Rechercher
Rechercher

Lifestyle - Vin sur vin

La France viticole, une fierté et des traditions

Bordeaux, Champagne, Bourgogne, Alsace, ces régions célèbres font la renommée mondiale de la France et de son art de vivre. La diversité de leurs vins, leur qualité et leur savoir-faire reflètent aussi un patrimoine culturel tout en finesse.

Photo Carla Henoud

Mais pourquoi donc la France est-elle le pays qui produit les plus grands vins du monde ? C'est avant tout une question de géographie. Entourée par l'Atlantique et la Méditerranée, elle dispose d'une situation absolument unique dans le monde de la viticulture. Mais la géographie n'est pas la seule grâce du vignoble français. La France n'a pas seulement de bons vignobles, elle a aussi des hommes qui ont défini, classé et contrôlé les vignobles depuis très longtemps.

Tout a commencé avec la création de cette Appellation d'origine contrôlée (AOC) : les vins en AOC proviennent de zones géographiques strictement délimitées selon leurs traditions viticoles et les caractéristiques de leurs terroirs. Un cahier des charges les réglemente selon des exigences précises, et spécifie le rendement, les types de cépages et les pratiques viticoles autorisées. Pour obtenir cette appellation, des lettres de noblesse en quelque sorte, il faut donc respecter scrupuleusement ce cahier des charges.

 

Hiérarchie et règles incontournables
Les AOC peuvent former une pyramide hiérarchique qui va de l'appellation régionale au grand cru.
À la base de cette échelle, on trouve les appellations régionales qui recouvrent la superficie du vignoble en AOC. Elles peuvent être immenses (AOC Bordeaux, AOC Côtes-du-Rhône) et s'étendre sur plus d'un département. Les appellations sous-régionales représentent, comme leur nom l'indique, une sous-partie du vignoble, tel l'AOC Graves existant au sein de l'AOC Bordeaux. Les appellations communales sont, elles, limitées à une commune ou à un petit nombre de communes. Enfin, il existe en Bourgogne, en Champagne et en Alsace de grands crus, des terroirs situés au sommet de la pyramide et qui peuvent même constituer des AOC à part entière (le Richebourgen Bourgogne par exemple, dont le nom de la parcelle donne son nom à l'appellation). Il faut noter que les crus classés de Bordeaux ne sont pas des AOC, puisque le classement concerne des propriétés, et non des terroirs.
Bien sûr, plus l'appellation est proche du haut de la pyramide, plus les producteurs se voient contraints dans leurs pratiques, à la vigne comme au chai.

La pyramide du classement des AOC de Bourgogne est un bon exemple pour mieux comprendre le système : au sommet, on trouve les grands crus, suivis des premiers crus, puis des appellations villages, pour finir avec les appellations régionales.
Pour plus de précision, prenons le cahier des charges de l'appellation Vosne Romanée 1er cru Aux Brulées : les raisins doivent provenir uniquement de la parcelle Les Brulées. Le cépage doit être un pinot noir. Le rendement de 40 hectolitres/hectare. L'alcool minimum de 11 % par volume et l'alcool maximum de 14 % par volume.
Mais il existe en France d'autres catégories de vins... Les VDQS, par exemple. Juste au-dessous de la catégorie des vins AOC, il existe un petit groupe de vins connus sous l'acronyme VDQS (vins de qualité supérieure) qui peuvent éventuellement rentrer dans la catégorie des AOC. Les IGP (Indications géographiques protégées) ou vins de pays, et enfin les vins de France ou vins de table.

Les contraintes de production des vins en AOC sont évidemment bien plus rigides que celles des autres catégories. En théorie, ces derniers seraient donc le sommet de la pyramide de qualité. Néanmoins, cette appellation témoigne plus dans les faits de l'authenticité de l'origine du vin et de sa typicité. En effet, la qualité est toujours liée au travail du vigneron. De plus, IGP et vin de France ne sont pas nécessairement des appellations synonymes de vins de moindre qualité. Elles signifient simplement que le cahier des charges comporte moins de contraintes. Il existe de nombreux vins admirables qui n'obtiennent pas la mention AOC, car ils ne correspondent pas à certains critères. Il en est ainsi lorsqu'un vigneron choisit de planter un cépage un peu original qui n'est pas autorisé dans les limites de l'AOC, ou qu'il utilise une technique qui déroge au cahier des charges.

Enfin, il existe seize régions viticoles françaises bien distinctes : Alsace, Lorraine, Bordeaux, Bourgogne, Beaujolais, Champagne, Corse, Jura, Languedoc, Roussillon, Loire, Provence, Savoie, Bugey, Sud-Ouest et Vallée du Rhône.

 

Le chiffre
383
Le nombre d'appellations d'origine contrôlée en France.

L'accord mets et vin
La pomme de terre est à la une des tendances culinaires de cette année 2017. Elle vient de loin, près du lac Titicaca, dans la cordillère des Andes. Avec des chips faits maison, à l'apéritif, entre amis, choisissez un rouge frais et léger comme un Fleurie ou encore un Crozes Hermitage.

La personnalité

Richard Leroy, grand vigneron et libre-penseur.

Après des études en sciences économiques, Richard Leroy s'installe avec sa femme Sophie en Allemagne. Là-bas, elle ouvre une boutique de produits de terroir, parmi lesquels du vin français. Alors que leur affaire marchait bien, les Leroy décident de passer à autre chose, ne trouvant pas d'intérêt dans ce commerce et désireux d'en connaître plus sur l'art du vin. C'est en 1980 qu'ils s'installent à Paris pour une seule et bonne raison, à leurs yeux : y goûter les vins. Dans ces années-là, la Ville lumière était le seul endroit où il était possible d'avoir de grands vins de toutes les régions françaises ainsi que certains vins étrangers.
La recherche d'un vignoble s'impose alors à eux pour produire leur propre vin. La visite de celui du Layon (dans la Loire) les mène à Rablay-sur-Layon. Pour Richard Leroy, les terroirs de cette région sont très intéressants, voire même excellents ! Le couple achète alors trois hectares de vignes sur deux parcelles : Clos des Rouliers et Les Noëls de Montbenault. Depuis, plus aucun produit chimique n'a été utilisé. Les vignes ont toutes été labourées et un gros travail manuel a été réalisé dans le vignoble.
Rablay-sur-Lyon produit des liquoreux. Richard Leroy a donc été vite confronté à un problème d'éthique vis-à-vis du soufre, car il est presque impossible de produire des vins renfermant des sucres résiduels en bouteille sans utiliser de SO2... Il s'est ainsi résigné à produire exclusivement des vins secs. Depuis 2008, les vins ne sont plus produits en appellation Anjou, mais en vin de France (anciennement vin de table). Une rébellion contre l'organisation du système des appellations.
Ces chenins recherchés, produits en petite quantité et désormais sans soufre ajouté, sont en passe de s'inscrire parmi les meilleurs blancs de France.

*Ingénieur agronome de formation, diplômé en œnologie de l'Université de Bourgogne à Dijon, Louis Tannoury a obtenu un master en commerce international des vins et spiritueux. Après quelques années d'expérience dans le vignoble bourguignon, il est actuellement importateur et distributeur de vins au Liban (Terroirs-Y-Seleccion).

 

Dans la même rubrique

Le tonneau, un contenant précieux

Servir le vin, ou l'importance de chaque geste

Conserver l’âme du vin pour en savourer le meilleur

La dégustation d'un vin, un moment sacré

Le terroir, un sol et des hommes

L’histoire d’amour entre le vigneron et sa terre

 


Mais pourquoi donc la France est-elle le pays qui produit les plus grands vins du monde ? C'est avant tout une question de géographie. Entourée par l'Atlantique et la Méditerranée, elle dispose d'une situation absolument unique dans le monde de la viticulture. Mais la géographie n'est pas la seule grâce du vignoble français. La France n'a pas seulement de bons vignobles, elle a aussi des...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut