Rechercher
Rechercher

Politique - Présidentielle au Liban

Geagea défie le Hezbollah et ses alliés : Vous n'entrerez pas dans le palais de Baabda

Le chef des Forces libanaises tire à boulets rouges contre le sexennat de l'ex-président Michel Aoun, alors que Gebran Bassil lui avait dernièrement tendu la main pour contrer la candidature de Sleiman Frangié.

Geagea défie le Hezbollah et ses alliés : Vous n'entrerez pas dans le palais de Baabda

Le chef des Forces libanaises Samir Geagea lors d'un discours prononcé à Meerab en septembre 2022. Photo d'archives tirée du site des FL

Samir Geagea campe toujours sur ses positions : pour le chef des Forces libanaises (FL), soutenir tout candidat de l'axe de la Moumanaa (la résistance pro-iranienne au Liban et ses alliés) à la présidentielle "revient à prolonger la vacance" dans laquelle le pays est plongé depuis la fin du mandat de Michel Aoun. Un sexennat qu'il avait pourtant soutenu au préalable et qu'il qualifie aujourd'hui de "destructeur". Ceci, au moment où le chef du Courant patriotique libre (CPL) Gebran Bassil lui tend à nouveau la main en vue de cette échéance, au grand dam du Hezbollah, qui a dernièrement officialisé avec le mouvement Amal son soutien au leader des Marada Sleiman Frangié. Face à ces développements, Samir Geagea a haussé le ton : "Vous n'entrerez pas dans le palais (présidentiel)", a-t-il lancé au Hezbollah et ses alliés, dans un discours transmis par écran interposé à l'issue d'une messe en mémoire des "martyrs de Zahlé".

Lors des onze séances électorales organisées depuis septembre, les parlementaires ont échoué à élire un successeur à Michel Aoun. Jusque-là, le député de Zghorta Michel Moawad, soutenu par l'Arabie saoudite et une partie de l'opposition (à la Moumanaa), a récolté le plus grand nombre de voix. Si le tandem chiite Amal-Hezbollah a affirmé soutenir M. Frangié, les députés chrétiens, eux, semblent encore profondément divisés. Dans son dernier discours, M. Bassil avait tenté de faire de la présidentielle une question maronite, estimant que son parti et celui de Samir Geagea doivent s'entendre afin que Sleiman Frangié, qui se heurte au véto chrétien, ne soit pas imposé. Le député de Batroun, de plus en plus isolé sur la scène locale, et dont les relations avec son unique allié se sont dernièrement tendues, souhaiterait donc reproduire le scénario de 2016, lorsque les deux partis avaient conclu l'accord de Meerab et permis à Michel Aoun d'accéder à la tête de l'État. Mais le leader des FL ne semble pas fléchir.

Prolonger la vacance
"Ils parlent de dialogue et d'entente, alors qu'ils ont décidé à l'avance du candidat qu'ils veulent, et de la manière dont ils le veulent", a fustigé Samir Geagea, dans une critique adressée au tandem chiite, qui a continué à voter blanc lors des séances parlementaires avant d'officialiser son soutien à Sleiman Frangié. "A celui qui nous provoque à chaque fois, et nous pousse à choisir entre son candidat ou la vacance, je lui dis : essayez toujours, on verra bien", a encore tonné le chef des FL. Pour lui, soutenir "tout candidat de l'axe de la Moumanaa, quels que soient son nom ou son identité, revient à prolonger la vacance à la tête de l'Etat. Son mandat ne sera qu'un prolongement du mandat précédent". Avant d'abonder : "Nous refusons tout candidat qui n'a pas d'identité claire et qui manque de traits souverain et réformateur. Tout candidat de rapiéçage, au moment où il n'y a plus rien à rapiécer dans cet Etat, est inacceptable". Comprendre : le leader chrétien s'oppose au choix de Sleiman Frangié, mais aussi à celui de Gebran Bassil, tous deux candidats officieux à la magistrature suprême. Revenant sur les événements de la bataille de Zahlé en 1981, qui avait opposé les habitants de la ville à l'armée syrienne, il a déclaré : "Vous leur avez dit (aux soldats syriens, ndlr) vous n'entrerez pas dans Zahlé et c'est ce qu'il s'est passé. Aujourd'hui, nous disons à l'axe de la Moumanaa : Vous n'entrerez pas à Baabda", où se trouve le palais présidentiel.

Lire aussi

Les coulisses des contacts franco-saoudiens sur le Liban

Ces propos interviennent alors que les efforts diplomatiques se sont dernièrement multipliés afin de débloquer la présidentielle. En février dernier, des diplomates américains, français, saoudiens, qataris et égyptiens avaient formulé, lors d'une réunion à Paris, une feuille de route pour une sortie de crise au Liban. Depuis, les contacts franco-saoudiens se sont multipliés dans cette perspective. Paris a proposé au royaume un troc entre le poste de président de la République, qui irait à M. Frangié, et celui de Premier ministre, qui reviendrait en contrepartie à un candidat approuvé par les Saoudiens. Une proposition que Riyad a rejetée, refusant de fléchir sur sa position hostile à l'égard du Hezbollah au Liban. Après avoir reçu une invitation officielle, Sleiman Frangié s'est rendu vendredi à Paris pour discuter de la présidentielle avec les responsables français. "On s’attend que les Français demandent à Sleiman Frangié une série de garanties afin de convaincre l’Arabie saoudite", avait affirmé un proche du leader des Marada à notre publication.

Critiques du mandat Aoun
Dans son discours, Samir Geagea s'est aussi livré à une longue critique du sexennat de l'ex-président Michel Aoun et de son alliance avec le parti chiite. "Le problème avec le mandat précédent n'était pas uniquement lié à l'identité du président et son nom, mais plutôt à la démarche de l'axe de la Moumanaa qui est un État dans l'État, et qui s'oppose complètement au concept de l'État, ce qui a mené le Liban à l'effondrement, à la faillite et à un rejet arabe et international", a fustigé M. Geagea. Pour lui, "tant que rien n'a changé dans cette démarche, tout candidat de cette ligne, quel que soit son nom, mènera à un résultat similaire au mandat précédent". "Les temps du rapiéçage, de la zone grise et de la procrastination sont révolus", a martelé le chef des FL. 

Lire aussi

Geagea contre-attaque : C’est la moumana’a qui bloque, et non les chrétiens

Mais les piques de Samir Geagea ne s'arrêtent pas là. "L'axe de la Moumanaa a accédé à la présidence une fois, et a détruit le pays mille et une fois", a-t-il encore poursuivi, dans une référence au mandat aouniste. "Il est temps qu'il s'éloigne et pave la voie aux Libanais honnêtes, réformateurs et souverains résolus à sortir le pays de cette fournaise où il l'a mené, a dénoncé M. Geagea. "Cette fois-ci, nous ne nous laisserons pas faire", a-t-il renchéri.

Soutien à Michel Moawad
Le chef des FL a par ailleurs rappelé que son parti a participé aux onze séances parlementaires tenues depuis septembre dernier pour tenter d'élire un nouveau président, et réaffiché son soutien au député de Zghorta Michel Moawad. "Nous avons voté pour un candidat dont l'identité est connue, alors qu'ils ont voté blanc ou pour des personnes décédées au premier tour et suscité un défaut de quorum lors du deuxième", a reproché Samir Geagea au CPL et au tandem chiite Amal-Hezbollah, dont les députés se retiraient de la Chambre, provoquant ainsi une levée des séances. "Ils ne réévaluent pas les résultats des démarches de blocage depuis 2006, et ignorent le prix que paie le pays en raison de leurs politiques, leur avidité, leur échec, leur soif de pouvoir et leur attachement aux armes illégales", a-t-il encore déploré, dans une allusion à l'arsenal du Hezbollah. "Celui qui veut un État dans l'État et des armes illégales, qu'il les mette en place chez lui. Nous voulons un État qui assure aux citoyens leurs droits les plus basiques", a enfin conclu M. Geagea.


Samir Geagea campe toujours sur ses positions : pour le chef des Forces libanaises (FL), soutenir tout candidat de l'axe de la Moumanaa (la résistance pro-iranienne au Liban et ses alliés) à la présidentielle "revient à prolonger la vacance" dans laquelle le pays est plongé depuis la fin du mandat de Michel Aoun. Un sexennat qu'il avait pourtant soutenu au préalable et qu'il qualifie...

commentaires (32)

Mieux vaut être à la traine des saoudiens qu’à celle des iraniens. Eux ne sabotent pas le pays comme les vassaux de l’Iran : cpl,amal,hé zèb etcétéra

Citoyen Lambda

15 h 50, le 03 avril 2023

Tous les commentaires

Commentaires (32)

  • Mieux vaut être à la traine des saoudiens qu’à celle des iraniens. Eux ne sabotent pas le pays comme les vassaux de l’Iran : cpl,amal,hé zèb etcétéra

    Citoyen Lambda

    15 h 50, le 03 avril 2023

  • Bien pensé, bien dit !

    Wow

    14 h 07, le 03 avril 2023

  • Si tous les libanais adoptaient ce ton et cette détermination, aucun pays n’oserait nous imposer un président de son choix. Ce n’est pas parce que c’est difficile qu’on n’ose pas, mais c’est parce qu’on n’ose pas que ça devient difficile.

    Sissi zayyat

    13 h 38, le 03 avril 2023

  • Dans ce discours tout est dit clairement avec la même constance et cohérence qui caractérise la politique des FL n'en déplaise a leur détracteurs qui, n'ayant aucun argument valable, en créent, inventent ou ressortent des références qui ne correspondent pas a la vérité ou a la similarité des événements ou de la situation. L:orque le Hakim était responsables des FL, nous étions en guerre pour libérer le pays de l'occupation, initialement Palestinienne et par après Syrienne. Lorsque votre général a, par ses mensonges, tout détruit sur son passage en 89-90, les FL, toujours responsables dans leurs actions, ont livré leurs armes et accepter Taef pour essayer de sauver ce qui restait du pays. Nous connaissons la suite. Contrairement a ce qui se dit, le Président a suffisamment de pouvoir pour faire bouger les choses s'il l'utilise a bon escient et non pas pour les beaux yeux d'un gendre ou se remplir les poches et celles de ses partisans. Le Aounisme ayant trahi, par trois fois, les FL, et surtout le peuple Libanais, elle semble avoir décidé que cela ne se reproduira plus, surtout après le sexenat Aoun qui fut plus qu'une catastrophe a tous les niveaux. Le Hakim, s'il était vraiment écouté par ses détracteurs, avait clairement mentionné que même s'il était un candidat naturel a la Présidentielle, était prêt a l'oublier si cela était dans l’intérêt du Liban et faire en sorte de faire élire un candidat plus consensuel mais a l’idéologie du 14 Mars que de celle du 8 Mars.

    Pierre Christo Hadjigeorgiou

    12 h 52, le 03 avril 2023

  • Vous ne rentrerez pas ‘au palais’ pas ‘dans le palais’ .

    Isabelle Doumet Skaf

    07 h 56, le 03 avril 2023

  • Heureusement que Geagea est là pour éviter de se retrouver dans la même situation qu'avec Aoun.. Bon courage les Libanais du Liban, et merci de résister par votre présence!

    Hélène Somma

    02 h 56, le 03 avril 2023

  • Il faut malheureusement se méfier de Macron. La France mérite mieux, et le Liban aussi!!!

    Hélène Somma

    02 h 52, le 03 avril 2023

  • Celui qui est à la traîne des saoudiens parle de souveraineté. Quant à l'Etat dans l'Etat, il l'a lui même pratiqué et de la pire manière .

    Hitti arlette

    22 h 18, le 02 avril 2023

  • Le mur le Hezbollah et Berry font venir un molah de l’Iran

    Eleni Caridopoulou

    19 h 38, le 02 avril 2023

  • LE HAKIM POUR PRESIDENT ! ON A CENSURE MA TIRADE PRO GEAGEA.

    LA LIBRE EXPRESSION

    17 h 50, le 02 avril 2023

  • VOUS VOUS ETES TRAHI QUI QUE VOUS SOYEZ MODERATRICE OU MODERATEUR. VOUS ETES PARTISAN DU CPL. CE NE SONT PAS ME REFERENCES AU BARBU ETC... QUI VOUS ONT FAIT CENSURER MA TIRADE, MAIS MA DESCRIPTION DE VOTRE PYGMEE ET LA FAVEUR QUE JE DONNE AU HAKIM DE CHOISIR UN PRESIDENT SOUVERAINISTE DONC DES FORCES LIBANAISES ET ALLIES. - HONTE A VOUS, REVANCHARDE/REVANCHARD

    LA LIBRE EXPRESSION

    17 h 48, le 02 avril 2023

  • HONTE ! LES AMES BIEN INTENTIONNEES ETC... CONCERNE VOUS ET NON PAS MOI. VOUS LUI TROUVEZ DOUBLE SENS ET VOUS LE PUBLIEZ. HONTE ! BASSESSE ! PUBLIEZ !

    LA LIBRE EXPRESSION

    17 h 27, le 02 avril 2023

  • LES AMES BIEN INTENTIONNEES S,ENORGUEILLENT DE CORRIGER UNE FAUTE. RIEN DE HONTEUX A CA. - BONNE SOIREE

    LA LIBRE EXPRESSION

    17 h 03, le 02 avril 2023

  • MALGRE TOUTES LES PROTESTATIONS ET LES ECLAIRCISSEMENTS VOUS VOUS OBSTINEZ A NE PAS PUBLIER MA TIRADE. PEUT-ETRE ELLE N,EST PLUS DANS VOTRE ECRAN. JE VAIS VOUS LA RENVOYER ET J,ESPERE QUE VOUS LA LISIEZ BIEN JUSQU,A LA FIN ET VOUS LA PUBLIEZ.

    LA LIBRE EXPRESSION

    16 h 47, le 02 avril 2023

  • TOUTES LES LIBRES EXPRESSIONS DES ABONNES DU JOURNAL SONT PUISEES DES ARTICLES ET DES EDITORIAUX DE CE MEME JOURNAL ET REPETEES TANT DE FOIS A COMMENCER PAR UN EDITORIAL SARCASTIQUE ET FINIR PAR DES EDITORIAUX TRES SERIEUX. COMMENCEZ PAR LES CENSURER AVANT DE CENSURER LES COMMENTAIRES DES ABONNES.

    LA LIBRE EXPRESSION

    16 h 39, le 02 avril 2023

  • QUE LE BARBU AIT L,APPARTENANCE ETRANGERE, IL LE CRIE LUI-MEME SUR TOUS LES TOITS. QU,IL TIENT LE PAYS ET LE PEUPLE EN OTAGE, EDITORIAUX ET ARTICLES DE L,OLJ LE DISENT SANS CESSE. QU,IL NOMME LUI ET LE BERRIOTE LES TROIS PRESIDEMCES EST UN SECRET DE POLICHINELLE. QUE LES CHRETIENS VEULENT NOMMER LEUR PRESIDENT, ILS LE DECLARENTN TOUS LES JOURS. QUE DES VOIX PROPOSENT LA PARTITION, ON L,A LU MAINTES FOIS DANS L,OLJ. QUE JE DIS QUE SI IL Y AURAIT DIVORCE IL FAUT QUE CA SOIT A L,UNANIMITE EST LA LOGIQUE MEME. - POURQUOI LA CENSURE ? PRIERE DE PUBLIER.

    LA LIBRE EXPRESSION

    16 h 27, le 02 avril 2023

  • - MES COMMENTAIRES SONT SUJETS A LA CENSURE, - QUAND EDITORIAUX ET ARTICLES DU JOURNAL, - SANS OTER LES DISCOURS DES LEADERS, SANS MESURE, - QUI CRIENT SUR TOUS LES TOITS CE QUE JE DIS SANS MAL. = - ET S,ENTRE-ACCUSENT TOUS, ET LE JOURNAL REPORTE, - DE LEURS MEFAITS DONT MES TIRADES SONT L,ECHO. - LE JOURNAL PUBLIE, DEMOCRATIE OUVERTE, - AUX CORROMPUS MAFIEUX, NON A MON FRANC FLAMBEAU.

    LA LIBRE EXPRESSION

    16 h 05, le 02 avril 2023

  • JE PROPOSE A L,OLJ DE PUBLIER MA TIRADE ET DE DEMANDER AUX INTERNAUTES DE DIRE SI ELLE AURAIT DUE ETRE PUBLIEE OU CENSUREE COMME L,OLJ LE FIT. AVIS DEMOCRATIQUES DES ABONNES. POUR UNE FOIS SOYEZ HONNETES NON REVANCHARDS. PUBLIEZ SVP CE MOT. MERCI.

    LA LIBRE EXPRESSION

    14 h 52, le 02 avril 2023

  • JE SUIS STUPEFAIT QUE MA TIRADE AVEC LES *SI* CAD DES SUPPOSITIONS DE FAITS SOIT CENSUREE. VOUDRIEZ-VOUS HUMBLEMENT ME DICTER SUR MON EMAIL COMMENT VOUS VOULEZ QUE SOIT ECRITE CETTE TIRADE. IL NE NOUS RESTE QUE CA. C,EST HONTEUX. TOUT LE MONDE DIT OUVERTEMENT CE QUE JE DIS AVEC DES *SI* ET PUBLIES. JE VOUDRAIS QU,AIMABLEMENT VOUS PUBLIEZ CETTE NOTE. JOYEUX DIMANCHE DES RAMEAUX OU BON RAMADAN.

    LA LIBRE EXPRESSION

    14 h 16, le 02 avril 2023

  • Si la France mise sur les promesses du candidat des vendus pour convaincre les saoudiens de leur bonne foi, c,est qu’ils sont encore plus naïfs et moteurs qu’on ne le croyait. Hand au gendron qui fait profil bas pour arriver à ses fins en feignant le désaccord avec son allié d’hier, il se met le doigt dans l’œil, puisque plus personne ne croit en ses remords ni sa reconversion sinon il aurait depuis longtemps voté pour Moawad qui semble le mieux placé que tous les autres candidats, non déclarés, mais imposés de force. Il se voit, par dépit, l’occupant du trône à force de magouilles de roublardises et de cinéma. JAMAIS, AU GRAND JAMAIS. Not on our dead body, a part ça, nous n’avons plus rien à perdre.

    Sissi zayyat

    13 h 59, le 02 avril 2023

  • BRAVO, la messe est dite. Le duo fossoyeurs ne le savent que trop. Voilà pourquoi ils préparent le terrain de la division ethnique en lançant des provocations pour mettre les libanais les uns contre les autres et ainsi gagner la bataille coûte que coûte, tout en empêchant les pays amis d’intervenir sous prétexte qu’il s’agit d’une guerre civile entre libanais comme c’était le cas dans les années 75 , 90… si les libanais continuent à tomber dans le piège mille fois tendu, c’est qu’ils ne méritent pas d’avoir un pays où un président patriote, fort et honnête viennent à leur secours pour leur faciliter la vie et leur donner les droits, desquels ils ont été privés depuis l’usurpation des vendus du pouvoir, qui eux décident et en fonction de la soumission de chacun et l’asservissement de tous de distribuer les bons points où dans le cas contraires, des châtiments criminels pour les remettre dans les rangs et toujours par des violences dignes d’un autre âge pour régner en seuls maîtres et pour imposer leur dictature, les us et coutumes d’un pays ennemi. Libanais, oubliez vos rancœurs et unissez-vous pour pouvoir prétendre à la souveraineté et à la dignité dont on vous a privé depuis des décennies en misant sur votre naïveté et votre indulgence concernant les zaims qui vous ont anéanti. Le temps est aux règlements de comptes et vous ne devez pas vous tromper de cibles, c’est votre dernière chance pour récupérer ce qu’on vous a volé.

    Sissi zayyat

    13 h 25, le 02 avril 2023

  • Beau discours de Geagea, en espérant qu’on puisse arriver à élire un président intègre et réformateur pour notre pauvre pays qui en a tant besoin

    Khoury-Haddad Viviane

    10 h 07, le 02 avril 2023

  • Si Emmanuel Macron soutient vraiment Sleiman Frangieh pour être élu président de la république, cela veut dire que Emmanuel Macron trouve que Sleiman Frangieh possède les mêmes compétences que lui pour être élu président. Je ne savais pas que Emmanuel Macron était sortie de l’école en classe de troisième et ne possédait même pas le bac et n’avait effectué aucun cursus universitaire et n’avait jamais occupé un poste de responsabilité. Je ne savais pas non plus que Emmanuel Macron était inféodé à un autre pays que la France et qu’il soutenait une milice armée plus puissante que l’armée française. Monsieur Macron, soit la réforme des retraites fausse entièrement votre raisonnement soit vous vous trompez à 100% à propos de la solution à la crise du Liban.

    Liberté de penser et d’écrire

    10 h 01, le 02 avril 2023

  • "...........Vous n'entrerez pas dans le palais de Baabda....." C'est le même slogan qu'en octobre 1990, avec une nuance, l'armée syrienne n'occupe pas aujourd'hui le Liban. Lecture au premier degré : si les candidatures de Michel Mouawad et de Sleiman Frangié ont moins de chance de l'emporter, si la la candidature de Gebrane Bassil est soumise à des sanctions US, il ne reste que celle de Samir Farid Geagea. Alors que diable, pourquoi il ne déclare pas officiellement sa candidature ? Malgré son passé de milicien chef, il s'estime avoir le vent en poupe, tout en gardant son son statut de "candidat naturel". Qui personne d'autre chez les Ouèètes peut lui brûler la politesse et se présente à sa place? Devinez ! Il mise encore sur une surprise régionale pour être le mieux placé. Le rêve fait vivre en politique, surtout quand on a l'ambition et un passé sans bavure grave.

    Nabil

    09 h 27, le 02 avril 2023

  • "la vacance dans laquelle le pays est plongé depuis la fin du mandat de Michel Aoun". Il semble qu'un lapsus s'est glissé dans cette phrase. C'est certainement "depuis LE DEBUT; du mandat de Michel Aoun" que l'auteur voulait dire.

    Yves Prevost

    08 h 20, le 02 avril 2023

  • Très simple, messieurs, Annulez ce poste, Parce que nous en avons marre de mettre des marionnettes sur des chaises.

    KASSIR Mounir

    07 h 56, le 02 avril 2023

  • Nous avons besoin d’un leadership de ce calibre et de Cette taille pour affronter le tandem En ce moment critique on a besoin d’un rassembleur qui possède un poids Parlementaire populaire et des relations internationales pour face à la machine déstructrice de Hezbollah On a besoin d’une partie qui a Le poids d’un éléphant et pas le pods D’une plume Bravo Hakim

    william semaan

    06 h 49, le 02 avril 2023

  • Bravo !!

    LeRougeEtLeNoir

    01 h 58, le 02 avril 2023

  • Comment peut-on juger cet homme cohérent? Il est en grande partie responsable de la désignation de Michel Aoun, il fait partie du système qu'il prétend combattre et il essaie de convaincre quelques imbéciles que le destin du pays se décide dans le palais présidentiel... Bon vent!

    Georges Olivier

    00 h 14, le 02 avril 2023

  • Qu’on aime ou pas les FL et Geagea, il faut reconnaître que ce parti et cet homme ne vendront jamais le Liban au plus offrant et pour leurs propres intérêts.

    Achkar Carlos

    23 h 32, le 01 avril 2023

  • Il a raison

    Aboumatta

    23 h 19, le 01 avril 2023

  • Un grand monsieur

    Tania

    21 h 20, le 01 avril 2023

Retour en haut