X

Liban

Première étape de la bataille du jurd de Ersal : effet de surprise et avancée rapide...

Offensive
22/07/2017

À l'aube d'hier, juste après la prière, l'offensive conjointe du Hezbollah et de l'armée syrienne dans le jurd de Ersal a officiellement commencé. Elle était préparée depuis quelques jours par des bombardements aériens intensifs de l'armée de l'air syrienne contre les positions présumées des combattants de Fateh el-Cham (ex-Front al-Nosra), de Daech, ainsi que d'autres factions armées de l'opposition syrienne.

Comme annoncé, l'offensive se fait par étapes. La première, qui se déroule actuellement, vise spécifiquement les combattants de Fateh el-Cham, parce que leurs positions sont les plus proches de la frontière libanaise. Une fois cette étape terminée, les forces qui mènent l'offensive pourront avancer vers les positions de Daech, plus en profondeur dans le jurd. Il faut préciser que Daech contrôle une superficie cinq fois plus grande que celle de Fateh el-Cham, sachant que la superficie totale de l'ensemble du jurd est estimée à 150 km². Il s'agit donc d'une région immense et peu peuplée, montagneuse et difficile d'accès. Il n'y a pas d'informations précises sur le nombre de combattants cachés dans le jurd. Les estimations parlent d'un peu plus d'un millier, mais leur puissance est décuplée par la géographie des lieux et par leur détention de missiles antichars Milan et Tow (qu'ils ont pris aux factions de l'opposition syrienne dite modérée) considérés comme très efficaces. C'est pour cela qu'on affirme généralement que la bataille du jurd est difficile et coûteuse en vies humaines pour ceux qui mènent l'offensive.

 

(Lire aussi : Opérations dans le jurd de Ersal : le courant du Futur se démarque, l'armée silencieuse)

 

Mais il faut noter le fait que dans cette région immense, il y a peu de civils. Ce qui constitue un élément en faveur de l'offensive, car cela facilite les attaques et ôte aux combattants la possibilité de se cacher au sein de la population. De même, l'arme favorite des combattants, à savoir l'envoi de kamikazes, n'est pas possible dans une telle région, car en raison de l'absence de villages et de zones habitées, ceux-ci sont rapidement décelables et ne peuvent plus passer inaperçus pour faire un maximum de victimes. De même, les combattants dans les deux camps n'étant pas très nombreux, il est difficile de les piéger par l'envoi d'éléments armés portant leurs uniformes chargés de se faire exploser au milieu des positions ennemies...
La bataille entamée du jurd de Ersal ne ressemble donc à aucune autre de celles qui déchirent la Syrie depuis six ans. Elle a plutôt des allures de guerre du Moyen Âge, avec toutefois des équipements modernes et des tactiques différentes.

L'offensive des combattants du Hezbollah dans sa première étape a ainsi été menée à travers deux axes, dans le but évident de couper en deux la zone contrôlée par Fateh el-Cham, pour affaiblir les combattants et les déstabiliser. Le premier axe est celui du jurd de Flita (à l'ouest, en Syrie) et le second à partir de la chaîne de montagnes qui sépare le Liban de la Syrie, au nord-est du jurd de Ersal. Ce qui montre bien l'intention de ceux qui mènent l'offensive de couper le contact entre les deux zones pour piéger les combattants.
Dans le premier axe, l'avancée des combattants du Hezbollah et des soldats de l'armée syrienne est spectaculaire. En quelques heures, ils ont pris la colline stratégique al-Bourkan occupée par les combattants de Fateh el-Cham. Concernant le second axe, c'est la position al-Kanzah qui constitue la première cible vers laquelle les combattants du Hezbollah et les soldats syriens avancent rapidement. Selon les informations données par le département d'information militaire (un service conjoint libano-syrien qui couvre en ligne les développements militaires), certaines positions ont été évacuées par les combattants de Fateh el-Cham, avant même l'arrivée de l'armée syrienne et du Hezbollah. D'autres, par contre, ont fait l'objet de combats acharnés. Au total, et en quelques heures, huit positions de Fateh el-Cham ont été reprises par le Hezbollah et l'armée syrienne, et plusieurs experts militaires prévoient une bataille rapide (du moins pour ce qui concerne cette dernière formation), les combattants n'ayant aucune chance de tenir longtemps face à cette offensive étudiée jusque dans ses moindres détails.

 

(Lire aussi : L'armée « activement passive »)

 

Il faut préciser aussi que l'offensive, bien que prévue, a pris de court les combattants de Fateh el-Cham qui misaient encore sur une ultime tentative de négociation menée par le cheikh al-Hojeiry (plus connu sous le nom d'Abou Takiyé). Ce dernier aurait convaincu le chef de Fateh el-Cham dans le Qalamoun syrien, Abou Malek al-Tallé, de quitter la région avec ses hommes et ses fonds. Mais celui-ci voulait passer par le Liban. Le Hezbollah n'a donc pas attendu un nouveau round de négociations. Avec l'armée syrienne, il a lancé l'offensive, profitant de l'effet de surprise...

Pour éviter toute fuite des combattants vers le Liban, le Hezbollah et l'armée syrienne ont bloqué, par des tirs, les deux voies de passage à Wadi Hmayed et Aïn Ata du côté syrien. Mais il reste, selon ceux qui connaissent bien la région, un espace de près de 12 km qui n'est pas contrôlé et par lequel des combattants peuvent s'infiltrer. De son côté, l'armée libanaise est en état de vigilance et surveille les points de passage. Elle a déjà tiré sur un groupe de combattants qui essayaient de s'introduire au Liban. Selon certaines informations, les combattants de Fateh el-Cham chercheraient à envoyer leurs blessés au Liban pour s'y faire soigner... L'armée libanaise laisse en tout cas passer les civils, et elle a même demandé aux organisations humanitaires relevant de l'ONU d'être présentes sur les lieux. Au premier jour des combats, on ne peut en tout cas pas parler d'un afflux de civils syriens vers Ersal... Mais la bataille n'en est qu'à ses débuts...

 

Voir aussi

La bataille du jurd de Ersal a commencé : les images

 

Lire aussi
Quand la tension se traduit en actes...

Réfugiés syriens : une polémique au timing bien douteux...

Ersal : la mise à mort du bouc émissaire

Hariri à Washington, sur fond de bataille au jurd

Geagea : Pour en finir avec le terrorisme, il faut régler le cas Assad

Aoun : La guerre contre les terroristes conforme aux directives de l’exécutif

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

je voudrais rajouter, on est tous avec le hezb dans sa version libanaise et surtout politique, mais pas militaire dans tous les resistences au monde TOUS SANS EXCEPTION ET QUI AVAIENT LES MEMES CARACTERISTIQUES QUE LIBAN LES MEMES ENJEUX GEOPOLITIQUE ont deposer les armes et pour certains ont integrer l'armee nationale !!!

mais on ne peut pas venir dire devant la face du monde que nous protégeons et respectons l'armee, tout en faisant son travail

j'espere etre publier !!!

Eleni Caridopoulou

Le Hezbollah veut prendre le pouvoir et nous allons bien rigoler ça va être un autre Iran avec le Ayatolahs et à Dieu Liban quand je pense j'ai froid dans le dos

ACQUIS À QUI

J'ajouterai à cet excellent article de Scarlett que , si j'ai bien compris les faits de cette intervention d'éradication du wahabisme , c'est l'Iran qui a poussé israel à envahir le Liban en 82 et d'y être restée près de 20 ans ??? !!!§§§§§§

Quel ignorant je suis ! à moins que l'occupation du sud Liban par ce pays usurpateur n'était qu'une invention de l'Iran , tiens !

Bery tus

Le pb c'est que la communauté chiite ne peut rien faire contre les envies d'hegemonie du hezb pantin de l'Iran !!! Faut arrêter de prendre les libanais pour des imbéciles... d'un autre coter le liban coder tjrs tenue depuis sa création contre une association de minorité contre une majorité encore la faut ne pas nous prendre pour des imbéciles ... pour finir ce complot a été initiée en Iran depuis 2005 soit depuis la mort de hariri !!! Encore la faut pas nous prendre pour des abrutits ... CAR LE RÉEL COMPLOT À ÉTÉ DÉJOUER DEPUIS 2005 quand tous les libanais ont demander par la force le retrait des troupes syriennes au Liban et tout sait maintenant que le commanditaire de cette attentat était l'Iran !!! Khallas ca suffit de se cacher derrière son petit doigt il faut dire les choses comme elles sont !! N'oublions pas ce que el maliki avait dit à propos des terroristes venue en Irak depuis la syrie et tout sera plus clair ... DONC LE CONPLOT IRANO-syrien a foirer depuis 2005 et par daesh l'Iran tente de revenir et est revenue sur la scène internationale sur le dos de tous les arabes

ACQUIS À QUI

La majorité des libanais soutient l'action d'éradication des bactéries importées au Liban et manipulées par israel .

Ce boulot se devait d'être fait par quelqu'un , et ma foi si les combattants sont du hezb résistant, pourquoi pas saluer leur courage ,si ça avait pu être par d'autres , le soutien à ce genre d'action aurait été aussi fort .

L'erreur est de s'arrêter à un désir du choix du nom de celui qui acceptera de faire ce sacrifice .

Le contre pouvoir aux politiques du hezb résistant , au cas où il déciderait de déraper , comme on l'accuse à tort de vouloir le faire , se trouve dans ses alliances avec les chrétiens , minorité comme lui dans un monde à majorite sunnite , mais encore même et aussi cette résistance a le soutien d'une partie des sunnites , des druzes et autres formations non religieuses .

Sans oublier la majorité silencieuse des chiites , celle qui salue les victoires de ce parti de la résistance pour la protection du pays contre les manigances judéo-sunnite malfaisantes , mais qui aura son mot à dire le moment venu où par hasard le hezb résistant voudrait aller plus loin . De 20% d'opposants chiites actuel , le taux passerait rapidement à 80% .
Il faudra arrêter de voir les chiites comme des imbéciles qui voudraient voir leur pays sombrer dans le chaos , alors que cette communauté ne désirerait qu'une chose , profiter des bienfaits qu'un Liban libre et fort leur apporterait .

Merci Scarlett pour tant de professionalisme .

DAMMOUS Hanna

Suite à cette bataille, Si le Hezbollah constitue prochainement par sa puissance militaire une menace pour tout l'État libanais et ses autres composantes, c'est puisqu'une qu'une minorité de convaincu et jusqu’au-boutiste bien financé, a 100 fois plus de pouvoir qu'une majorité molle et versatile.

Marionet

Article très bien sourcé comme c'est toujours le cas avec Scarlett Haddad. Excellente idée de l'avoir illustré d'une carte qui permet de bien situer les positions et les enjeux. Mais comment l'armée d'un État souverain peut-elle accepter d'assurer les arrières d'une milice? Et une fois que les batailles syriennes seront terminées, à quoi serviront les armes du Hezbollah ? Contre qui se retourneront-elles? Rien que d'y penser, j'en ai froid dans le dos et je ne dois pas être la seule à être parcourue de frissons: surarmé colle il est, le Hezbollah constitue une menace pour tout l'État libanais et ses autres composantes politico-confessionnelles le savent...

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Des messages indirects entre la Syrie et des pays arabes résonnent à Beyrouth

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué