X

Liban

Hariri reprend l’initiative avec un ambitieux plan de réformes

Gouvernement

Le chef du gouvernement favorable à des législatives anticipées « si les manifestants insistent sur ce point ».

22/10/2019

Au rythme de « tous, sans exception », scandé par des centaines de milliers de Libanais, Saad Hariri a annoncé hier une série de réformes financières et fiscales censées en principe apaiser la colère des manifestants.

Ces derniers, en masse, ont cependant rejeté les réformes proposées, en y opposant leur manque de confiance total dans l’exécutif et le législatif. Ce qu’ils veulent, c’est la chute du gouvernement et du régime. Voilà pour la petite histoire.

Sauf qu’hier, une double victoire a été enregistrée. Celle d’une population qui s’est réapproprié son destin, en contraignant l’exécutif à réviser sa politique financière et fiscale, et celle d’un Premier ministre qui a repris l’initiative, après avoir multiplié les concessions au nom d’un compromis politique qui l’a éloigné de son milieu politique naturel et qui, au final, lui a fait plus de tort que de bien. Au terme d’une réunion du Conseil des ministres qui s’est tenue au palais de Baabda, sous la présidence du président Michel Aoun – qui a vu dans les manifestations « l’expression de la souffrance populaire » mais qui a jugé « injuste » que les accusations de corruption soient généralisées –, Saad Hariri a annoncé des mesures chocs de redressement financier et économique n’induisant aucune nouvelle taxe et mettant à contribution le secteur bancaire en vue d’une ambitieuse réduction du déficit budgétaire qu’il prévoit de ramener à 0,6 %.

Le chef du gouvernement a aussi fait état de tout un train de mesures sociales pour soutenir les couches les plus défavorisées de la population, notamment l’adoption de la loi sur l’assurance vieillesse avant la fin de l’année, la redynamisation du programme de soutien aux familles les plus pauvres et une amnistie générale avant fin 2019 aussi (voir page 5 l’ensemble des décisions). Cosigné par les chefs de l’État, du gouvernement et le ministre des Finances, le projet de budget qui prévoit toutes les réformes a été envoyé au Parlement, dans les délais constitutionnels, pour la première fois depuis des années.



(Lire aussi : Ne pas se tromper de diagnostic, l'édito de Michel TOUMA)



« L’explosion de désespoir »

Plus importante que les décisions envisagées est la nouvelle dynamique qui s’est dégagée du Conseil des ministres où, en dépit des réserves exprimées par les ministres du PSP, il y a eu un ralliement total autour du chef du gouvernement. Ce que Saad Hariri a appelé « l’explosion de désespoir », en référence au soulèvement populaire, a eu pour effet de rétablir un équilibre qui avait été rompu depuis des mois, au profit du chef du CPL, Gebran Bassil, qui a pratiquement neutralisé la présidence du Conseil et hypothéqué les décisions au sein du gouvernement.

C’est ce à quoi le Premier ministre a d’ailleurs fait allusion au début de la conférence de presse qu’il a tenue au terme du Conseil des ministres, lorsqu’il a reconnu que ces décisions « n’auraient pas pu être prises sans le cri des jeunes qui nous a donné la possibilité de réaliser quelque chose ».

« L’ultimatum de 72 heures que j’avais donné jeudi pour l’adoption d’un train de réformes ne s’adressait pas aux jeunes. Que cela soit clair. Je ne me permets pas de leur demander quoi que ce soit. L’ultimatum s’adressait à mes partenaires », a-t-il ajouté.

« Les décisions que nous avons adoptées aujourd’hui ne sont peut-être pas à la hauteur de vos aspirations, mais elles m’ont certainement permis de réaliser ce que j’essaie d’obtenir depuis deux ans, depuis la formation du gouvernement, comme le premier pas vers des solutions, c’est-à-dire vos revendications », a dit le Premier ministre.

M. Hariri a insisté sur le fait que ces décisions n’ont pas été prises pour que les manifestations cessent : « Je ne vais pas vous demander de cesser de protester et d’exprimer votre colère. (…) Vous pouvez être sûrs que je ne permettrai à personne de vous menacer ou de vous intimider. Il est du devoir de l’État de vous protéger et de protéger l’expression pacifique de vos revendications. Votre mouvement a fait bouger le Conseil des ministres et a permis de déboucher sur les décisions que nous venons d’annoncer. »


(Lire aussi : À Baabda, un Conseil des ministres sous pressions internes et externes, le décryptage de Scarlett HADDAD)


Au même diapason

Quelque part, la violente réaction populaire à la politique fiscale initiale du gouvernement a libéré Saad Hariri et neutralisé le chef du CPL, conspué, en même temps que le régime, avec une véhémence inouïe par les protestataires, en dépit de sa tentative maladroite de se dédouaner, vendredi, et de jeter encore une fois sur ses adversaires politiques la responsabilité des blocages aux réformes préconisées par son parti.

C’est ainsi que Saad Hariri a pu marquer hier plusieurs points contre son partenaire politique : il a réussi à obtenir la nomination des membres de l’Autorité de régulation du secteur de l’électricité que le CPL retardait depuis des mois, bien qu’elle figure dans le plan du ministère de l’Énergie, et bien qu’elle fasse partie des conditions principales pour le déblocage des fonds prévus par la CEDRE pour le financement de ce plan. Il a aussi confirmé le rôle de la Direction des adjudications au niveau de la procédure prévue pour un développement du secteur de l’électricité, au moment où le parti fondé par le président Michel Aoun essayait de contourner cette procédure.Saad Hariri et la rue ont pratiquement vibré au même diapason, hier, sans le vouloir, même si le chef du gouvernement n’est pas épargné depuis cinq jours par les insultes d’une foule toujours en colère. Le Premier ministre qui, à maintes reprises, a fait part de son ras-le-bol face à son incapacité à surmonter les querelles et les blocages en Conseil des ministres s’est dit aujourd’hui prêt à soutenir des élections anticipées si jamais les manifestants insistent sur ce point, en saluant leur « mouvement qui a transcendé les allégeances communautaires aveugles et rendu ses lettres de noblesse à l’identité nationale libanaise ».

S’il a aussi rassuré les manifestants quant à la prochaine élaboration d’un projet de loi pour la récupération des fonds détournés, une des revendications de la rue, il n’a à aucun moment abordé la question de son gouvernement – amputés des quatre ministres FL –, alors que la rue réclame le départ de l’équipe actuelle au profit d’une autre, composée de spécialistes. D’aucuns estiment aujourd’hui qu’il sera difficile pour l’équipe Hariri de tenir en place, après avoir été jugée si sévèrement par la rue. Après la démission de May Chidiac, Ghassan Hasbani, Richard Kouyoumjian et Camille Abousleiman, le chef du gouvernement devrait s'efforcer de résorber la colère de la rue en les remplaçant par des figures chrétiennes qui peuvent être jugées acceptables par les manifestants. Mais on n’en est pas encore là, d’autant que dans certains milieux, on estime qu’un remaniement ministériel est aujourd’hui indispensable, le gouvernement actuel ayant perdu sa légitimité après le verdict du peuple.



Lire aussi

Premier décryptage des principales mesures annoncées par Hariri

Au centre-ville, une volonté d’unifier les revendications

Les forces du « renouveau » se manifestent en rangs dispersés et timidement

Joumblatt à « L’OLJ » : Pour le moment, je ne quitte pas le gouvernement

Pendant ce temps, la contestation ne faiblit pas

À Zouk, le niet des manifestants

Boutros Harb au chef de l’État : Redevenez le président de tous les Libanais

Les femmes, en première ligne de défense

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Tony BASSILA

M. Hariri est le meilleur premier ministre à l'heure actuelle. Par contre il devrait remplacer qques ministres particulièrement ceux visés par la colère des foules et remplacer les 4 ministres démissionnaires des FL.

LA VERITE

Michel Aoun – qui a vu dans les manifestations « l’expression de la souffrance populaire » mais qui a jugé « injuste » que les accusations de corruption soient généralisées –,

oui c'est vrai , il vient de le voir
que faisait il avant?
il avait donne la presidence au pyromane en chef du liban le sieur Bassil

c'est vrai pas tout le monde 99% surement en particulier sont denonces LE CPL Y INCLUS LE SIEUR BASSIL, BERRY ET FAMILLE , LE FUTUR, LES JOUMBLATISTES , LES ARSLAN, LES HB, LES PRO SYRIENS DE TRIPOLI LES FL ( sauf madame Chidiac qui a d'autres problemes a resoudre que l'argent)

Pour les propres j'en trouve 5 uniquement (car ils n'ont pas le pouvoir)

MAY CHIDIAC
PAULA YACOUBIAN
SAMY GEMAYEL
NADIME GEMAYEL
et pour le moment LE DEUXIEME GENDRE DE M AOUN ( M Roukoz)

Pouvez vous en nommer meme un sixieme? M le President fort qui a mene le pays a cette catastrophe via son premier gendre

je dois avouer qu'il est intelligent, ce president, d'avoir fait de son second gendre un defi au premier qui va aller dans les oubliettes des plus mauvais ministres des affaires etrangeres et de tout d'ailleurs et ce second gendre reste pour le moment proper et populaire

ADO57

La Turquie,La Syrie et l’Iran depuis 120 ans notre malheur Hélas !

ON DIT QUOI ?

Pauvre Saad Hariri, on va t'aimer ou te détester pas pour ce que tu étais ou ce que tu es devenu , mais par ce que tu auras correspondu ou pas à ce que NOUS NOUS FAISONS L'IDÉE DE CE QUE TU DEVRAIS ÊTRE.

Je ne t'aimais pas quand tu accusais/soupçonnais le hezb d'être à l'origine de la mort atroce de ton père, mais en ce moment je T'ADORE , PARCE QUE TU AS ENFIN COMPRIS , APRÈS TON PASSAGE EN BENSAOUDIE QUI ÉTAIT CEUX QUI TE VOULAIENT DU MAL , CEUX QUI NE TE VOYAIENT QUE COMME UN SERVITEUR DES SERVITEURS .

Et ceux qui t'aimais par ce que tu soupçonnais/ accusais la RESIATNCE du meurtre de TON papa , aujourd'hui TE DÉTESTENT PARCE QU'ILS NE TE PARDONNENT PAS D'AVOIR COMRIS OÙ SE SITUAIT LE MAL.

JE T'ADMIRE , MAIS JE TE PLAINS , TAKE CARE AT YOURSELF !

Chucri Abboud

Heureusement , heureusement que Hariri , qui s'est révélé excellent joueur et fin équilibriste , n'a pas démissionné ! Il a sauvé notre bien-aimée Livre Libanaise de l'effondrement total .
Ces vociferateurs de manifestants n'en ont pas conscience ! L'instinct grégaire manque toujours de perspicacité ! Un manifestant qui réclame la démission en ce toming du gouvernement ne sait pas qu'il commet un acte de suicide !
Hariri tiendra bon , quoique les américains (grands lâcheurs du Moyen-Orient devant un Poutine triomphant partout) auraient préféré en ce moment plonger notre pays dans une crise sans fin , avec un vide constitutionnel absolu , et provoquer même un dérapage vers une guerre civile , où le Hezbollah tournerait encore une fois ses armes vers le Nord , plutôt que vers Israel ! Nous sommes sauvés pour l'instant !

gaby sioufi

CONFIANCE, CONFIANCE CONFIANCE
quand elle fait defaut !
PAS MOYEN d'y remedier par ces belles promesses,
A MOINS DE COMMENCER PAR ARRETER & JUGER QQS 10 A 15 PERSONNES QUE TOUS CES RESPONSABLES CONNAISSENT PARMI LES LEURS, LEURS DIRECTEURS GÉNÉRAUX & LES HOMMES D'AFFAIRES DU PRIVE.

UN DEBUT PRESQUE IMPOSSIBLE A IMPLÉMENTER MAIS NECESSAIRE , CONDITION SINE QUA NON .





Lebinlon

Donc a vous lire, la rue a " vibrer pour Saad Harriri" ?
et des ministres comme May Chidiac ou Camille Abou Sleiman etaient des boulets au pied d'un premier ministre hautement efficaces ?
Ouvrez votre television madame.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

MALHEUREUSEMENT LA CONFIANCE DU PEUPLE N,EST PLUS.

c...

Le premier ministre n’est, certes pas, exempt de tout reproche, mais l’on voit que les masques commencent à tomber ... à ce jour, personne au gouvernement n’envisage une élection anticipée, hormis les FL..qui sont partis. Nous n’avons eu aucun démenti quant aux déclarations du P. Ministre (donc qui ne dit mot consent). Où l’on apprend que le chef du cpl neutralisait certaines décisions, il semble avoir ouvert là une boite de « pandore ». Si par extraordinaire l’on devait avoir des élections anticipées, les futurs élus devront mettre de la bonne volonté pour faire aussi « mal » que l’équipe en place.

Bery tus

a vous lire madame surtout la fin de l'article .. on dirait que sont les ministres FL qui n'inspire pas confiance et qu'il fallait remplacer pour apaiser la rue

vous vous etes relut !?!?

pourtant moi je n'ai pas entendu un seul manifestant conspuer sur un seul des ministres FL …

pensez vous vraiment détenir la bonne conclusion !?

Mill Linro

Vidéo qui explique très bien pourquoi se plan de sauvetage est du pipeau https://m.youtube.com/watch?v=hfNklzTzTJo&feature=youtu.be#menu

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants