X

Liban

Hariri serait nommé Premier ministre avec une majorité confortable

Concertations parlementaires

La formation du futur gouvernement pourrait survenir plus rapidement que prévu, peut-être même avant le Fitr.

24/05/2018

Les concertations parlementaires contraignantes menées par le président de la République pour la nomination d’un Premier ministre auront lieu aujourd’hui, durant une seule journée, au palais de Baabda. Les pronostics, d’après les déclarations des blocs et des députés interrogés, prédisent une victoire confortable du Premier ministre sortant Saad Hariri, allant jusqu’à cent voix, avec une incertitude autour d’un éventuel autre nom mis sur le tapis. Toutefois, le nombre de réponses vagues obtenues hier dans la soirée, et le nombre de réunions de dernière minute qui devaient être tenues par les groupes parlementaires ou entre alliés étaient le signe d’une certaine indécision, bien définie par le député Abdel Rahim Mrad (sunnite, proche du 8 Mars), qui a déclaré à L’Orient-Le Jour « avoir été surpris par la rapidité avec laquelle ces concertations ont été organisées ». « Nous discutons avec les alliés indépendants, avant de prendre position, que nous n’officialiserons que demain (aujourd’hui) », a-t-il ajouté, maintenant le flou sur l’éventualité de voir son propre nom figurer parmi les candidats à la présidence du Conseil.


(Lire aussi : Parlement libanais : Le grand bond en arrière...)


Une majorité confortable donc pour Saad Hariri, qui pourrait lui donner un élan pour une formation rapide du prochain gouvernement. Selon des informations à L’OLJ hier, les concertations avec les groupes parlementaires pour la formation du prochain cabinet pourraient avoir lieu aussi tôt que samedi, et la procédure pourrait être lancée dès le début de la semaine prochaine.
L’accélération de l’ensemble du processus explique pourquoi les concertations pour la nomination du Premier ministre ont été avancées et concentrées en un seul jour. La multiplication des réunions hier en est un autre indice : celle des trois présidents en marge de l’iftar traditionnel tenu par le président de la République Michel Aoun, en soirée à Baabda, ainsi que la déclaration du président du Parlement fraîchement élu (pour la sixième fois d’affilée) Nabih Berry, après avoir été reçu par le président en cours de journée, sur « le consensus autour de l’accélération des concertations ».
Sans vouloir brûler les étapes, Saad Hariri se retrouvera donc aujourd’hui très probablement Premier ministre désigné une nouvelle fois. Il semble probable que seuls le bloc du Hezbollah et des indépendants proches du 8 Mars pourraient ne pas le nommer (ils totaliseraient près de 21 voix). Certains blocs parlementaires, comme celui des Forces libanaises, avaient d’ores et déjà annoncé qu’ils voteraient pour lui. Il est également prévu que le groupe du Courant patriotique libre et alliés vote dans le même sens.
Des surprises étaient par ailleurs au rendez-vous. Le bloc de l’ancien Premier ministre et député Nagib Mikati, qui pourtant avait fait campagne contre M. Hariri à Tripoli, a décidé hier de le soutenir « afin d’aider à la formation d’un gouvernement au plus tôt, dans lequel Tripoli aurait une part consistante, ce qui permettrait d’y réaliser des projets de développement », lit-on dans le communiqué du groupe.


(Lire aussi : Considérations sur le nouvel ordre parlementaire libanais)

« Une entente sur la modération »
Pour ce qui est de la position de l’autre composante du tandem chiite, Amal, le député Michel Moussa, interrogé par L’OLJ, affirme que « le vote ira probablement à M. Hariri, mais nous tenons quand même une réunion demain matin (ce matin) pour prendre une décision finale ». Son de cloche similaire de la part du groupe parrainé par le parti des Marada, qui compte, outre les trois députés du parti, quatre députés indépendants – deux du Kesrouan-Jbeil (Farid Haykal el-Khazen et Moustapha Husseini) et deux de Tripoli-Minié-Denniyé (Fayçal Karamé et Jihad el-Samad). Il n’annoncera sa décision qu’aujourd’hui, avant de se diriger vers le palais de Baabda, selon une source.
Le Rassemblement démocratique (groupe du député Teymour Joumblatt, fils du leader druze Walid Joumblatt) vote sans aucune ambiguïté pour Saad Hariri. Le député Akram Chehayeb, membre de ce bloc, explique à L’OLJ « que l’entente autour de la personnalité de Saad Hariri est le prolongement de celle qui a porté une nouvelle fois Nabih Berry à la tête du Parlement, et qui peut se résumer à la modération qui caractérise ces figures ». L’homme politique chevronné doute toutefois de la capacité à former un gouvernement aussi rapidement que souhaité, « étant donné que la répartition des groupes est plus morcelée que par le passé, et que chacun aura des exigences, sans compter certains points qui continuent de faire polémique, comme la rotation des ministères ». Cependant, il doute que « le Hezbollah entrave la formation du gouvernement, il ne l’a jamais fait ».
La journée d’aujourd’hui risque donc de porter autant de surprises que celle d’hier (élection du président et du vice-président du Parlement), c’est-à-dire pratiquement aucune. Mais cela ne présage pas pour autant d’un parcours sans embûches pour la formation du gouvernement…


Lire aussi

Le retour de figures proches de Damas au Parlement libanais, « une gifle pour le camp souverainiste » ?

Aoun appelle à la formation d'un gouvernent d'union nationale le plus vite possible

Coup d’envoi aujourd’hui de « l’entente des forts Berry-Aoun »

Les doléances des différentes parties ne devraient pas retarder la formation du gouvernement

Entre Aoun et Berry, un coup de fil, un déjeuner... et une relation renouvelée, le décryptage de Scarlett Haddad


Portrait 

Qui est Elie Ferzli, élu vice-président du Parlement

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

C.K

Ohlala, mais quelle surprise!!!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL FAUT FORMER UN GOUVERNEMENT LE PLUS TOT AVEC DES GENS SERIEUX ET PATRIOTES CAR LE CYCLONE VA SOUFFLER
DANS LES CIEUX SOMBRES DE LA REGION !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Guerre du Yémen : ce qu’en dit un houthi de passage au Liban...

Un peu plus de Médéa AZOURI

Visconti et les lahem baajine

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué