X

Liban

La disparition du patriarche Sfeir « une perte pour tout l’Orient arabe », affirme au nom de ses pairs l’ambassadeur du Koweït

Obsèques

Dès demain, il faudra emprunter des navettes pour atteindre le siège patriarcal maronite.

OLJ
14/05/2019

Les préparatifs vont bon train pour aménager le grand parvis du siège patriarcal maronite de Bkerké, où une foule historique est attendue dès demain pour les obsèques du patriarche Sfeir, décédé dimanche dernier, et dont l’inhumation est prévue jeudi à 17 heures.

Le responsable à l’information du patriarcat, Walid Ghayad, a apporté des précisions hier sur le parcours du convoi funéraire qui doit transférer la dépouille mortelle de Nasrallah Sfeir de l’Hôtel-Dieu à Bkerké. Il a affirmé en particulier que le convoi, qui s’élancera à 10 heures, ne fera pas d’arrêts, mais ralentira toutes les fois qu’il verra un attroupement de fidèles sur son parcours.

Un accueil populaire sera réservé à la dépouille patriarcale à la grille d’entrée du patriarcat, a précisé M. Ghayad. Conduit par Mgr Béchara Raï, le cortège funéraire franchira ensuite la distance qui le sépare de la grande église, où des messes s’enchaîneront jusqu’à minuit. Par déférence, il est demandé aux fidèles de ne pas prendre la dépouille en photo.

Les personnalités désireuses d’assister jeudi aux obsèques ont été priées d’entrer en contact dès aujourd’hui avec le siège patriarcal, et il est demandé que seuls les drapeaux libanais et celui du patriarcat maronite soient brandis.

Pour ce qui est de la circulation, des navettes seront organisées dès aujourd’hui au départ de certains points fixes, sur toutes les routes menant au siège patriarcal. Il ne sera donc pas possible de l’atteindre par la route, sinon aux convois officiels et autorisés. Les points de départ et d’arrivée de navettes sont : le Casino du Liban, le stade Fouad Chéhab, le nouveau port de Jounieh, l’USEK, le sérail de Jounieh, le couvent de Bzoummar, le collège des Apôtres (pour les religieux exclusivement) et les pères paulistes, à Harissa, pour le clergé.


(Lire aussi : « Musulmans et chrétiens admiraient le patriarche Sfeir, c’était un vrai patriote »)


Hommages
Au fil des jours, la figure du patriarche disparu ne cesse de grandir et les hommages à sa personne et à son action affluent de partout. En tête ceux-ci figuraient hier les hommages des ambassadeurs d’Arabie saoudite, du Qatar, d’Oman, d’Égypte, d’Algérie, d’Irak et de Tunisie. En quittant Bkerké, le doyen de cette délégation, l’ambassadeur du Koweït, Abdel al-Kennawi, a affirmé : « La disparition du patriarche Sfeir n’est pas une perte pour le Liban seul, mais pour tout l’Orient arabe. »

Par ailleurs, une délégation du Hezbollah conduite par le chef de son bureau politique, a présenté ses condoléances, alors que la veille, la chaîne télévisée al-Manar avait scandaleusement passé sous silence le décès du chef de l’Église maronite, dans son bulletin d’information matinal.


(Lire aussi : Le Chouf pleure le « patriarche de la réconciliation »)



Délégation épiscopale à Baabda
Une délégation épiscopale maronite s’est rendue hier à Baabda pour transmettre officiellement le faire-part du décès au chef de l’État, et s’assurer qu’il participera aux obsèques. Des télégrammes de condoléances du roi Salmane d’Arabie saoudite et du prince héritier, ainsi que de l’ambassadrice des États-Unis et du chef du FDLP Nayef Hawatmeh sont également parvenus à Baabda. En outre, un faire-part officiel de décès du patriarche Sfeir a émané du président de la Chambre.

À l’injonction du ministre de l’Éducation Akram Chehayeb, les écoles privées et publiques se joindront jeudi au mouvement de fermeture des administrations publiques décrété par le gouvernement. M. Chehayeb se propose par ailleurs de demander au Centre de recherche et de développement pédagogiques de consacrer un chapitre à la personne du patriarche, pour le rôle national qu’il a joué durant la guerre.

Les députés FL de Bécharré ont demandé officiellement à ce que Nasrallah Sfeir soit inhumé à Dimane, résidence d’été des patriarches maronites.



(Lire aussi : L’ultime envol du Patriarche...)



Les visiteurs
Parmi les nombreux visiteurs du siège patriarcal, hier, on a relevé notamment la présence de Tony Frangié, député de Zghorta, à la tête d’une délégation du parti Marada, de l’ancien chef de l’État Michel Sleiman, du ministre de la Justice Albert Serhane, de l’Économie Mansour Bteiche, du Travail Camille Abousleiman, ainsi que le président du Conseil supérieur de la magistrature, Jean Fahd, du député Jamil el-Sayyed, de l’ancien ministre Ziyad Baroud et du gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé.

Venu à la tête d’une délégation de la Fondation maronite dans le monde, Charles Hage a rendu hommage à un homme à qui la Fondation doit son existence, et qui mesurait exactement l’importance de la diaspora libanaise au service de laquelle elle s’est mise puisque, a-t-il dit, « deux tiers des Libanais vivent désormais outre-mer ».


Lire aussi
Nasrallah Boutros Sfeir, témoin inébranlable du « Liban-message »

« Le seul qui a osé lever la tête alors que nous étions sous la botte syrienne »

De Taëf au retrait des troupes syriennes, les moments-clés du patriarche

Le Grand Liban(ais), l'édito de Ziyad Makhoul

« Tous les jours, j’étais fière qu’un homme de son calibre soit originaire de mon village »

 Un patriarche de fer à la main de velours

Geagea : « J’ai perdu un second père »

 Joumblatt : Sfeir était une personnalité exceptionnelle

« Un appui pour tous »

L’hommage de l’Élysée à « un patriote exemplaire »

Le Liban plongé dans le deuil

L’appel de la Rencontre de Kornet Chehwan...

Michel el-Khoury : Il a défendu tout seul l’unité du Liban, son indépendance et la vocation du vivre-ensemble

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants