Rechercher
Rechercher

Politique - Réactions

Coronavirus : les autorités libanaises sous le feu de l'opposition

Samir Geagea et Chamel Roukoz appellent le cabinet à décréter l’état d’urgence sanitaire.


Une réunion de la commission ministérielle ad hoc chargée du dossier du coronavirus. Photo Dalati et Nohra.

Plusieurs ténors de l’opposition sont montés au créneau pour stigmatiser la façon dont le gouvernement gère le dossier du coronavirus. Même si la commission ministérielle ad hoc chargée du dossier a pris hier une série de décisions, quoique entourées de flou, pour lutter contre l’épidémie.

Quelques heures après la réunion, le député Chamel Roukoz a critiqué les décisions de celle-ci, plaidant pour que soit décrété l’état d’urgence sanitaire. « Pourquoi ne pas avoir déclaré l’état d’urgence pour quelques jours, afin de limiter la propagation du coronavirus? Les écoles, les universités sont déjà fermées », a-t-il souligné sur Twitter. « La décision officielle devrait inciter les gens à prendre des précautions. Sauver le peuple est une responsabilité qui ne tolère pas d’atermoiements. Qu’est-ce qu’on attend ? » s’est-il interrogé.


(Lire aussi : « C’est la folie, on dirait que c’est la fin du monde ! » : les Libanais se ruent sur les supermarchés)


Quant au chef des Forces libanaises, Samir Geagea, il n’a pas mâché ses mots. « Les actions du gouvernement face au coronavirus sont toujours insuffisantes », a-t-il lancé sur son compte Twitter, ajoutant : « Il faut que soit décrété l’état d’urgence sanitaire, notamment pour assurer aux hôpitaux publics et privés tout ce qui leur faut afin de prendre les mesures exigées pour assurer les équipements nécessaires. »

Du côté de Moukhtara, le leader du Parti socialiste progressiste, Walid Joumblatt, a réitéré son appel à éviter les rassemblements dans les milieux publics quel qu’en soit le prétexte. Sur Twitter, le chef du PSP a incité les gens à se « contenter du salut à distance », plaidant pour que les directives de précaution face au nouveau coronavirus soient rappelés quotidiennement dans les villes et les villages via des haut-parleurs. Et d’ajouter : « Aucune querelle politique n’est importante. Nous sommes tous responsables (de lutter contre le coronavirus). Seule la solidarité entre le peuple et l’État est importante. »

Avant la réunion de la commission ministérielle qui a décidé l’arrêt des vols de et vers les pays contaminés, M. Joumblatt avait critiqué la lenteur mise par l’équipe ministérielle à prendre une décision dans ce sens. « Il semble que l’épidémie se propagera et dépassera toutes les frontières. Seul un État comme la Chine, avec ses immenses capacités et la discipline de son peuple, peut le contenir dans une certaine mesure. Jusqu’à quand l’aéroport de Beyrouth continuera-t-il d’accueillir les vols infectés de la mort, en provenance d’est et d’ouest? »

Le leader druze a, en outre, salué le corps médical de l’hôpital Rafic Hariri. Selon lui, « ils sont les kamikazes de la nation ».

Tout comme Walid Joumblatt, le chef du courant du Futur, Saad Hariri, avait appelé à la suspension des vols en provenance des pays foyers du virus.

Peu avant la réunion de la commission ministérielle, M. Hariri avait écrit sur son compte Twitter : « Si les questions économiques et politiques font l’objet de désaccords, et de divergences de points de vue, il reste que le danger du coronavirus exige que soient prises des mesures draconiennes pour protéger les citoyens et les résidents au Liban, envers et contre tous les intérêts politiques. » « Fermez les portes au coronavirus, qu’il provienne d’un pays ami ou frère, proche ou lointain. Et que la santé des Libanais prime sur toute autre considération », avait ajouté M. Hariri à l’adresse des membres du cabinet Diab.


(Lire aussi : Un prêtre jésuite en isolement témoigne : Je suis privilégié par rapport aux autres)


La Syrie

Marwan Hamadé, député du Chouf, a, lui, critiqué les autorités syriennes qui n’ont annoncé aucun cas de coronavirus à ce jour. Dans un communiqué publié hier, M. Hamadé a « félicité » le ministre syrien de la Santé, Nizar Yazigi, pour son « honnêteté et (sa) transparence en matière de coronavirus, à l’heure où la Syrie constitue la principale source de maladie pour le Liban, en raison des postes-frontières ouverts ». « Lorsque j’étais ministre de la Santé dans les années 90, des cas de choléra en provenance de Syrie ont été identifiés au Liban, sachant que Damas n’en avait notifié ni les autorités libanaises ni l’Organisation mondiale de la Santé », a rappelé M. Hamadé, poursuivant : « Quand j’ai évoqué ce sujet avec Iyad Chatti, alors ministre syrien de la Santé, il a ouvertement déclaré en présence d’Élias Hraoui, ancien président de la République : “Si j’annonce un seul cas, le régime (syrien) m’exécutera.” Tirez-en les conclusions. Et félicitations aux ministres de Hassane Diab pour leurs visites en Syrie dont le premier, qui est médecin, est prié d’aller en quarantaine », a conclu Marwan Hamadé dans une allusion au ministre de la Santé, Hamad Hassan.




Lire aussi

Tirer la langue, fermer les yeux, l'impression de Fifi ABOU DIB

Deuxième décès, le Liban interdit enfin les liaisons aériennes avec les foyers du coronavirus

Coronavirus : le Liban est-il prêt à une multiplication des cas ?

« Vous les gens du corona, restez loin »

Le coup de barre des propriétaires de pubs et bistros de la capitale

Coronavirus : les autorités libanaises sous le feu de l'opposition



Plusieurs ténors de l’opposition sont montés au créneau pour stigmatiser la façon dont le gouvernement gère le dossier du coronavirus. Même si la commission ministérielle ad hoc chargée du dossier a pris hier une série de décisions, quoique entourées de flou, pour lutter contre l’épidémie. Quelques heures après la réunion, le député Chamel Roukoz a critiqué les décisions de...
commentaires (2)

FAUT PAS EXAGERER. DANS UNE SITUATION PAREILLE IL FAUT COOPERER.

LA LIBRE EXPRESSION

12 h 35, le 12 mars 2020

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • FAUT PAS EXAGERER. DANS UNE SITUATION PAREILLE IL FAUT COOPERER.

    LA LIBRE EXPRESSION

    12 h 35, le 12 mars 2020

  • Une petite question : combien de jours peut durer le Liban avec une interruption des liaisons aériennes avec l’Europe?

    Lecteur excédé par la censure

    09 h 49, le 12 mars 2020

Retour en haut