bars, conformément aux recommandations du gouvernement. Le Musée national et plusieurs sites archéologiques ont également été fermés, tout comme le Casino du Liban, alors que les écoles et les universités sont fermées depuis plus d’une semaine.

Dans ce contexte, la direction générale des waqfs islamiques a appelé les fidèles malades à ne pas se rendre dans les mosquées et à prier chez eux, indiquant que des solutions hydro-alcooliques et des masques seront mis à la disposition des fidèles dans toutes les mosquées. L’institution a également demandé aux imams de ne pas s’exprimer plus de dix minutes lors de leur prêche du vendredi, et aux fidèles d’apporter leur propre tapis de prière. Le Conseil supérieur islamique chiite avait pour sa part décrété que la prière du vendredi serait suspendue cette semaine.


Lire aussi

Tirer la langue, fermer les yeux, l'impression de Fifi ABOU DIB

Coronavirus : le Liban est-il prêt à une multiplication des cas ?

« Vous les gens du corona, restez loin »

Le coup de barre des propriétaires de pubs et bistros de la capitale

Coronavirus : les autorités libanaises sous le feu de l'opposition



Il a fallu deux décès et 66 cas avérés pour que le gouvernement décide enfin, hier, la suspension pendant une semaine de toutes les liaisons aériennes avec l’Italie, l’Iran, la Chine et la Corée du Sud, principaux foyers du coronavirus.Hier, une deuxième personne contaminée par le nouveau coronavirus est décédée, alors que la panique gagnait les Libanais, qui se sont abstenus de...
commentaires (5)

"MEA a annoncé hier ... six vols entre le Liban et l’Arabie saoudite ... dans le but de rapatrier les ressortissants libanais et saoudiens". Mais l'article suivant de 2014 annonce 187 victimes en Arabie Saoudite en https://www.lorientlejour.com/article/869399

Stes David

16 h 43, le 12 mars 2020

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • "MEA a annoncé hier ... six vols entre le Liban et l’Arabie saoudite ... dans le but de rapatrier les ressortissants libanais et saoudiens". Mais l'article suivant de 2014 annonce 187 victimes en Arabie Saoudite en https://www.lorientlejour.com/article/869399

    Stes David

    16 h 43, le 12 mars 2020

  • le Gouvernement a donné un délai de 4 jours aux seuls libanais pour rentrer au pays ; passé ce délai , les vols seront suspendus vers tous les pays foyers du virus . Les autres pays qui viennent de declarer '' emergency ' n'avaient pas fait le necessaire au temps opportun et ainsi le risque de propagation a augmenté et du coup le citoyen de toute nationalité / pays a été pris au piège .

    Lecteurs OLJ 2 / BLF

    12 h 36, le 12 mars 2020

  • Un avion en provenance de Téhéran atterrit à Beyrouth ( hier,mercredi soir ) TITRE L'ORIENT EVIDEMENT LE LIBAN ETANT CONSIDERE COMME APPARTENANT A L'IRAN C'EST DONC UN VOL LOCAL EN FAIT EVIDEMENT IL NE PEUT PAS ETRE INTERDIT LE MINISTRE DE LA SANTE NOMME PAR LE HEZBALLAH SANS MEME DONNER SON NOM A DIAB AVANT SA RENCONTRE AVEC AOUN POUR DONNER LA COMPOSITION DE SON GOUVERNEMENT EST RESPONSABLE EN PREMIER DE LA PROPAGATION DE CE FLEAU EN LAISSANT LE PREMIER AVION IRANIEN ATTERIR AU LIBAN AVEC UN PASSAGER ATTEINT DU CORONA UNE AUTRE QUESTION LA FRANCE A T ELLE OUI OU NON ENVOYE ET LE LIBAN A T IL RECU GRATUITEMENT LES DOSES POUR VERIFIER SI UNE PERSONNE EST ATTEINTE DU CORONA OUI OU NON SI OUI : POURQUOI 150000 LIVRES POUR FAIRE CET EXAMEN? CAD 100 DOLLARS ALORS QUE LES BANQUES VOUS DONNENT 50 DOLLARS PAR SEMAINE? LE GOUVERNEMENT DEVRAIT FAIRE TOUT CE DEPISTAGE GRATUITEMENT CAR LES PERSONNES ATTEINTE ET N'AYANT PAS LES MOYENS DE FAIRE CE CONTROLE VONT PASSER LA MALADIE A DES DIZAINES D'AUTRES PERSONNES LA VERITE 1) ON VIT A L'HEURE IRANIENNE 2) L'ARGENT EST PLUS IMPORTANT AUX YEUX DE CERTAINS QUE LA SANTE DU PEUPLE RIEN NE CHANGERA DANS CE PAYS AVANT DE JETER DEHORS TOUS CAD TOUS

    LA VERITE

    11 h 53, le 12 mars 2020

  • La propagation du virus est plutôt venue des pays qui n'avaient pas encore été declarés comme foyers du virus ou qui n'avaient pas encore pris les mesures de sensibilisation nécessaires . Sur CNN dimanche passé , on a même entendu des responsables US reprocher aux medias d'avoir touché aux problèmes de santé avec exagération.

    Lecteurs OLJ 2 / BLF

    09 h 37, le 12 mars 2020

  • Pourquoi un tel retard pour prendre de telles mesures ? L'Europe se prémunit et se protège depuis plusieurs jours, les Etats-Unis aussi.

    Tony BASSILA

    07 h 13, le 12 mars 2020

Retour en haut