Présidentielle française

La Seconde guerre mondiale s'invite dans le duel Macron-Le Pen

François Hollande appelle à "chasser les mauvais vents" du "nationalisme" et du "repli".

La Seconde guerre mondiale s'est immiscée vendredi dans le duel présidentiel en France: le parti de Marine Le Pen a dû éjecter son président, accusé de propos négationnistes tandis qu'Emmanuel Macron s'est déplacé dans un village marqué par un massacre nazi. Photos AFP / PASCAL POCHARD-CASABIANCA et ALAIN JOCARD

La Seconde guerre mondiale s'est immiscée vendredi dans le duel présidentiel en France: le parti de Marine Le Pen a dû éjecter son président, accusé de propos négationnistes tandis qu'Emmanuel Macron s'est déplacé dans un village marqué par un massacre nazi.

Poursuivant une campagne offensive destinée à séduire de nouveaux électeurs, la cheffe du Front national a exhorté vendredi les partisans du tribun de la gauche radicale, Jean-Luc Mélenchon, à "faire barrage" à son jeune rival centriste.
"Petites manœuvres pas très dignes", a immédiatement réagi le porte-parole de M. Mélenchon, Alexis Corbière.

Silencieux dans le chœur de ralliement au centriste qui s'est élevé après le premier tour, le chef de La France insoumise n'a donné aucune consigne de vote pour le 7 mai, après sa défaite au premier tour (19,58% des voix).

Mme Le Pen, qui s'est mise lundi en retrait de son parti pour mieux rassembler les électeurs, tente de reprendre la main après l'éviction du président par intérim du Front national accusé de propos négationnistes - qu'il dément.

Jean-François Jalkh a été remplacé vendredi au pied levé par le jeune député européen Steeve Briois. Dans des propos rapportés en 2005 dans une revue universitaire, M. Jalkh avait évoqué le "sérieux et la rigueur" de l'argumentation des travaux de l'universitaire négationniste Robert Faurisson, régulièrement condamné pour avoir nié la réalité de la Shoah.

 

(Lire aussi : Duel Macron-Le Pen : le choc des patriotismes)

 

Le Pen père 'choqué'
Depuis qu'elle a pris la tête du FN en 2011, Marine Le Pen, 48 ans, s'est efforcée d'en lisser l'image sulfureuse, longtemps alimentée par les propos antisémites et révisionnistes de son père, Jean-Marie Le Pen.

Ce dernier, 89 ans, s'est dit vendredi "choqué" par la cérémonie nationale organisée mardi pour le policier tué dans un attentat la semaine dernière sur les Champs-Elysées. Il a jugé qu'il s'agissait plutôt d'un "hommage à l'homosexuel qu'au policier".

En début de semaine, le cofondateur du FN condamné à de multiples reprises notamment pour incitation à la haine raciale, a salué à la radio le "très beau résultat" obtenu par sa fille au premier tour: "c'est l'aboutissement de 45 ans de bataille politique", a-t-il dit.

Les thèses historiquement chères au FN avaient déjà surgi dans la campagne quand Marine Le Pen avait affirmé début avril que la France n'était "pas responsable" de la rafle du Vel d'Hiv qui avait conduit à la déportation de juifs sur ordre du pouvoir français en juillet 1942.
Une pleine page, publiée vendredi par l'association des Fils et Filles de déportés juifs de France dans le quotidien Libération, rappelle le passé pour s'inquiéter de l'avenir: une photo d'un ciel obstrué de barbelés évoquant les camps de concentration nazis, est barrée du slogan "Le FN en 2017? Non jamais. Contre le Pen - votez Macron".

 

(Lire aussi : Un lifting pour Marianne, l'édito de Issa Goraieb)


Le centriste Emmanuel Macron était lui à Oradour-sur-Glane, petite localité du centre de la France où une unité de la Waffen SS massacra 642 habitants le 10 juin 1944.

"Quand vous avez face à vous une candidate qui renouvelle ce qu'elle a pu dire sur le Vel'd'Hiv', qui est l'héritière directe et assumée de quelqu'un qui a porté le négationnisme, qui s'est construit politiquement contre le général de Gaulle, bien sûr que ça a un sens d'aller à Oradour", a-t-il déclaré avant sa visite.

L'ancien maire socialiste de Paris, Bertrand Delanoë, s'est pour sa part référé à l'arrivée au pouvoir des nazis en Allemagne pour appeler à voter contre elle.
"Dans les années 30 en Allemagne, l'extrême gauche n'a pas voulu choisir entre les sociaux démocrates et les nazis. Hitler a été élu par le suffrage universel", a-t-il dit.

De son côté, le président François Hollande, en déplacement dans l'ouest du pays, a appelé à "chasser les mauvais vents" du "nationalisme" et du "repli".

Marine Le Pen espère notamment un soutien, voire un ralliement de Nicolas Dupont-Aignan, candidat souverainiste qui totalisé 4,70% des suffrages au premier tour. Mais, signe de grand écart, sa profession de foi ne fait plus mention de "la souveraineté monétaire", et donc de la sortie de l'euro.

 

Lire aussi

Le plus dur reste à fairel'édito d'Emilie Sueur

De la banalisation du FN dans le paysage politique français

Le duel Le Pen-Macron oppose deux visions de l’économie aux antipodes

 

Portraits

L’insaisissable M. Macron 

Marine Le Pen, ou l'extrême droite dédiabolisée

 

Repères

1965 - 2012 : retour sur les élections présidentielles sous la Ve République

Présidentielle en France: mode d'emploi

 

Interviews

Emmanuel Macron à « L’OLJ » : Les intérêts des chrétiens d’Orient ne sont pas liés à Assad

Le Pen à « L’OLJ » : Rien n’est encore tranché sur la rétroactivité de la suppression de la double nationalité


La Seconde guerre mondiale s'est immiscée vendredi dans le duel présidentiel en France: le parti de Marine Le Pen a dû éjecter son président, accusé de propos négationnistes tandis qu'Emmanuel Macron s'est déplacé dans un village marqué par un massacre nazi.


Poursuivant une campagne offensive destinée à séduire de nouveaux électeurs, la cheffe du Front national a...

commentaires (3)

Comme le disait hier un philosophe français invité d'une chaîne de télévision favorable à macron, si le débat s'éternise encore une semaine de plus , la Marine va finir par le bouffer à cet appât de Macron qui n'attrapera pas mouches .

FRIK-A-FRAK

17 h 28, le 28 avril 2017

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Comme le disait hier un philosophe français invité d'une chaîne de télévision favorable à macron, si le débat s'éternise encore une semaine de plus , la Marine va finir par le bouffer à cet appât de Macron qui n'attrapera pas mouches .

    FRIK-A-FRAK

    17 h 28, le 28 avril 2017

  • Soyons réalistes un peu . La turquie , la Russie, les bensaouds en entier et même tiens, pourquoi hésiter à le dire les usurpateurs de terre de la Palestine usurpée ont une dicture fasciste plus ou moins CRIMINOGENE, pourquoi ne pas permettre à la France d'avoir un dirigeant avec de la poigne ? Il est temps que la France aussi se reprenne en main et ma foi dire la France aux français n'est pas plus insultant ni moins glorifiant que de dire la turquie aux turcs la bensaoudie aux bensaouds, la Russie aux russes et la Palestine aux palestiniens . Ah oui israel aux Israéliens aussi comme de bien entendu .

    FRIK-A-FRAK

    15 h 11, le 28 avril 2017

  • "Quand vous avez face à vous une candidate qui renouvelle ce qu'elle a pu dire sur le Vel'd'Hiv', qui est l'héritière directe et assumée de quelqu'un qui a porté le négationnisme, qui s'est construit politiquement contre le général de Gaulle, bien sûr que ça a un sens d'aller à Oradour", a déclaré Emmanuel Macron avant sa visite." ! BRAVO Monsieur Macron, toute LA FRANCE des Droits De L'Homme est Fière de Vous ! Et, à l'avance et à l'aise, Félicitations.... Président !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    14 h 47, le 28 avril 2017