X

Liban

Ces déchets, c’est le spectacle de notre incurie qui s’étale aux yeux du monde entier...

#La RépubliquePoubelle / La situation
Fady NOUN | OLJ
22/08/2015

« Il faut considérer également la pollution produite par les déchets, y compris les ordures dangereuses présentes dans différents milieux... La Terre, notre maison commune, semble se transformer toujours davantage en un immense dépotoir. À plusieurs endroits de la planète, les personnes âgées ont la nostalgie des paysages d'autrefois, qui aujourd'hui se voient inondés d'ordures... »
François ne pensait pas si bien dire. Extrait de sa dernière encyclique « Laudato si », ce passage s'applique à nous à la lettre. « Un immense dépotoir », voilà ce que le Liban est en passe de devenir, compte tenu du délai de plusieurs mois que pourrait prendre la mise en place d'un nouveau plan de collecte et d'enfouissement des ordures. Déjà, de pittoresques ravines et vallons sont pollués par des déchets ménagers. Et le plus tragique, c'est que cette pollution par les déchets sera souvent irréversible, les décharges sauvages étant inaccessibles aux camions.
Déjà donc, pour quelques centaines de dollars, la beauté du Liban est bradée et des municipalités se débarrassent, sur des camionneurs sans scrupules, de leurs déchets ménagers, sans le moindre souci de l'endroit où ces déchets seront déchargés, pourvu que ce ne soit pas sous leur nez.

C'est le triste spectacle de notre incurie qui s'étale ainsi aux yeux du monde entier. Une incurie qui nous est familière et que nous avons déjà touchée du doigt quand il a fallu planifier le paysage urbain, ou le réseau électrique, ou ménager des réserves et des jardins publics. Ou quand il a fallu élire un président de la République ou établir une nouvelle loi électorale...
Qu'il y ait un responsable (ou plusieurs) ne fait pas de doute. Dans tout pays qui se respecte, et pour commencer, le ministre de l'Environnement aurait déjà démissionné depuis longtemps et recouvert son visage de honte. Pas chez nous, où son sourire d'incapable continue de s'afficher sur nos écrans.

(Lire aussi : « La fédéralisation des déchets » provoque des tensions entre les régions)

 

Déliquescence
Ce malheur qui s'est abattu sur le Liban illustre graphiquement la déliquescence de la vie politique provoquée par le blocage délibéré de l'élection d'un nouveau président de la République, et les blocages en série que ce premier enrayage institutionnel a provoqués.
Comme beaucoup de leurs collègues avant eux, les députés Élie Marouni (Kataëb) et Jean Oghassabian figuraient hier au nombre de ceux qui s'employaient à imaginer un déblocage de l'exécutif. M. Marouni s'est même prononcé en faveur de la déclaration d'un « état d'urgence ministériel », sans préciser ce que cela signifiait, sinon peut-être qu'il faudra siéger sans discontinuer pendant un certain temps, pour rattraper le temps perdu.
Pour sa part, M. Oghassabian a fait état de contacts visant à garantir le travail du Conseil des ministres que le Premier ministre a convoqué pour jeudi prochain. Mais le député a affirmé qu'il n'était pas optimiste à ce sujet, le CPL et le Hezbollah continuant d'exiger que le premier point à l'ordre du jour de la réunion soit celui du mécanisme de prise de décision au sein de l'exécutif, un autre exemple de ce que les constitutionnalistes appellent « abus de minorité », puisqu'une seule voix peut ainsi bloquer les décision d'un Conseil des ministres.

Justice à deux vitesses ?
Fort heureusement, quelques services continuent à fonctionner, au nombre desquels les services de sécurité. La Sûreté générale continue de recevoir les félicitations pour son exploit du 15 août et la capture d'Ahmad al-Assir qui, après avoir été interrogé par la SG, est désormais interrogé par les renseignements de l'armée.
Mais le terrain sur lequel s'avance la justice militaire ne sera pas facile à franchir. Déjà l'on parle d'une justice à deux vitesses qui, comme l'a souligné hier Dory Chamoun, est « une dérogation au principe de l'égalité de tous devant la loi ». De fait, il est troublant de constater qu'il est plus facile d'arrêter un Assir qu'un bandit de grand chemin, un islamiste sunnite qu'un islamiste chiite.

Contre la dérive vers l'extrémisme, des cercles académiques et des milieux sunnites modérés ont entamé une contre-offensive qui s'est traduite par un document-phare sur les libertés religieuses produit par les Makassed islamiques. De son côté, Saad Hariri, une fois de plus, a sauvé la mise hier en dénonçant comme une atteinte au vivre ensemble la destruction d'un monastère près de Homs. Il fait référence à une mémoire commune qui, par-delà toutes les indignités, continue de nous souder comme peuple. À condition que le sens de la justice ne nous déserte pas et que nous sachions toujours nous indigner.

 

Lire aussi
Dans un climat d'attentisme, les manifestants dans la rue aujourd'hui

Azzi : La crise des déchets est plus dangereuse que Daech et el-Nosra

Ahmad al-Assir pourrait bien garder ses secrets, le décryptage de Scarlett Haddad

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Honneur et Patrie

En France, ce cher pays qui nous a aidés à sortir du colonialisme ottoman qui avait duré 4 siècles, donc en France, pour avoir critiqué la politique économique du chef du gouvernement Manuel Valls, le ministre Arnaud Montebourg fut écarté illico du gouvernement.
Au Liban, un ministre affairiste a attaqué le chef du gouvernement Tammam Salam, en proférant à son endroit des paroles provenant du vocabulaire d'un charretier et ce, devant les caméras de TV et des journalistes... il est toujours là narguant tous ceux qui ne sont pas de son bord !
Est-ce normal ?

Irene Said

"...Pas chez nous, où son sourire d'incapable continue de s'afficher sur nos écrans..."

Eh oui...il n'y a pas que son sourire béat d'incapable...il y a aussi tous les autres sourires et expressions gonflées de l'importance que NOUS, citoyens, accordons à tous les IRRESPONSABLES-INCAPABLES censés diriger ce pauvre Liban !

Donc, en définitive, à qui la faute?
Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DÉGAGEZ... TOUS !

M.V.

Dans ce pays où les irresponsables au gouvernement , n'ont pas de compte a rendre au peuple ...et seulement des ardoises a offrir...! la question fondamentale qui se pose...;combien de temps cela peut durer encore...?

Halim Abou Chacra

C'est ce ministre dit de l'Environnement, mais en fait ministre de l'Incompétence, qui durant huit mois ne fait absolument rien suite au plan du gouvernement de janvier sur les déchets; ce ministre qui "continue d'afficher son sourire d'incapable sur nos écrans"; qui a le devoir de maintenir des réunions d'urgence jour et nuit pour trouver la solution à ce problème incroyable.

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

D’un automne à l’autre

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants