Rechercher
Rechercher

Hommage

Notre Patriarche à tous

Les anciens ministres Hassan Rifaï (à gauche sur la photo) et Joseph Chaoul entourant le patriarche Sfeir, à Bkerké, en juillet 2005. Photo Tony Frangié

Le patriarche Nasrallah Sfeir nous a quittés. Le vide qu’il laisse derrière lui est particulièrement expressif.

Je m’incline face à la mémoire de ce grand homme de mon pays, pour tout ce qu’il a donné au Liban par sa sagesse, sa persévérance, sa détermination et sa résilience. Aussi, je ne peux, dans ce cadre, qu’évoquer le souvenir du mufti martyr, Hassan Khaled, qui avait péri sur la voie si chère au patriarche Sfeir, celle de la reconquête de la souveraineté et de l’indépendance du Liban.

Qu’il est triste aujourd’hui de voir la grande majorité de la classe politique aller à l’encontre de ces principes ou de les mettre en berne…

Oui ! Notre Patriarche à nous tous est parti avec dans l’âme une amertume et une angoisse profonde pour l’avenir de la patrie après tout ce dont il a été témoin depuis le retrait des forces syriennes… N’avait-il pas bien dit un jour : « Malheur à nous en ces temps de déliquescence ? »

Hassan RIFAI

Ancien ministre


Le patriarche Nasrallah Sfeir nous a quittés. Le vide qu’il laisse derrière lui est particulièrement expressif.

Je m’incline face à la mémoire de ce grand homme de mon pays, pour tout ce qu’il a donné au Liban par sa sagesse, sa persévérance, sa détermination et sa résilience. Aussi, je ne peux, dans ce cadre, qu’évoquer le souvenir du mufti martyr, Hassan Khaled,...

commentaires (1)

Saluer la mémoire du Patriarche défunt devrait justement conduire à éviter de parler de déliquescence du politique car ce mépris est à la base des maux qu'il a voulu combattre

Beauchard Jacques

12 h 48, le 15 mai 2019

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Saluer la mémoire du Patriarche défunt devrait justement conduire à éviter de parler de déliquescence du politique car ce mépris est à la base des maux qu'il a voulu combattre

    Beauchard Jacques

    12 h 48, le 15 mai 2019