X

Liban

Qabr Chmoun : l’ambassade US entre en scène et met en garde contre une instrumentalisation de l’incident

crise

Bassil contre-attaque sur un double front et traite le PSP de « milice à la solde de puissances étrangères ».

08/08/2019

Alors que la guerre des tranchées se poursuit sur fond de l’incident de Qabr Chmoun, avec une nouvelle riposte lancée hier par le chef du Courant patriotique libre Gebran Bassil, qui a réagi aux lourdes accusations que lui a adressées le Parti socialiste progressiste, la diplomatie américaine est entrée en jeu avec une déclaration inédite dans le genre de l’ambassade des États-Unis appelant à un règlement de cette affaire, qui doit rester à l’écart de « toute ingérence politique ». Ce nouveau rebondissement, qui survient après l’intervention directe de Baabda dans cette affaire et la montée au créneau du PSP, est symptomatique de l’ampleur de la crise devenue, de l’avis d’un grand nombre d’analystes, menaçante pour l’avenir du pays.

Bien que nuancée dans la forme et la formulation, la position exprimée par l’ambassade américaine a été perçue comme une réprimande implicitement adressée au pouvoir, et une dose d’appui implicite au chef du PSP, pour signifier qu’un leader druze de cette envergure reste incontournable sur l’échiquier politique libanais.

« Les États-Unis soutiennent un processus judiciaire juste et transparent, sans aucune ingérence politique. Toute tentative d’exploiter l’événement tragique du 30 juin à Qabr Chmoun pour promouvoir des objectifs politiques doit être rejetée », a écrit l’ambassade US sur son compte Twitter. En mettant en garde contre l’instrumentalisation de la justice, l’ambassade faisait ainsi écho aux propos tenus lundi par le ministre du PSP Waël Bou Faour, qui avait accusé le camp du CPL d’avoir « monté de toutes pièces un dossier politique » contre M. Joumblatt, en usant notamment de pressions exercées sur le tribunal militaire pour parvenir à cette fin.


(Lire aussi : Du palais de Justice à Qabr Chmoun, le Léviathan syro-iranien toujours à l’œuvre)



À peine l’information parvenue à Baabda, le chef de l’État Michel Aoun a aussitôt répondu : « Le Liban ne se soumet pas aux injonctions des uns et des autres. Il n’est influencé par personne. C’est plutôt lui qui influence et donne des instructions. »

L’ancien ministre druze et rival de M. Joumblatt, Wi’am Wahhab, a crié à son tour au scandale en qualifiant le tweet de l’ambassade d’ « intrusion flagrante destinée à faire pression sur la justice ».

Vraisemblablement déterminé à aller jusqu’au bout dans ce nouveau bras de fer dans lequel il s’est ouvertement prononcé en faveur de son gendre en affirmant, il y a deux jours, que c’était lui, et non le ministre Saleh Gharib, qui était visé par « l’embuscade », M. Aoun a de nouveau pris hier la défense du chef du CPL, en réitérant, devant une délégation de la diaspora libanaise reçue à Baabda, que « c’est la justice seule qui peut trancher et sanctionner en vertu des lois ». Une position qui, pour le PSP, est d’autant plus « absurde que M. Aoun avait lui-même tranché à la place de la justice, non seulement en concluant qu’il s’agit d’un crime prémédité, mais de surcroît destiné à éliminer M. Bassil, et non plus M. Gharib, une thèse défendue pendant plus d’un mois ».

Dans un communiqué, le PSP a répondu hier au communiqué du Conseil supérieur de la magistrature qui, après la conférence de presse de M. Bou Faour, a démenti les propos du ministre qui avait pointé du doigt une « manipulation de la justice ». « Le communiqué du CSM a été publié sur commande, après que ce camp politique (le CPL) se fut avéré incapable de réfuter les faits véridiques et confirmés relatés par Waël Bou Bou Faour », précise le texte du PSP.


(Lire aussi : L’impasse de Qabr Chmoun met toutes les parties au pied du mur, le décryptage de Scarlett Haddad)


Bassil contre-attaque

À l’occasion d’une cérémonie commémorant les arrestations et la répression des 7 et 9 août 2001 – opérées par l’appareil sécuritaire libano-syrien en réponse à la réconciliation de la Montagne entre le patriarche maronite Nasrallah Sfeir et Walid Joumblatt quelques jours plus tôt – M. Bassil s’est déchaîné à la fois contre le PSP et les Forces libanaises.

« Dix-sept ans après, nous faisons face à un nouveau 7-Août politique », a-t-il lancé en allusion aux accusations du parti joumblattiste dans l’affaire de Qabr Chmoun. Il a affirmé que « la réaction du CPL a été d’éviter de tomber dans une embuscade et un piège politique ». « Nous œuvrons de pied ferme en faveur d’un partenariat druzo-chrétien et ne reculerons devant rien, quel que soit l’étendue de leurs mensonges. Le blocage des rues et l’agression ont visé des ministres et des députés qui visitaient leur région et leurs proches. Les faits sont clairs et aucune instance judiciaire, quelle que soit sa compétence, ne pourra occulter ces faits », a-t-il dit. M. Bassil a accusé le PSP d’être mû par « une logique milicienne » et de servir d’« agent à la solde de puissances étrangères », en allusion aux relations qu’entretient Walid Joumblatt avec les diplomates étrangers, plus précisément américains. Le chef du CPL s’en est par ailleurs pris à Samir Geagea, qu’il a accusé de s’être lui-même dérobé à l’accord de Meerab, en voulant marquer des avantages au sein du gouvernement comme dans les nominations.


(Lire aussi : Les évêques maronites appellent à dépolitiser l’affaire de Qabr Chmoun)



Berry mécontent

L’escalade constatée ces derniers jours sur la scène politique, du fait notamment du revirement de la position du chef de l’État dans cette affaire, et le durcissement des discours politiques de part et d’autre ont fait craindre un retour à une polarisation aiguë de la scène interne.

En dénonçant une tentative visant à l’éliminer de l’échiquier politique, ou du moins à lui couper les ailes, Walid Joumblatt semble avoir réussi à fédérer autour de lui plusieurs forces issues du 14 Mars, ressuscitant ainsi une dynamique d’opposition plus ou moins déclarée depuis que Baabda s’est directement invité dans la danse.

Si le chef des FL a explicitement pris position en faveur de son allié druze, ce dernier peut compter également sur la position nuancée, mais non moins en sa faveur du courant du Futur, un autre allié politique du PSP, qui a exprimé jeudi une mise en garde contre toute ingérence dans le processus judiciaire. Même s’il ne s’est jamais prononcé dans un sens comme dans un autre dans cette affaire, le Premier ministre Saad Hariri, qui refuse à ce jour de convoquer le gouvernement à une réunion, espérait ainsi éviter non seulement l’implosion du gouvernement, mais également un vote en faveur de la Cour de la justice que réclamait à cor et à cri Talal Arslane.


(Lire aussi : L’entourage de Baabda dans la ligne de mire du PSP)



Quant au président du Parlement, Nabih Berry, qui a subtilement refusé depuis le début la saisine de l’affaire de Qabr Chmoun par cette cour exceptionnelle, il aurait, comme l’ont rapporté des sources informées, laissé entendre devant ses visiteurs que ses ministres ne voteraient pas contre le chef du PSP en Conseil des ministres, si cette option devait être retenue.

M. Berry, qui a exprimé à maintes occasions son irritation de la manière dont cette affaire a été traitée et a dénoncé « l’attitude irresponsable des différents protagonistes », est revenu à la charge hier pour signifier implicitement son mécontentement de « l’attitude du chef du chef de l’État et son revirement de dernière minute », comme le confie une source proche de Aïn el-Tiné.

Le président de la Chambre, qui menait une médiation politique pour régler cette affaire, a cependant affirmé avoir mis en veilleuse son initiative.


(Lire aussi : Qabr Chmoun : le PSP accuse le camp aouniste d'avoir "monté de toutes pièces un dossier politique")



« Toute initiative nécessite l’approbation de toutes les formations politiques concernées. L’initiative de M. Berry bénéficiait jusque-là de 90 % d’approbation expresse et tacite de la part de ces formations. Mais lorsque le président Berry a entendu des propos qui ne vont pas dans ce sens (comprendre ceux de M. Aoun sur l’embuscade présumée visant M. Bassil), il a décidé d’éteindre les moteurs de cette initiative, en espérant un regain de conscience et de sagesse de la part de tous les responsables », a affirmé le député Ali Bazzi, au nom de M. Berry.

Ce dernier a enfin insisté sur la nécessité d’obtenir une réconciliation globale et complète et de tenir un Conseil des ministres sans que l’affaire de Qabr Chmoun ne soit abordée durant cette réunion, une proposition saluée par la députée FL, Sethrida Geagea, dans un communiqué.


Lire aussi

Après les accusations de Bou Faour, le bloc aouniste affirme "se fier à la justice"

La nasse, l'éditorial de Issa GORAIEB

Joumblatt reste incontournable !le décryptage de Scarlett HADDAD

Hamadé tance les ministres qui veulent « transformer le régime démocratique en dictature népotiste »

Mises en garde occidentales contre une chute du cabinet Hariri

Nasrallah : Dire que le Hezbollah contrôle le Liban est un mensonge

Geagea à « L’OLJ » : Le scénario de Saydet el-Najate se répète avec Walid Joumblatt

Joumblatt à « L’OLJ » : « Le dialogue ? Oui. La capitulation ? Jamais ! »

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Remy Martin

Certains sont à la solde de l'Iran, d'autres à celle des Etats-Unis. Personne à la solde du Liban ? Triste.

Sarkis Serge Tateossian

La base même de l'art de faire de la politique n'est pas respectée ...

Ceux qui ouvrent le feu à chaque fois qu'ils prennent la parole connaissent-ils les rudiments élémentaires de la diplomatie et de la politique ?
Je n'en ai pas l'impression.

En cas de crise, depuis quand un membre de gouvernement prend partie et ouvre les hostilités à l'encontre de ses opposants avec autant de hargne et de violence ?

Je suis étonné...

Ce genre d'échanges acerbes domestiques, est éventuellement le travail des portes paroles des partis populistes, de deuxième zone, mais en aucun cas des membres de gouvernement, qui eux, ont besoin de calme et de maitrise de soi.

JE SUIS ÉTONNÉ....TRÈS ÉTONNÉ

Eleni Caridopoulou

Mr Bassil n'importe quoi si le PSP est à la solde de puissances etrangeres et vous vous êtes à la solde de qui?

Wlek Sanferlou

Trêves de déclarations !!!!
Taisez vous tous et au travail!
Utilisez vos méninges plutôt que vos g.....s

Marionet

Le PR a eu une attitude digne et fière après le tweet intrusif des US mais au plan interne il doit rester un arbitre impartial, au-dessus de la mêlée et, surtout, surtout, il doit se choisir un autre dauphin. Quant aux autres protagonistes de cette affaire, ils sont tout simplement lamentables à vouloir se partager les dépouilles de ce pays. Allez, du balai, le Liban mérite mieux.

Pierre Hadjigeorgiou

le tweet de l'ambassade US prouve que les choses ont dépassés le cadre du conflit local. La pression et la tension monte d'un cran et tout porte a croire que la situation risque d'atteindre un paroxysme autrement dangereux! Est ce une démonstration de force? Des messages lancés de part et d'autre? Toutefois, il y a 17 ans, il avait été clairement mentionné, lors d'une rencontre internationale, que tout changera avec le temps et que le Liban retrouvera sa superbe mais que cela prendra du temps... Depuis beaucoup d'eau a coulé sous les ponts... Tous les pays qui, de prés ou de loin, ont participé ou s’étaient évertués a détruire le Liban ont été a leur tours détruit: Libye, Iraq, Syrie... En fait le compte a rebours avait commencé en 1982: Le Président Reagan, nous a débarrassé des Palestiniens. Le Liban n'a pas su profiter de cette Aubaine. Nous connaissons la suite. En 2005, Bush fils a fait de même avec les Syriens a travers la résolution 1559. Aujourd'hui Trump a mis dans le collimateur l'Iran, qui j’espère sera le dernier a encore oser s'en prendre au Liban... A suivre...

Homsy Christian

Quand Mr Bassil & co sont incapables de se comporter en adultes responsables, il ne faut pas s’étonner que la porte s’ouvre pour les influences étrangères. Par ailleurs, traiter le PSP de parti sous influence étrangère, c’est l’hôpital qui se moque de ma charité! Quelle honte. On est au bord du gouffre, en avant marche!

Cadige William

Loin de calmer les choses, ce tweet met encore plus d’huile sur le feu et met en lumière davantage la position deja fragilisée de Certains.

Irene Said

"...c'est la justice seule qui peut trancher et sanctionner en vertu des lois..."

Enfin des paroles de sagesse, grâce au ciel !

Continuez aussi à recevoir des délégations du matin au soir qui vous applaudissent bien fort, et autant que possible gardez avec vous votre ministre des affaires étrangères, en lui ordonnant de se tenir bien sage et de ne pas dire tout et n'importe quoi !

Le Liban, ne mérite-t-il pas quelques efforts de patriotisme ?

Irène Saïd

M.E

Moi je subis quotidiennement des embuscades tendues par des motards en sens interdit et plus généralement de toutes sortes de libanais qui se croient tout permis, y compris dans l'espace public. Cette mentalité est la norme en vigueur dans le pays et qui a accouché tout naturellement de Qabr Chmoun. Parents stupides, école publique déficiente, État absolument corrompu et incompétent et il faut s'attendre à quoi de la plupart des libanais? Cela étant, il y en a qui à un instant t sont victimes et d'autres pires que d'autres. Dans cette histoire de Qabr Chmoun, l'axe pro Syrien qui a aidé ou encouragé Bachar à la fois à inventer des djihadistes et à détruire la Syrie reste l'ennemi fondamental du futur déjà blême de ce pays et il ne faut pas laisser tomber Joumblatt.

Yves Prevost

Qui ose parler de "milice à la solde de puissances étrangères"? L'allié de la seule milice encore sous les armes, le Hezbollah iranien!

c...

On a l’impression de se trouver dans une cour de récréation ... zone de défouloir par excellence.... où disputes, violences verbales ou physiques se succèdent, là ,l’histoire commence à prendre des proportions inquiétantes et s’étale sur la durée, il convient, comme d’habitude, qu’un « adulte » intervienne pour sonner la fin de cette récréation, le hic au Liban c’est que nos « hommes » politique n’ont pas la maturité pubérale qui leur permette de sortir de cette situation. On attend le coup de sifflet final d’un adulte de pays tiers ....

Chucri Abboud

Maos que vient faire l'ambassade américaine dans cette galère qui ne la concerne pas ? Sommes-nous une colonie ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

MALHEUREUSEMENT L,INSTRUMENTALISATION VIENT DU SOMMET. UN CRIME CONTRE LE PAYS ET SON PEUPLE.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants