X

Économie

Reconstitution des comptes publics : Bifani répond à Siniora

Finances publiques

Assurant ne pas vouloir « politiser » ce dossier, Alain Bifani a affirmé vouloir défendre le travail de ses équipes, avant de dénoncer les multiples pressions politiques dont il a fait les frais tout au long de cette opération de reconstitution des comptes publics.

07/03/2019

Le directeur général du ministère des Finances Alain Bifani est sorti hier de son silence lors d’une conférence de presse pour revenir sur le travail de reconstitution des comptes publics de la période allant de 1993 à 2017, mené par ses équipes depuis 2010. Ce travail a concerné des inscriptions comptables faites sans aucune couverture légale valable. Les documents qui y sont relatifs ont été soit égarés, soit volontairement détruits. Le ministère des Finances a tenté de les récupérer au sein des ministères, des municipalités ou encore des banques.

En principe, M. Bifani ne peut s’exprimer publiquement sans un accord préalable du ministre des Finances, mais malgré plusieurs questions des journalistes présents, il a souhaité rester vague sur ce point. « J’ai attendu qu’il s’exprime pour ne pas empiéter sur ses prérogatives », a-t-il déclaré, avant de préciser qu’il souhaitait avant tout « exercer son droit de réponse aux attaques » formulées à son égard la semaine dernière par l’ancien Premier ministre et ministre des Finances Fouad Siniora. La veille, le ministre des Finances Ali Hassan Khalil avait annoncé officiellement la finalisation de ce travail de reconstitution des comptes (achevé en octobre dernier) et leur transmission à la Cour des comptes, afin qu’elle puisse les auditer et enquêter sur les irrégularités identifiées. Il a reconnu que ces comptes comportaient d’importants blancs (dépenses sans traçabilité) sur différentes périodes et années que le ministère a tenté de clarifier, mais a refusé d’en dire plus « pour laisser la Cour des comptes jouer son rôle ».


(Lire aussi : Gestion des comptes publics : les principaux arguments de Fouad Siniora)


Mais avant de commenter les « attaques » dont il a fait l’objet, Alain Bifani a d’abord loué « la compétence et l’efficacité de l’administration publique, inhérente à la construction d’un État », qui a réussi « l’exploit de finaliser cette reconstitution qu’on disait impossible », et qui par ce travail permettra « la régularisation des finances publiques, le respect de la Constitution et des lois en vigueur, et assurera une des conditions pour l’exercice d’un contrôle judiciaire et parlementaire ». M. Bifani a également indiqué que « (s)a fonction ne (lui) permettait pas divulguer les résultats de ce travail de reconstitution des comptes publics, mais que cela relevait des prérogatives du ministre des Finances, du gouvernement, du Parlement et des organismes de contrôle. Je ne compte pas jouer le rôle du juge ».


(Corruption, mode d’emploi, l'édito de Issa GORAIEB)


Des violations de la loi à la pelle

Alain Bifani a toutefois spécifié quelques types d’irrégularités identifiées par ses équipes « comme des violations flagrantes de la loi » : « Des institutions se sont vues privées de fonds qui leur étaient destinés car les transferts étaient effectués sur les comptes d’autres institutions ; les dons étaient dépensés sans contrôle ; des décrets fictifs ont été inventés à la demande de présidents, comme cela a été le cas pour le don européen ; des comptes ont été ouverts hors compte du Trésor public pour empêcher leur contrôle ; des prêts ont été accordés à des organismes qui devaient de l’argent à l’État et non le contraire (télécoms), rendant impossibles leurs remboursements. » Et de poursuivre : « Les réglementations permettaient une manipulation permanente » des fonds publics depuis 1993 : « des prêts n’étaient pas enregistrés ; des milliards de dollars ont échappé au compte de la dette et devront être assumés par les générations futures ; des bons du Trésor ont été distribués sans être enregistrés ; des transferts ont pu être falsifiés ; des prêts ont été enregistrés avec des taux d’intérêt incorrects et un prêt a été remboursé, alors qu’il n’avait pas été approuvé par le Parlement ». « Nous avons aussi découvert qu’un conseiller, qui s’est vu octroyer les pleins pouvoirs sur le dossier des retraites et des municipalités, transférait les fonds destinés aux indemnités de retraite sur son compte personnel et il a été arrêté », a encore dénoncé Alain Bifani. « Nous avons réussi à corriger tous ces comptes (maquillés) et nous avons transmis à la justice et aux organismes de contrôle toutes les irrégularités que nous avons pu documenter. C’est sur ce travail que nous devons être questionnés », a-t-il insisté.

M. Bifani a dit craindre que cet effort ne soit compromis par des consensus politiques, et n’a pas hésité à se montrer méfiant envers certaines propositions qui pourraient mener à ce type de scénario, comme le fait de confier l’enquête sur les comptes publics reconstitués à une commission parlementaire ou à un cabinet de conseil international, au lieu de la confier aux organismes de contrôle (dont la Cour des comptes).


« Multiples pressions politiques »

Assurant ne pas vouloir « politiser » ce dossier, Alain Bifani a affirmé vouloir défendre le travail de ses équipes, avant de dénoncer les multiples pressions politiques dont il a fait les frais tout au long de cette opération de reconstitution des comptes publics. « Depuis que j’ai pris mes fonctions en 2000, j’ai été la cible de pressions politiques pour nous empêcher de reconstituer les comptes. (...) Ces derniers jours, nous avons assisté à des tentatives de brouillage et de falsification de la vérité sur notre travail. Certains ont tenté de faire porter la responsabilité à la direction générale des Finances », a affirmé M. Bifani dans une allusion à peine voilée aux déclarations de Fouad Siniora formulées la semaine dernière. « Quelqu’un m’a personnellement mis en cause en se demandant s’il y avait un directeur général des Finances. N’est-il pas étrange que ceux qui ont tenté de supprimer la fonction de directeur général, en le court-circuitant avec des conseillers personnels, nous fassent porter toutes les responsabilités ? » s’est interrogé Alain Bifani. « En tant que supérieur hiérarchique, m’avez-vous demandé de reconstituer les comptes ou m’avez-vous ordonné de m’éloigner de ce dossier afin que vos proches s’en occupent ? » a-t-il ajouté.

Fouad Siniora s’était interrogé sur la responsabilité d’Alain Bifani dans les irrégularités des comptes publics et avait accusé ce dernier d’avoir fait fuiter les documents ayant servi au député du Hezbollah Hassan Fadlallah pour initier une procédure judiciaire sur ce dossier. M. Fadlallah a remis la semaine dernière au procureur général financier, le juge Ali Ibrahim, une série de documents qui pourraient prouver ces irrégularités et potentiellement incriminer d’anciens responsables politiques dans le cadre d’une enquête sur des milliards de livres libanaises qui auraient disparu, selon lui, notamment durant la période 1993-2012.

Hier, Ali Ibrahim s’est dit prêt à convoquer « tous les ministres qui étaient en poste lors de cette période ». Pendant plusieurs années, plusieurs membres du CPL ont accusé Fouad Siniora d’avoir manipulé les comptes et détourné des fonds publics, à hauteur de onze milliards de dollars, mais le principal intéressé avait toujours justifié ces dépenses par la nécessité de répondre aux besoins croissants de financement de l’État en l’absence de budget à ce moment-là. Reste que pour Alain Bifani, « l’affaire des onze milliards n’est qu’une infime partie du dossier des comptes publics ».


Lire aussi

Corruption : Siniora est une "ligne rouge", affirme le mufti de la République

Le Hezbollah joue sur un terrain du CPL... sans le CPL

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

GHORRA-RAAD

merci a cedre pour ce deballage pourvu que ca dure et que ca donne des resultats

Marionet

Eh beh, si la Justice prouve que tout ce que M. Bifani dit est vrai, ça va tanguer. Il sera désormais difficile aux politiques de tous bords de faire porter le chapeau aux fonctionnaires.

Bery tus

Si vraiment vous étiez au fait Pq ne l’avoir pas dénoncer plus tôt et déposer votre démission ?!? Pourquoi avoir attendu ou avoir passer vos résultats aux adversaire politique ?!? Pourquoi n avoir pas tout déballer en publique par vous même ?!? De plus tout ceux qui étaient député et qui faisaient parti du parlement de 93 à 2009 n ont pas dénoncer ce fait ?!?

Excusez moi me bifani de ne pas vous croire ... mais alors la pas du tout même pas 1% ....

Chucri Abboud

Je lis sur les réseaux des commentaires déplaisants qui lui demandent pour quelles raisons il n'avait pas émis ces dénonciations depuis le début et pourquoi il n'a pas démissionné en ce temps là : Lui demande-t-on donc de remplacer la justice ? Ce n'était pas à lui , fonctionnaire de l'etat, de saisir les tribunaux , c'était à la Cour des Comptes ! En faisant ses déclarations hier, il n'a fait que répondre aux attaques personnelles lancées injustement contre lui !

Chucri Abboud

Alain est sans doute le haut-fonctionnaire le plus honnête et intègre de cette république exangue !

L’azuréen

11 milliards c'est pas rien, c'est enorme . Le responsable doit payer si le detournement est averé .Profiter de sa fonction pour détourner de l'argent public c'est tres grave. Ce qui est grave aussi c'est que Mr Bifani n'ait pas dénoncer les manoeuvres ou tentatives si celles ci ont existé ,en temps et en heure.
Confiez cette mission de controle des comptes publics pour la période suspecte a un audit externe et indépendant , ce sera mieux pour tout le monde.

Tabet Ibrahim

Bravo a notre camarade Alain Biffani qui fait honneur aux anciens HEC pour avoir pointé du doigt les vrais responsables des malversations au ministère des Finances libanais !

Aref El Yafi

J'allais dire: I am speechless!

Cependant, Quel dégout ! Quelle répugnance !

« Des milliards de dollars (les 11 milliards n'en sont que des miettes) ont échappé au compte de la dette et devront être assumés par les générations futures. » Ça me révolte. Les voleurs devraient être jeter en prison et devraient tout rembourser avec les intérêts que la banque centrale nous fait payer (9%), nous et les générations futures, pour financer ces truanderies et escroqueries.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

SI... VOS DIRES SONT JUSTES, FALLAIT MONSIEUR REFUSER OU DEMISSIONNER. NE L,AYANT PAS FAIT VOUS VOUS DECLAREZ COMPLICE TOUT DESIGNE ET PREMIER RESPONSABLE !

Irene Said

On est horrifiés en lisant cet article, et si toutes les informations qu'il contient sont exactes, on réalise que depuis 1993 notre pays n'était qu'un concentré de corruptions et malversations.

On comprend pourquoi rien n'est fait correctement, à commencer par les " premiers citoyens responsables", politiques et même religieux de tous bords, au plus petit.
Tout s'enchaine et se tient.

Pourtant ces "responsables" voyagent dans le monde entier, y défendent des problèmes causés par un pays "frère" auxquel ils n'ont pas le courage de s'adesser directement et franchement.

Mais s'occuper de nous, petit peuple qui se débat dans une misère grandissante causée justement par leur corruption...cela ils en sont incapables !

Par contre, pour aller mendier des sous...encore...!!!...à droite et à gauche, ils sont champions...
Irène Saïd

Lecteurs OLJ

Alain Bifani, quel drôle d’oiseau, mais un oiseau rare net, probe, dans cette république de tarés.
Georges Tyan

Gros Gnon

Pourquoi ne pas confier l’exercice à un ou plusieurs cabinets d’audit externes?
Ça aura l’avantage de ne pas être politisé justement.
On a bien engagé McKinsey à coups (coûts?) de millions pour faire un état des lieux de l’économie Libanaise, non?

NAUFAL SORAYA

Mon Dieu, que de saletés, déjà apparentes ou à découvrir...

Bon courage à ceux qui veulent y mettre de l'ordre... Tenez bon!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

25 mai 2000-25 mai 2019 : ce qui reste de la fête de la Libération

Un peu plus de Médéa AZOURI

Et si on faisait tous la grève ?

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants