X

Liban

D’Achrafieh à Bkerké, un émouvant adieu populaire au patriarche de la deuxième indépendance

Hommage

Des milliers de personnes n’ont pas hésité à se poster tout le long du chemin emprunté par le cortège funéraire afin de faire leurs adieux au prélat.

16/05/2019

Journée forte en émotions hier pour l’Église maronite et l’ensemble du pays. Personnalités religieuses, hommes politiques et fidèles ont accompagné la dépouille mortelle du patriarche maronite émérite Nasrallah Sfeir de l’hôpital de l’Hôtel-Dieu, à Achrafieh, jusqu’à Bkerké, où Mgr Sfeir sera inhumé cet après-midi. Des milliers de personnes, de différentes régions et de tous âges, n’ont pas hésité à se poster tout le long du chemin emprunté par le cortège funéraire, de la capitale vers Bkerké, afin de faire leurs adieux au prélat.

Les fidèles ont commencé à s’amasser tôt le matin devant l’hôpital où Mgr Sfeir avait passé ses dernières heures, avant de s’éteindre dimanche dernier à l’aube. Le patriarche, qui devait fêter ses 99 ans hier, avait passé ses derniers jours dans l’unité des soins intensifs. Tôt le matin, l’archevêque maronite de Beyrouth, Mgr Boulos Matar, a présidé à la chapelle de l’Hôtel-Dieu des prières en présence de nombreuses personnalités, dont notamment plusieurs députés des Forces libanaises Chaouki Daccache, Ziad Hawwat, Wehbé Katicha, Imad Wakim et Pierre Bou Assi, le ministre FL des Affaires sociales Richard Kouyoumjian, le député Farid Khazen, l’ancien député Farès Souhaid, le chef du Mouvement du changement, Élie Mahfoud, ainsi que la famille du défunt.

À la sortie, vers 8h15, de l’hôpital où une foule nombreuse attendait, le convoi a été accueilli par une pluie de pétales de roses, des chants religieux diffusés par haut-parleur et de l’encens. Plusieurs personnes arboraient des photos de Mgr Sfeir et de nombreux partisans des Forces libanaises étaient présents sur place. Ils ont suivi le cercueil jusqu’à Bkerké à bord de dizaines de véhicules qui arboraient les drapeaux FL. On pouvait également percevoir des drapeaux du parti Kataëb, notamment au niveau du secteur du Palais de justice. Le convoi funèbre, escorté par des motards et des unités des Forces de sécurité intérieure ainsi que par une unité de l’armée, comptait une quinzaine de véhicules. Comme il fallait s’y attendre, des embouteillages monstres ont bloqué la circulation à Beyrouth même, aux portes de la capitale ainsi que sur le pan de l’autoroute allant de Beyrouth vers le Nord.



(Lire aussi : À Bkerké, un moment solennel qui semble durer une éternité)


Recueillement et messes en continu

Même s’il ne comptait pas faire des arrêts en chemin, le cortège funèbre a dû se plier à plusieurs reprises à la volonté des fidèles qui l’attendaient sur la route. De nombreuses personnes observaient également son passage depuis leurs balcons. De grands portraits et des banderoles rendant hommage au patriarche émérite défunt étaient posés tout le long de l’autoroute.

À Nahr el-Mot et Jal el-Dib, des élèves habillés en blanc ont aspergé le convoi de pétales de roses tandis qu’une fanfare municipale jouait des morceaux funèbres. Même spectacle de mobilisation populaire à Nahr el-Kalb, Zouk Mikaël et au niveau du stade Fouad Chéhab, à Jounieh. Là aussi les drapeaux FL étaient présents en grand nombre ainsi que des drapeaux Kataëb en certains endroits.

Les cloches de Bkerké ont sonné avec l’arrivée, un peu avant 11h, de la dépouille mortelle du patriarche à Bkerké. Le cercueil a été accueilli par le patriarche maronite Béchara Raï, et plusieurs personnalités politiques (voir par ailleurs). Le cercueil ouvert a été exposé durant tout l’après-midi dans la chapelle Notre-Dame de la Tendresse, située dans l’enceinte de Bkerké, pour ceux qui souhaitent se recueillir devant le corps du prélat. Des messes ont été célébrées sur place en continu jusqu’à 17h30. Elles ont été suivies de prières jusqu’à minuit. Des fidèles présents à Bkerké hier ont évoqué une ambiance émue et teintée de piété. Mgr Raï a passé le reste de la journée à recevoir les condoléances de personnalités de différents horizons.

À noter que les images en gros plan diffusées dans les médias de la dépouille mortelle du patriarche Sfeir reposant dans son cercueil n’ont pas manqué de susciter chez certains des interrogations et de l’indignation. Le directeur du Centre catholique d’information, le père Abdo Abou Kassem, a expliqué qu’il s’agissait d’une tradition au sein de l’Église maronite. « Les Libanais prennent la bénédiction d’un homme de son envergure », a expliqué le prêtre, dans un entretien à la chaîne MTV. « Cela permet aussi aux fidèles de poser un dernier regard d’adieu sur le patriarche », a-t-il ajouté.

L’évêché maronite de Zahlé a quant à lui proposé aux paroissiens de la région des transports communs pour se rendre aux funérailles cet après-midi. Sur un autre plan, l’Association des commerçants d’Achrafieh, Sodeco et Gemmayzé a appelé les magasins de la région à fermer leurs portes aujourd’hui. Parallèlement, et conformément à une note du Premier ministre Saad Hariri portant sur le deuil national de 48 heures observé hier et aujourd’hui, les banques et toutes les entreprises privées ainsi que les écoles publiques et privées seront fermées aujourd’hui.





Lire aussi

Obsèques grandioses aujourd’hui pour Nasrallah Sfeir

Sfeir-Khaled, même combat : l’unité nationale pour la souveraineté

Casseur de silence(s), l'édito de Issa GORAIEB

Quand le biographe de Sfeir se met à l’école de son sujet

Notre Patriarche à tous

Le Chouf pleure le « patriarche de la réconciliation »

L’ultime envol du Patriarche...

« Musulmans et chrétiens admiraient le patriarche Sfeir, c’était un vrai patriote »

La disparition du patriarche Sfeir « une perte pour tout l’Orient arabe », affirme au nom de ses pairs l’ambassadeur du Koweït

Nasrallah Boutros Sfeir, témoin inébranlable du « Liban-message »

« Le seul qui a osé lever la tête alors que nous étions sous la botte syrienne »

De Taëf au retrait des troupes syriennes, les moments-clés du patriarche

Le Grand Liban(ais), l'édito de Ziyad Makhoul

« Tous les jours, j’étais fière qu’un homme de son calibre soit originaire de mon village »

 Un patriarche de fer à la main de velours


À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La délicate position du Liban aux rencontres de La Mecque

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants