Liban

Première étape de la bataille du jurd : mission accomplie pour le Hezbollah

Décryptage
25/07/2017

En cinq jours, le Hezbollah et l'armée syrienne auront en principe achevé la première étape de la bataille du Jurd, appelée « opération imam Sadek », en chassant les combattants d'al-Nosra de la superficie qu'ils occupaient depuis au moins trois ans dans la zone située entre le Liban et la Syrie. Il ne s'agit pas seulement d'une importante victoire militaire en raison de l'espace géographique ainsi reconquis et de la difficulté de se battre dans une zone aussi escarpée, mais aussi d'une étape importante dans le plan global du Hezbollah pour la pacification de la frontière avec la Syrie dans le but de stabiliser l'intérieur libanais.

En effet, depuis le déclenchement de cette opération à l'aube du vendredi, les analystes se sont demandé pourquoi le Hezbollah et l'armée syrienne ont commencé à s'attaquer à la zone contrôlée par al-Nosra et Saraya Ahl ech-Cham (pour la plupart des anciens de l'Armée syrienne libre), plutôt qu'à celle, plus au nord, contrôlée par Daech. Selon une source sécuritaire qui suit de près le dossier, les raisons sont multiples. La source précitée révèle ainsi que le souci principal du Hezbollah est actuellement de sécuriser la frontière entre la Syrie et le Liban, pour permettre à sa base arrière dans le nord de la Békaa de souffler et d'être sécurisée, mais aussi pour consolider la stabilité dans l'ensemble du pays afin d'éviter des attaques terroristes qui bouleverseraient la donne interne.

C'est dans ce but qu'il a entamé un processus de retour progressif des déplacés syriens dans leurs villages de l'autre côté de la frontière, en coopération avec des notables syriens de la région, l'armée syrienne, et l'armée libanaise du côté libanais pour assurer la sécurité du déplacement des déplacés. Pour le Hezbollah, ce processus s'inscrit dans une vision stratégique. Mais l'opération est restée limitée en raison de l'opposition des éléments armés installés dans le jurd. De plus, les enquêtes avec les réseaux terroristes, découverts jusqu'à présent par les services de sécurité, montrent que le jurd de Ersal et du Qalamoun syrien constituent un relais important entre les cellules à l'intérieur du pays et le commandement à Raqqa. La décision de pacifier cette zone a donc été prise. Il restait simplement à l'exécuter dans les meilleures conditions militaires et politiques possibles.

 

(Lire aussi : La bataille du jurd se poursuit sur fond d’une guerre verbale)

 

Dès le départ, le jurd a donc été divisé militairement en deux, la région contrôlée par Daech, au Nord, et celle contrôlée par al-Nosra et Saraya Ahl ech-Cham, plus au sud, face à Ersal. La seconde zone était toutefois considérée prioritaire en raison de sa proximité avec les camps de déplacés syriens installés autour de Ersal qui abritent près de 100 000 personnes. Le Hezbollah considérait ainsi que le Front al-Nosra a plus d'influence au sein de ces camps que Daech, et c'est pourquoi il lui semblait primordial de couper le lien géographique entre le jurd et les camps. De plus, la dernière opération préventive de l'armée dans les camps d'el-Nour et Qariyé a montré que les combattants d'al-Nosra ont pu se cacher dans ces camps avant de se faire exploser au milieu des civils.

Aussitôt, des contacts diplomatiques et sécuritaires ont été entrepris pour préparer le terrain politique à une éventuelle opération. Des négociations ont été ainsi menées avec les responsables des combattants pour étudier la possibilité d'une reddition sans combat, avec un retrait des combattants vers Idleb ou Raqqa. Avec le chef local d'al-Nosra Abou Malek al-Tallé, les négociations ont échoué à la dernière minute en raison des conditions que ce dernier avait posées. Il ne restait donc plus d'autre choix que de passer à l'action militaire.

Les rôles ont été distribués de manière à éviter de coincer l'armée libanaise sur le terrain en la plaçant en confrontation directe avec les combattants. Son rôle se limitera donc à empêcher l'infiltration des combattants vers le Liban et plus particulièrement vers les camps, tout en empêchant d'éventuels sympathisants des combattants dans les camps de bouger.

 

(Lire aussi : L’offensive de Ersal, une réponse du Hezbollah à l’accord américano-russe sur la Syrie)

 

De même, des contacts ont été entrepris avec des parties régionales et internationales pour assurer un minimum de couverture à l'opération. Le Qatar, qui revoit actuellement ses positions sur l'ensemble des dossiers régionaux, a montré de l'indifférence, alors que l'Arabie saoudite ne s'est pas opposée, sachant qu'al-Nosra est considérée comme étant appuyée par le Qatar. Sollicités, les Américains ont aussi adopté « une neutralité tacite » et des contacts ont été entrepris avec les organisations palestiniennes pour éviter un éventuel mouvement de protestation dans les camps. L'opération a donc été menée par le Hezbollah du côté libanais, et par les soldats syriens du côté syrien, selon le plan établi avec toutefois une rapidité inespérée. Les combattants de Saraya Ahl ech-Cham ont rapidement négocié leur retrait, alors que ceux d'al-Nosra sont poussés dans leurs derniers retranchements et que le lien géographique avec les camps autour de Ersal a été en principe coupé. C'est donc une victoire foudroyante qui a été enregistrée, pour le Hezbollah, mais aussi pour le Liban.

Reste maintenant la seconde étape. Selon la source sécuritaire précitée, des négociations indirectes se poursuivent avec les représentants de Daech pour trouver un accord sur leur retrait de la zone qu'ils contrôlent sans combat. Si elles échouent, l'opération militaire aura forcément lieu, mais selon le timing choisi par les différents protagonistes, le Hezbollah, l'armée syrienne, mais aussi l'armée libanaise. Cette opération pourrait aussi être reportée, sachant que la priorité absolue était de pacifier le jurd de Ersal contrôlé par al-Nosra parce qu'il est en contact direct avec les camps de déplacés syriens dans le secteur, eux-mêmes reliés à la bourgade de Ersal.

 

 

Lire aussi

Un important terroriste présumé interpellé par l’armée libanaise

Près de 300 intellectuels se mobilisent contre l’émergence d’un « climat fasciste »

Dar el-Fatwa craint que Ersal ne soit entraîné dans la bataille

Abbas Ibrahim : « Le prix de la confrontation est moins cher que le terrorisme »

La mémoire d’Ahmad Fliti saluée par tous ceux qui l’ont connu

L'armée « activement passive »

 

Pour mémoire

Le Hezbollah aurait reconquis 64 % du jurd libanais occupé par les jihadistes

Première étape de la bataille du jurd de Ersal : effet de surprise et avancée rapide...

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Chady

On peut penser ce qu'on veut de qui on veut en terme de politique, mais question sécurité que ferions-nous sans le hezbollah?
Les daechistes seraient en train de se promener sur jounieh et la on aurait vu pire que la "wilayat el fakih".
Ah, c'est pck ya un monstre comme le hezb que les takfiristes et israel existent se diront certains. Sans le hezbollah ces deux menaces n'existeraient pas pensent-ils.
Sans le hezbollah il n'y aurait pas de liban aslan ya habibete! Wake up

Irene Said

Nous savons trop bien que le Hezbollah ne fait pas tout cela pour les beaux yeux du Liban et de son peuple...mais pour mener à bien les projets régionaux de Téhéran !
Et le rêveil, bientôt, sera douloureux pour notre pays, sacrifié sans remords par ce soi disant "parti de Dieu"...
Irène Saïd

Hitti arlette

Tout compte fait c,'est du nickel !!! qu'on soit pour ou contre le hezb , l opération express a trouvé une quasi unanimité de la part du peuple libanais . Mis à part des couacs poussés par-ci et par-là qui sympathisent avec daech rien que pour des motifs purement comunautaires On est ,au final débarrassés d' une racaille terroriste menaçante . Et par un simple coup de ballet soigneusement mené par les combattants du hezbollah on peut pousser un ouf de soulagement en attendant la fin du calvaire .

MIROIR ET ALOUETTE

EXCELLENTE EXPLICATION .

On ne peut pas être plus explicite , mais je m'étonne que les articles des journalistes qui annonçaient la "mort" du hezb résistant depuis une dizaine d'année n'écrivent plus sur le sujet , on a aussi besoin de connaître leur "expertise" à ce sujet ! et abderahmenteur-osdh il n'a plus d'infos sur ersal ou du côté syrien de la bataille ?

C'est flou tout ça !
Permettez moi un bise Scarlett , à tout seigneur , tout honneur .

Pierre Hadjigeorgiou

Si le Hezbollah n'avait pas bafoue la souveraineté de l’état en intervenant dans la guerre en Syrie, nous n'aurions pas eu de réfugiés Syriens sur notre territoire et donc pas de terroriste supplémentaire, Daech n'aura probablement pas vu le jour et Bachar serai déjà jugé et pendu... Le plus grave est que l'occident accroît sa pression contre l'Iran et donc le bras de fer n'est qu'a son début. Tant que la guerre en Syrie était de mise, le Liban était plus ou moins stable. Si la guerre en Syrie et en Iraq prennent fin, c'est alors que nous verrons les yeux se tourner vers notre pays et gare a ce qui risque de s'y passer. Que Dieu préserve le Liban et ne lui fasse pas connaitre une nouvelle guerre. Ce n'est certes pas le Hezbollah qui la lui évitera mais bien au contraire il sera la principale cause pour qu'elle s'y instaure a nouveau...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE BARATIN ET LA DESINFO DU PARTI PRIS !

Bery tus

plan global du Hezbollah pour la pacification de la frontière avec la Syrie dans le but de stabiliser l'intérieur libanais

Moi j'ai arrêter la !! Lol

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants