X

Liban

Le Hezbollah joue sur un terrain du CPL... sans le CPL

Corruption

Le partenariat obligé avec Saad Hariri à l’origine des « discordances » de plus en plus évidentes entre les deux partis.

02/03/2019

En se posant en champion de la lutte contre la corruption dans sa démarche auprès de la justice pour enquêter sur des irrégularités comptables commises par de précédents gouvernements, le Hezbollah a ainsi « emprunté » au Courant patriotique libre l’un de ses dossiers favoris. La campagne orchestrée par le parti chiite contre tous ceux qui auraient manipulé les comptes et détourné des fonds publics durant la période allant de 1993 à 2012 et visant implicitement l’ancien ministre et chef de gouvernement Fouad Siniora était, rappelons-le, le dossier de prédilection des aounistes.

Pendant près d’une décennie, ces derniers en avaient fait leur cheval de bataille dans un contexte de confrontation politique avec le courant du Futur, dont M. Siniora est l’une des figures de proue. Ayant présidé depuis 2005 la commission parlementaire des Finances, le député aouniste Ibrahim Kanaan avait fait de la lutte contre la corruption son sujet favori, mettant en avant le souci de sa formation de « dévoiler les lacunes dans les affaires des finances et de la comptabilité publique », comme il l’a d’ailleurs rappelé durant sa campagne électorale lors des législatives de mai dernier. L’apogée de cette campagne, destinée selon ses auteurs à assainir la comptabilité publique, avait toutefois culminé en 2013, lorsque le CPL a publié Le quitus impossible, un brûlot contre le haririsme dans lequel sont énumérées ce que le parti considère comme des preuves de corruption des gouvernements libanais de 1992 à 2009. C’est alors qu’a été révélée en public la célèbre affaire des onze milliards de dollars dépensés par les gouvernements Siniora entre 2006 et 2009, années où le budget n’avait pas été voté, tout comme celles qui suivront jusqu’en 2017.


(Lire aussi : Gestion des comptes publics : les principaux arguments de Fouad Siniora)


On se souvient des débats houleux qui avaient animé les Conseils des ministres à l’époque du gouvernement Mikati (2011-2013), lorsque les aounistes ont bataillé pour empêcher que le dossier des onze milliards prenne le chemin d’une légalisation – et donc d’un quitus – à la Chambre. Lors d’une réunion tenue en mars 2012, M. Kanaan avait affirmé que l’affaire devait aller devant la Cour des comptes, et qu’il n’y avait plus d’arrangements possibles. « Depuis le début, notre position au sein du bloc était claire pour ce qui est du refus de tout compromis » politique autour de cette affaire, devait alors déclarer le député.

Durant cette période et jusqu’à ce que l’affaire éclate de nouveau au grand jour avec les révélations faites lundi dernier par Hassan Fadlallah, député du Hezbollah, la commission parlementaire des Finances, toujours sous la présidence de M. Kanaan, avait refusé d’approuver les bilans de clôture (des comptes budgétaires) et les projets de budget avant que les comptes publics (incluant les comptes du Trésor) de 1993 à 2015 ne soient publiés.


(Lire aussi : Siniora rend au Hezbollah la monnaie de sa pièce)



Le CPL bat en retraite

Maintenant que la reconstitution de tous les comptes de l’État depuis 1993 vient d’être finalisée par le ministère des Finances, c’est le Hezbollah qui s’est jeté sur l’opportunité pour s’approprier cette bataille. Or, depuis la conférence de presse tenue par M. Fadlallah, au cours de laquelle le député a dénoncé un « chaos organisé et voulu », ainsi que la « disparition voulue de sommes importantes », on constate que le CPL observe le mutisme le plus total.

Selon une source informée, c’est depuis 2016, l’année de la gestation du compromis présidentiel entre le CPL et les haririens qui a permis l’accès de Michel Aoun à la présidence, que le CPL a cessé ou du moins tempéré son matraquage médiatique autour des onze milliards. C’est désormais au Hezbollah de prendre le relais des accusations lancées contre le camp haririen, le CPL s’étant rabattu sur des dossiers de corruption allant dans d’autres directions politiques, comme notamment la question des embauches « abusives » effectuées dans la fonction publique depuis août 2017, visant principalement le ministère de l’Éducation, aux mains ces dernières années des joumblattistes.


(Lire aussi : Recrutements abusifs dans la fonction publique : le point sur les chiffres)


Pour Karim Bitar, politologue, l’attitude pour le moins réservée du CPL vis-à-vis de la campagne lancée par le Hezbollah sur son ancien terrain « illustre encore une fois les discordances de plus en plus claires » entre les deux partis. Dans une tentative de sauvegarder son entente politique avec le Premier ministre, Saad Hariri, et de ménager un exécutif dont la réussite est concomitante de celle du sexennat dans son ensemble, le CPL semble vouloir laisser faire le Hezbollah sans le soutenir, s’épargnant ainsi une confrontation directe avec son partenaire du Futur.

« L’accord entre Saad Hariri et Michel Aoun a contraint le CPL à mettre en sourdine toutes ses attaques sur le dossier de la corruption dont il a fait son miel pendant une dizaine d’années », commente M. Bitar. En même temps, « le Hezbollah voit s’ouvrir devant lui un boulevard sur ces questions qui lui permettent de répliquer sur un autre terrain que celui où il est en proie à des accusations autour de son arsenal militaire et l’interventionnisme en Syrie ». Comme on le répète à l’envi dans les milieux du parti chiite, ce dernier, désormais libéré de sa besogne militaire dans la région, a effectué un repli stratégique vers l’intérieur qu’il compte conquérir à coups de lutte contre la corruption en redorant son blason auprès de sa base électorale notamment.

Un investissement dont il espère sortir gagnant. En s’attaquant à un dossier qui préoccupe au plus haut point l’opinion publique, la protection des deniers de l’État, le Hezbollah chercherait ainsi à faire miroiter auprès de sa base notamment l’image d’un parti aux « mains propres », résolu à décrasser le système et à assainir les finances. Craignant par ailleurs qu’un règlement politique dans la région ne se fasse à ses dépens, il chercherait ainsi à se constituer une carapace à l’intérieur.

Sauf que, note M. Bitar, les bases populaires respectives du Hezbollah et du CPL ne sont pas dupes. « Les sympathisants du général Aoun s’étonnent de le voir depuis deux ans passer outre ou oublier ces dossiers qu’il portait préalablement. Idem parmi le public du Hezbollah qui n’est pas plus persuadé que le tandem chiite est à même de lutter contre la corruption ».

Selon M. Bitar, il y a désormais une prise de conscience que ce fléau, « dont personne n’a le monopole », est endémique et que la réponse à la corruption ne peut être que structurelle. « Malheureusement nous en sommes encore à des effets d’annonce et à des instrumentalisations politiques de ce dossier plutôt que de s’attaquer à la racine du mal », conclut le politologue.


Lire aussi

Corruption, mode d’emploi, l'éditorial de Issa GORAIEB

Comptes publics : le Hezbollah passe à la vitesse supérieure et saisit la justice

Corruption : Hassan Fadlallah parle de documents qui vont "mener de nombreuses personnes en prison"

CEDRE : le gouvernement attendu au tournant pour le budget 2019

Les responsables politiques au défi de la lutte contre la corruption

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Pierre Hadjigeorgiou

C'est le combat des coqs dans la cour des miracles!

Bery tus

Naïve la personne qui pense que le libanais vas récupérer ne serai ce qu’une livre

gaby sioufi

je ne vois pas pourquoi le future et ses copains ponctuels sont faches !
I kanaan et H fadlallah n'ont tous deux rien dit, rien fait qui ne soit absolument sein.
En effet TOUT CE BEAU MONDE faisait partie des gouvernements successifs, de la deputation aussi au cours de la periode sujette a enquete , Y COMPRIS hezbollah, amal, aoun et cpl, kataeb joumblat marada etc......
EH BIEN OUI, les 2 puristes nommes ci-haut devront etre incrimines -a Dieu ne plaise le cas echeant-tt autant que tous les autres .
MAIS MAIS MAIS, le fameux tribunal en formation depuis des dizaines d'annees, aura t il ete mis en pratique d'ici la ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES CATINS QUI SE LA JOUENT EN VIERGES !

AIGLEPERçANT

Vouloir tenter de contre-attaquer un dossier aussi évident de vol et corruption de cette envergure, par essayer de provoquer une zizanie entre CPL ET HEZB LIBANAIS DE LA RÉSISTANCE, est déjà en soi un procédé malhonnête de défense.

Parce que non seulement ça ne marchera pas mais surtout ça va renforcer l'union des intelligences pour faire TOMBER le mammouth.

Tina Chamoun

Dans un partenariat bien pensé on se partage les rôles. Et le dernier n'a rien de mauvais, et même tout bon pour les 2 partis concernés et surtout pour les citoyens libanais qui en ont bavé du temps de Siniora! Mais évidememment, cela ne peut que déplaire au camp plus Martien que Marsien depuis pas mal de temps!

Sarkis Serge Tateossian

La corruption est une affaire nationale et il appartient à la justice d'en saisir à chaque fois qu'elle peut et qu'elle possède assez d'éléments et de preuves. Les partis doivent aider l'état dans sa tâche.

Dans tous les partis il peut y avoir des politiques tentés par la corruption et l'argent facile....mais n'oublions pas qu'il s'agit D'un crime commis contre la république et le peuple libanais.

Il est à craindre qu'un combat mené par un parti contre d'autres partis sur le thème de la corruption cache forcément des revendications plus subtiles, pour ensuite négocier des arrangements.

Par exemple : si vous cessez de m'importuner sur les armes que je possède, à mon tours j'oublie vos dossiers sur la corruption....

On appelle ceci le partage de la soupe !

Chucri Abboud

Il faudrait cesser de jouer avec les mots et les hypothèses .
La saisine des tribunaux devrait permettre à la justice de faire son travail , loin de toute considération autre que judiciaire , et que les coupables soient dñenoncés et enfin punis .
Tout autre discours est plus qu'inutile , il devient nocif !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.