Liban

Riyad cherche à faire condamner le Hezbollah

Ligue arabe
17/11/2017

Le Liban n'envisagerait pas d'adresser de requête officielle à la Ligue arabe pour mettre sur le tapis l'affaire de la démission du Premier ministre Saad Hariri, depuis Riyad le 4 novembre, et son « non-retour » au Liban depuis. C'est ce que révèle une source gouvernementale. Le pays du Cèdre n'a pas non plus réclamé que l'affaire Hariri soit mise à l'ordre du jour de la réunion extraordinaire des ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe qui se déroulera dimanche prochain au Caire, à la demande de Riyad. De toute façon, selon le statut intérieur de la Ligue arabe, aucun dossier ne peut être discuté lors d'une telle réunion s'il ne figure pas à l'ordre du jour établi et distribué au préalable.

Par ailleurs, si le représentant libanais auprès de la Ligue arabe, Antoine Azzam, a informé le ministère des Affaires étrangères de la requête envoyée par Riyad à la Ligue, pour l'heure, le chef de diplomatie libanaise, Gebran Bassil, n'a toujours pas décidé s'il participera à la réunion.

 

(Lire aussi : Désescalade, dans la perspective d'une arrivée de Hariri en France)

 

Voici par ailleurs le texte intégral envoyé par l'Arabie saoudite : « Riyad a fait l'objet d'une action hostile dans la soirée du 4 novembre, de la part de milices houthies liées à l'Iran au Yémen qui ont lancé des missiles balistiques de fabrication iranienne depuis l'intérieur du Yémen. Le royaume de Bahreïn a de plus été victime d'une action subversive terroriste de destruction de pipelines à l'explosif, dans la nuit du 10 novembre. Sans oublier les violations perpétrées par l'Iran dans le monde arabe et qui mettent en péril la paix et la stabilité, non seulement dans la région arabe, mais aussi dans l'ensemble du monde. C'est dans ce cadre que l'Arabie saoudite a réclamé une réunion extraordinaire des ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe, le 19 novembre. Le Conseil de la Ligue arabe a répondu par la positive à la requête saoudienne, après des concertations entre la présidence actuelle et le Conseil ministériel de l'organisme, et deux circulaires favorables adressées par Bahreïn et les Émirats arabes unis. Les discussions porteront donc sur les moyens de faire face aux interventions iraniennes dans les pays arabes, et la menace que représentent ces interventions pour la paix et la sécurité arabes ».

Dans cette invitation, aucune mention du Liban. Sauf que, selon une source arabe, « le projet saoudien de résolution comporterait une condamnation de l'intervention militaire du Hezbollah en Syrie, à Bahreïn et au Yémen, de même qu'un appel au retrait (du parti chiite) de tous les fronts extérieurs à la confrontation avec Israël, au Liban-Sud ».

 

(Lire aussi : Hariri demain à Paris, le début d'un processus qui devra être consolidé)

 

Selon des sources diplomatiques, les préparatifs à la réunion de dimanche sont accompagnés d'une campagne en bonne et due forme contre le Liban sur les réseaux sociaux et sur les chaînes télévisées, et il est même question d'une menace de suspension de l'appartenance du Liban à la Ligue arabe. Mais en même temps, selon le pacte et le statut intérieur de la Ligue, aucun article ne figure à l'ordre du jour de la réunion extraordinaire, mis à part celui qui a été diffusé, à savoir les interventions iraniennes dans les affaires arabes. Et dans le cas où un pays désirerait soumettre un sujet à la discussion en dehors de l'ordre du jour, il doit obtenir le soutien préalable des deux tiers des membres du Conseil.

 

Lire aussi

Aoun : La crise est en voie de dénouement

Riyad cherche à faire condamner le Hezbollah

Bassil : Un règlement est nécessaire pour éviter une escalade diplomatique

Bou Saab tente d'adoucir l'effet des déclarations de Aoun

La Fondation maronite dans le monde salue « la visite sans précédent » du patriarche Raï en Arabie saoudite

Deriane appelle à préserver les relations avec l'Arabie saoudite

Pharaon demande des garanties concernant la distanciation du Liban

Rassemblement de la République : se baser sur la visite de Raï à Riyad

Joumblatt attend une « nouvelle heureuse »

Allouche : Le Liban doit appuyer l'Arabie saoudite contre l'Iran

Abboud : Le dossier des armes du Hezbollah devrait être traité par le gouvernement

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Yves Prevost

On se demande quel prétexte pourrait bien trouver Bassil pour ne pas participer à cette réunion. Et s'il y est présent, va-t-il continuer à soutenir l'Iran et le Hezbollah?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ADRESSER UNE REQUETE A LA LIGUE ARABE POUR LA DEMISSION DE HARIRI A PARTIR DE LA SAOUDITE SERAIT UNE MEGA GAFFE ET UNE BALLE TIREE DANS LE PIED... LE CONCERNE AYANT REPETE SANS CESSE QU,IL A QUITTE LE LIBAN DE SON PLEIN GRE ET QU,IL A DEMISSIONNE DE MEME EN ENUMERANT LES CAUSES DE SA DEMISSION !
ASSEZ DE PLEURS HYPOCRITES !

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Nous, sales Arabes...

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Hezbollah entame « la quatrième phase » de son parcours

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué