X

À La Une

Promotion 1994 : si vous n'avez toujours rien compris, voici ce qu'il faut savoir

Liban

Que dit le décret sur lequel s'écharpent Aoun et Berry au sujet des officiers ? Quels sont les arguments de chaque partie dans ce bras de fer ? Quelles médiations sont en cours ?

10/01/2018

Depuis plus de trois semaines, la promulgation du décret d'ancienneté des officiers de la promotion de 1994 fait l'objet d'une querelle entre le président de la République, Michel Aoun, et le président de la Chambre, Nabih Berry. Cette polémique s'articule principalement autour de l'obligation constitutionnelle ou non du contreseing du ministre des Finances, en l'occurrence Ali Hassan Khalil, le plus proche conseiller de M. Berry.

Voici ce qu'il faut savoir pour comprendre les tenants et les aboutissants du débat autour de ce décret.

 

"Promotion Aoun"
La promotion 1994 concerne des officiers, pour la plupart chrétiens, entrés à l'École militaire quelques années plus tôt, à l'époque où le chef de l'État était à la tête d'un gouvernement militaire de transition (1988-1990). Les officiers concernés par ce décret, connus sous le label de "promotion Aoun", avaient subi des préjudices liés au fait qu'ils n'avaient pas été promus comme leurs camarades au sein de l'armée.

 

"Violation de la Constitution"
Le 13 décembre dernier, le président Aoun et le Premier ministre, Saad Hariri, signent le décret d'avancement de ces officiers. 

Six jours plus tard, lors du dernier Conseil des ministres de l'année 2017, le gouvernement aborde le sujet et une passe d'armes oppose alors le ministre de la Défense, Yaacoub Sarraf, à son collègue des Finances. M. Sarraf affirme qu'"il n'est pas nécessaire que tout décret portant sur une dépense financière soit signé par le ministre des Finances". M. Khalil s'indigne alors et affirme que "l'adoption du décret ne respecte pas la loi et la Constitution".

Afin de rapprocher les points de vue, le chef du gouvernement demande au secrétaire général du Conseil des ministres, Fouad Fleifel, de ne pas publier le décret dans le journal officiel.

 

 

Divergences
En effet, le président du Parlement estime que l'adoption du décret nécessite quatre signatures, en l'occurrence celles du président de la République, du chef du gouvernement, du ministre concerné (M. Sarraf), et du ministre des Finances. De son côté, le chef de l’État estime que le décret d'avancement ne requiert que sa signature et celle du Premier ministre. Les constitutionnalistes divergent sur cette question.

 

Épreuve de force
Le 25 décembre, M. Aoun affirme, à l'issue d'un tête-à-tête avec le patriarche maronite, Béchara Raï, à Bkerké, à l'occasion de Noël, que "l'année d'avancement de cette promotion est un droit", dénonçant une "injustice politique" et appelant ceux qui ont des objections, en allusion à M. Berry, à s'adresser à la justice. "Ce sont les faibles qui ont recours à la justice", rétorque le président du Parlement le lendemain. "Que Dieu ait l'âme de l'accord de Taëf, de la Constitution, de la coutume, et du gouvernement", ajoute-t-il.

Depuis lors, le président de la Chambre ne cesse de dénoncer une violation de la Constitution, tandis que le chef de l’État continue d'appeler à porter l'affaire devant la justice.

 

Quelles médiations ?
Alors que la classe politique appelle à mettre un terme à cette polémique, un certain flou entoure d'éventuelles médiations entre les principaux intéressés pour dénouer cette crise.

Ainsi, il a été dit que Saad Hariri avait pris en main le dossier. "D'aucuns veulent gonfler cette affaire (...) mais je travaille sur cela et toutes les parties parviendront à une solution", avait-il déclaré le 31 décembre. Il était même question d'une rencontre entre MM. Hariri et Berry qui n'a pas encore eu lieu.

Mais le bloc du Futur, réuni mardi sous la présidence de M. Hariri, a indiqué que le chef du gouvernement n'était pas "concerné par les rumeurs sur de prétendues médiations, rencontres et propositions (qu'il aurait initiées), celles-ci n'étant au demeurant qu'un pur produit de l'imagination des médias".

En début d'année, le directeur général de la Sûreté générale, le général Abbas Ibrahim, qui avait précédemment pris en main cette médiation, avait annoncé l'échec de sa mission, sous-entendant par ailleurs que M. Hariri était le nouveau médiateur.

Deux formations politiques, le Hezbollah, partenaire naturel de M. Berry et soutien affiché du chef de l’État, et le Parti socialiste progressiste (PSP) du leader druze Walid Joumblatt, qui proclame son attachement à la stabilité politique du pays, auraient, de leur côté, tenté de calmer la polémique, des informations qui n'ont jamais été confirmées. 

 

Lire aussi
Promotion de 1994 : fin officieuse de la médiation de Hariri

Au-delà d'un décret, la guerre des « ego »le décryptage de Scarlett Haddad

 

Pour mémoire
Promotion 1994 : Aoun appelle à nouveau à trancher l'affaire devant la justice

Promotion 1994 : le « contreseing tardif », dernière trouvaille pour tenter de régler le problème

Aoun et Berry campent sur leurs positions... en attendant Hariri ?

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

EN DEUX MOTS RIEN NE PEUT ETRE DECIDE DANS CE PAYS SANS L,ACCORD DE BERRY... DES CHIITES... SINON LE BOYCOTTAGE... IL SE HAUSSE AU RANG DE CHEF DE L,ETAT DE FACTO !

Talaat Dominique

il y a pas un âge pour la retraite ? Berry devrait la prendre !!!!

Antoine Sabbagha

La stabilité politique du pays reste fragile tant qu' on a ce système tribal ou chaque chef veut imposer sa doctrine sur tout le pays . Adieu démocratie .

Gros Gnon

Ils ne savent pas lire la Constitution? Bon ben qu’ils demandent au Conseil Constitutionnel de trancher, et qu’ils passent à des choses plus sérieuses, non mais...

Et l’autre là qui ose dire que la Justice est pour les faibles ?!? NON monsieur (avec un petit « m » svp), la Justice est pour tout le monde, pour les faibles comme pour les méchants (j’ai failli écrire les forts mais je n’ai pas pu). Sinon c’est la loi du tallion. Et votre DEVOIR, monsieur, en tant que Législateur en chef, est d’encourager vos concitoyens à respecter la Justice, pas de la dénigrer!

Comme disait l’autre, il y a de quoi se la sortir et se la mordre...

Wlek Sanferlou

Je m'excuse mais je n'ai toujours rien compris:
un état souverain soi-disant gouverné par des acteurs d'un film série B ou meme Z qui débitent un dialogue inutile et stupide alors que la salle de cinéma brûle ...
Notre pays est dans un état de surréalisme jamais imaginé.
Quel malheur et quelle honte.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

NOUS, NOUS AVONS TRES BIEN COMPRIS LE CHANT DU COQ QUI TIENT EN SON BEC LE FROMAGE... GOUPIL N,A PAS OU NE VEUT PLUTOT PAS COMPRENDRE QUE LE COQ N,EST PAS LE CORBEAU DE LA FABLE !

Irene Said

Si si ! Nous avons parfaitement compris que nous ne sommmes pas gouvernés par des gens responsables, conscients de leurs devoirs envers le pays, mais par deux grand'pères qui feraient mieux de rentrer chez eux, donc de laisser enfin la place à d'autres ! (Le troisième acteur sur la scène de ce pitoyable théatre, il ne peut malheureusement pas faire grand'chose, coincé entre ces deux rapaces du 3ème âge !)
Pauvre Liban !
Irène Saïd













1

Sarkis Serge Tateossian

La 4ème signature suggérée par le camp Berry, n'a été retenue par le président de la république, probablement parce que le ministre en question (des finances) était surement opposé à cette promotion 1994.

On revient à la case de départ ...
S'opposer politiquement par la voie "des forces de nuisances"
Chantage d'instabilité politique à quelques semaines des législatives (mon avis perso)

Scénario classique pour ceux qui ne savent pas s'exprimer par les canaux habituels de la politique.
DOMMAGE

Le Faucon Pèlerin

Qui est arrivé en premier, l'oeuf ou la poule ?

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Guerre du Yémen : ce qu’en dit un houthi de passage au Liban...

Un peu plus de Médéa AZOURI

Visconti et les lahem baajine

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué