X

Liban

La municipalité de Kornet Chehwane interdit à Recycle Beirut d’entrer dans le village

Déchets ménagers

Une municipalité n’a pas la prérogative d’empêcher une compagnie de collecte de déchets d’exercer son activité, assure un expert à « L’Orient-Le Jour ».

05/09/2018

Il y a environ dix jours, une camionnette relevant d’une société privée de collecte des déchets ménagers, Recycle Beitut, circulait dans le village de Kornet Chehwane pour ramasser les déchets de ses clients lorsqu’un agent de la municipalité a arrêté le chauffeur et lui a confisqué les papiers du véhicule. Recycle Beirut est une entreprise sociale qui combine le recyclage des déchets avec un programme d’emploi pour des réfugiés, mais également pour des Libanais. « Le chauffeur de la camionnette possède les papiers légaux qui l’autorisent à circuler sur l’ensemble du territoire libanais, sauf qu’à Kornet Chehwane, il a été arrêté sous prétexte qu’il lui faut une autorisation spéciale de la municipalité pour exercer son activité commerciale au sein du village », raconte Kassem Kazak, cofondateur de la compagnie, à L’Orient-Le Jour. « Après avoir récupéré les papiers, une semaine plus tard, nous nous sommes enquis de la procédure à suivre pour obtenir cette autorisation mais l’employé de la municipalité nous a clairement répondu que nous n’avions plus le droit d’exercer cette activité à Kornet Chehwane, et que c’est la camionnette elle-même qui serait confisquée la prochaine fois », ajoute-t-il avant de s’interroger : « Est-ce qu’une municipalité a le droit et les prérogatives de nous empêcher de collecter les déchets ménagers dans une région ? »

Le président de la municipalité de Kornet Chehwane, Jean-Pierre Gebara, donne sans sourciller une réponse catégorique à la question de M. Kazak. « Une entreprise privée n’a pas le droit d’empiéter sur nos droits et nos devoirs. Cela fait deux ans et demi que nous mettons en place un plan de collecte des déchets organiques et recyclables que nous vendons à des entreprises », explique-t-il à L’Orient-Le Jour. « La gestion des déchets relève de la responsabilité de la municipalité et les compagnies privées n’ont pas le droit de rendre un service » public « aux citoyens sans l’autorisation de la municipalité », insiste-t-il.


(Lire aussi : À Amroussiyé, le centre de tri... où l’on ne trie pas)


Interrogé par L’OLJ, un expert en droit des municipalités, Hussein Hallal, assure toutefois qu’aucun texte de loi n’interdit à cette compagnie, ou à n’importe quelle autre, de rendre ce service payant aux usagers. « La municipalité n’est pas dotée de cette prérogative », insiste-t-il. Cet incident opposant une entreprise privée à des autorités municipales intervient alors que le projet de loi sur la gestion des déchets, qui attend depuis des années dans les tiroirs du Parlement, n’a pas encore été adopté. Recycle Beirut a par ailleurs annoncé hier sur son compte Facebook que la Sûreté générale a arrêté pendant quelques heures ses employés de nationalité syrienne, affirmant que leurs permis de séjour ne sont pas valides. « Ces deux incidents ne sont peut-être pas le fruit d’un pur hasard, d’autant que la SG ne renouvelle pas facilement les permis des réfugiés syriens ces derniers temps », souligne M. Kazak. M. Gebara, de son côté, nie l’existence d’un lien entre l’incident qui a eu lieu dans son village et celui qui se rapporte aux papiers des employés de Recycle Beirut.




Lire aussi

Le niet de centaines d’habitants de Beit Méry au projet d’usine de déchets

Déchets : crier son refus de l’incinérateur, au plus près de la municipalité de Beyrouth

Gestion des déchets : l’incinération, une solution chère et exigeante

Déchets : le centre de tri de Bickfaya partage son expérience avec d’autres municipalités

Live Love Recycle, une solution « 100 % sociale » à la crise des déchets à Beyrouth

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

yves kerlidou

On dirait presque une blague ce conflit dans un pays qui croule sous les ordures (en tous genres) des gens se battent pour les ramasser! tout est compliqué au M.O.

Nadine Naccache

Money, Money, Money... tout devient de plus en plus clair maintenant...

Lebinlon

le carton se revend bien c'est bien connu. venir prendre la graine et laisser l'ivraie me semble un peu injuste pour tout ceux qui rendent un service global.
Mais si on arrive à un point ou on a une concurrence commerciale -meme dure- sur les déchets, alors peut-être est-on en train de voir le bout du tunnel dans cette affaire lamentable.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

SI LA MUNICIPALITE FAIT BIEN LE TRAVAIL ET LES HABITANTS SONT SATISFAITS... ALORS (?)

rayelie

MINABLE!!! comme d'habitude.

Liberté de Penser

Habitant la région de Biyada à Cornet Chehwane, je peux vous assurer que depuis presque 3 ans la Municipalite nous a demandé de separer les déchets organiques des recyclables. Leur camionnette passe tous les jeudis ramasser les déchets recyclables et les déchets organiques ramassés par le nouveau prestataire de l'Etat ne représentent plus que 20% de l'ensemble des déchets. Il est injuste d'attaquer la municipalite de Cornet Chehwan qui met tout en œuvre pour une politique de développement durable notamment en remplaçant les anciens luminaires d'éclairage public par des ampoules LED bien plus économiques. De plus le nettoyage, l'embellissement et la création d'espaces verts font partie de leurs priorités. Je ne sais pas qui est Recycle Beirut mais la vue de leur camion uniquement rempli de cartons me laisse penser que c'est une société à but lucratif alors que la municipalite de Cornet Chehwan offre des services publics de plus en plus appréciés par leurs administrés

George Khoury

il y a trop d'argent a se faire dans les dechets pour laisser les honnetes gens comme Recycle Beirut s'en occuper

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Tempête dans la région, crise gouvernementale au Liban

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué