Liban

Ahmad al-Assir pourrait bien garder ses secrets

Décryptage
22/08/2015

Depuis jeudi, Ahmad al-Assir est entre les mains des SR de l'armée pour la poursuite de son interrogatoire. Selon des sources qui suivent le dossier, c'est avec les enquêteurs des SR de l'armée que les choses sérieuses vont commencer, car c'est bien l'armée qui possède le dossier complet sur cet homme qui a occupé le devant de la scène pendant de longs mois et failli plonger le Liban dans une discorde confessionnelle, tout en combattant l'armée et en attaquant ses barrages. La Sûreté générale avait en effet un mandat pour l'arrêter aux voies de passage officielles, où elle a des postes de contrôle. Mais l'armée a, elle, constitué un dossier complet sur lequel elle travaille depuis des mois, avec des indices et des preuves.

C'est pourquoi les sources précitées estiment que l'interrogatoire de Assir ne devrait pas être long, la plupart des éléments étant déjà entre les mains des enquêteurs. Il s'agira donc essentiellement de vérifier les informations recueillies depuis que cet homme a commencé à provoquer des troubles avec son discours extrémiste et avec ses initiatives visant à ébranler la stabilité interne. Le dossier constitué se divise en trois parties : la première porte sur l'incitation à la discorde confessionnelle et sur la formation d'un groupe armé, la deuxième porte sur la bataille de Abra et les attaques contre des barrages de l'armée, et la troisième porte sur la période où il était en fuite et son rôle dans la dernière bataille de Tripoli, après les informations non encore vérifiées sur son séjour chez le cheikh Salem Raféi puis chez le cheikh Hoblos (lui-même arrêté).

Mais la question qui se pose aujourd'hui avec acuité dans les médias et dans les milieux politiques est la suivante : jusqu'où ira l'interrogatoire d'Ahmad al-Assir et est-ce qu'il sera possible de dévoiler ses appuis politiques locaux et régionaux ?
Dans les milieux proches des familles des martyrs de l'armée tombés pendant la bataille de Abra, on craint de plus en plus des « arrangements » qui feraient d'Ahmad al-Assir un phénomène isolé sans ramifications régionales et internes. Pourtant, même récemment, au moment de son arrestation, il y a eu une confusion à Ersal, Tripoli et Saïda, ce qui montre bien que cet homme avait réussi à tisser un réseau assez large, avec des cellules dormantes un peu partout dans certains milieux sunnites. Il a donc été un moment porteur d'un vaste projet qui ne se limite pas au Liban. Pour ces milieux, l'histoire du phénomène al-Assir a commencé lorsque, après le déclenchement de la crise syrienne et l'échec des premiers pronostics sur la chute imminente du régime de Bachar el-Assad, germe l'idée de créer une force sunnite en mesure de recruter des jeunes et de les former militairement pour, à la fois, participer aux combats en Syrie aux côtés de l'opposition syrienne et pour défier le Hezbollah et le mettre en difficulté à travers l'incitation à une discorde entre les sunnites et les chiites.

Ce n'est donc pas un hasard si les premiers discours d'Ahmad al-Assir étaient essentiellement dirigés contre le Hezbollah qu'il avait surnommé « le parti de Satan », et sa première initiative était de fermer la route reliant le Sud à la capitale, par un sit-in populaire, pour mettre en difficulté le Hezbollah et les chiites en général qui se déplacent entre le Sud et la banlieue de Beyrouth. Al-Assir avait même reçu des fonds importants pour monter son groupe, et comme les jeunes de Saïda étaient un peu récalcitrants à s'enrôler dans une milice, il a commencé à recruter ses partisans dans les milieux palestiniens, notamment à Aïn el-Héloué. Au début de son activité, Ahmad al-Assir bénéficiait d'une certaine sympathie dans des milieux politiques, médiatiques et populaires. Il recevait dans son quartier général établi à la mosquée Bilal ben Rabah des dirigeants du courant du Futur et d'autres partis politiques, alors que des responsables l'appelaient au téléphone. Les aides financières lui étaient transmises par des individus. Mais il n'existe pour l'instant aucune preuve que ces personnes étaient les intermédiaires d'États qui aidaient le cheikh dans son projet déstabilisateur. L'enquête pourrait bien ne pas aller au-delà des données élémentaires et considérer que ces individus agissaient de leur propre chef et utilisaient leurs fonds...

La grande faute du cheikh al-Assir a été justement de cibler l'armée libanaise au lieu de continuer à diriger ses piques contre le Hezbollah. En étendant inconsidérément « son émirat » armé autour de Saïda, il s'est heurté à l'armée libanaise chargée de la sécurité dans cette région particulièrement sensible. Que le cheikh soit tombé dans un piège en se détournant de sa cible initiale ou qu'il se soit laissé prendre au jeu du pouvoir importe peu aujourd'hui. Il est tombé dans les filets des autorités et il s'est trouvé bien peu de personnes ou de parties pour le défendre. Seules sa femme et une poignée de ses amies ont manifesté le premier jour pour exiger sa relaxe, alors que le Rassemblement des ulémas musulmans (extrémiste) a été le seul à condamner cette arrestation. Cheikh Saad Hariri et le ministre de l'Intérieur ont rendu hommage à la Sûreté générale qui a réussi le coup de filet, et d'autres figures du courant du Futur ou du 14 Mars ont retiré un commentaire qui aurait pu être interprété comme favorable à Ahmad al-Assir.

Le cheikh al-Assir a donc fait son temps. Et son arrestation marque le début d'une nouvelle étape, après l'échec des tentatives de susciter une discorde entre sunnites et chiites au Liban pour affaiblir le Hezbollah et alors que la menace de Daech est désormais reconnue. Mais il est tombé seul, ou avec des acteurs de second plan, si l'on tient compte des arrestations des derniers jours. Ceux qui souhaitent que son procès soit l'occasion de grandes révélations risquent donc d'être déçus, et les familles des martyrs de l'armée pourraient bien rester sur leur faim...

 

Pour mémoire
Ahmad el-Assir transféré aux SR de l'armée pour complément d'enquête

L'« Assirologie » pour les nuls, l'édito de Elie Fayad

Ahmad al-Assir arrêté : une belle prise pour la Sûreté, une nouvelle page pour le Liban, l’éclairage de Scarlett Haddad

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

Bla bla comme d'hab quoi !! Quand une personne ne voit pas la bout de bois dsns son œil mais de permet de reprocher la paille dans celui d'un autre on perd toutes objectivité !!

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"Récit", interdit aux plus de douze ans....

Ali Farhat

Non non, il jacte et il jactera encore! Ils n'ont pas pu l'exfiltrer.. tant pis. Il est pris. Il faut maintenant faire attention qu'ils ne le fasse tué et taule. Car on risquerait, si ce n'est déja fait, de tout découvrir officiellement (parce qu'on le sait déjà!) qui l'a choisi et engraissé lui, mais aussi et sa cigale de la chanson.

Fady Challita

..."et d'autres figures du courant du Futur ou du 14 Mars ont retiré un commentaire qui aurait pu être interprété comme favorable à Ahmad al-Assir"!!

Mme Haddad, aucun etre sensé ne va s'amuser a faire un commentaire favorable a ce caractere néfaste qu'est al-Assir. Et si le commentaire en question fait allusion a la diligence de nos services rapport a avoir attrapé vite fait bien fait ce triste sire while at the same time laisser en liberte d'autres criminels, notamment les "saints" suspects dans l'assassinat Hariri et d'autres, eh bien ils ont eu tort de le retirer a ce commentaire!
Y en a vraiment marre dans ce pays des doubles mesures. Y en a marre de se faire traiter de traitres et de vendus a l'ennemi quant c'est bien les composantes du 8 mars, Hassan Nasrallah et Michel Aoun en tete qui ont plaidé allegiance a un pays etranger, lui permettant de conduire ses guerres a partir du territoire Libanais. Et au prix de vies Libanaises. Quelle mascarade!!!

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

D'une platitude.... !

RE-MARK-ABLE

On croit deviner que son arrestation qui serait le fait d'un lâchage par ses ex compagnons issus d'un parti en évanescente, était fait sur des conditions de pas trop étendre le filet.
On a beau jeu de dire aujourd'hui que ce n'était qu'un moucheron, mais en raison physique c'est une étincelle qui provoque une explosion et pas le contraire .
Il serait dommage pour les familles des soldats morts au champ d'honneur de pas voir cette grenouille dégonflée pendre au bout d'une corde, rien que pour donner l'exemple a ses admirateurs actifs sur les terrains d'affrontements aussi bien qu'a ceux qui justifiaient ses pitreries et qui lui crachent lâchement au visage aujourd'hui.
Le courage moral de ses opinions est de continuer à le soutenir maintenant qu'il croupi au fond du trou.
Comme sa femme et ses copines font en ce moment.
Scarlett vos articles sont uniques quoi qu'il advienne accédez moi comme votre admirateur.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TROP DE BARATIN DANS CET ARTICLE CYCLOPIEN ! TRÈS CHÈRE MADAME SCARLETT HADDAD... D'UN MOUCHERON VOUS EN FAITES UN LION ! D'UN VAURIEN VOUS EN FAITES UN PERSONNAGE IMPORTANT FINANCÉ PAR DES LOCAUX ET DES RÉGIONAUX... AVEC DES CELLULES ET DES RAMIFICATIONS LOCALES ET RÉGIONALES UN PEU PARTOUT... PAS UNE ARMÉE AUSSI ?... UN AUTRE DIVIN... PEUT-ÊTRE ? SI VOUS AVEZ DE TELLES INFORMATIONS SÛRES OSEZ LES DÉVOILER AUX LECTEURS... NOMMEZ !... ÉCLAIREZ AVEC DU VRAI ET NON DU BARATIN !!! QUAND À SES CRIMES CONTRE L'ARMÉE... LUI ET SA STRICTE BANDE... IL VA EN PAYER LE PRIX... BONNE JOURNÉE.

Halim Abou Chacra

MON SECRET, par Ahmad el-Assir :
Je suis un déséquilibré mental. Mais comme au Liban les déséquilibrés mentaux, grands et petits, peuvent avoir beaucoup de succès en jouant sur la corde du confessionalisme et du sectarisme, je me suis dit : pourquoi pas moi et me suis lancé dans ce domaine. J'ai brillé dans mes discours sur "le parti de Satan" au point de perdre la raison. Tout le monde connaît la suite.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué