Rechercher
Rechercher

présidentielle US

Après l'avoir traité de "honte pour l'Amérique", Al-Walid ben Talal félicite Trump

"Le président élu @realDonaldTrump. Quelles que soient les divergences passées, (mes) félicitations et meilleurs vœux pour votre présidence".

Le prince milliardaire saoudien Al-Walid ben Talal a félicité Donald Trump après l'avoir qualifié de "honte pour l'Amérique" au cours de la campagne électorale aux Etats-Unis. REUTERS/Fayez Nureldine/Pool

Le prince milliardaire saoudien Al-Walid ben Talal a félicité Donald Trump après l'avoir qualifié de "honte pour l'Amérique" au cours de la campagne électorale aux Etats-Unis.

"Le président élu @realDonaldTrump. Quelles que soient les divergences passées, (mes) félicitations et meilleurs vœux pour votre présidence", écrit le prince Al-Walid dans un tweet posté après la victoire du candidat républicain.

 

 

Le prince Al-Walid, membre de la famille royale saoudienne connu pour son franc parler, dirige le groupe Kingdom Holding Co, dont les intérêts s'étendent aux géants américains Citigroup et Time Warner.
En décembre 2015, il s'en était vivement pris à M. Trump pour avoir proposé, alors qu'il était en campagne pour les primaires républicaines, d'interdire aux musulmans d'entrer aux Etats-Unis.
"@realDonaldTrump Vous êtes une honte, non seulement pour le GOP (parti républicain), mais aussi pour toute l'Amérique", avait écrit le prince Al-Walid dans un tweet.
"Retirez vous de la course pour l'élection présidentielle américaine, jamais vous ne l'emporterez", avait ajouté ce neveu du roi Salmane d'Arabie saoudite, un royaume ultraconservateur qui applique une version rigoriste de l'islam.

 

(Lire aussi : Pourquoi Donald Trump a gagné la Maison-Blanche)

 

La réplique de Donald Trump avait été cinglante: "Le stupide prince @Alwaleed_Talal veut contrôler nos hommes politiques américains avec l'argent de son papa. Il ne pourra pas faire cela quand je serai élu".
Le candidat républicain avait ensuite modifié sa position sur les musulmans pour appeler à une interdiction de l'entrée aux Etats-Unis de ressortissants des pays ayant "une histoire prouvée de terrorisme" et "à un contrôle poussé" des migrants.

La compagnie Kingdom Holding Co du prince saoudien détient des parts dans des sociétés aussi diverses que le parc d'attractions Euro Disney, la chaîne hôtelière Four Seasons, Citigroup et le géant des médias News Corporation. Le milliardaire saoudien est en outre devenu le deuxième actionnaire de Twitter.

 

Lire aussi

 Quel Donald Trump gérera le Moyen-Orient ?

Le jour où l'Amérique a basculé

De quoi le trumpisme est-il le nom ?

« Les gens ont voulu cette odeur d'une nouvelle voiture... »

« La victoire de Sanders dans les États du Nord aurait été extrêmement probable »

« Personnellement, j'aime bien Trump, car il vous dit franchement qu'il vous hait, pas comme Obama »

Quel impact de l'élection de Trump sur le Liban et la région ?

Victoire de Trump : des électeurs US d'origine libanaise, entre bonheur et effroi

Présidentielle US : Pas d'impact immédiat sur le Liban, selon les milieux économiques

Le programme de Donald Trump

 

Diaporama
Présidentielle US : la folle journée du 8 novembre en images

 

Portrait
Donald Trump, la fin justifie les moyens


Le prince milliardaire saoudien Al-Walid ben Talal a félicité Donald Trump après l'avoir qualifié de "honte pour l'Amérique" au cours de la campagne électorale aux Etats-Unis.
"Le président élu @realDonaldTrump. Quelles que soient les divergences passées, (mes) félicitations et meilleurs vœux pour votre présidence", écrit le prince Al-Walid dans un tweet posté après la victoire...

commentaires (1)

Ils balisent sec tous ces wahabites bensaouds . Les grands perdants de cette élection présidentielle, on peut tout dire de Trump mais il est difficilement corruptible , comme l'était sa rivale , le fric il en a depuis très longtemps.

FRIK-A-FRAK

13 h 59, le 10 novembre 2016

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Ils balisent sec tous ces wahabites bensaouds . Les grands perdants de cette élection présidentielle, on peut tout dire de Trump mais il est difficilement corruptible , comme l'était sa rivale , le fric il en a depuis très longtemps.

    FRIK-A-FRAK

    13 h 59, le 10 novembre 2016