Rechercher
Rechercher

Politique - Éclairage

Des législatives sans Saad Hariri ? Le scénario prend forme

Le leader du courant du Futur a annoncé à plusieurs de ses proches qu’il envisageait très sérieusement de ne pas se présenter. Sa baisse de popularité, ses problèmes financiers et l’absence de soutien des pays du Golfe seraient à l’origine de cette décision.

Des législatives sans Saad Hariri ?  Le scénario prend forme

Le leader sunnite Saad Hariri. Photo d’archives/Éric Feferberg/AFP

Le chef du courant du Futur, Saad Hariri, envisage sérieusement de ne pas se présenter aux élections législatives de 2022, a appris L’Orient-Le Jour auprès de plusieurs sources dans l’entourage de celui qui a été Premier ministre à trois reprises. La rumeur court depuis quelques semaines déjà, et si le fils de Rafic Hariri n’aurait pas encore pris sa décision finale, il pencherait plutôt vers une abstention, selon les informations obtenues par L’OLJ.

L’absence de Saad Hariri serait un véritable séisme pour la scène politique sunnite dominée par la famille depuis trois décennies. S’il ne sera pas lui-même en lice, poussera-t-il les candidats du Futur à entrer dans la bataille électorale ou restera-t-il totalement à l’écart ? Toutes ces questions taraudent aujourd’hui le courant du Futur, la communauté sunnite et d’autres acteurs politiques, en particulier le président du Parlement Nabih Berry et le chef du Parti socialiste progressiste Walid Joumblatt, qui comptaient tous les deux s’allier avec lui. Au sein du courant du Futur, la confusion règne. « Nous n’avions pas connu une telle situation depuis la décision de M. Hariri de conclure le compromis présidentiel avec Michel Aoun », dit un responsable du parti. À l’époque, les députés de la formation haririenne n’avaient pas été tenus informés des tractations avec l’ancien chef du Courant patriotique libre (CPL) et avaient reçu la nouvelle avec beaucoup de circonspection. Leur leader, Saad Hariri, est connu pour être une personnalité assez versatile, ce qui renforce un peu plus le flou autour de sa prochaine décision. « Personne ne peut affirmer aujourd’hui avec certitude qu’il ne se représentera pas », assure un proche de l’ex-chef de gouvernement.

Lire aussi

À l’approche des législatives, Baha’ Hariri avance ses pions

Les informations qui circulent sont pour l’instant contradictoires. « La possibilité qu’il fasse l’impasse sur les élections est extrêmement sérieuse », confie ainsi un de ses proches conseillers. Selon lui, le leader sunnite considère que « cette bataille électorale n’a aucun intérêt » alors que « le Hezbollah contrôle le pays ». « Saad Hariri préfère rester à l’écart, convaincu qu’il faut laisser le Hezbollah diriger seul le pays afin que les Libanais sachent quel sort leur sera réservé à ce moment-là », ajoute-t-il. Cette approche tranche avec la stratégie de modus vivendi vis-à-vis du Hezbollah prônée par le chef du courant du Futur depuis 2014. Cette politique lui a valu le courroux de Riyad, son ancien parrain, dont il n’a pu retrouver le soutien, malgré de multiples efforts, depuis sa séquestration dans la capitale saoudienne en novembre 2017. D’autres sons de cloche, au sein du parti, se veulent toutefois plus rassurants. « Saad Hariri tâte le terrain pour faire comprendre à tout le monde que son retrait provoquerait un énorme vide », dit un député du Futur. Ce dernier y voit un moyen pour le leader sunnite non seulement de se faire désirer, mais de pousser le royaume wahhabite à le remettre dans ses petits papiers. « Wishful thinking? » C’est fort possible.

Un accord avec les Émirats ?

L’un des bras droits de Saad Hariri, Ghattas Khoury, a informé récemment un ancien baron du Futur qu’il fallait attendre que la date des élections soit fixée pour connaître la position définitive du leader sunnite, a appris L’Orient-Le Jour. Les législatives devaient normalement avoir lieu en mars 2022 mais le président de la République Michel Aoun refuse de signer le décret convoquant le collège électoral si le scrutin ne se tient pas en mai.

Durant la deuxième semaine d’octobre, la députée Bahia Hariri et son fils Ahmad se sont rendus à Abou Dhabi, où réside actuellement Saad Hariri. « Saad leur a dit qu’il ne comptait pas se présenter », dit le responsable du courant du Futur précité. « Mais Bahia a refusé d’arrêter la machine électorale, estimant que cela reviendrait à fermer la maison de Rafic Hariri. Elle a convaincu son neveu de reporter son retour (moment auquel il devait annoncer sa décision, NDLR) ajoutant qu’elle organisera elle-même la bataille électorale », ajoute le responsable.

Lire aussi

Joumblatt à « L’OLJ » : Il n’est pas question de laisser tomber l’alliance avec le Futur

Cette bataille, elle ne se présente pas sous les meilleurs auspices pour la maison Hariri. Loin s’en faut. « Nous allons nous faire laminer », reconnaissait il y a quelques semaines, auprès de L’OLJ, un député du parti ayant requis l’anonymat. Si aucun sondage sérieux ne permet de la mesurer, la popularité de Saad Hariri semble en forte baisse au sein de la communauté sunnite, notamment depuis le soulèvement du 17 octobre 2019. Le chef du courant du Futur serait également en butte à de graves soucis financiers qu’aucun de ses potentiels parrains ne souhaite actuellement compenser. « Saad Hariri a passé un accord avec les autorités émiraties : il se retire de la vie politique en échange de quoi les Émirats arabes unis l’aident à se refaire une santé financière », avance un diplomate occidental ayant requis l’anonymat.

« L’Arabie ne le regarde pas »

Une élection sans Saad Hariri ? Nabih Berry et Walid Joumblatt ne veulent pas y croire. Les deux hommes se sont récemment entretenus à ce sujet et ont convenu que le leader druze devait tenter d’en savoir plus. Walid Joumblatt s’est ainsi rendu chez Bahia Hariri avant d’envoyer son fils, Taymour, et le député Waël Bou Faour aux Émirats arabes unis pour rencontrer le leader sunnite. « Il leur a dit qu’il réfléchissait encore », dit une personne ayant suivi les tractations de près. Nabih Berry s’active lui aussi pour convaincre le fils de Rafic Hariri de ne pas se retirer. L’ex-ministre des Finances, Ali Hassan Khalil, a récemment parlé avec le chef du Futur pour le persuader de revenir. « Nabih Berry coordonne son action avec Bahia et Ahmad Hariri pour organiser une rencontre avec Saad Hariri », avance un proche du chef du Parlement. Le Hezbollah est pour sa part convaincu que le leader sunnite ne se présentera pas. « L’Arabie ne le regarde pas et les Émirats ne veulent pas le soutenir politiquement, pour ne pas provoquer Riyad », dit un cadre du parti chiite.

Lire aussi

Législatives et présidentielle : les scénarios du pire

En l’absence de Saad Hariri, la communauté sunnite se présenterait aux prochaines élections sans véritable leader, aucune des figures ayant contesté son leadership ces dernières années n’ayant réussi à s’imposer. L’ancien Premier ministre Fouad Siniora a, dans ce contexte, décidé de relancer les travaux du Groupe des Vingt (un groupe de personnalités sunnites proches de Siniora) qui a tenu une réunion il y a quelques jours pour réfléchir aux moyens de combler le vide sunnite. Ahmad Hariri songe, de son côté, à préparer la bataille électorale à Beyrouth et essaie de constituer une liste, mais on ignore s’il en prendra la tête ou si cette place sera réservée à Bahia Hariri qui se présente généralement à Saïda.

S’il inquiète les uns, l’éventuel vide fait les affaires des autres. Notamment de l’ancien ministre de l’Intérieur, Nouhad Machnouk, qui a organisé lundi dernier une cérémonie en l’honneur d’un certain nombre de personnalités dites « souverainistes » ou du 14 Mars ainsi que de figures sunnites qui étaient proches de Saad Hariri. Lors de cette cérémonie, il a envoyé plusieurs piques contre ce dernier. « M. Machnouk prépare son mouvement pour profiter du retrait de l’ancien Premier ministre », confirme un proche de l’ancien ministre de l’Intérieur. Ira, ira pas ? Le suspense pourrait encore durer. « Saad Hariri peut changer encore dix fois d’avis d’ici là », dit un bon connaisseur du dossier.


Le chef du courant du Futur, Saad Hariri, envisage sérieusement de ne pas se présenter aux élections législatives de 2022, a appris L’Orient-Le Jour auprès de plusieurs sources dans l’entourage de celui qui a été Premier ministre à trois reprises. La rumeur court depuis quelques semaines déjà, et si le fils de Rafic Hariri n’aurait pas encore pris sa décision finale, il...

commentaires (17)

Merci à Mounir Rabih pour ses mises aux points, ses explications, et la réalité des choses sur le terrain de la politique Libanaise Ô combien compliquée. Franco-Libanais, Chrétien et fier de l’être je suis personnellement reconnaissant à la Famille Hariri pour ce que le Martyre Rafik Hariri a fait pour TOUS les libanais sans aucune exception. Le Premier ministre Saad Hariri, a pris les rênes du pouvoir trop jeune, subitement et, sans expérience. De bonnes pates avec un cœur en or comme son Père, il a voulu faire avancer les Liban dans la tourmente de la tempête qui, soufflait sous l’influence du Parti mortifère le Hezbollah. Avalant des couleuvres du Hezbollah/Amal/Aoun/CPL/Bassil, afin d’essayer de sauver ce qui reste du navire Liban. Mais…le radeau Saad Hariri a été envoyé dans l’abysse dès les premiers instants. Courageux volontaire est téméraire, il s’est donné à fond malgré les embuches du Hezbollah et consorts. Nous connaissant la suite. Le bon vieux Pays du Cèdre sans Saad Hariri est inconcevable et inimaginable ! NOUS Peuple Libanais de toutes confessions, réclamons le retour de Saad Hariri aux manettes, en commençant par les élections jusqu’à la composition du prochain gouvernement fait d’experts comme il a l’intention de faire. Demandons au Royaume Saoudien de revenir sur la scène Libanaise et, imposer ses volontés, pour écarter le Hezbollah définitivement du Liban et du moyen-Orient. Sans cela, tôt ou tard la prolifération du covid Hezbollah se propagera partout

Le Point du Jour.

22 h 08, le 25 novembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (17)

  • Merci à Mounir Rabih pour ses mises aux points, ses explications, et la réalité des choses sur le terrain de la politique Libanaise Ô combien compliquée. Franco-Libanais, Chrétien et fier de l’être je suis personnellement reconnaissant à la Famille Hariri pour ce que le Martyre Rafik Hariri a fait pour TOUS les libanais sans aucune exception. Le Premier ministre Saad Hariri, a pris les rênes du pouvoir trop jeune, subitement et, sans expérience. De bonnes pates avec un cœur en or comme son Père, il a voulu faire avancer les Liban dans la tourmente de la tempête qui, soufflait sous l’influence du Parti mortifère le Hezbollah. Avalant des couleuvres du Hezbollah/Amal/Aoun/CPL/Bassil, afin d’essayer de sauver ce qui reste du navire Liban. Mais…le radeau Saad Hariri a été envoyé dans l’abysse dès les premiers instants. Courageux volontaire est téméraire, il s’est donné à fond malgré les embuches du Hezbollah et consorts. Nous connaissant la suite. Le bon vieux Pays du Cèdre sans Saad Hariri est inconcevable et inimaginable ! NOUS Peuple Libanais de toutes confessions, réclamons le retour de Saad Hariri aux manettes, en commençant par les élections jusqu’à la composition du prochain gouvernement fait d’experts comme il a l’intention de faire. Demandons au Royaume Saoudien de revenir sur la scène Libanaise et, imposer ses volontés, pour écarter le Hezbollah définitivement du Liban et du moyen-Orient. Sans cela, tôt ou tard la prolifération du covid Hezbollah se propagera partout

    Le Point du Jour.

    22 h 08, le 25 novembre 2021

  • parmi tous les politiciens lui au moins à écouter le peuple et veux se mettre à l écart et c est ce que les autres politiciens doivent faire aussi et de libérer le peuple libannais de ce joug de la mafia et de la milice ,mais comme ils doivent préserver leur acquis économique personne ne se désiste de son poste.

    WEHBE KEBA richard

    21 h 30, le 25 novembre 2021

  • Hariri a payé cher pour les Libanais ingrats qui le vilipendent aujourd’hui !D’abord le lâche assassinat de son père Allah yirhamou ! Ensuite la perte de ses proches des technocrates chevronnés,ensuite sa fortune et enfin ses amis du Golfe!Tout cela pour que les Libanais non reconnaissants ne re goûtent pas à la guerre civile! Il faudrait plutôt s’interroger sur l’absence de réaction des Chrétiens sachant que dans la sous région il y avait un problème Sunnite Chiite ,ce n’était pas à lui de le prolonger au Liban et donc nécessairement il était dévolu ce rôle d’opposition virulente aux Chrétiens pour que nous puissions résister aux fossoyeurs de ce pays en étant l’exception !Et encore une fois comme en 75 il y a une partie confessionnelle qui n’a pas su être unis et bien au contraire elle fut partisane pour envoyer le Liban et les Libanais aux abysses avec une froide lâcheté.

    PHENICIA

    21 h 21, le 25 novembre 2021

  • Et alors? Vu son bilan calamiteux cela fait longtemps qu'il aurait dû se retirer. Mais pas de panique il reste la tante, le frère, le cousin... La famille est grande on est pas en manque de Hariri

    camel

    17 h 01, le 25 novembre 2021

  • Monsieur Hariri Junior ne sert a rien

    Sednaoui Carole

    14 h 08, le 25 novembre 2021

  • Il n'a pas tort de s'éloigner, car il répond à la demande du soulèvement d'octobre contre toute la classe politique ayant échoué dans sa mission.

    Esber

    13 h 09, le 25 novembre 2021

  • je comprends qu il se retire , par contre pour ses deboires financiers je ne suis pas inquiets , merci papa .ca fait un de moins ils reste les autres (alla est grand!!!!!!!!!!!!!) au suivant

    barada youssef

    12 h 38, le 25 novembre 2021

  • Qu’on se rassure tous, les législatives n’auront pas lieu. Aoun et sa clique sont en train de préparer le terrain pour que ces élections n’aient pas lieu et qu’ils puissent prolonger le mandat du président en carton pâte pour achever le pays. Alors que le pays est à l’agonie, ils préfèrent tous dévier l’attention du peuple sur leur présence ou pas dans les prochaines élections qui, si elles auront lieu seront une mascarade de plus pour introniser les vendus et les appuyer dans leur projet de sape pour ne jamais être jugés ni emprisonnés. Tout ce cirque vise à saper la constitution et instaurer une dictature qui ne dit pas son nom sous prétexte de paix intérieure afin de consolider leurs liens et pouvoir s’appuyer les uns sur les autres avec des alliances basées sur des compromis qui, cette fois ci auront la peau du peuple et de tout ce qui reste du pays. Le gouvernement qu’ils nous ont pondu est la meilleure démonstration de leur projet de sape minutieusement élaboré pour achever le pays. Ils se mettent d’accord pour ne jamais être d’accord « je dis oui tu dis non », et ainsi torpiller toute solution dans l’œuf. Le scénario est bien rodé et prêt à nous être servi à l’envi et ce quelques soient les projets de sauvetage. Ils n’en veulent pas et ne s’en cachent plus. Un gouverneur de la banque qui a pillé le pays est toujours aux commandes et impose ses décisions, un pseudo président mou aux ordres d’un bourreau pour donner le coup de grâce à ce pays, bin courage les gars

    Sissi zayyat

    11 h 03, le 25 novembre 2021

  • 2 Ans de braiement : Thaoura , Thaoura , Koulon , Koulon et voilà que l’article nous ramène au « VRAI « point zéro : LA ( FAMILLE ) HARIRI ,SANS OUBLIER LES (FAMILLES )POLITIQUES JOUMBLAT , GEMAYEL , FRANGIEH , GEAGEA etc . Aie , COMME PRÉVU 760 jours dans la poubelle , POUR RIEN et le temps passe ....

    aliosha

    10 h 44, le 25 novembre 2021

  • Il est temps pour Saad Hariri de se retirer dignement de la vie politique car il a largement prévu son incompétence et sa naïveté en politique, en affaires aussi d’ailleurs

    Censuré par l’OLJ

    09 h 15, le 25 novembre 2021

  • Que peut on faire pour supplier Mr HARIRI et se mettre à genoux pour le faire revenir dans la scène politique qui lui doit tout. Qu'a t il fait ce monsieur pour le liban et pour les libanais hormis le fait de passer sa vie à torpiller les plans qui émanent d'un autre parti que celui de sa tribu, ou de s'employer à plaire aux saoudiens? Arretons ces messages et ces articles d'un temps révolu. N'y a t il pas d'autres cerveaux, honnêtes et compétents dans notre pays pour remplacer ce monsieur inculte, et ses semblables ? Je suis outré de voir qu'on passe du temps à parler de ce monsieur alors suture crise gigantesque asphyxie les libanais, une crise qui ne ke touché nullement

    Citoyen

    09 h 14, le 25 novembre 2021

  • On ne doit pas s'étonner de ses difficultés financières, quand on voit ses comportements extra conjugaux, notamment avec une mannequin Sud Africaine à qui il aurait offert la somme astronomique de 16 millions de dollars ... Quant à sa faillite politique, il paye le fait d'avoir pactisé et avec la présidence de la république et surtout avec les assassins de son père.. Bien entendu on rétorquera que c'était pour sauvegarder la paix au Liban, dans ce cas grand bien lui fasse qu'il s'efface et cela permettra de continuer à nous épargner d'une guerre locale . On pourra lui ériger une statue de sauveur de la nation, pas plus de dix centimètres il ne mérite guère mieux...

    C…

    08 h 28, le 25 novembre 2021

  • "pousser le royaume wahhabite à le remettre dans ses petits papiers"? Peu probable! Il a amplement démontré combien il était peu fiable. Il devrait abandonner la politique pour laquelle il n'a aucune compétence et aller cultiver des choux (je ne parle pas de ses affaires, domaine où il ne brille pas plus). Toutefois, avant de prendre une retraite (bien méritée?), il serait important qu'il se désigne un successeur. Les plus compétents que lui ne manquent tout de même pas!

    Yves Prevost

    07 h 54, le 25 novembre 2021

  • Mr. Hariri is a failed ineffective leader and a failed, businessman. His last government was forced to resign by the October 17 revolution movement and he has failed to form a new one. Despite promises to the international community, he has partaken in the corruption and has refused to implement any meaningful reforms despite helming multiple governments. If he runs and ends up winning a small number of seats, he will be further humiliated. Therefore, he should not run for re-election.

    Mireille Kang

    05 h 59, le 25 novembre 2021

  • Ce n’est absolument pas une perte. Le pays n’a pas besoin d’un mou, d’un incapable et d’un incompétent. Le fils n’a pas l’envergure de son père et n’a rien fait depuis plus de 15 ans pour le bien du pays et de son peuple. Il a échoué à tous les niveaux.

    carlos achkar

    05 h 47, le 25 novembre 2021

  • Il les fera … c’est du marketing raréfier le produit il en sera plus désiré !!

    Bery tus

    02 h 11, le 25 novembre 2021

  • Il y aura tjrs Baha2 le frérot de saad. Non? En tout cas, Saad hariri en a marre , je comprends facilement qu’il veuille se reposer… il a tout perdu au liban… fric notamment. Il n’a pas envie de suivre son père vers l’au-delà en défiant les terroristes et milices.

    radiosatellite.online

    00 h 48, le 25 novembre 2021

Retour en haut