X

Liban

Cofondée par un Libanais, SportEasy, l’appli qui monte, qui monte...

La bonne nouvelle du lundi

Coupures d'électricité, crise économique, malaise social, clivages politiques accrus, tensions communautaires... Face à l'ambiance générale quelque peu délétère, « L'Orient-Le Jour » se lance un défi : trouver une bonne nouvelle chaque lundi.

25/11/2013

« Recevoir le prix Sport Numericus est une belle reconnaissance du travail accompli par notre petite équipe (5 personnes actuellement). Très franchement, c'était une grosse surprise : les derniers lauréats ayant été le PSG et Canal+, nous ne nous attendions pas du tout à le recevoir! » déclare, ravi, Nizar Melki. SportEasy, l'application Web et mobile gratuite que ce Français d'origine libanaise a cofondée, a remporté le 7 novembre dernier, ex aequo avec sponsorise.me, le prix de l'innovation sportive numérique de l'année, dans le cadre des rencontres Sport Numericus. « Mais la plus belle des récompenses reste les témoignages enthousiastes que nous recevons chaque jour de la part de nos utilisateurs ! »


Créé il y a deux ans et demi par Albin Egasse, Charles Vallantin Dulac et Nizar Melki, SportEasy permet aux responsables d'équipes amateurs de gérer leurs joueurs plus facilement, d'organiser les rencontres, d'enregistrer les statistiques des joueurs et de l'équipe. Via l'application, les joueurs, eux, peuvent consulter le calendrier des rencontres et les statistiques de leur équipe, répondre présent ou absent pour un match en un clic, dialoguer avant et après les matches...

 

 

 


« J'ai rencontré Albin fin 2010 via un ami commun, se souvient Nizar Melki, jeune trentenaire franco-
libanais dont les deux parents ont fui le Liban au début de la guerre civile. Nous avions tous les deux été responsables d'équipes de foot et faisions le même constat : gérer une équipe prend beaucoup de temps et nécessite beaucoup d'outils (e-mails et SMS pour relancer les joueurs, Excel pour suivre les stats, Facebook pour refaire le match...). Nous avions aussi tous les deux fait du foot en club toute notre jeunesse, et partagions le même regret : nous n'avions aucune trace du nombre de buts que nous avons marqués ou du classement de notre équipe telle ou telle année... Nous aurions adoré avoir accès à tous ces souvenirs, toutes ces émotions que seul le sport peut procurer ! De ces constats personnels – mais qui concernent en fait des centaines de millions de personnes dans le monde – est née une idée : regrouper en une application Web et mobile tout ce dont les sportifs amateurs ont besoin pour structurer et animer la vie de leur équipe. »


Le jeune homme, qui affiche un brillant parcours académique (lycée Henri IV, École polytechnique et Stanford) et une fibre entrepreneuriale certaine, se lance alors dans l'aventure. « Développer une application simple à utiliser, c'est en fait très compliqué ! » se rappelle-t-il.


Aujourd'hui déclinée sur le Web et sur mobiles, l'application compte 65 000 utilisateurs, 4 500 équipes dans 18 sports, et elle est présente dans 17 pays francophones, dont le Liban. « SportEasy compte effectivement quelques équipes au Liban : par exemple, les équipes de futsal (foot à 5) de l'Université Saint-Joseph sont inscrites depuis un an maintenant ! J'aimerais vraiment développer le site et l'appli au Liban, notamment pour le foot et le basket qui y sont particulièrement populaires. Plus encore qu'en France, je pense que les équipes libanaises ont besoin de s'organiser et de se structurer : ce type d'outil peut vraiment y aider. »


Gratuite, l'application devrait permettre de dégager des revenus dès 2014 grâce à une version premium payante, d'une part, et en mettant de la publicité sur la version gratuite, d'autre part. Une version internationale du site est aussi prévue pour début 2014 (en anglais puis en espagnol). À plus long terme, l'équipe de SportEasy envisage de développer des outils pour d'autres acteurs-clés du sport, comme les ligues et les fédérations.


Le jeune entrepreneur a également des ambitions pour le Liban : « La plupart des pays qui ont régulièrement de bons résultats dans les compétitions sportives internationales ont des fédérations très bien organisées, qui suivent et encadrent les meilleurs sportifs dès leur plus jeune âge, explique-t-il. Je suis loin d'être un spécialiste du sujet, mais il me semble que cette structuration de la pratique du sport manque au Liban. Or je suis comme tous les Libanais : je rêve de voir, un jour, le Liban se qualifier pour une phase finale de la Coupe du monde ! »

 

Dans la même rubrique

Un Américain d’origine libanaise à la tête d’une instance de régulation bancaire

Beyrouth a désormais son guide des espaces verts

Le patrimoine culinaire de Zahlé reconnu par l’Unesco

L'AUB décroche une subvention US de 2,1 millions de dollars pour étudier l'e-cigarette

Un jeune couturier libanais brille lors de la semaine de la mode de Miami

 

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sabbagha Antoine

Bravo pour cette bonne nouvelle ou encore une fois le libanais aux quatre coins du monde peut triompher en tout et toujours avec un esprit sportif surtout .

Kaldany Antoine

Un grand Bravo pour ce jeune franco-libanais...Cette deuxieme generation d'expats qui garde une connection avec le pays d'origine, me touche beaucoup!

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants