X

Liban

Odeurs nauséabondes sur le Grand Beyrouth : quand s’attaquera-t-on aux racines du problème ?

Déchets Le ministère de l’Environnement a fait appel à une entreprise étrangère pour traiter le problème des relents pestilentiels dans les environs des décharges.


12/06/2019

Les habitants des environs des décharges de Costa Brava (Choueifate, sud de Beyrouth) et de Bourj Hammoud-Jdeidé (nord de Beyrouth) suffoquent littéralement. À Bourj Hammoud, des habitants témoignent du fait qu’ils ne peuvent même plus ouvrir leur fenêtre. Dans des régions un peu plus éloignées, comme Furn el-Chebback, d’autres racontent que les relents de ce qui semble être des déchets en putréfaction sont incessants, les rendant presque fous !

Le ministère de l’Environnement et le Conseil du développement et de la reconstruction ont annoncé hier avoir fait appel à une entreprise étrangère pour étudier le terrain et proposer des solutions. Cette initiative pose cependant un nombre de questions : pourquoi mettre des efforts à traiter des odeurs avant même de s’attaquer au problème initial, celui d’une solution durable au traitement des déchets ménagers ? Surtout avec la volonté du gouvernement, déjà exprimée par le ministre de l’Environnement Fady Jreissati à une précédente occasion, d’agrandir la décharge de Bourj Hammoud-Jdeidé, sachant que celle de Costa Brava est déjà en cours d’agrandissement ? Combien coûtera cette opération et qu’en est-il de la pollution dont ces relents sont un indicateur ?

Le ministère de l’Environnement a donc annoncé hier, dans un communiqué, avoir eu recours à une entreprise spécialisée pour déterminer les sources des odeurs, et trouver une solution à celles-ci. Dans son rapport publié par le ministère hier, l’ingénieur Aimé Menassa, spécialiste du traitement des odeurs des collectivités, industries et secteurs agricoles, représentant des produits NoraSystem du laboratoire Phodé, précise que cinq visites ont débouché sur deux comptes rendus. Les lieux visités sont : le centre de tri de Amroussiyé, la décharge de Costa Brava incluant le cours d’eau de Ghadir qui la traverse, le site de compostage de Coral (la Quarantaine), les décharges de Bourj Hammoud-Jdeidé incluant les fleuves de Nahr Beyrouth et du Metn qui les traversent et un élevage de bovins près de l’aéroport. Les conclusions de l’expert retiennent les sources suivantes d’odeurs : les ordures ménagères fraîches et en cours de putréfaction ou en cours de compostage, les mauvais composts mal stabilisés, les eaux usées dans les fleuves, les fermes d’élevage, les déjections animales (fumiers de bovins) et les abattoirs.

Les deux zones critiques, toujours selon le rapport, sont celles de Bourj Hammoud-Jdeidé jusqu’aux régions de Chiyah-Hadeth et la partie basse et septentrionale d’Achrafieh (envahie par les relents notamment le soir), et celle des environs de l’aéroport où sévissent les odeurs d’eaux usées et de déjections animales.


(Lire aussi : En odeur d’insanité, l'éditorial d'Issa GORAIEB)



Le coût estimé après les essais

Interrogé par L’Orient-Le Jour sur le traitement envisagé, M. Menassa, actuellement en France, précise qu’il s’agit « de produits qui éliminent l’odeur grâce à la minéralisation des molécules odorantes, en d’autres termes le produit agit sur la source de l’odeur en lui faisant prendre une forme minérale inodore ». « C’est exactement ce qui se passe dans la nature, où la destruction de l’odeur se fait progressivement par l’intervention d’une combinaison chimique naturelle, poursuit-il. Mais au lieu de prendre du temps comme dans la nature, ce procédé est accéléré par le produit et ne nécessite que quelques secondes. »

L’expert insiste sur le fait que les produits en question sont fabriqués à partir de matières naturelles, sans ajout de matières chimiques, et qu’il existe plusieurs substances pour les différentes sources de nuisance olfactive.

Interrogé sur le coût d’une telle opération de désodorisation de grands sites, M. Menassa affirme qu’il est trop tôt pour le déterminer, mais que « ces produits ne sont pas onéreux ». « Nous devons mener les tests dans les 15 jours à trois semaines à venir pour déterminer les doses à utiliser, précise-t-il. Ensuite, nous pourrons lancer un plan d’action. Il faut savoir que cette action n’est pas du tout unique au Liban, de tels traitements sont employés dans 52 pays. »

Peut-on avoir l’ambition de se débarrasser définitivement des odeurs néfastes sans que les sources de ces odeurs ne soient traitées en profondeur ? « Il est évident qu’il vaut mieux mettre en place des solutions aux problèmes existants, reconnaît-il. Au lieu de laisser les eaux d’égout se déverser en mer, mieux vaut construire une station d’épuration, ou instaurer le tri à la source pour éviter que les déchets n’arrivent tels quels dans les centres de tri… À ce moment-là, il sera possible de traiter les odeurs dans ces structures-là. Mais dans l’état actuel des choses, on ne peut que mettre un terme aux nuisances olfactives. »


(Lire aussi : À Berbara, la plage a meilleure mine après l’opération #SaveOurFace)



Le H2S, un gaz dangereux émanant des décharges

Pour beaucoup, cependant, traiter les odeurs ne revient pas à éliminer la pollution. Interrogée par L’OLJ sur cette initiative du ministère de l’Environnement, Najat Aoun Saliba, directrice du Centre de conservation de la nature à l’Université américaine de Beyrouth et spécialisée dans la pollution de l’air, se demande « comment on peut envisager de traiter les odeurs sans traiter les sources de ces relents ». « Que veulent-ils faire, isoler l’odeur dans l’air et la démanteler ? Pulvériser des produits à travers des cheminées géantes au-dessus des décharges ? Quand il y a une source d’odeur, on s’emploie à la traiter, pas juste à masquer ce qui s’en dégage, lance-t-elle. Mais je dois attendre de m’informer sur ce qu’ils comptent faire pour m’exprimer vraiment. »

Ce qui étonne surtout la chercheuse est le fait que « le ministère de l’Environnement, qui a un budget si réduit, préfère débourser de l’argent pour traiter les odeurs plutôt que de traiter le problème en tant que tel », se demandant « ce que va coûter cette opération ».

Pour ce qui est du danger potentiel des émanations sources d’odeur, Najat Aoun Saliba affirme, sur base d’une étude effectuée par le Centre de conservation de la nature, qu’elles sont loin d’être anodines. « Le gaz le plus dangereux qui se dégage des déchets, tel que nous l’avons mesuré avec les moyens du bord, est le sulfure d’hydrogène ou hydrogène sulfuré (H2S), qui a des conséquences graves sur la santé, notamment celle des enfants », dit-elle.


(Lire aussi : Journée de nettoyage des plages : rencontre avec une jeunesse mobilisée et... désabusée)


L’étude effectuée par le centre a montré que, près de Bourj Hammoud, la concentration de H2S dans l’air peut atteindre les 51 microgrammes par mètre cube (données publiées sur sa page Facebook). Cette étude cite une autre étude récente effectuée en Chine sur une concentration près de 10 fois inférieure (4,9 microgrammes par mètre cube), et qui a montré une déficience dans l’immunité et une détérioration des fonctions respiratoires chez les habitants des environs, plus particulièrement les enfants, prouvant que le H2S est fortement lié aux problèmes découlant de la réduction de la fonction pulmonaire. Une carte effectuée par le centre montre que 25 écoles et 10 centres hospitaliers sont dans la zone exposée aux fortes concentrations de H2S dans la zone de la décharge de Bourj Hammoud-Jdeidé.


Lire aussi

F. Jreissati : Nous aspirons à traiter 80 % et à n’enfouir que 20 % des déchets


Pour mémoire

Le ministre de l’Environnement lance la campagne annuelle de nettoyage du littoral

Opération Big Blue : la bataille contre le plastique

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Stes David

Si je me souviens bien, la UE avait sponsorisé l'usine de traitement des déchets, à Tripoli, qui a été fermé par la municipalité « pour odeurs nauséabondes » (https://www.lorientlejour.com/article/1091918/a-tripoli-la-situation-senvenime-avec-la-fermeture-de-lusine-de-traitement.html) Une usine de traitement des déchets à Bourj Hammoud ca risque de finir comme l'usine de traitement des déchets, à Tripoli, c.a.d. celui qui essaie de règler le problème risque d'être accusé d'être la racine du problème ...

MAKE LEBANON GREAT AGAIN

si vous voulez vraiment regler le probleme vous mettez devant la maison de chaque ministre et depute une grande quantite de dechets et vous allez meme jusqu'a Baabda
Vous aurez une solution dans les 48 heures et les fonds necessaires hors budget pour resoudre le probleme une fois pour toute

Eddy

Dieu, viens à notre aide.

Tarabay Rima

C'est une blague!! Il n 'y aucun tri des déchets. Les décharges sont installées à proximité des maisons et on a besoin de sociétés étrangères pour voir comment trouver une solution pour les odeurs ? Mais la solution est toute simple il faut juste avoir un réel plan pour la gestion des déchets, avec du tri et du recyclage de manière durable. Mais aucun politique ne veut cette solution.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES BULLES DE GAZ EMPOISONNEES QUI S,ECHAPPENT DERNIEREMENT DE PLUSIEURS ECHAPPEMENTS D,ABRUTIS INCOMPETENTS ONT EMPOISONNE L,ATMOSPHERE DU PAYS. CAR CES POISONS SONT PLUS DANGEREUX QUE LES EXHALAISONS TOXIQUES DES POURRITURES DES DECHETS. IL FAUT LES OBTURER.

gaby sioufi

etait - ce ce meme ministre qui avait declare haut et fort ET FIER que nous en serions debarrasses tres bientot ?

et l'autre super ministre qui promettait monts et merveilles apres les 1ers 100 jrs passes .....

ou encore LES ministres qui ont promis, signature a blanc a l'appui de s'en retourner chez eux illico au cas ou ......

Le point

Un jour viendra où une entreprise proposera des usines d'incinération gratuites et en contrepartie elle mettra la main sur tous les magnifiques terrains consacrés aux ordures sur tout le littoral. Des millions de mètres carrés gaspillés, souillés, sacrifiés, au lieu qu'ils ne soient consacrés au tourisme et à l'économie.

Irene Said

Libanais, vous rendez-vous compte comme nous sommes un peuple privilégié ?

1) Nous avons un ministre des affaires étranges et moulin à paroles maladroites qui tourne sans arrêt...mais couvé par beau-papa qui n'a plus la force de lui dire: STOP !!!

2) Nos avons maintenant aussi un ministre-distributeur de parfums divers sur notre environnement:
pour couvrir les ôdeurs des nombreuses décharges de déchets à l'air libre, il a une idée géniale...les masquer par des...parfums !!!

Chaque quartier envahi par les ôdeurs des déchets pourra ainsi choisir son parfum préféré pour les masquer:
violette, jasmin, rose, lavande etc.

L'histoire des rois de France et autres nous dit que pour masquer leur ôdeur corporelle (ils ne se lavaient pour ainsi dire jamais) ils s'aspergeaient de parfums...

Ces parfums que Fadi Jreissati nous propose, mélangés à la pollution des décharges, seront-ils moins nocifs que les émanations des incinérateurs que tout le monde refuse obstinément ?

Irène Saïd

Aboumatta

Très bien la carte,
peut-on donner le liens ou eon peut explorer cette carte en meilleurs resolution sur le site de l AUB ?
il est très difficile de lire les noms des sites / écoles
Merci l'OLJ !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le travail des Palestiniens, un dossier délicat et un timing sensible

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants