Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Informations divergentes sur un boycott des législatives par Hariri

Selon des informations d'al-Modon, le leader du Futur estime que les élections "ne mèneront à aucun changement". 

Informations divergentes sur un boycott des législatives par Hariri

Le chef du Courant du Futur et ancien Premier ministre Saad Hariri. Photo d'archives AFP

La question de la candidature ou non du chef du Courant du Futur et ancien Premier ministre, Saad Hariri, aux futures élections législatives, a à nouveau fait couler beaucoup d'encre lundi, plusieurs titres de presse évoquant son souhait de boycotter le scrutin de 2022 ou en tout cas de ne pas s'y présenter personnellement, des informations démenties par plusieurs députés de son bloc. Des rumeurs concernant le manque d'enthousiasme de M. Hariri pour le scrutin circulent régulièrement dans les médias, alors que celui-ci réside depuis des mois aux Emirats arabes unis et que son parti s'est considérablement affaibli ces dernières années après avoir perdu le soutien de l'Arabie saoudite et des pays du Golfe.

Le site d'information arabophone al-Modon a ainsi rapporté lundi que M. Hariri s'est entretenu avec l'ancien chef du gouvernement, Fouad Siniora, aux Emirats arabes unis au sujet de la participation de son parti aux élections, fixées lundi par le ministre de l'Intérieur au 15 mai 2022. Cette entrevue a eu lieu peu après une réunion du groupe parlementaire du Futur, au cours de laquelle son leader aurait proposé un boycottage des élections, estimant qu'elles "ne mèneront à aucun changement quels qu'en soient les résultats" et souhaitant faire porter aux seuls Courant patriotique libre (CPL, fondé par le chef de l'Etat Michel Aoun) et au Hezbollah la responsabilité de l'effondrement actuel du pays. Des députés se sont cependant opposés à cette proposition, faisant valoir que le boycottage aurait des répercussions négatives, politiquement et socialement, pour la communauté sunnite, selon la même source, qui précise que "des discussions sont toujours en cours".

Lire aussi

Législatives : à quoi vont ressembler les alliances ?

Le site al-Charq al-Awsat, qui cite un proche de M. Hariri, rapporte, pour sa part, que celui-ci devrait annoncer prochainement son intention de ne pas se présenter aux prochaines élections mais de soutenir des listes dans les différentes régions.

"Rêves éveillés"
Citant des "informations à sa disposition", le quotidien An-Nahar a de son côté démenti des propos attribués par certains médias à Saad Hariri, selon lesquels il aurait déclaré qu'il "ne se présentera pas, que le Futur sera dissous et que ceux qui veulent se porter candidats aux élections devront le faire à leurs propres frais". Selon des sources citées par le Nahar, ces propos ne sont pas avérés et "entrent dans le cadre des rumeurs visant à porter atteinte au courant du Futur et à Saad Hariri avant le scrutin". L'ancien chef du gouvernement s'exprimera sur la question au moment opportun, ajoutent ces sources.

Lire aussi

À l’approche des législatives, Baha’ Hariri avance ses pions

Le député Sami Fatfat (Futur, Denniyé) et son collègue Hadi Hobeiche (représentant du Akkar) ont tous deux démenti les déclarations attribuées à Saad Hariri. "J'ai participé personnellement à la réunion du Futur et M. Hariri ne nous a fait part d'aucune décision concernant sa candidature aux élections", a twitté M. Fatfat, estimant que les informations circulant dernièrement à ce propos ne sont que les "rêves éveillés" de certains. "Ce qui a été publié concernant la dissolution du Futur relève du domaine du rêve et n'est pas vrai", a de son côté affirmé Hadi Hobeiche au Nahar. 

Selon de récentes informations non-confirmées, le leader du courant du Futur aurait déjà annoncé à plusieurs de ses proches qu’il envisageait de ne pas se présenter aux élections, une décision liée notamment à sa baisse de popularité, ses problèmes financiers et l’absence de soutien des pays du Golfe. Jusqu'à présent, son parti a refusé de se prononcer officiellement sur la question, affirmant attendre l'annonce officielle de la date du scrutin, faite lundi, et le retour de M. Hariri à Beyrouth. 

Lors des législatives de 2018, le Courant du Futur avait perdu un tiers des sièges qu'il occupait dans l'hémicycle. Dans la circonscription de Beyrouth II, où s'était présenté M. Hariri, le Futur avait remporté cinq sièges sur onze.



La question de la candidature ou non du chef du Courant du Futur et ancien Premier ministre, Saad Hariri, aux futures élections législatives, a à nouveau fait couler beaucoup d'encre lundi, plusieurs titres de presse évoquant son souhait de boycotter le scrutin de 2022 ou en tout cas de ne pas s'y présenter personnellement, des informations démenties par plusieurs députés de son bloc....

commentaires (8)

ce type a le modele de travail de "tante Bahia" : toutes les concessions a tes ennemis et aucun avantage a tes alliés ! tant et si bien que c'est ses "ennemis" qui le reclament a cor et a cris et ses alliés n'en veulent plus. La communauté sunnite et le camp souverainiste seraient mieux servi par n'import qui d'autre. Ouste !

Lebinlon

11 h 54, le 28 décembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • ce type a le modele de travail de "tante Bahia" : toutes les concessions a tes ennemis et aucun avantage a tes alliés ! tant et si bien que c'est ses "ennemis" qui le reclament a cor et a cris et ses alliés n'en veulent plus. La communauté sunnite et le camp souverainiste seraient mieux servi par n'import qui d'autre. Ouste !

    Lebinlon

    11 h 54, le 28 décembre 2021

  • He has resigned in disgrace under pressure from October 17 movement, and has failed to form a new government. As prime minister he has also failed to implement any meaningful after the last Cedre conference. He partook in the corruption, and his Party is one of the architects of the colossal sovereign debt and economic collapse. His businesses are mismanaged and are also failing. He has shut down all his media, television, The Daily Star a 70 year-old newspaper that he bought. Why should we re-elect Mr. Hariri to salvage the country when he could not save his own businesses. It is time for Mr. Hariri to retire from politics so that we can usher in new modern Parties into power and a new generation of forward-thinking leaders.

    Mireille Kang

    21 h 08, le 27 décembre 2021

  • SI LA RAISON EST QUE DES LEGISLATIVES AVEC LA PARTICIPATION D,UNE DES COMMUNAUTES PASSEDANT UNE ARMEE DE MERCENAIRES AU SERVICE DE L,IRAN RESULTERA EN DES IRREGULARITES ET LES ELECTIONS SERONT NON LIBRES ET DEMOCRATIQUES PAR L,INTIMIDATION DES ARMES ET LES MENACES DEJA FAITES TOUS LES JOURS PAS SEULEMENT HARIRI MAIS TOUS LES AUTRES FERONT BIEN DE LES BOYCOTTER CAR ILLEGALES ET CONTRAIRES A LA LOGIQUE MEME.

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION.

    18 h 34, le 27 décembre 2021

  • On l’a vu la relève musclée de Mikati qui est arrivé pour faire la continuation des élections fantoches et c’est ce qu’ils ont prévu .Hariri a refusé ils l’ont dégagé ! Et on continue à jeter des pierres sur Hariri! Tout ça pour parce que personne ne veut taper là où ça fait mal Pauvres heres égarés comme vous êtes à plaindre !

    PROFIL BAS

    17 h 09, le 27 décembre 2021

  • Il faudrait 2 Liban Un chiite au sud que Israël se fera un malin plaisir de détruire, et un avec les restants des Libanais que les pays arabes et l'occident se feront un plaisir à enrichir.

    Aboumatta

    16 h 58, le 27 décembre 2021

  • LA VERITE A BIEN CAPTÉ LA VERITE. JE RÉPÈTE CE QUI EST DIT.

    Gebran Eid

    16 h 54, le 27 décembre 2021

  • Il ne se presente pas ? Tant mieux. Son "indulgence" interessee vis-a-vis du Hezb et de ses allies du CPL ainsi que d'autres corrompus est un des elements principaux de la decheance du pays. Vivement une releve "musclee".

    Michel Trad

    16 h 35, le 27 décembre 2021

  • UN DE CHUT EN ATTENDANT LA DEFAITE DE TOUTE CETTE CLIQUE QUI A AMENE LE PAYS EN ENFER: BASSIL BERRY GEAGEA MIKATI FRANGIE JOUMBLAT WAHAB ETC... VIVEMENT DES GEMAYEL DES MOUAWAD ET LES INCONNUS DE LA THAWRA A LA TETE DE CE PAYS POUR SAUVER LE PAYS

    LA VERITE

    16 h 04, le 27 décembre 2021

Retour en haut