X

La Dernière

Cantina Sociale, un « hang out » pour tous les âges

L’aile ou la cuisse
10/08/2019

Une cantine sociale est, par définition, une « coopérative viticole ». Ici, il s’agit également d’un caviste, doublé d’un bar et café en libre-service situé au cœur d’Achrafieh. Proposant des vins du monde entier, cet endroit agréable et informel fournit plus de 370 références, dont 24 sont accessibles via leurs distributeurs automatiques, aux clients qui possèdent une carte de membre.

Depuis environ trois ans, Cantina Sociale est le lieu de prédilection des étudiants. Ouvert tous les jours à partir de 8h du matin, avec une connexion haut débit et gratuite à internet, le lieu, très confortable pour se détendre ou travailler, attire de nombreux étudiants qui viennent avec leur ordinateur se poser et travailler. C’est un espace décontracté où il fait bon lire un livre, siroter un café, savourer un verre de vin, rédiger un article, dîner en plein air sur la terrasse ombragée, se détendre dans une atmosphère chaleureuse et savourer une cuisine simple mais bonne – une sélection de salades et de sandwichs, de fromages et de planches de charcuterie –, tout en profitant d’un bon moment entre amis. J’ai moi-même découvert ce petit joyau lorsqu’un couple de très chers amis m’y a invitée pour la première fois il y a quelques mois. Depuis, c’est devenu notre lieu de rencontre, un moment de détente où nous pouvons discuter, dîner et passer une bonne soirée.

Il est vrai qu’en journée, Cantina Sociale a souvent des « airs d’adolescent », en raison de sa jeune clientèle. Mais à partir de 19h30, les lumières se tamisent et, comme par magie, la clientèle change et s’étend à tous les âges. Le service rapide, les prix excellents et le personnel très sympathique ont certainement contribué à cela.

À Cantina Sociale, vous pouvez prendre votre petit déjeuner, votre déjeuner et votre dîner, ou même un brunch spécial en week-end, à base d’œufs brouillés, de toasts à l’avocat et d’un verre de sangria. Le tout pour (seulement) 17 dollars. Sinon, vous êtes invités à composer votre propre salade (à partir de 8 dollars) : une base de pousses vertes, d’épinards et de kale, de quinoa ou de riz chou-fleur, garnie de quatre ingrédients inclus et d’autres, ceux que vous souhaitez avoir dans votre assiette, pour 0,50 dollars chacun. Vous pouvez aussi y ajouter votre sélection de protéines premium pour un coût moyen de 3 dollars, de la sauce vinaigrette et des noix. Ou vous pouvez opter pour une bruschetta, avec un grand choix de bouchées appétissantes tel l’Anise Bresaola, le guacamole et le halloumi, le champignon et le romarin, le brie et les pommes grillées ou même le fromage bleu, la figue et le Prosciutto… Enfin, vous pouvez opter pour un sandwich au poulet Jalapeño, un « wrap » de dinde et de fromage fondu, ou même un kaak fourré aux figues et au fromage de chèvre. Toutes les options sont vraiment délicieuses, mais ce qui aide Cantina Sociale à vraiment se démarquer, c’est le pain savoureux qu’ils utilisent, au croustillant et au goût prononcés. Il faut aussi souligner que les portions sont très généreuses, les prix raisonnables et la présentation attrayante. En plus de toutes ces délicieuses options, vous pouvez vous faire plaisir avec une bouteille de vin disponible en « bibliothèque ». Il faut souligner que Cantina Sociale appartient à Touma Enterprises, qui est également le distributeur exclusif des systèmes de distribution de vin utilisés sur place, ce qui explique pourquoi ils travaillent d’arrache-pied pour rendre le vin plus accessible, le tout dans un environnement décontracté et confortable. Sur ces distributeurs automatiques de vin, vous pouvez utiliser votre carte de membre Cantina Sociale et choisir l’une des trois options suivantes : échantillon, demi-verre ou verre – un moyen ingénieux de promouvoir l’éducation continue en matière de vin.

Manger et plus

Mais il n’y a pas que cela pour satisfaire le client… En effet, de nombreux événements accompagnent ces moments de gourmandise, parmi lesquels des soirées jeux de société, des soirées dégustation de vins, des soirées jazz ou encore des projections de films, pour n’en citer que quelques-uns.

Outre l’option de distribution de vin, le client fait sa commande au comptoir, et reçoit un « buzzer » qui l’informera en temps voulu que sa commande est prête afin qu’il puisse la récupérer et s’installer à sa table. Le personnel est serviable et courtois au moment du choix et fournit toujours des conseils en cas de besoin. Une fois que vous avez choisi votre table, que vous vous serez juchés sur des tabourets hauts (qui ne sont pas très confortables) ou installés dans des chaises standard ou des fauteuils, vous aurez peut-être droit à la compagnie du chat résident, le chat le plus paresseux de la ville, prénommé Vinny, qui dormira probablement sur le coussin, à vos côtés, en terrasse. Car Cantina Sociale n’est pas seulement un lieu décontracté, humble et charmant, mais aussi un espace où les animaux de compagnie sont les bienvenus et où vos compagnons seront bien reçus.

Il convient également de noter qu’il existe au menu des options sans gluten pour les personnes concernées. Une si bonne nourriture à des prix aussi raisonnables (autour de 25 $) dans un environnement agréable fait de Cantina Sociale le lieu de rencontre idéal, toutes générations confondues.

CANTINA SOCIALE, Achrafieh, rue de l’Indépendance

DATA

Son : Niveau Max = 99,3 dB, TWA = 68,6 dB

Qualité de l’air : 80/100 (moyen), COV 0,2 ppm, humidité 44%, température +22°C

NOTES

Son : 3/5

Décoration : 3/5

Personnel : 4/5

Plats : 4/5

Propreté : 4/5

Avis : très bon

Prix : raisonnable

En résumé…

On aime bien : le personnel amical, le concept de vin dans les distributeurs automatiques, les salades à composer soi-même, le pain, les sandwichs, la sangria, l’ambiance décontractée, les prix raisonnables.

On aime moins : l’organisation du menu qui gagnerait à être revu, et le très faible éclairage le soir.

Le conseil : allez-y en groupe et partagez les nombreuses options appétissantes dont ils disposent. Choisissez une table basse car elles sont beaucoup plus confortables que celles, hautes, agrémentées de hauts tabourets. N’y allez pas pendant la journée à moins que vous ne vouliez vous mêler aux jeunes étudiants. Choisissez une table en terrasse si la météo le permet.



*Critique gastronomique.

Trois ans que, sous un nom d’emprunt, cette Cruella des fourneaux sévit under cover dans la Dernière de « l’Orient-le Jour », un samedi sur deux. Qu’elle multiplie ses visites dans un restaurant, observe les gestes, les plats, les goûts, le service et l’aménagement des lieux. Qu’elle apprécie ou critique avec la plus grande objectivité.

Applaudie par beaucoup, haïe par d’autres, crainte par tous, elle permet surtout aux Libanais d’être (enfin) plus exigeants en termes de gastronomie.

FB : www.facebook.com/CordonCourtine/

Insta : cordon.courtine

E-mail : cordoncourtine@gmail.com


Dans la même rubrique

SAX, trop et trop peu

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la man’ouché

Le Petit Gris, atmosphère intime et expérience culinaire plutôt réussie

Blû Salt, un one-man-show

Luigi Cucina Italiana, italiano vero

DON, de la street-food asiatique à la sauce libanaise

« Swiss Butter », une opération marketing réussie

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Camille Chidiac

Cet article ressemble davantage a une publicité qu’á une critique gastronomique.
Elle veut même nous faire croire qu’elle a analysé la qualité de l’air!!!

Tina Chamoun

Vous avez juste omis de préciser que le soir une fois les lumières trop tamisées que c'en est étouffant, la musique au volume assourdissant empêche carrément toute discussion! Pour les distributeurs à vin, c'est peut-être une idée cool pour attirer les djeunes, mais je cuve jusqu'à présent mon vin que j'ai vu couler d'un robinet automatique comme un vulgaire jus de fruit!!

Michele Aoun

Donc, Cordon Courtine est une femme!

Cadige William

Une sandwicherie qui semble originale et accessible a toutes les bourses.
A essayer avant ou apres un cine.

Dernières infos

Les signatures du jour

Impression de Fifi ABOU DIB

Cartables

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants