X

Liban

Aoun et le CPL : une course vers l’isolement ?

Gouvernement

Aucun des protagonistes n’affirme vouloir casser la baraque, mais les FL, le PSP et le Futur sont sur une même longueur d’onde critique face au camp aouniste, au milieu d’un embarras du tandem chiite.

Yara ABI AKL | OLJ
07/09/2018

Ce n’est pas la guerre, mais c’est quelque chose qui lui ressemble. Cette impression se dégage des derniers développements liés aux tractations actuellement en cours pour la formation du futur gouvernement. Celles-ci laissent croire que le Courant patriotique libre semble mener bataille seul face au courant du Futur, aux Forces libanaises et au Parti socialiste progressiste. Il ne bénéficie pas pour autant, au moins jusqu’ici, d’un appui clair et franc de la part de celui qui fut son principal allié, le Hezbollah, à l’heure où le chef du législatif, Nabih Berry, renforce minutieusement ses rapports avec les FL, tout en maintenant le flou autour de sa position quant à la politique du CPL.

Il devient de plus en plus évident que l’immobilisme auquel fait face le processus gouvernemental dépasse les querelles articulées autour des quotes-parts gouvernementales respectives et atteint les rapports politiques entre les aounistes, d’une part, et l’écrasante majorité des protagonistes.

On en veut pour preuve la toute dernière bataille autour des prérogatives constitutionnelles du chef de l’État et du Premier ministre désigné à laquelle se sont livrés mardi les milieux du CPL et du courant du Futur. Lors de cet échange à fleurets mouchetés, le parti de Gebran Bassil s’est trouvé en confrontation directe avec la formation de Saad Hariri, pour la toute première fois depuis la mise sur pied du compromis politique de 2016 qui a donné le coup d’envoi au mandat Aoun. Une querelle à laquelle nombre de ténors de la communauté sunnite, dont certains anciens Premiers ministres et de farouches opposants à Saad Hariri à l’instar de l’ancien ministre de la Justice Achraf Rifi, mais aussi des sunnites ne gravitant pas dans son orbite, n’ont pas tardé à se joindre pour mettre en garde contre « toute tentative de porter atteinte à la présidence du Conseil ». Une allusion à peine voilée à la référence faite par le bureau de presse de Baabda, dans un communiqué publié lundi à l’issue de l’entretien entre Michel Aoun et Saad Hariri, à certains « critères » pour la mise sur pied du cabinet. Dans les milieux proches de Baabda, on souligne que c’est à cause de l’absence de ces critères que M. Aoun a rejeté la dernière mouture que lui a remise le Premier ministre désigné.


(Lire aussi : Berry : Toutes les parties politiques sont responsables de la lenteur dans la formation du gouvernement)


Selon les fuites dans la presse, cette mouture accorde quatre portefeuilles dits « consistants » aux FL, conformément à ce que demande Meerab, et attribue au parti de Walid Joumblatt les trois portefeuilles druzes qu’il réclame, contrairement à la volonté du locataire de Baabda et du chef du CPL, d’où les nœuds chrétien et druze qui entravent encore la formation de l’équipe ministérielle Hariri. Et pour cause : fort des résultats des dernières élections législatives, Walid Joumblatt estime qu’il lui revient de nommer les trois ministres druzes dans une formule de trente. En face, Gebran Bassil insiste à intégrer le principal rival druze de M. Joumblatt, le chef du Parti démocrate libanais, Talal Arslane, au sein du gouvernement en arguant, lui aussi, des résultats du scrutin de mai.

Pour ce qui est de la querelle CPL-FL, le parti de Samir Geagea poursuit son forcing en faveur de ce qu’il appelle « une représentation gouvernementale conforme au poids populaire des FL issu des dernières élections législatives ». Après avoir renoncé à un portefeuille régalien et à la vice-présidence du Conseil, la formation a demandé quatre portefeuilles dits « consistants », sans un ministère d’État (jugé d’importance mineure). Une proposition qu’a refusée Michel Aoun et le parti qu’il a fondé. Ce qui est à même d’expliquer la détérioration (supplémentaire) des rapports entre les deux partenaires chrétiens.


(Lire aussi : La formation du gouvernement, une guerre de prérogatives ou une crise de système ?)


« Défendre les droits »

Cette convergence entre le PSP, les FL et le Futur sur le fait de faire face à l’attitude adoptée par le CPL et son chef sur le plan des négociations gouvernementales est, à n’en point douter, à même de susciter des interrogations autour d’une éventuelle alliance politique à long terme qui anéantirait le compromis politique de 2016 et mettrait le CPL au pied du mur.

Mais dans les milieux des trois formations concernées, on met les points sur les « i » : il n’est pas question de tenter d’isoler le courant aouniste, mais il s’agit de défendre les droits de ces formations à une bonne représentation gouvernementale.

Un cadre FL assure à L’Orient-Le Jour que le parti n’a pas pris la décision d’entreprendre une escalade face au CPL. « Nous sommes attachés au compromis présidentiel », affirme-t-il. Il souligne, toutefois, que les FL continueront à faire face aux « tentatives de Gebran Bassil de réduire (leur) poids politique ». « C’est l’impasse actuelle qui nous mène vers l’escalade. Puisqu’ils insistent aujourd’hui à nous attribuer un ministère d’État, qu’il nous donne alors en échange le portefeuille de l’Énergie, pour que l’on discute », ajoute le proche de Samir Geagea.De même, Fayçal Sayegh, député joumblattiste de Beyrouth, explique à L’OLJ que sa formation ne fait que plaider pour son droit à une représentation gouvernementale en bonne et due forme. « Nous avons remporté les élections et Saad Hariri a accompli son devoir en présentant une formule dont il est convaincu », ajoute M. Sayegh, notant que la convergence actuelle entre son parti et ceux de MM. Hariri et Geagea est « ponctuelle » et « ne vise pas à paver la voie à un affrontement avec Michel Aoun et Gebran Bassil ».

Pour ce qui est des haririens, ils semblent toujours attachés à leur entente politique avec le chef de l’État. Mais ils seraient tout aussi conscients d’un possible retour à la case départ si « le CPL et Gebran Bassil continuent à se montrer têtus. D’autant qu’ils risqueraient de porter atteinte à l’entité du Liban », pour reprendre les termes de Moustapha Allouche, membre du bureau politique du Futur. Interrogé par L’OLJ, il ne cache pas ses craintes quant à une sérieuse crise de système, dans la mesure où « la guerre des prérogatives observée ces derniers jours pourrait pousser certains, notamment les chiites, à demander la révision du système politique actuel », dit-il assurant que « M. Hariri a présenté à Baabda une formule qui lui semble la meilleure. Il ne serait donc pas en mesure d’y apporter d’importantes modifications ».

En dépit de cette convergence tripartite face à M. Bassil et son camp, le CPL ne serait pas prêt à modifier ses prises de position, même si celles-ci ne bénéficient pas de l’appui de ses alliés. À l’heure où la coordination Berry-FL va très bon train, comme le montrent si bien les récentes visites de responsables FL à Aïn el-Tiné, le Hezbollah s’est contenté de s’en prendre hier via l’agence locale al-Markaziya aux partis de MM. Hariri, Joumblatt et Geagea, sans pour autant donner gain de cause de façon expresse au CPL.

Dans les milieux aounistes, on rappelle que « le pays est démocratique ». « Nous ne blâmons donc personne. Mais nous continuerons à mener cette bataille de principe et à plaider pour un critère unifié dans la formation du cabinet », déclare une source CPL à L’OLJ.


Lire aussi

Un gouvernement... à Noël ?

Les évêques maronites jugent inopportunes les controverses constitutionnelles aux heures de crise

Nouvelle mouture de Hariri : un faux rebondissement ?

Kassem rappelle le CPL à l’ordre : La présidence n’est pas liée à la formation du cabinet

Berry définit les priorités : le nœud chrétien d’abord

Gouvernement : une fois de plus, la solidarité intersunnite avec Hariri à l’œuvre

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Le Faucon Pèlerin

"Michel Aoun a rejeté la dernière mouture que lui a remise le premier ministre désigné".
Les temps où le chef du gouvernement n'était qu'un bachi-bouzouk pour le président de la République sont révolus. Le projet de gouvernement présidé par Saad Hariri est presque parfait à un détail,près. Pour que le projet soit vraiment d'Union nationale, il fallait ajouter un ministre Kataéb et réduire la part du quota+CPL à neuf ministres. (9+4+1+l= 15).
Saad Hariri est là pour durer, personne ne peut le déboulonner. Point à la ligne.

stambouli robert

vouloir satisfaire tout le monde c'est impossible
Un gouvernement de technocrats sans affiliation politique et le Liban se portera bien mieux

Le Faucon Pèlerin

En fin de compte, tout cela se joue au détriment de la communauté chrétienne dans sa diversité. Les combinards CPL s'amusent au désavantage des chrétiens indépendants qui forment 75% des chrétiens. 350.000 en Australie, autant au Canada, 100.000 en France pour ne citer que ceux-là sont partis par désespoir et dégoût. Que le CPL avec ses mini-leaders hégémoniques cesse ses espiègleries avant qu'ils ne soit trop tard. Les dangers de la disparition vous guettent et vous continuez à danser la "dabké". Dansera bien, qui dansera le dernier.

gaby sioufi

serait ce un remake de 88-89-90 ?
cette fois - ci incluant d'autres acteurs locaux & d'autres stratagèmes - non avec d'autres armes que celles militaires ?

Le pont

Les dirigeants du pays ennemi sont probablement en train de savourer ce spectacle, en riant à gorges ouvertes et jusqu'aux larmes, en regardant de loin ce théâtre délirant. Qu'est ce qu'ils peuvent espérer de mieux? Ils vont continuer encore longtemps à pomper seuls le gaz dans la zone limitrophe, avec peut-être des forages à l’horizontal, et chez nous, Ils s’écharpent pour une chaise supplémentaire ou autour d'un ministère plus gras qu'un autre. J'ai trouvé la solution: Qu'ils redistribuent les missions des ministères de sorte que tous les budgets soient plus au moins les mêmes pour tout le monde. Ainsi ils pourront se régaler et régaler leur entourage à fond et sans jalousie.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

BLOCAGE EXCLUSIVEMENT GENDRISSIMO-BEAUPERIEN !

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Pays : Liban ; capitale : Téhéran

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué