Rechercher
Rechercher

Vin sur vin

Et si l’on rencontrait à Beyrouth ces vignerons légendaires...

Clos Rougeard, Champagne Jacques Selosse, Domaine Jean-Louis Chave, Clos La Néore, Domaine Emmanuel Rouget, Domaine Jean-Claude Ramonet : des noms et autant de personnalités derrière. Pour les découvrir, leur histoire, leur passé et leurs saveurs, les 6 vignerons associés à ces labels se retrouvent pour deux dîners organisés par Terroirs Y Seleccion et Kaléo les dimanche 11 et lundi 12 février à 20h30. Portrait de ces personnalités qui ont insufflé à leurs bouteilles de belles saveurs.

Anselme et Guillaume Selosse.

Anselme Selosse (Champagne Jacques Selosse)
« Mon message avant tout, c’est de dire que la terre ne ment pas. » Cette phrase qu’Anselme Selosse, fils de Jacques, fondateur du domaine, aime tant à répéter illustre parfaitement la pensée de cet avant-gardiste champenois. Chef de garde de la nouvelle génération de vignerons de la région, Anselme a repris le domaine dès 1974. Il a depuis longtemps acquis le statut de mythe. Ses champagnes sont le fruit d’un travail d’orfèvre : ses chardonnays, par exemple, issus de 35 plots du domaine, sont tous vendangés et vinifiés séparément dans des barriques bourguignonnes du domaine Leflaive. Il pratique une philosophie peu interventionniste, dans le respect du terroir, et Guillaume, son fils, compte bien perpétuer ce savoir-faire. Le domaine Jacques Selosse produit chaque année 57 000 bouteilles de champagne à partir de raisins cultivés et récoltés sur 7,5 ha de vignes réparties sur des parcelles de chardonnay de la côte des Blancs et sur quelques parcelles de la montagne de Reims dédiées à la culture du pinot noir.

Jean-Louis Chave (Domaine Jean-Louis Chave)
Depuis 1481, la famille Chave règne sur les terroirs de l’Hermitage. Après Gérard, c’est Jean-Louis qui produit les vins les plus recherchés du nord de la vallée du Rhône, dans leur fief de Mauves. De leurs vignes centenaires naissent une des syrahs les plus fines et racées de la vallée du Rhône donnant vie à l’Hermitage rouge, ainsi qu’un plus rare Hermitage blanc, assemblage de roussanne et marsanne (cépages blancs). Au travers des vins de la famille Chave, l’assemblage de lieux-dits du domaine propose ce que la colline de l’Hermitage produit de mieux en matière de raffinement, nuance, puissance et longévité.
Œnologue formé à l’University Davie en Californie, Jean-Louis, qui fait partie de la 16e génération, poursuit avec son père Gérard l’œuvre familiale entreprise depuis des siècles.
Depuis presque cent ans, la famille s’est établie dans la commune de l’Hermitage lorsque le phylloxera a dévasté la région. Aujourd’hui, leur Hermitage rouge et leur Hermitage blanc sont considérés comme les meilleurs vins de cette appellation.

Guillaume Rouget (Domaine Emmanuel Rouget)
Le père de Guillaume, Emmanuel Rouget, a fait ses classes dès 1979 avec le célèbre vigneron Henri Jayer, son grand-oncle. En 1985, le neveu produit son premier vin, avant de reprendre progressivement les vignes de l’emblématique viticulteur de Vosne-Romanée, décédé en 2006 – dont le célèbre Cros Parantoux. Aujourd’hui, avec ses deux fils au domaine, Nicolas et Guillaume, à Flagey-Echezeaux, le style imposé par l’icône est perpétué : modèles d’élégance et de volupté, les vins délivrent un fruit net et pur, et gagnent sans conteste en complexité avec le temps. Les vignobles sont gérés naturellement.
Pour le Cros Parantoux, produit sur à peine plus d’un hectare classé Premier Cru en 1978, « il a eu le feeling : il a trouvé la parcelle qu’il a défrichée pendant cinq à dix ans, à la pelle et à la pioche, et il a su la révéler, a précisé Guillaume à la presse. Aujourd’hui, s’il voyait le prix, je ne sais pas quelle serait sa réaction. Je pense qu’il serait content par rapport au travail accompli, mais il dirait peut-être que c’est trop cher et que c’est n’importe quoi ».

Anne-France Ramonet (Domaine Jean-Claude Ramonet)
Le domaine Ramonet est l’un des domaines mythiques de la côte de Beaune. Le grand-père, Pierre Ramonet, vigneron talentueux, s’est installé à Chassagne-Montrachet dans les années 1920 en créant, avec trois fois rien, un bon vin qu’il vendait déjà outre-Atlantique et dans les restaurants étoilés français.
Noël et Jean-Claude Ramonet ont poursuivi son travail, tout en remettant les terroirs dans le bon sens grâce à une meilleure maîtrise des rendements.
Fille de Jean-Claude Ramonet, maître des vins blancs dans la région, Anne-France représente la 4e génération. L’exploitation compte aujourd’hui 17 hectares de vignoble, sur des terroirs d’exception. Montrachet Grand Cru, Chevalier Montrachet Grand Cru, Batard Montrachet Grand Cru, Bienvenue Batard Montrachet Grand Cru, les vins du domaine se caractérisent par une rare amplitude, un style vibrant ainsi qu’une grande minéralité. On dit souvent que les blancs du domaine Ramonet sont l’équivalent des rouges du domaine de la Romanée-Conti…

Nady Foucault (Domaine du Clos Rougeard)
Il fait partie de la 8e génération à diriger le domaine du Clos Rougeard, fondé en 1664… Bernard Foucault, alias Nady, a formé avec son frère Jean-Claude, plus connu sous le prénom de Charly, décédé en décembre 2015, le duo historique du Val de Loire.
Leurs cuvées « Les Poyeux » et « Le Bourg » signent la quintessence de ce que le cabernet franc peut délivrer au cru de Saumur-Champigny. Dès les années 1970, le domaine a été le pionnier dans la conduite biodynamique de cette terre de 11 hectares, et est l’objet d’un véritable culte à travers le monde. Le 22 juin dernier, après plusieurs mois de négociations, la famille Foucault a finalisé la vente du Clos Rougeard à la famille de Marcel Bouygues. Ce Clos Rougeard qui est passé en dix ans du statut de référence régionale française à celui de cru iconique mondial. Le Bourg, sa plus rare cuvée de Saumur-Champigny, s’arrache en salle des ventes à des prix excessifs.

Anne Vatan (Clos La Néore)
Archéologue de formation, Anne Vatan livre aux amoureux du vin l’expression du sauvignon blanc à son niveau ultime, au sein de l’unique hectare du Clos de La Néore, niché aux Monts Damnés à Chavignol, épicentre qualitatif de l’appellation Sancerre, en Val de Loire. Seuls 4 000 flacons sortent du domaine chaque année. Une production qui est le fruit d’une passion et d’une précision qu’Anne a héritées de son père, Edmond Vatan. Grâce à une exposition plein sud et à une vinification attentive, les vins du domaine, qui s’étendent sur cinq hectares, sont adulés, millésime après millésime.
Très attachée à son père et à sa terre, Anne Vatan-Foucault revient à Chavignol en 2008 et poursuit la lignée familiale sur un terroir exceptionnel. « J’apprends à faire le travail de la vigne, il me manque une part du métier », confesse-t-elle.
Avec moins de 4 000 bouteilles tous les ans, un chiffre lié aux aléas climatiques du millésime, déguster un Clos La Néore est, aux yeux des connaisseurs, un moment privilégié.

Dans la même rubrique

Investir dans le vin : oui, mais...

Les vins libres, bons et bons pour la santé

Un Noël passionnément arrosé de bulles

Beyrouth se met à l’heure du vin

La vinification, une étape délicate

Voici venu le temps des vendanges...

Le Jura, là où les vins sont uniques...

L’Alsace, royaume des vins blancs

La France viticole, une fierté et des traditions


Anselme Selosse (Champagne Jacques Selosse)
« Mon message avant tout, c’est de dire que la terre ne ment pas. » Cette phrase qu’Anselme Selosse, fils de Jacques, fondateur du domaine, aime tant à répéter illustre parfaitement la pensée de cet avant-gardiste champenois. Chef de garde de la nouvelle génération de vignerons de la région, Anselme a repris le...

commentaires (0)

Commentaires (0)