La Dernière

Beyrouth se met à l’heure du vin

Vin sur vin
25/11/2017

Certaines personnes partagent sans doute avec moi cette sensation d'un vent nouveau qui souffle sur Beyrouth : le vin fait désormais incontestablement partie de son paysage.

Ce bouleversement se fait à plusieurs niveaux. L'univers viticole attire de plus en plus. Au-delà d'une mode, il s'agit d'un réel mouvement de fond. Le vignoble ne cesse de s'agrandir, de nouveaux terroirs sont exploités, d'autres modes de cultures pratiqués (la culture biologique et peut-être biodynamique, le respect de la nature...), de nouveaux « anciens » cépages plantés. Et l'on assiste à l'émergence de vignerons enthousiastes et courageux qui se battent pour produire des vins qui leur ressemblent, et bien sûr d'un grand nombre de nouveaux consommateurs.

Les méthodes de consommation sont également en train de changer. Le vin n'est plus réservé à une élite, le marché s'élargit et les bons et grands vins ne se limitent plus aux grands crus classés de Bordeaux ou aux grands crus de Bourgogne. Tout cela grâce aussi à une nouvelle génération d'importateurs et de cavistes passionnés qui croient en la diversité, qui respectent la différence et qui viennent compléter l'offre déjà existante avec de nouvelles références.

Les salons regroupant des producteurs locaux se multiplient partout au Liban, des initiatives personnelles et collectives qui ont pour but de toucher un grand nombre de consommateurs. Les clubs et les cours de dégustation attirent de plus en plus de personnes qui ont envie de comprendre, d'apprendre, de découvrir, de développer leur sens gustatif et surtout de voyager. Voyager à travers un verre, une bouteille, un discours, une présentation ou une histoire.

Les restaurateurs sont également des piliers importants dans cet univers et cette transformation. Ils accordent à présent une importance particulière à leur carte des vins, investissent dans un personnel qualifié – on voit de plus en plus de sommeliers dans les restaurants de Beyrouth, un métier qui était presque inexistant il y a quelques années. Ils encouragent la construction ou la mise en place de caves à vin pour assurer une bonne conservation des bouteilles et un bon service du vin aux températures adéquates. Car il ne faut pas oublier qu'un repas accompagné d'un bon vin, une valeur ajoutée, devient une expérience culinaire inoubliable.

Un phénomène complémentaire à la restauration commence à prendre aux États-Unis, après s'être imposé en Europe : celui du bar à vins, qui ne va pas tarder à se développer au Liban. Un concept important, car il permet au vin d'être à la portée de tout le monde dans un lieu où sa démocratisation est absolue.

 

Un moment d'amitié et de plaisir
L'avenir du vin est dans le verre. Il est fait pour être bu et partagé autour de quelques tapas ou autres petits plats, dans une ambiance chaleureuse et conviviale. C'est l'endroit idéal pour découvrir et déguster un certain nombre de régions différentes, de producteurs différents, de cépages différents.

Chaque bar à vins a sa spécialité. Certains se spécialisent par type de vins, comme les vins nature (des vins sans aucun additif) ou les vins issus de l'agriculture biologique. D'autres bars se spécialisent par région, Bordeaux, Rhône, Loire, Bourgogne, Champagne...

Il existe actuellement de nombreux très bons vins issus de régions peu connues, mais fabriqués par des hommes extraordinaires. J'ai personnellement une préférence pour les grands vignerons de petites appellations, car ce qui m'intéresse dans un vin, c'est avant tout sa personnalité, son caractère et sa typicité. Et, comme le disait si bien Jacques Puisais (philosophe et œnologue français) : « Le vin juste doit avoir la gueule de l'endroit où il est né et les tripes du bonhomme qui l'a fait. »

Le Liban figure aujourd'hui sur la carte des pays producteurs de vin et je suis convaincu que Beyrouth va très prochainement bouger au rythme du vin et figurer sur la carte des capitales qui influent sur la consommation et la culture du vin. Pour avoir atteint ce niveau, tous les efforts sont à saluer. Ceux des producteurs, des distributeurs, des académiciens, des importateurs, des cavistes, des restaurateurs, et bien sûr ceux des consommateurs.

Certes, il reste encore énormément de choses à faire et un long chemin à parcourir, mais une chose est sûre, le Liban a emprunté cette voie.

 

La personnalité

Henri Jayer (1922- 2006), sincère et tenace

Je voudrais rendre un petit hommage à un grand monsieur qui incarne pour moi l'histoire d'amour entre le vigneron et sa terre. Henri Jayer, vigneron hors norme de Vosne-Romanée en Bourgogne, a cru à une petite parcelle de terre en friche très caillouteuse, 1,01 ha entre les grands crus que personne d'autre que lui n'a voulu travailler. Il l'a fait. Le résultat : un des plus grands vins de la planète, le Vosne Romanée 1er Cru « Au Cros Parantoux ». Onze ans après sa mort, le nom de Henri Jayer résonne plus que jamais dans les milieux des passionnés de vin, et les bouteilles qui portent son nom font plus de bruit que les coups de marteau qui résonnent dans les salles des ventes aux enchères les plus prestigieuses du monde.

Le chiffre
12,5
En Cl, le volume à servir dans un verre quand on commande son vin au verre, que ce soit dans un restaurant ou un bar à vins.

L'accord mets et vin
Un verre de Champagne, quelques olives et un peu de charcuterie après le travail avec un(e) ami(e), un moment de plaisir à partager dans un bar à vin.

 

*Ingénieur agronome de formation, diplômé en œnologie de l'Université de Bourgogne à Dijon, Louis Tannoury a obtenu un master en commerce international des vins et spiritueux. Après quelques années d'expérience dans le vignoble bourguignon, il est actuellement importateur et distributeur de vins au Liban (Terroirs-Y-Seleccion).

 

Dans la même rubrique

La vinification, une étape délicate

Voici venu le temps des vendanges...

Le Jura, là où les vins sont uniques...

L’Alsace, royaume des vins blancs

La France viticole, une fierté et des traditions

Le tonneau, un contenant précieux

Servir le vin, ou l'importance de chaque geste

Lire aussi à la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

L’édito de Émilie SUEUR

La double peine des Syriennes

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.