X

Liban

Les nominations, prochain épisode du bras de fer dans la montagne

Politique

À peine la réconciliation interdruze scellée, Talal Arslane plaide déjà pour sa quote-part.

Yara ABI AKL | OLJ
14/08/2019

La page des heurts de Qabr Chmoun tournée en fin de semaine à Baabda, les regards seront naturellement braqués sur les dossiers épineux suspendus depuis plus de quarante jours à cause de la crise politique suscitée par les affrontements interdruzes du 30 juin dernier. Il s’agit notamment des nominations administratives. Dans un contexte politique tendu, cette bataille devrait opposer le leader du Parti socialiste progressiste, Walid Joumblatt, à son principal rival sur la scène druze, Talal Arslane, et son allié Wi’am Wahhab, avec l’appui du Courant patriotique libre. Une querelle qui vient s’ajouter au bras de fer entre le CPL et les Forces libanaises, sur ce plan.

MM. Arslane et Wahhab ont d’ailleurs déjà commencé à accorder leurs violons avant la bataille des nominations en Conseil des ministres, attendue prochainement.

Samedi dernier, le chef du PDL n’a attendu que quelques heures après la fin de la première séance gouvernementale après la réconciliation de Baabda, pour afficher sa détermination à se réserver une quote-part des postes administratifs consacrés aux druzes au sein de l’administration publique.

Lors d’une conférence de presse tenue à son domicile à Khaldé, Talal Arslane s’est naturellement félicité de la réconciliation scellée vendredi dernier sous la houlette du chef de l’État, Michel Aoun. Mais il s’est empressé de préciser que son parti et celui de Walid Joumblatt divergent sur plusieurs questions relevant de la politique (politicienne) locale. « Il faut opérer une sérieuse réconciliation politique axée sur la résolution des problèmes survenus dans la Montagne (…). Il faut mettre un terme aux tensions confessionnelles et communautaires, notamment pour ce qui est du siège communautaire druze, des droits des druzes au sein de l’administration publique, ainsi que de la participation (druze) à la prise de décision politique », a-t-il lancé. Et M. Arslane de tonner : « La situation actuelle des druzes est inacceptable, tant sur le plan national que dans une optique strictement intercommunautaire. » Une affirmation qui sonne comme une flèche décochée en direction de Moukhtara qui, selon les milieux de Khaldé, exerce son hégémonie sur la scène druze. « Je ne peux pas rester les bras croisés face à cela », a-t-il prévenu, tout en se disant prêt à « contribuer aux solutions, si les bonnes intentions existent ».

Même son de cloche chez le chef du parti Tawhid, Wi’am Wahhab. À l’issue d’un entretien, samedi, avec Talal Arslane à Khaldé, il a déclaré que « les affrontements de Qabr Chmoun n’auront pas de retombées sur les nominations administratives, la représentation gouvernementale devant se répercuter dans les nominations ». « Nous nous sommes déjà entendus autour de cela avec nos alliés », a fait savoir M. Wahhab.



(Lire aussi : Conjonction astrale, l'éditorial de Issa GORAIEB)



Que fera le CPL ?
Cette détermination qu’affichent les deux principaux détracteurs druzes de Moukhtara sert surtout à mettre à profit la rencontre de Baabda, le leader de Khaldé estimant que ce meeting élargi a consacré son poids politique sur la scène druze, et qui, selon lui, équivaut à celui de M. Joumblatt. Mais des observateurs politiques joints par L’Orient-Le Jour soulignent que seule une éventuelle pression de la part du Hezbollah et du Courant patriotique libre pourrait donner satisfaction aux demandes de MM. Arslane et Wahhab, dans la mesure où il s’agit de leurs deux alliés traditionnels. Interrogé par L’OLJ, Mario Aoun, député CPL du Chouf et membre du sous-bloc dit « La garantie de la Montagne » et parrainé par Talal Arslane, ne mâche pas ses mots : « Talal Arslane est l’allié du CPL, et la rencontre de Baabda a consacré sa présence politique sur la scène druze. L’ère du monopole de la décision druze est donc révolue », dit-il.

Sans vouloir répondre explicitement à la question de savoir si une entente a été conclue à Baabda autour du partage des postes réservés aux druzes, Mario Aoun souligne que l’attribution d’une quote-part au chef du PDL « s’inscrit dans la continuité de la pénétration que le CPL a effectuée dans la Montagne lors des législatives de mai 2018 ».

Mais pour ne pas donner le sentiment de vouloir torpiller l’atmosphère positive distillée au lendemain de la réconciliation interdruze, Mario Aoun exclut toute possibilité de voir le cabinet Hariri paralysé à nouveau sur fond de querelle autour des nominations. « Nous avons inauguré une nouvelle page avec Walid Joumblatt, et nous pouvons dialoguer avec tout le monde », se contente-t-il de dire.

Sauf que contrairement à ce qu’auraient pu espérer Talal Arslane, Wi’am Wahhab et le CPL, le leader de Moukhtara, fort d’un appui américain qu’a reflété le communiqué publié la semaine dernière, ne semble pas prêt à faire des concessions supplémentaires à qui que ce soit, comme le déclare sans détour à L’OLJ un proche de M. Joumblatt. « Il est grand temps que tout le monde comprenne que Walid Joumblatt a accepté de faire des concessions, non parce qu’il est dans une position faible, mais dans l’intérêt du pays. Mais nous ne ferons plus de cadeaux », ajoute-t-il, avant de poursuivre : « Nous voulons obtenir nos droits intégralement. Et cela est conforme à la logique axée sur la force adoptée par le chef du CPL. »



(Lire aussi : Joumblatt remporte une manche, mais pas la guerre...)



Le Conseil des ministres
Au lendemain de la réconciliation interdruze, le Conseil des ministres s’était réuni samedi à Baabda sous la présidence de Michel Aoun, et en l’absence du ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil, à qui le PSP avait pourtant imputé la responsabilité des heurts du 30 juin « sur le triple plan moral, légal et populaire ».

Prenant la parole au début de la séance, le chef de l’État a souligné que l’incident de Qabr Chmoun avait eu « des retombées sur le pays », mais que « les choses sont revenues à la normale » à la faveur de la rencontre de vendredi. « La crise a été résolue sur le triple plan politique, par la rencontre de Baabda, judiciaire, à travers l’enquête menée par la justice conformément aux lois en vigueur, et sécuritaire au moyen des services de sécurité qui mettent en application les plans adéquats », a encore dit le président.

À l’issue de la réunion, le ministre de l’Information, Jamal Jarrah, a fait savoir que le Conseil des ministres a approuvé la totalité de son ordre du jour, et qu’il ne se réunira pas cette semaine. Pour ce qui est de l’affaire de Qabr Chmoun, M. Jarrah a fait savoir que le président Aoun a demandé au ministre d’État pour les Affaires des réfugiés, Saleh Gharib (dont deux partisans ont été tués lors des heurts), de ne pas évoquer la question lors de la séance.



Lire aussi

Lettre ouverte au président de la République

Raya el-Hassan : Oui au tribunal militaire, mais sans ingérence politique

Suspension de l’enquête militaire, à cause d’un recours présenté contre le juge Bassil

Qabr Chmoun : l’ambassade US entre en scène et met en garde contre une instrumentalisation de l’incident


À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Ziad Gabriel Habib

dixit comedie musical Fairuz Rahbani "Ya3ich Ya3ich": el cha3eb bi wedeh wa Yalleh bi yhekmo bi wedeh. Cette photo du conseil des ministres en dit long sur l'état politique du liban. On voit l'avant plan mais pas le fond! Y-a-t-il trop de cuisiniers pour que le plat soit réussi?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

A CHACUN SA PART A COUPS DE COMPROMIS... POINT DE
COMPETENCE... DANS LE GATEAU. ET L,ABRUTISSEMENT EST TOUJOURS MAITRE ABSOLU.

Homsy Christian

Et le plus rigolo, dans tout ça, c’est que comme à l’école, il faut réconcilier les chenapans. Avez-vous jamais entendu dans un gouvernement ou un enceinte politique respectable qu’il faille réconcilier des protagonistes? Allons, réconcilions Nicolas Hulot avec Édouard Philippe, ou Christine Taubira avec Emanuel Valls! On se réconcilie, on se pelote jusqu’au moment où le grand frère syrien ou iranien siffle la fin de la récré, ou encore qu’on se gave de commissions ou de positions. Ce pays est mort et enterré.

LA VERITE

ET ON REMET CA

QUI VA ETRE NOMME A L'EDF
un CPL c'est sur

QUI VA ETEE NOMME A TELE LIBAN
grand mystere qui dure depuis des annees

IL FAUT JUSTE ETRE DU PARTI QUI AURA LE DROIT DE NOMMER LA PERSONNE UNE FOIS LA DIVISION DES POSTES ENTRE LES PARTIES EST AGREE ET ETRE DE LA BONNE RELIGION

A part ceci aucune competence n'est requise juste un OUI permanent au desirada du parti qui vous a nomme

WE WILL NEVER MAKE LEBANON GREAT AGAIN WITH THIS MENTALITY



Remy Martin

Je me demande sérieusemment si tous ces individus sclérosés savent vraiment utiliser ces 33 ordinateurs mis à leur disposition par le contribuable...

Ici et ailleurs

Chaque fois que je regarde la photo des ministres réunis dans le luxe de cette salle et celui de cette magnifique table ovale, je ne peux pas m'empêcher de penser, avec pitié, au pauvre Gouvernement français, qui se réunit chaque semaine au palais de l'Elysée dans une pièce polyvalente! Chaque semaine les huissiers dressent la table avant la réunion et la démantèle après la réunion depuis plusieurs décennies déjà.

Je propose au Gouvernement libanais d’utiliser quelques millions des fonds CEDRE à venir pour offrir à l'Elysée une extension du bâtiment et pour créer ainsi une salle spéciale dédiée aux réunions du Gouvernement français tous les mercredis.

Irene Said

Notre respectable communauté druze bicéphale a...bien entendu, deux exigences totalement différentes !
Prête, pour les obtenir, à rallumer le feu à peine éteint dans "sa Montagne" il y a quelques jours.

Pour le bien du Liban ?

Non !!!

Pour satisfaire une mentalité médiévale et un orgueil mal-placé.

Sans oublier leurs commanditaires...qui, eux, ne sont ni druzes, ni libanais, mais qui savent profiter à fond de ces divisions de "nos Druzes" !

Irène Saïd

Gros Gnon

Le jour où les nominations des fonctionnaires de l’administration publique seront basées sur la compétence des candidats plutôt que leur confession, le Liban aura fait un grand pas en avant.

Et avant d’en "nominer" des nouveaux, il faudrait peut-être se débarrasser des anciens, surtout les inutiles (80%?)

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants